En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 12 heures 20 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 14 heures 12 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 16 heures 1 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 16 heures 35 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 16 heures 55 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 17 heures 10 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 17 heures 48 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 9 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 12 heures 10 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 14 heures 7 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 16 heures 44 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 18 heures 36 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 8 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 10 heures
Crise économique

Portugal : victime de l'Europe ?

Publié le 25 mars 2011
Le gouvernement portugais a présenté sa démission mercredi 23 mars. Un événement de taille qui illustre les difficultés économiques que rencontre l'Union européenne.
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement portugais a présenté sa démission mercredi 23 mars. Un événement de taille qui illustre les difficultés économiques que rencontre l'Union européenne.

Sur le plan économique, le Portugal a réalisé des progrès considérables depuis la Révolution des œillets de 1974 : rattrapage de la productivité et convergence vers la frontière optimale des meilleurs pays de la zone euro actuelle, virage à 90° vers l’industrie des services et pays leader mondial dans l’utilisation des énergies éoliennes par habitant…

De l’Europe, le Portugal attendait de pouvoir bénéficier d’une intégration économique et monétaire dans un grand espace ouvert et interdépendant. Cet espace devait non pas créer des difficultés supplémentaires mais au contraire contribuer à la réalisation d’un plan ambitieux pour tous : l’industrie européenne.

Bien sûr, au Portugal, comme ailleurs, les politiques budgétaires ont été mal conduites, peu préventives et renforcées par des politiques financières, banque et finance, assez peu efficientes. Mais en réalité le cas du Portugal devient symptomatique des difficultés que connait l’Europe dans la gestion des crises conjoncturelles qui la dépassent totalement et dans la création de richesses nouvelles équitablement réparties. La zone Euro n'a finalement créé qu'une Europe à deux vitesses.

Dans ce cadre, bien évidemment qu’un pays fondamentalement plus vulnérable subit de plein fouet, et le premier, une crise internationale fondée sur des déséquilibres. Aux Etats-Unis, personne n’évoque la question de son endettement ! Pourquoi ? Parce-que les Etats-Unis parviennent à créer de la croissance. En Europe, on parle de l’endettement excessif d’un pays mais on oublie que le grand espace tant prometteur n’a pas joué son rôle dans la stimulation d’une croissance équilibrée.  

Comment le Portugal en est arrivé là

La récente crise du subprime a fortement fragilisé son principal partenaire commercial, l’Espagne. Son secteur bancaire avait été frappé de plein fouet par celle-ci. L’Allemagne quant à elle, a vu ses taux obligataires à 10 ans baisser grâce à un plan drastique d’injection de liquidité dans son système bancaire pour le sauver. L’écart entre les taux allemands et portugais a dès lors augmenté.

Dans un premier temps, les investisseurs interprètent la hausse de cet écart comme une hausse du risque du Portugal alors qu’il ne s’agit en réalité que d’un moindre risque de l’Allemagne. Le bouc émissaire des maux de l’inefficience européenne est parfait. D’autant plus parfait que l'excédent commercial allemand et la fermeture de son marché ont aussi en partie grevé le solde commercial portugais, le rendant ensuite dépendant du financement externe pour ses importations ! Voilà en partie pourquoi les banques privées portugaises se sont retrouvées endettées sur le plan externe en alimentant ainsi la dette publique portugaise incapable de trouver de l’épargne dans son propre système bancaire.

La démission du gouvernement ne va pas arranger les choses. Le Portugal se trouve maintenant dans une situation bien compliquée à très court terme : en effet, se mêlent maintenant des aspects politiques et psychologiques qui poussent les taux d’intérêt à la hausse. Le probable futur Premier Ministre Pedro Passo Coelho leader du PSD devrait normalement accepter une collaboration avec le FMI et l’UE.

Ainsi, le cas du Portugal pose un certain nombre de questions : celui de la prévision économique d’abord : autant que la crise financière, la crise de la dette des Etats européens n'a pas été anticipée alors qu’elle était plus facile à prévoir par l'analyse du respect du Pacte de Stabilité et de Croissance. Ici, nous avions des alertes.

Maintenant doit-on aller jusqu’à sortir de l’euro ?

Pour le Portugal, une dévaluation sur la base d'une dette externe exprimée en euros n’amènerait rien de positif.  La théorie prédit que la politique budgétaire et fiscale est très efficace en taux de change fixe et en quasi parfaite mobilité des capitaux (contrairement à la politique monétaire). Ici au contraire elle a souffert de l’absence de prévention et de qualitatif.

Enfin, le point le plus important : la politique financière bien régulée et préventive dont on sait scientifiquement qu’elle contribue à hauteur de 30 à 50% à la croissance économique sous la forme d’un lien causal a été totalement négligée.

Les banques portugaises par exemple ont assez peu intégré le rôle important qu’elles jouaient dans une économie à taille réduite (la Suisse, le Luxembourg et la Belgique n’ont pas fait cette erreur, ni même les Pays-Bas et le Danemark) ! Il nous semble que le cas du Portugal illustre avec acuité les résultats des promesses politiques non tenues d’une grande Europe, d’une croissance déséquilibrée dans un espace unique intégré, de l’omission séculaire de la banque-finance dans les politiques publiques, surtout la question du trading sur dette publique, à coté de la politique budgétaire et monétaire, du non respect des principes de la collaboration (dilemme du prisonnier) et d’une certaine façon aussi, de la logique sacrificielle à laquelle s’adonne aujourd’hui l’Occident.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 28/03/2011 - 00:10
Malheureusement la France pourrait sortir de l'euro !
N'oublions pas le traité sur l'Europe. Des hommes intelligents, de la grande bourgeoisie comme M. Fabius, n'ont pas hésité à voter contre. Un référendum sur l'Europe et l'euro pourrait donner le même résultat.
Mais si c'est l'Europe frileuse, bobo, championne de la décroissance économique comme celle des verts, c'est guère mieux !
Claude Lebrun
- 27/03/2011 - 22:36
L'ingratitude du perfusé
En termes économiques, le Portugal, tout comme la Grèce, est quantité négligeable : plus ou moins 1,5 pour cent du P.I.B. de l'Union européenne. Ces deux pays ont exploité une aide européenne massive pour sortir du sous-développement. Sans ces aides, l'économie portugaise serait plus proche aujourd'hui de celle du Cap-Vert que de l'Allemagne et la "génération 500 euros" réduite à 50 tout au plus.
sympatic
- 26/03/2011 - 20:58
Ne changeons rien.
Continuons à pleurer sur la disparition de nos droits acquis. Un système qui permet à ceux qui ne travaillent pas - toujours plus nombreux - de mieux s'en sortir que ceux qui travaillent parce qu'ils ont ceux-ci à charge ne peut mener qu'à la catastrophe. Merci au PS.