En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 11 min 44 sec
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 2 heures 1 min
pépites > Politique
Présidentielle 2020
Marine Le Pen est d'accord pour travailler avec Nicolas Dupont-Aignan mais sans primaire
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Ménopause", livret d'Alexandra Cismondi, Parodies de chansons et mise en scène d'Alex Goude : Pas de pause pour "Ménopause" qui est prolongé à la Gaité, par Anne-Marie Joire-Noulens

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Politique
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Politique
Critique

Pourquoi nous devons sérieusement parler de la Chine

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 23 heures 22 min
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 1 jour 20 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 43 min 10 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 1 heure 44 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 16 heures 37 min
pépites > Politique
Luanda Leaks
La femme "la plus riche d'Afrique" rattrapée par la justice
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

"L’Abominable", de Dan Simmons: Sur les flancs glacés de l’Everest, une aventure à donner le vertige !

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Société
Intrusions à tous les étages

Bestiaire révolutionnaire et autodafés de pacotille

il y a 22 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Voeux
Nicolas Sarkozy dénonce le climat de "violence" qui règne en France
il y a 22 heures 58 min
décryptage > Politique
Interview

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 23 heures 45 min
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 1 jour 57 min
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
L'examen de la loi sur le mariage pour tous à l'Assemblée nationale entre dans sa deuxième semaine.
© Reuters
L'examen de la loi sur le mariage pour tous à l'Assemblée nationale entre dans sa deuxième semaine.
Loi naturelle

Mariage homosexuel : le progrès social façon Meilleur des Mondes

Publié le 08 février 2013
Avec Le Scribe
L'examen du projet de loi entre dans sa deuxième semaine. L'opposition fait durer les débats sur les termes de "père" et "mère", et les visions de l'Homme s'opposent.
Le Scribe est une conscience libre d’une trentaine d’année, qui a jeté sa télévision. Banquier, artiste, et féru de philosophie politique, le Scribe raconte notre monde au delà du bourdonnement médiatique, en s’attachant à discerner les forces qui le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Scribe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Scribe est une conscience libre d’une trentaine d’année, qui a jeté sa télévision. Banquier, artiste, et féru de philosophie politique, le Scribe raconte notre monde au delà du bourdonnement médiatique, en s’attachant à discerner les forces qui le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'examen du projet de loi entre dans sa deuxième semaine. L'opposition fait durer les débats sur les termes de "père" et "mère", et les visions de l'Homme s'opposent.
Avec Le Scribe

Que répondre aux partisans de la possibilité pour des homosexuels de se « marier » et donc de « faire famille » au moyen des procédés scientifiques désormais disponibles ? Qu’il y a des choses qui nous dépassent, que seuls un homme et une femme peuvent faire des enfants, qu'un couple n'est pas une paire ? Ne vous fatiguez pas, vos arguments sonnent creux, ils glissent sur leur sourire conquérant sans la moindre chance de faire ciller leur bonne conscience. Pourquoi ? Parce qu’ils savent qu’au fond vous faites appel à Dieu. A une idée passée. Et ils ont raison.

Sauf qu’elle n’est peut-être pas si passée. Et que Dieu n’est peut-être plus son seul nom.

Bien sûr, de peur d’être disqualifiés d’office, la plupart d’entre nous se rengorgeront dans une indignation sincère ou simulée, et rectifieront immédiatement d’un très laïc, « non, non, il ne s'agit pas de Dieu, laissons la foi en-dehors de cela, je te parle de la Nature, de la Nature humaine » et de continuer avec des « c’est comme ça depuis toujours, un enfant nait d’un père et d’une mère, on n’y peut rien.»

Oui mais voilà, qui donc se cache derrière les mots « Nature », « depuis toujours », «Nature humaine »?

D’autres parmi nous, se voulant plus inattaquables encore, prendront une intonation très républicaine et clameront que c’est au nom du Code civil! Mais le Code civil n’est pas la Bible, leur rétorquera-t-on très justement. "Il évolue avec les mœurs, le Code civil, ma bonne dame… Les femmes n’avaient pas le droit de voter figurez-vous !" Et le pourfendeur de réactionnaires homophobes de vous achever sur place grâce au bâton que vous venez de lui donner.

