En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 13 heures 23 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 15 heures 26 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 16 heures 31 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 17 heures 38 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 18 heures 22 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 21 heures 15 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 22 heures 19 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 13 heures 49 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 16 heures 17 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 17 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 46 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 22 heures 49 min
© Reuters
"Ce vote n'est qu’un test de la volonté des Européens quant à l’approfondissement de la zone euro"
© Reuters
"Ce vote n'est qu’un test de la volonté des Européens quant à l’approfondissement de la zone euro"
Poules mouillées

Sommet de Bruxelles : pourquoi les dirigeants européens ne sont pas à la hauteur des enjeux du budget de l'UE

Publié le 07 février 2013
Au cours du sommet de Bruxelles qui démarre aujourd'hui, sera voté le budget européen à horizon 2020. La réticence de certains membre de l'UE quant à ce vote risque de coûter cher à l'Europe.
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours du sommet de Bruxelles qui démarre aujourd'hui, sera voté le budget européen à horizon 2020. La réticence de certains membre de l'UE quant à ce vote risque de coûter cher à l'Europe.

Atlantico : Démarre aujourd'hui le sommet européen de Bruxelles au cours duquel sera voté le budget européen jusqu'à 2020. Certains Etats membres de l’Union semblent se désintéresser des enjeux du budget européen. Quels sont les risques liés à ce phénomène ?

Jean Quatremer : Plutôt qu’un désintérêt pour le budget européen, certains pays veulent clairement couper dans le budget car il est aujourd’hui un véritable instrument de redistribution des capitaux entre les pays pauvres et les pays riches de l’Union. Cela nous montre clairement que les leçons de le crise financière qui a secoué la zone euro n’ont absolument pas été tirées puisque cette crise a démontré que nous avons besoin d’une plus grande solidarité financière entre Etats européens. Ce qui est plus grave c’est que, au-delà de la Grande-Bretagne lourdement eurosceptique, certains pays de la zone euro sont aussi dans cette logique-là notamment l’Allemagne, la Finlande et les Pays-Bas. Cela remet donc en cause la sincérité de l’engagement européen de la première économie européenne et d’Angela Merkel qui sait pertinemment qu’une union fédérale implique nécessairement d’importants transferts financiers et une solidarité financière réelle.

Ce mouvement de recul de certains pays membres a de risqué ce qu’il envoie comme message aux marchés. En effet, le fait de se battre pour une somme qui représente à peine plus d’1% du PIB communautaire est le signe clair d’un manque de confiance en interne qui pourrait bien créer une nouvelle défiance des marchés et des conséquences économiques graves.

Quels sont alors les véritables enjeux du vote de ce budget européen ?

Le véritable enjeu de ce vote est qu’il n’est autre qu’un test de la volonté des Européens quant à l’approfondissement de la zone euro. Au-delà de la question financière qui est finalement minime, le véritable enjeu est politique. Il est le visage de l’Union européenne que nous allons montrer au monde et aux marchés. Il faut bien comprendre à quel point il serait désastreux pour l’image de l’Europe d’envoyer aux marchés un signal comme celui d’aboutir à un accord inférieur aux attentes de la Commission qui ne sont déjà pas très hautes. Comment pourrions-nous être pris au sérieux si nous ne pouvons pas nous mettre d’accord sur 30 milliards au milieu d’un budget de 1000 milliards sur sept ans – soit à peine 0,3% du PIB communautaire. C’est notre volonté de poursuivre ou pas sur le chemin d’une intégration plus forte qui sera votée à ce sommet.

A refuser de s’impliquer davantage, les Etats membres n’encouragent-ils pas des politiques improductives et le maintien de certaines rentes ? Lesquelles ?

La question qui pousse certains pays à ne pas s’impliquer d’avantage dans l’intégration européenne est double, d’une part le fonctionnement du budget et d’autre part la pertinence de certaines politiques européennes.

Le fonctionnement du budget européen est structurellement problématique puisque celui-ci est extrêmement rigide. En effet, le budget qui va être voté, ou pas, au cours de ce sommet correspond à une enveloppe divisée en différentes politiques européennes desquelles aucun argent ne pourra être réattribué. La PAC par exemple, se verra probablement allouer 386 milliards d’euros qui ne pourront jamais être utilisés pour un sauvetage comme celui de la Grèce ou une situation similaire. De plus, ces politiques sont divisées en rubriques très détaillées ayant chacune des budgets particuliers limitant encore la souplesse. Malheureusement, c’est bien cette question qu’aucun pays, la France comprise, ne pose puisque chacun d’eux attend sa part et ne veut rien laisser. Ils maintiennent donc le blocage rigide que j’évoquais précédemment en empêchant le Parlement et la Commission de diminuer leurs enveloppes respectives et participent à quelque chose qui est l’exact contraire d’un budget qui doit pouvoir réagir à l’urgence économique.

