En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 23 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 1 heure 43 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 2 heures 21 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 4 heures 16 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 5 heures 34 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 7 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 10 heures 7 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 57 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 1 heure 58 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 3 heures 25 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 7 heures 57 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 8 heures 26 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 10 heures 19 min
© Reuters
Crédit Agricole, la 3e banque française, a annoncé 3,8 milliards de dépréciations d'actifs.
© Reuters
Crédit Agricole, la 3e banque française, a annoncé 3,8 milliards de dépréciations d'actifs.
Ça sent le roussi

Vu des Etats-Unis : l'odeur fétide qui émane soudain des banques européennes

Publié le 11 février 2013
Sauvetages financiers, enquêtes pour fraude, manipulations des taux, dépréciations d'actifs... De la France à la Grèce en passant par les Pays-Bas, les banques européennes accumulent les ennuis.
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauvetages financiers, enquêtes pour fraude, manipulations des taux, dépréciations d'actifs... De la France à la Grèce en passant par les Pays-Bas, les banques européennes accumulent les ennuis.

Nous sommes maintenant habitués à l’odeur émanant des banques – sauvetages, blanchiment d’argent, manipulation du taux du Libor, et autres méfaits. Mais en Europe, ces derniers jours, l’odeur s'est faite particulièrement forte.

Une bouffée nauséabonde est venue de Barclays vendredi 1er février, lorsque des fuites ont révélé que la banque faisait l’objet d’une enquête de l’Autorité des services financiers et du Bureau des fraudes graves au Royaume-Uni pour collecte de fonds illégale en 2008. La banque aurait secrètement prêté 5,3 milliards de livres (8,4 milliards d’euros) à un des fonds d’investissement souverain du Qatar, qui s’est ensuite retourné et qui a rendu cette somme à Barclays en grande pompe – une manœuvre permettant de lever des fonds sur le papier, pour échapper à une prise de contrôle du gouvernement pendant la crise financière.

Ensuite, le Crédit Agricole, troisième banque française, a annoncé 3,8 milliards de dépréciations d’actifs, principalement des dépréciations d’écarts d’acquisition, en raison "de l’actuel environnement macroéconomique et financier". Il y a écart positif d'acquisition - survaleur, ou goodwill - lorsqu'un bien a été acquis au-dessus de sa valeur réelle : il a été acheté trop cher – des frais qui, par une bizarrerie comptable, sont temporairement classés dans le bilan comme des actifs avant de passer du côté des charges par la suite. Après la dépréciation, la banque aura toujours environ 14 milliards de survaleur qui encombreront son bilan, et d'autres dépréciations sont à venir. Elle a déjà fait une croix sur 2,5 milliards l'an dernier, lorsqu'elle a accepté de vendre sa participation dans la banque grecque Emporiki pour 1 euro, alors qu'elle l'avait acquise dans un timing impeccable en 2006 pour 2,2 milliards.

Les banques grecques... oh mon dieu ! Elles font l'objet d'une enquête du pôle financier du parquet d'Athènes concernant les 232 millions de prêts qu'elles ont accordé aux partis au pouvoir, la Nouvelle Démocratie du Premier ministre Antonis Samaras et le Pasok socialiste. Une cour a officiellement désigné le chef d'accusation ainsi : "suspicion de crime contre l’État".

L'État grec finance les partis politiques sur la base de leur poids électoral, et des deux partis ont fourni comme garantie à ces prêts un financement hypothétique, espéré, de la part de l'État. Mais, lors de l’élection de juin dernier, la Nouvelle Démocratie est passée de 33% à 29% de voix, et le Pasok de 43% à 12%. Le financement de l'État s'est donc logiquement effondré, et certains des prêts tournent au vinaigre.

Ironie amère : les banques grecques vacillantes, qui espéraient à l'époque être renflouées par les contribuables des pays voisins, ont financé les partis politiques grecs qui ont eux-même négocié ensuite les plans de sauvetage avec les partenaires européens au profit des investisseurs bancaires (Proton Bank a été renflouée en 2011, bien qu'elle fut engagée dans des activités de fraude, de détournement de fonds, et de blanchiment d'argent, lorsqu'une bombe a explosé : lire "Le fonds de soutien européen au blanchiment d'argent grec et à la fraude").

Toujours vendredi, SNS Reaal, quatrième banque des Pays-Bas, a encore été renflouée – après un premier sauvetage en 2008. Cette fois, elle a été nationalisée. Le paquet de 10 milliards coûtera d'abord au contribuable 3,7 milliards. Les actionnaires et les détenteurs de la dette junior ont perdu de l'argent aussi, mais les détenteurs de dette senior et les obligations sécurisées en ont été indemnisés.

Il n'y a jamais d'alternative aux sauvetages. Un effondrement aurait "des conséquences trop vastes et indésirables" selon le ministre des Finances Jeroen Dijsselbloemsaid. De même que le tout nouveau président de l'Eurogroupe, il a confirmé que les sauvetages bancaires seraient la norme dans la zone euro.

