En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 8 heures 55 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 9 heures 55 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 10 heures 31 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 12 heures 21 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 12 heures 59 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 9 heures 42 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 10 heures 14 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 12 heures 5 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 12 heures 42 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 15 heures 11 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
"Ce vote n'est qu’un test de la volonté des Européens quant à l’approfondissement de la zone euro"
© Reuters
"Ce vote n'est qu’un test de la volonté des Européens quant à l’approfondissement de la zone euro"
Poules mouillées

Sommet de Bruxelles : pourquoi les dirigeants européens ne sont pas à la hauteur des enjeux du budget de l'UE

Publié le 07 février 2013
Au cours du sommet de Bruxelles qui démarre aujourd'hui, sera voté le budget européen à horizon 2020. La réticence de certains membre de l'UE quant à ce vote risque de coûter cher à l'Europe.
Jean Quatremer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours du sommet de Bruxelles qui démarre aujourd'hui, sera voté le budget européen à horizon 2020. La réticence de certains membre de l'UE quant à ce vote risque de coûter cher à l'Europe.

Atlantico : Démarre aujourd'hui le sommet européen de Bruxelles au cours duquel sera voté le budget européen jusqu'à 2020. Certains Etats membres de l’Union semblent se désintéresser des enjeux du budget européen. Quels sont les risques liés à ce phénomène ?

Jean Quatremer : Plutôt qu’un désintérêt pour le budget européen, certains pays veulent clairement couper dans le budget car il est aujourd’hui un véritable instrument de redistribution des capitaux entre les pays pauvres et les pays riches de l’Union. Cela nous montre clairement que les leçons de le crise financière qui a secoué la zone euro n’ont absolument pas été tirées puisque cette crise a démontré que nous avons besoin d’une plus grande solidarité financière entre Etats européens. Ce qui est plus grave c’est que, au-delà de la Grande-Bretagne lourdement eurosceptique, certains pays de la zone euro sont aussi dans cette logique-là notamment l’Allemagne, la Finlande et les Pays-Bas. Cela remet donc en cause la sincérité de l’engagement européen de la première économie européenne et d’Angela Merkel qui sait pertinemment qu’une union fédérale implique nécessairement d’importants transferts financiers et une solidarité financière réelle.

Ce mouvement de recul de certains pays membres a de risqué ce qu’il envoie comme message aux marchés. En effet, le fait de se battre pour une somme qui représente à peine plus d’1% du PIB communautaire est le signe clair d’un manque de confiance en interne qui pourrait bien créer une nouvelle défiance des marchés et des conséquences économiques graves.

Quels sont alors les véritables enjeux du vote de ce budget européen ?

Le véritable enjeu de ce vote est qu’il n’est autre qu’un test de la volonté des Européens quant à l’approfondissement de la zone euro. Au-delà de la question financière qui est finalement minime, le véritable enjeu est politique. Il est le visage de l’Union européenne que nous allons montrer au monde et aux marchés. Il faut bien comprendre à quel point il serait désastreux pour l’image de l’Europe d’envoyer aux marchés un signal comme celui d’aboutir à un accord inférieur aux attentes de la Commission qui ne sont déjà pas très hautes. Comment pourrions-nous être pris au sérieux si nous ne pouvons pas nous mettre d’accord sur 30 milliards au milieu d’un budget de 1000 milliards sur sept ans – soit à peine 0,3% du PIB communautaire. C’est notre volonté de poursuivre ou pas sur le chemin d’une intégration plus forte qui sera votée à ce sommet.

A refuser de s’impliquer davantage, les Etats membres n’encouragent-ils pas des politiques improductives et le maintien de certaines rentes ? Lesquelles ?

La question qui pousse certains pays à ne pas s’impliquer d’avantage dans l’intégration européenne est double, d’une part le fonctionnement du budget et d’autre part la pertinence de certaines politiques européennes.

Le fonctionnement du budget européen est structurellement problématique puisque celui-ci est extrêmement rigide. En effet, le budget qui va être voté, ou pas, au cours de ce sommet correspond à une enveloppe divisée en différentes politiques européennes desquelles aucun argent ne pourra être réattribué. La PAC par exemple, se verra probablement allouer 386 milliards d’euros qui ne pourront jamais être utilisés pour un sauvetage comme celui de la Grèce ou une situation similaire. De plus, ces politiques sont divisées en rubriques très détaillées ayant chacune des budgets particuliers limitant encore la souplesse. Malheureusement, c’est bien cette question qu’aucun pays, la France comprise, ne pose puisque chacun d’eux attend sa part et ne veut rien laisser. Ils maintiennent donc le blocage rigide que j’évoquais précédemment en empêchant le Parlement et la Commission de diminuer leurs enveloppes respectives et participent à quelque chose qui est l’exact contraire d’un budget qui doit pouvoir réagir à l’urgence économique.