Se pose ensuite la question de la pertinence des politiques européennes avec la PAC en premier plan. Cette dernière représente pas moins de 40% du budget européen dont une partie est distribuée sous la forme d’aides directes aux agriculteurs notamment les céréaliers. Ces exploitants reçoivent des chèques allant jusqu’à des centaines de milliers d’euros par exploitation alors que les cours mondiaux n’ont jamais été aussi hauts et touchent donc des deux côtés. A l’inverse, les exploitants légumiers eux ne perçoivent presque rien et sont les victimes d’un fonctionnement qui pose donc de profondes questions. Les fonds structurels régionaux posent le même problème car si construire un pont, une autoroute ou un réseau de fibre optique participe au développement économique des pays membres, ce n’est pas le cas de tous les projets. Revient-il vraiment au budget européen de prendre en charge le cofinancement d’un rond point ? Ce financement un peu aveugle de certains projets créé une déperdition économique extrêmement problématique. La Commission a bien proposé de recentrer le financement des projets sur ce qui encourage la croissance et d’accroître le contrôle sur la bonne utilisation des fonds mais tant que les Etats ont une aussi grande marge de manœuvre ils continueront à redistribuer les fonds à leur clientèle. Il pourrait également être intéressant de renforcer les politiques d’éducation en créant des universités performantes dans tous les pays plutôt que de préférer sans cesse faire des chèques aux exploitants agricoles.

La dernière problématique autour du budget européen est celle de ses recettes. Celles-ci sont issues d’une contribution de chaque pays calculée sur les PIB respectifs c’est à dire un chèque de chaque Etat membre. Tant que ne sera pas voté un texte qui créé un budget européen en ressource propre nous nous heurterons toujours aux différents égoïsmes nationaux. Nous pourrions par exemple allouer automatiquement un pourcentage de la TVA ou de la taxe carbone directement au budget européen. Cela ne diminuerait en rien les revenus des Etats et donnerait plus de liberté aux institutions européennes. Pour l’instant, les Etats se battent pour garder un contrôle étroit sur le budget et c’est bien la le drame. Imaginez ce qu’il adviendrait si en France chaque citoyen avait un droit de veto sur les impôts qu’il paie.

Comment expliquer le paradoxe entre cette posture et les déclarations des nombreux gouvernants appelant à toujours plus d’intégration notamment le discours de François Hollande ?

Ce phénomène est très variable d’un pays à l’autre et l’on constate notamment que François Hollande a changé le fusil de la France d’épaule par rapport à la position de son prédécesseur Nicolas Sarkozy. Nous étions à l’époque du côté des Britanniques, des Allemands et des Suédois alors que nous sommes à présent dans le camp des pays du Sud et de l’Est qui prônent un maintien voire une augmentation du budget européen. Le souhait de François Hollande d’un approfondissement de l’Union Européenne, et même à long terme une fédéralisation, diverge profondément de la vision allemande de la question. En effet, celle-ci prétend vouloir que l’Europe fasse un saut fédéral mais bloque tout dès qu’il s’agit de payer.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 07/02/2013 - 22:08
Vangog, en novlangue solidarité = assistanat
9 millions de fonctionnaires, assimilés, régimes spéciaux et 5 millions de chômeurs c'est tout ce qu'il faut pour un pays dit "égalitaire"...Dans la lune. Propagande répétée répétée répétée
maintes fois devient une vérité. Vous bossez le pouvoir distribue, vous êtes chômeur nous on a un poste à vie.
ZOEDUBATO
- 07/02/2013 - 16:12
La guerre entre ceux qui font l'avenir et ceux qui accaparent
1/ Ceux qui font l'avenir : Les cultivateurs / éleveurs qui veulent une civilisation pérenne avec une croissance, des emplois, une augmentation du pouvoir d'achat, des économies structurelles, la baisse des impôts et un État centré sur ses responsabilités régaliennes avec des citoyens au cœur de la vie publique grâce à une économie basée sur la création de richesse économiquement rentables
2/ Ceux qui accaparent (après moi le déluge) : Les chasseurs / cueilleurs qui veulent une société figée de "juge et partie" , l'enrichissement en dormant grâce au copinage, des postes inutiles de confort et de complaisance par des embauche dans le Public, des loisirs, la jouissance immédiate, les paradis artificiels, le maintien de tous leurs acquis indus les privilèges, les passe-droit, les niches fiscales, sociales, salariales grâce à un État tentaculaire voire totalitaire autour d'une pensée unique qui contrôle les médias, la culture, l'éducation, le mode de vie et en accapare l'argent gagné par les autres (impôts, taxes, prélèvements sociaux, "Euro bonds", planche à billet, subventions, prêts sans remboursement….)
3 / Ceux qui suivent le vent entre travail et subvention
vangog
- 07/02/2013 - 14:57
Quatremer, vous confondez Solidarité et Assistanat!
...vous confondez aussi redistribution et subventions aux organismes mafieux d'Europe de l'Est et du Sud, issus des rangs Socialo-Communistes ( si les subventions profitaient au peuple, dans ces pays là, cela se saurait...)!
En bref, vous faites la même erreur que ces constructeurs de l'Europe social-démagogique des années 80-90, les Mitterrand, Delors, Lamy, pitoyables précurseurs de la désindustrialisation et de la corruption Européenne!
L'Europe crève de ces mesures!
vos préconisations ne feraient qu'accélérer cette mort programmée.
En tout état de cause, faisons confiance à la Finlande, a l'Allemagne et aux Pays-bas, qui ont su diminuer leurs dettes et la désindustrialisation, plutôt qu'aux mauvais élèves Sudistes et aux ex-dictatures socialistes d'Europe de l'Est, gouvernées par leurs socialistes reconvertis...