En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Echanges de bons procédés
L'Europe a-t-elle quelque chose à gagner à un accord de libre-échange avec les Etats-Unis ?
Publié le 14 février 2013
Barack Obama a donné mardi le coup d'envoi de négociations entre les Etats-Unis et l'Union européenne, qui pourraient aboutir à la création d'une des principales zones de libre-échange dans le monde.
Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fouquin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama a donné mardi le coup d'envoi de négociations entre les Etats-Unis et l'Union européenne, qui pourraient aboutir à la création d'une des principales zones de libre-échange dans le monde.

Depuis 2011 les relations entre les Etats-Unis et l'UE sont apaisées et un groupe de travail de haut niveau s’est mis en place, dont on attend le rapport final qui a cependant été retardé à plusieurs reprises. Les Européens ont décidé lors du Conseil européen du 8 février 2013 d’approuver l’ouverture des négociations avec les Etats-Unis « pour un grand marché transatlantique » et attendaient de Barack Obama qu’il s’exprime à ce sujet, ce qui est fait depuis son discours sur l’état de l’Union du 12 février. Concrètement les pourparlers commenceront en juin 2013.

Le plus dur reste à faire. Les tarifs douaniers étant déjà faibles, il ne devrait pas être difficile de les éliminer  pour leur plus grande partie. Reste toutes les questions qui fâchent. Par exemple sur les OGM l’Europe a une position très prudente alors que les Etats-Unis y sont très favorables :

Les européens souhaitent s’assurer que ces produits ne sont pas mauvais pour la santé humaine et pour l’environnement, que l’on affiche clairement leur présence dans les conserves, que l’on mesure leur impact sur les producteurs etc.

D’autres questions pourraient abordées comme par exemple les problèmes d‘optimisation fiscale dont profitent les multinationale américaines (Amazon, Google par exemple)  qui jouent les pays à bas taux contre les autres ou encore la lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux.

Il y aurait aussi sans doute les questions liées aux marchés publics comme on l’ vu lors du marché des avions ravitailleurs remporté dans un premier temps par airbus allié avec un américain qui avait été bloqué par le Congrès américain.

Deux stratégies de négociation sont possibles. Soit on pose des grands principes sur les questions faisant l’objet des négociations et on voit ensuite de matière pragmatique les secteurs où l’on peut progresser, de façon à ce qu’un désaccord sur un sujet particulier ne bloque pas l’ensemble de la négociation. L’autre idée serait de chercher un accord global (un «package») qui équilibrerait les concessions des uns et des autres, qui aurait sans doute la préférence de la France.

Cela promet de longues séances de négociations, mais il faut aussi se demander si l’Europe n’a pas intérêt à obtenir un accord. On a vu en effet que Barak Obama avait choisi d’infléchir ses priorités stratégiques en faveur de l’Asie où la montée en puissance de la Chine inquiète.  Face à ce risque de désintérêt relatif l’Europe peut chercher à renforcer ses liens avec les Etats-Unis dans un domaine où elle est encore une superpuissance.

Si on laisse de coté les questions de sécurité, qui ont été et qui demeurent des domaines où la solidarité se prouve et s’éprouve presque chaque jour (on se souvient de l’intervention en Irak), c’est  dans le domaine économique que les relations entre l'UE et les Etats-Unis sont les plus intenses du monde. Et cela reste vrai  malgré l’émergence des grands pays du Sud (ainsi les Etats-Unis investissent-t-ils cinq fois plus en Europe qu’en Chine et la France y précède encore la Chine).

Il est étrange que des pays aussi proches sur les grands principes économiques que les Etats-Unis et l’Europe et qui de fait sont parmi les économies les plus ouvertes au monde, ne soient pas encore parvenus à un accord économique global, alors que chacun de son coté multiplie les accords commerciaux bilatéraux : avec les pays d’Asie, du Sud de la Méditerranée, de l’Amérique latine, et du Pacifique etc. Etats-Unis et Europe rivalisent à qui signera le plus d’accords dits de libre–échange.

C’est le premier paradoxe, le second paradoxe tient à l’intensité des conflits qui émergent entre les deux superpuissances. Les cycles de négociations commerciales qui ont précédés la création de l’OMC ne pouvaient aboutir que lorsque les Etats-Unis et l’Europe parvenaient à se mettre d’accord, et c’était à chaque fois des accords obtenus à l’arraché, comme on l’a vu en 1992 lors de l’accord dit de « Blair House » sur l’agriculture qui avait permis de mettre un terme positif à 7 années de négociations dans le cadre de l’Uruguay Round.

Que ce soient les conflits aéronautiques Boeing-Airbus, les conflits sur les OGM ou ceux qui concernent les traitements de la viande de bœuf  et de la volaille par exemple,  à chaque fois ces conflits font  la une des journaux. La raison en est simple: le marché européen est le plus grand marché du monde suivi par celui des Etats-Unis, dès lors tout conflit entre les deux partenaires correspond à un volume d’échange très élevé, même si cela ne concerne qu’une question apparemment mineure au niveau des nations, pour les secteurs concernés c’est souvent une question vitale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cap2006
- 15/02/2013 - 07:51
il y a belle lurette que nous ne sommes qu'un strapontin...
des US...

Ce n'est pas un accord de libre échange, déjà existant et déjà unilateral....

c'est carrément la dissolution de leurope... qui est necessaire....

transformons la France, et les autres pays en autant d'états américains.... avec l emême partage de compétences entre le pouvoir fedéral des etats unis d'amérique et d'Europe et le pouvoir local de chacun des états....

Adoptons le dollar.....

Importons le meilleur : le1° amendement et la liberté d'entreprendre
laissons le moins bons aux bouseux : les armes par exemple...




Decebal
- 15/02/2013 - 01:51
Marche de dupes
L'Europe serai folle d'accepter pour le moment, elle doit d'abord devenir une entité. Ce marche en l'état permettrai aux USA de continuer a diviser l'Europe, nous avons déjà les Anglais. L'Albion est toujours perfide, d'ailleurs c'est sur son sol que les USA ont installes un système d'écoute monstrueux., ce pays est déjà comme un porte avions pour les Ricains. . Ils tentent depuis des annees de faire entrer la Turquie dans l'Europe et cela pour des raisons stratégiques .Un fois le loup dans la bergerie ils joueront comme la Rome antique a diviser pour mieux régner . Une Europe unie serai un cauchemar.
Glabre et Ingambe
- 15/02/2013 - 00:19
??
Extrait : « Il est étrange que des pays aussi proches sur les grands principes économiques que les Etats-Unis et l’Europe. »
--> l'Europe n'est pas un "pays" !