Se pose ensuite la question de la pertinence des politiques européennes avec la PAC en premier plan. Cette dernière représente pas moins de 40% du budget européen dont une partie est distribuée sous la forme d’aides directes aux agriculteurs notamment les céréaliers. Ces exploitants reçoivent des chèques allant jusqu’à des centaines de milliers d’euros par exploitation alors que les cours mondiaux n’ont jamais été aussi hauts et touchent donc des deux côtés. A l’inverse, les exploitants légumiers eux ne perçoivent presque rien et sont les victimes d’un fonctionnement qui pose donc de profondes questions. Les fonds structurels régionaux posent le même problème car si construire un pont, une autoroute ou un réseau de fibre optique participe au développement économique des pays membres, ce n’est pas le cas de tous les projets. Revient-il vraiment au budget européen de prendre en charge le cofinancement d’un rond point ? Ce financement un peu aveugle de certains projets créé une déperdition économique extrêmement problématique. La Commission a bien proposé de recentrer le financement des projets sur ce qui encourage la croissance et d’accroître le contrôle sur la bonne utilisation des fonds mais tant que les Etats ont une aussi grande marge de manœuvre ils continueront à redistribuer les fonds à leur clientèle. Il pourrait également être intéressant de renforcer les politiques d’éducation en créant des universités performantes dans tous les pays plutôt que de préférer sans cesse faire des chèques aux exploitants agricoles.

La dernière problématique autour du budget européen est celle de ses recettes. Celles-ci sont issues d’une contribution de chaque pays calculée sur les PIB respectifs c’est à dire un chèque de chaque Etat membre. Tant que ne sera pas voté un texte qui créé un budget européen en ressource propre nous nous heurterons toujours aux différents égoïsmes nationaux. Nous pourrions par exemple allouer automatiquement un pourcentage de la TVA ou de la taxe carbone directement au budget européen. Cela ne diminuerait en rien les revenus des Etats et donnerait plus de liberté aux institutions européennes. Pour l’instant, les Etats se battent pour garder un contrôle étroit sur le budget et c’est bien la le drame. Imaginez ce qu’il adviendrait si en France chaque citoyen avait un droit de veto sur les impôts qu’il paie.

Comment expliquer le paradoxe entre cette posture et les déclarations des nombreux gouvernants appelant à toujours plus d’intégration notamment le discours de François Hollande ?

Ce phénomène est très variable d’un pays à l’autre et l’on constate notamment que François Hollande a changé le fusil de la France d’épaule par rapport à la position de son prédécesseur Nicolas Sarkozy. Nous étions à l’époque du côté des Britanniques, des Allemands et des Suédois alors que nous sommes à présent dans le camp des pays du Sud et de l’Est qui prônent un maintien voire une augmentation du budget européen. Le souhait de François Hollande d’un approfondissement de l’Union Européenne, et même à long terme une fédéralisation, diverge profondément de la vision allemande de la question. En effet, celle-ci prétend vouloir que l’Europe fasse un saut fédéral mais bloque tout dès qu’il s’agit de payer.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 07/02/2013 - 22:08
Vangog, en novlangue solidarité = assistanat
9 millions de fonctionnaires, assimilés, régimes spéciaux et 5 millions de chômeurs c'est tout ce qu'il faut pour un pays dit "égalitaire"...Dans la lune. Propagande répétée répétée répétée
maintes fois devient une vérité. Vous bossez le pouvoir distribue, vous êtes chômeur nous on a un poste à vie.
ZOEDUBATO
- 07/02/2013 - 16:12
La guerre entre ceux qui font l'avenir et ceux qui accaparent
1/ Ceux qui font l'avenir : Les cultivateurs / éleveurs qui veulent une civilisation pérenne avec une croissance, des emplois, une augmentation du pouvoir d'achat, des économies structurelles, la baisse des impôts et un État centré sur ses responsabilités régaliennes avec des citoyens au cœur de la vie publique grâce à une économie basée sur la création de richesse économiquement rentables
2/ Ceux qui accaparent (après moi le déluge) : Les chasseurs / cueilleurs qui veulent une société figée de "juge et partie" , l'enrichissement en dormant grâce au copinage, des postes inutiles de confort et de complaisance par des embauche dans le Public, des loisirs, la jouissance immédiate, les paradis artificiels, le maintien de tous leurs acquis indus les privilèges, les passe-droit, les niches fiscales, sociales, salariales grâce à un État tentaculaire voire totalitaire autour d'une pensée unique qui contrôle les médias, la culture, l'éducation, le mode de vie et en accapare l'argent gagné par les autres (impôts, taxes, prélèvements sociaux, "Euro bonds", planche à billet, subventions, prêts sans remboursement….)
3 / Ceux qui suivent le vent entre travail et subvention
vangog
- 07/02/2013 - 14:57
Quatremer, vous confondez Solidarité et Assistanat!
...vous confondez aussi redistribution et subventions aux organismes mafieux d'Europe de l'Est et du Sud, issus des rangs Socialo-Communistes ( si les subventions profitaient au peuple, dans ces pays là, cela se saurait...)!
En bref, vous faites la même erreur que ces constructeurs de l'Europe social-démagogique des années 80-90, les Mitterrand, Delors, Lamy, pitoyables précurseurs de la désindustrialisation et de la corruption Européenne!
L'Europe crève de ces mesures!
vos préconisations ne feraient qu'accélérer cette mort programmée.
En tout état de cause, faisons confiance à la Finlande, a l'Allemagne et aux Pays-bas, qui ont su diminuer leurs dettes et la désindustrialisation, plutôt qu'aux mauvais élèves Sudistes et aux ex-dictatures socialistes d'Europe de l'Est, gouvernées par leurs socialistes reconvertis...