Ils se refusent à laisser ne serait-ce que la plus petite banque faire défaut, craignant que sa chute n’entraîne dans le système financier tout entier une perte de la confiance des marchés déjà aussi mince qu'une feuille de papier – et ce alors que la crise de la dette vient justement d’être déclarée "terminée" officiellement. Alors, se fondant sur les règles de fonctionnement en vigueur, le gouvernement hollandais a shanghaïé ses contribuables épuisés, dont les ceintures sont déjà serrées par l'austérité, les forçant à payer, une fois encore, pour les méfaits des banquiers.

En Italie, un scandale latent a été ravivé. Tout a commencé avec une enquête criminelle sur Monte dei Paschi di Siena, la troisième banque italienne, pour soupçons de manipulation de la bourse, faux en écritures comptables, obstruction aux activités de régulation, et fraude. La banque a utilisé des produits dérivés pour dissimuler ses pertes pendant la crise financière, mais ces pertes remontent maintenant à la surface. Alors Standard & Poor's a tout simplement suspendu l'indice de solvabilité de la banque, de peur que les pertes annoncées ne soient que la partie immergée de l'iceberg.

Cette forme d’ingénierie financière a été mise en lumière lorsque la nouvelle direction a jeté un œil dans les comptes. Maintenant, un sauvetage du gouvernement est en préparation. Parce qu'il n'y a jamais d'alternative. Contribuables, serrez vos ceintures !

Jeudi, la Deutsche Bank pataugeait plus profondément dans son bourbier d' "ennuis", parmi lesquels le scandale de la manipulation du taux interbancaire Libor, qui pourrait lui coûter 2,5 milliards, et le scandale de la fraude à la taxe carbone, qui a été révélé par un raid de la police au siège de la banque diffusé à la télévision. Donc, davantage de dépréciations sont à venir, et la banque a annoncé une perte de 2,2 milliards au quatrième trimestre. "En 2013", a déclaré son directeur Jürgen Fitschen, fort rassurant, "nous serons confrontés à d'autres développements dans cette affaire et d'autres".

Et d'autres ! La suite au prochain épisode. Les estimations évaluent déjà ces méfaits à hauteur de 10 milliards. Mais soudain : "Construire le capital est notre première priorité", a déclaré l'autre directeur Anshu Jain. Il veut le faire sans diluer les actionnaires actuels. "Mais dans ce monde incertain, je ne peux rien exclure", a-t-il confié à son auditoire.

Il s'avère que la banque a l'intention de se débarrasser fin mars de 16 milliards en credit default swaps à haut risque. Cela pourrait booster son ratio de capital de première catégorie de 8% à 8,5%. D'autres ventes du même type sont prévues – une vente en gros de la totalité de son portefeuille, une variante des méthodes d'ingénierie financière qu'elle a utilisées pour cacher tout ce qui devait être caché.

L'amère ironie de la crise financière est tout aussi banale que l'odeur putride l'est devenue depuis. Tout comme il est devenu routinier pour ces institutions impénétrables avec leurs statuts financiers opaques de transférer les risques et les pertes vers le peuple. Aux États-Unis, aussi, l'odeur refuse de se dissiper. Et rien n'indique que cela va changer rapidement.

Las de tout ceci, les Français – dont l'économie s'enfonce un peu plus dans la crise – ont exprimé leur dédain envers leur classe politique ; ils rêvent d'un gouvernement autoritaire, un "vrai leader" capable de faire le ménage et de "rétablir l'ordre". (Lire... Est-il vraiment possible que 87% des Français souhaitent un homme fort pour rétablir l’ordre ?

Article paru précédemment sur le blog Testosterone Pit

Traduit de l'anglais par Julie Mangematin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 11/02/2013 - 14:14
@Glabre et Ingambe
Si j'en crois ceci,
http://chevallier.biz/2013/01/banques-americaines-systemiques-4%C2%B0-trimestre-2012/
ben, en fait, oui, au moins du point de vue des banques systémiques et de l'auteur (lui très très très pro-américain)...
Mais, les bilans des banques, il ne va pas les inventer...
Alors, après, que le dollar tombe avant l'euro, ou l'inverse, c'est une autre histoire...
J'avoue avoir été surpris moi aussi de ces chiffres, au moins à moitié, car le renflouement des banques américaines a été très très actif lui aussi, si je ne m'abuse.
Après aussi, ce ne sont que des bilans de banque et le hors-bilan n'y apparait pas (taille de celui-ci?) et certaines règles comptables ont été modifiées à la volée si mes souvenirs sont bons afin que celui-ci soit plus présentables...
Glabre et Ingambe
- 11/02/2013 - 13:41
Et les banques américaines se portent comme un charme ?
Est-ce ce que ce débile sous-entend ? Le dollar tombera avant l'euro, voilà ce qui le fait flipper car il voudrait bien que ce soit le contraire.
ElmoDiScipio
- 11/02/2013 - 12:04
Et pour couper court
a ce travaille de sape organiser par qq faux prophètes (et hélas relayés par Allantico sans aucune voix contraire).


Le Classement annuel des banques par Safest Bank Awards par GF (magazine américain de surcroit) ne classe pas les banques américaines dans le top bien au contraire. Et a peine sont elles classées dans le Top North America, surclassées depuis des lustres par les Canadiennes.

Demandez vous si vous préférez avoir une banque dont les actifs sont à 10% garantis par des titres sans risque ou à 100% garantis par des biens immobiliers et des portefeuilles actions........