© Flickr - Recuerdos de Pandora
Peut-on rire d'Hitler?
Second degré
Peut-on rire d'Hitler ?
Publié le 11 février 2013
Un écrivain allemand ressuscite Adolf Hitler dans un livre humoristique qui fait polémique en Allemagne. Risquons-nous de réécrire l'histoire en riant d'un personnage aussi hideux ?
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un écrivain allemand ressuscite Adolf Hitler dans un livre humoristique qui fait polémique en Allemagne. Risquons-nous de réécrire l'histoire en riant d'un personnage aussi hideux ?

Atlantico : Un écrivain allemand ressuscite Adolf Hitler dans un livre humoristique qui fait polémique en Allemagne. Dans "Il est de retour", ("Er ist wieder da") Timur Vermes braque les projecteurs sur le dictateur du IIIe Reich, qui se réveille en plein été 2011, amnésique. S'ensuit une série de déboires. Peut-on rire d'un personnage aussi hideux qu'Hitler ?

Michel Fize : Au-delà de la question "Peut-on rire de Hitler?, il y a la question plus générale : peut-on rire de tout ? Peut-on rire de tous ?

Une actualité récente (l'affaire de caricatures de Mahomet) a montré que l'on s'autorisait à se moquer du prophète des musulmans (qui est un "bon" personnage), cela paraît donc justifier d'emblée que l'on se moque des "méchants" personnages , donc de Hitler ! Faut-il ici rappeler que Chaplin est l'un des premiers (en 1940) à s'être moqué de ce personnage dans son film Le Dictateur - avec le talent que l'on sait.

Pour se moquer il faut, me semble-t-il, d'abord un projet : un projet respectable, un projet d'humanité. Rire d'Hitler alors qu'il possède encore tant de partisans fanatiques de par le monde est non seulement un droit, c'est aussi un devoir. Le cinéma a eu l'occasion de montrer un Hitler à visage humain, aimant les chiens, aimant les enfants : on a beaucoup reproché un réalisateur dont j'ai oublié le nom d'avoir montré un dictateur-homme ordinaire aussi. La satire est une bonne chose. Cela montre que la tyrannie peut venir de n'importe quel personnage, que tout un chacun, et pas seulement un fou, peut entrainer le monde dans les pires folies. Cela montre enfin nos responsabilités dans la tragédie : c'est la démocratie allemande qui a installé Hitler sur son trône après tout.

 

Les réticences à se moquer d'un personnage comme Hitler proviennent-elles de la peur d'être taxé de révisionniste, ou de ne pas respecter la mémoire des victimes ?

Je ne crois pas qu'il s'agisse de révisionnisme. Pour qui appartient au camp des démocraties, le personnage d'Hitler est nécessairement blâmable. Une telle œuvre, comme d'autres, telles que celle de Chaplin, ne change rien à la réalité historique. Il faut considérer cela comme un divertissement. Mais on ne peut pas supposer une complaisance de l'auteur par rapport à Hitler en écrivant ce texte. Je crois qu'Hitler continue d'alimenter tous les fantasmes, et donc les peurs. Pendant des années, après sa mort, on a alimenté la rumeur selon laquelle il n'était pas mort, mais vivant quelque part. Derrière ce personnage, il y a une légende qui s'est développée. Mais ce type d'œuvre ne participe en rien à un quelconque révisionnisme.

Le révisionnisme consisterait à construire une fiction montrant Hitler poussé au crime par des forces extérieures, avec des complicités dans le monde occidental. Essayer d'expliquer son action politique par d'autres considérations que sa haine de tout ce qui n'était pas la race pure, aryenne, voila ce qui constituerait du révisionnisme.

 

Quels bienfaits peut avoir cette façon de tourner en dérision le personnage d'Hitler ? Cela ne peut-il pas constituer une façon originale et décalée de parler de l'histoire ?

Nous sommes à une époque on l'on admet que l'on peut rire de tout et de tout le monde. On a plutôt tendance à se moquer de personnages "bons", des références. Mais c'est une bonne chose que l'on puisse également se moquer de personnages aussi terribles qu'Hitler. Montrer un Hitler qui va acheter les journaux, caresse ses chiens, permet de bien signifier à tout le monde que c'était un être humain, et que des êtres humains qui apparaissent tout à fait ordinaires peuvent commettre à l'occasion les pires forfaits.

A-t-on besoin d'un certain temps historique pour prendre du recul par rapport aux évènements avant de pouvoir en rire ?

On n'a pas attendu un siècle pour rire d'Hitler. Chaplin écrit Le Dictateur en 1940. Le nazisme est alors en pleine expansion. On a toujours ri de ce personnage. Il n'y a pas un temps particulier pour faire ou ne pas faire les choses. Il faut surtout du talent, c'est cela qui fait la différence. Avec du talent, on peut faire passer n'importe quel message. L'œuvre de cet Allemand est un conte, qu'il faut lire comme tel. Son personnage principal est Hitler. Il y aura encore beaucoup de contes de ce type, car ce personnage alimente tous les fantasmes et toutes les peurs.

 

Avons-nous encore des difficultés à rire de ce personnage aujourd'hui ? Si oui, pourquoi ? (Le réalisateur Quentin Tarantino avait mis les pied dans le plat en réécrivant le destin d'Hitler dans son film Inglorious Bastards, et en le faisant passer pour un personnage dépourvu de raison.)

Il est vrai que les crimes qu'il a commis sont à ce point monstrueux, qu'il n'évoque par le rire à priori. Mais il y a chez le personnage physiquement beaucoup de choses qui peuvent faire rire. Il est grotesque, finalement, avec sa petite moustache. Il ressemble à tout sauf à l'aryen pur dont il a rêvé toute sa vie.

Il faut critiquer Hitler, comme Staline et d'autres. C'est un devoir de salubrité publique. C'est le devoir des historiens, des humoristes, des gens de cinéma. Je crois que si nous avons tant de mal à rire de ce tyran, c'est que nous sentons terriblement responsables : nous avons laissé faire ; en permettant Munich en 1938, en laissant s'installer Hitler au pouvoir, en nous taisant sur les camps de concentration que nous (les Alliés) connaissions pratiquement dès leur ouverture.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kettle
- 11/02/2013 - 12:31
Il me fait rire
http://www.youtu.be/4ejiTljaA9A
Bourdaloue aux poires
- 11/02/2013 - 11:28
Erratum
... ceux qui n'ont pas compris ! Enorme.
Bourdaloue aux poires
- 11/02/2013 - 11:23
Ras le bol
Ce qui nous ferait des vacances, ce serait d'ARRETER de parler d'Hitler à tout bout de champ. Ce qui n'ont pas encore compris ce qui s'est passé c'est qu'ils ont grandi dans une grotte, comme celle de Jean-Baptiste Grenouille en Auvergne (Le Parfum).
Parlons un peu des crimes du communisme à travers le monde pour changer un peu. A moins que l'uber communication sur le nazisme ne soit JUSTEMENT un prétexte pour éviter le sujet. Vous savez : le contre-feu.