Car d’argument, en réalité, il n’y en a qu’un. Et c'est bien celui de l’existence d’un ordre supérieur, de quelque chose au-dessus de la loi. Car il faut bien invoquer une loi au-dessus de la loi humaine pour déclarer celle-ci illégitime. « Alors cela ne peut-être que Dieu! » les entend-on déjà rugir. "Obscurantistes", "rétrogrades" ne devraient pas tarder à jaillir de leur garde-robe de prêt-à-penser.

Ils ont raison et tort à la fois : dire qu’il y a quelque chose qui ne bouge pas, quelque chose d'intangible dans l'univers, d’absolu, c’est en effet donner une définition de Dieu. Mais c’est surtout accepter l'idée très moderne que nous faisons partie de quelque chose qui nous dépasse, que nous participons d’un ensemble, d'un tout, qu’il ne nous appartient pas de dérégler. Ce discours ne vous parle-t-il pas?

Dès lors qu'un ordre supérieur ne peut être que d'origine divine, on comprend bien pourquoi les notions de "Loi naturelle" ou de "nature humaine", sont tout bonnement insupportables à un progressiste ; l’affaire est entendue depuis les Lumières. Seul l’homme est maître de son destin, rien ni personne n’est légitime pour lui dire ce qu'il doit faire, comment vivre, avec qui faire l’amour, ni comment faire des enfants. Ni vous ni moi, ni Dame Nature. Personne sinon lui, l’homme qui avance.

Pour ces gens-là, appelons-les les prométhéens, n’y a pas de plan divin, d’ordre naturel, ni-même de Grand Architecte, quoi qu’ils puissent dire. L’Homme EST l’architecte de l’univers. Si divin il y a, alors l’Homme EST le divin. C’est à l’Homme de définir sa propre loi. Si l’Homme le peut (science) et se l’autorise (loi), alors l’Homme le fait. En effet au nom de quoi l’homme prométhéen s’empêcherait-il de faire quelque chose qu’il peut faire ? Au nom de la morale me répondra-t-ton ? De la moral laïque précisera-t-on d’emblée bien sûr. C’est à dire la morale areligieuse, celle qui n’est pas assujettie à des principes intangibles et absolus mais qui évolue avec les mœurs, selon le « degré de maturité des sociétés », « l’avancement des idées », ou la « chute des tabous » ?

L’homosexualité n’était pas morale pour un instituteur athée de la très morale IIIe République, mais la colonisation des peuplades sauvages du bout du monde l’était tout à fait. Cette morale là, on le voit bien, ne saurait constituer une quelconque limite à l’hubris humaine. Tout au plus est-t-elle parfois un frein durant une courte période « le temps que la société soit prête » dirait Mme Guigou qui jurait ses grands dieux il y a 15 ans que jamais il n’y aurait de mariage homosexuel. En réalité sur le long terme, cette morale laïque et relativiste légitime bien plus qu’elle ne stoppe ou ne régule le soi-disant "progrès".

Deux visions de l'Homme

Il y a donc d’un coté ceux qui considèrent qu’il y a en l’Homme quelque chose d’immuable et d’absolu, qui le dépasse et le transcende, et qui n'est pas de son ressort. Cette loi supérieure, que nous l'appelions Dieu ou Nature, confère à l'Homme un caractère sacré c’est-à-dire insensible à tout contexte spatial ou temporel, politique ou technologique, rendant du coup possible un droit inaliénable à la "dignité humaine".

De l’autre il y ceux qui considèrent que l’Homme est l’Homme parce que, justement, il s’affranchit des lois de la Nature. Parce qu’il n’a cessé depuis ses débuts de chercher à la maîtriser, à la soumettre, à la mettre au service de ses besoins, de son confort, de ses « aspirations légitimes ». La "Nature humaine" ne saurait échapper à la Nature, dont elle fait partie, elle est donc tout aussi modifiable, améliorable, « perfectible » dirait Rousseau, le père de la doctrine égalitaire.

