En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Editorial

Veut-on vraiment effacer toutes les inégalités face à la conception des enfants ?

Publié le 12 février 2013
Alors que la femme est, en matière de conception des enfants, toute puissante, l'homme n'a quant à lui aucune possibilité de choix.
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la femme est, en matière de conception des enfants, toute puissante, l'homme n'a quant à lui aucune possibilité de choix.

Hasard de calendrier ou flair de l’éditeur ? C’est alors que le débat sur le mariage pour tous - et dans la foulée sur le droit de toutes et tous à avoir un enfant - est en pleine actualité que l’avocate Mary Plard publie le fort intéressant ouvrage "Paternités imposées"[1]. Cette féministe revendiquée y raconte ses combats juridiques pour plusieurs de ses clients : des hommes qui un beau matin ont appris par un coup de fil, ou plus brutalement encore par une assignation en justice, qu’ils allaient devenir père… Plusieurs semaines, mois ou même années après ce qui ne fut souvent qu’une rapide étreinte entre adultes consentants - alors que jamais l’idée d’une relation "sérieuse", et encore moins celle d’avoir un enfant, ne fut abordée par les protagonistes - ces hommes ont vu leur vie profondément bouleversée, le regard de la société les accuser et, peut-être plus grave que tout le reste, leur libre arbitre nié.

Car c’est une étrange situation que celle de la femme face au choix de la conception. Trop souvent cantonnée à un rôle de faire-valoir dans de nombreux schémas sociaux, quasi systématiquement moins payée que les hommes à compétences égales, plus fréquemment victime qu’eux des agressions sexuelles ou de la violence conjugale, la femme est, en matière de conception des enfants, toute puissante.

A de rares et dramatiques exceptions près, elle peut aujourd’hui choisir de devenir mère ou non, choisir le moment où elle le devient, choisir celui qui sera le père de son enfant. Elle peut au contraire décider de ne pas garder un enfant, d’avoir recours à l’interruption volontaire de grossesse ou à l’accouchement sous X. En face, l’homme n’a, lui, aucune possibilité de choix. Et aucun droit. Il ne peut refuser de se soumettre à un test ADN si la justice le lui impose (tout refus est aussitôt traduit par une reconnaissance automatique en paternité), pas plus qu’il ne peut imposer à une femme de garder un enfant dont elle ne veut pas ou l’obliger à avorter.

Il n’est bien sûr pas question de permettre à un homme de forcer une femme à garder ou non son enfant, agression qui attenterait évidemment à l’intégrité du corps de cette dernière. Mais il est surprenant, à la lecture du livre de Mary Plard, d’observer combien les arguments de la justice et de la société contre ces pères contraints et forcés, sont identiques à ceux qui étaient avancés il y a 40 ans par les adversaires de la loi Veil sur l’IVG.

On reproche à ces hommes d’être "sexuellement libérés" (trop ?), parce qu’ils ont ou ont eu des relations sexuelles en dehors d’un schéma conjugal classique. Quelle différence avec ces femmes que certains députés n’hésitaient pas, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, à traiter de "salopes" parce qu’elles revendiquaient leur droit à vivre librement leur sexualité ? On reproche à ces hommes de ne pas s’être "protégés" (protégés de quoi ? Des maladies sexuellement transmissibles ou d’un enfant non désiré ?) Quelle différence avec celles qui étaient autrefois critiquées "parce qu’elles n’avaient qu’à prendre leurs précautions" ?

Faire le constat de cette situation ne permet pas pour autant d’y répondre. Rétablir un équilibre entre le droit des hommes et des femmes face à la conception d’un enfant est-il seulement possible ? De la même manière, si le sujet est bel et bien abordé dans le projet de loi sur la famille que le gouvernement promet avant la fin de cette année, il ne va vraiment pas être simple de répondre par une loi à l’exigence d’égalité entre homosexuels et hétérosexuels face au désir d’enfant.


[1] Paternités imposées, Mary Plard, Editions "Les liens qui libèrent"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 15/02/2013 - 21:52
et pour les sources
c'est là

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1435

jerem
- 15/02/2013 - 21:50
la delicatesse de l'insee
l'insee nous la sort fort bonne 48h apres le vote solennel .
ainsi donc l'insee nous donne 200000 couples de meme sexe (50/50 hommes et femmes) dont 10% avec au moins un enfant et 80% de ces 10% sont des couples de femmes .
donc 20.000 couples et l'inter lgbt qui nous parlent de 100.000 familles et de 300.000 enfants ...... ce sont des maternités à la maison !!! ou quand le microcosme nous parle de phenomene à la marge ?

C'est sur , sorties 15 jours plus tot cette etude générale sur le couple aurait eu un certain echo dans la categorie " tout ca pour ca " ......

on ne felicitera jamais assez les gros lobbyiste des medias , journalistes directement concerné, avocate engagé et autres temoins qui parlent de leur situation comme une généralité de la société ....

Effectivement .... Et on oublie pas que dans les 20.000 couples ayant des enfants .... un bon nombre ont eu ces enfants dans une relation hétéro des plus classique.

Au passage, 32 millions de personnes en couple dont 73% mariés. c'est vrai le mariage est desuet ! et si 50% des naissances ont lieu hors mariage , on se marie par la suite manifestement. pensée à la chroniqueuse en talons

claudecourty
- 13/02/2013 - 10:38
La bonne question
Différencier le rôle de la génitrice de celui du géniteur est probablement l'une des meilleures questions que puissent se poser tous ceux qui sont sincèrement préoccupés d'évolution sociétale autant que sociale et plus particulièrement par les questions de pauvreté et d'inégalités. Ces questions ne sont-elles pas en effet d'ordre démographique avant tout et la femme n'en est-elle pas l'acteur majeur ?
Rien ne se fera tant que manquera aux déclarations les mieux intentionnées l’intégration du fait démographique, que Marx lui-même a ignoré, jusqu'à ce que de nos jours la dimension désormais planétaire de la pauvreté, donne un sérieux coup de vieux à la lutte des classes et à l’affrontement gauche/droite.
En occident comme ailleurs, dans les pays développés comme dans les autres, la société des hommes est, a toujours été et sera jusqu’à sa fin, irrévocablement faite d’inégalités. L’exception y domine la masse ; le pouvoir y domine le peuple, la force la faiblesse, l’intelligence la sottise, le savoir l’ignorance , la richesse la pauvreté etc. ; dans tous leurs aspects.
Visiter à ce sujet :
http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com