La victoire de Gaïa

Ce qui est étonnant, c’est que ce positivisme triomphe dans le champ du social et de la vie privée, au moment même ou il s’achève dans la sphère économique et politique. En effet, avec la révolution écologique et le concept si consensuel de développement durable, c’est bien l’idée de Nature qui triomphe du productivisme à tout crin, c'est bien le Bio (littéralement « la vie ») qui triomphe de l’artificiel, c'est bien l’idée que l’homme ne doit pas faire ce qu’il veut simplement parce qu’il le peut, mais qu’il doit respecter et préserver l’environnement dont il fait partie.

La "théorie Gaïa" qui sous-tend et justifie le discours écologique politique n’est autre que l’idée qu’il faut respecter un ordre naturel, préexistant à l’activité humaine moderne. Cette théorie voit le monde comme un organisme vivant, un tout. Exactement ce que les croyants de toutes les religions entendent par la notion de « Création ». Ainsi les mots et les concepts de « protection » « sauvegarde de l’environnement », « préservation de la planète », « patrimoine mondial », « principe de précaution », dont nous sommes continuellement abreuvés, expriment-ils clairement  l'idée qu’il y a quelque chose de plus grand que nous qu’il ne faut pas prendre le risque de détruire au risque de s’auto-détruire. A ce titre le film Avatar est tout à fait illustratif de cette nouvelle pensée holistique dominante.

Cette idée d'un ordre supérieur et naturel des choses est donc tout sauf rétrograde.

La faillite de l'idéologie positiviste

L’idéologie égalitaire, aussi bien intentionnée soit-elle, de la même façon qu’elle a aboutit au totalitarisme lorsqu'elle a été appliquée à l’économie (collectivisme et communisme), aboutira au totalitarisme appliqué aux relations sociales et familiales. Il s'agira d'un totalitarisme encore plus violent puisqu’il ne se contentera pas de nier et de décréter illégal ou « contre-révolutionnaire » les réalités économiques fondamentales (l’instinct de propriété, les inégalités de talents,…), mais cette fois il niera et décrétera illégal, ou « réactionnaire », des réalités biologiques (l’altérité sexuelle, la procréation sexuelle, l’instinct maternel, l’incapacité pour un homme d’enfanter ou d’allaiter, etc.)

Les socialistes, comme tous les idéologues, voudraient que le monde se conforme à leurs idées. C’est bien connu, ils veulent « changer le monde ». Et pour cela ils ont un allié objectif, la science. Cimourdain, le parfait révolutionnaire imaginé par Victor Hugo dans 93, « voudrait les hommes faits par Euclyde », autrement dit, conçus selon des lois mathématiques. Les socialistes voient le monde comme un carcan dont il faut s'émanciper ; la Nature pour eux est synonyme de maladies, de catastrophes, d’inégalités, et de déterminismes sociaux et culturels intolérables.

Mais cette vision du monde prométhéenne, positiviste, progressiste, ou techniciste, appartient en réalité au passé. Elle vivote encore en France, patrie de Rousseau et de Robespierre, mais elle est politiquement morte et enterrée avec feu l’URSS, et ses fondements philosophico-économiques sont un peu plus entamés chaque jour par les catastrophes écologiques à répétition, les multiples maladies issues des pollutions, ou le réchauffement climatique.

Aujourd’hui dans le monde, la vision prédominante, que nous pourrions appeler "écologiste" ou "holistique", conçoit non plus l’Homme comme le seul être vivant ayant le droit d’utiliser sa science en toute impunité et pour son bon plaisir, mais comme devant s’efforcer de vivre en harmonie avec le reste de son environnement avec lequel il forme un écosystème.

Et que dirait Gaïa du mariage pour tous?

On a donc assisté, sur le plan économique, à une révolution avec la victoire de l'idée de Nature (un ordre naturel supérieur, somme toute très proche de l’idée de Dieu, si vous me suivez) qui marque la reconnaissance d’une loi, appelée l’écologie, se situant au-dessus des considérations humaines : ce n’est plus la planète qui doit servir l'économie mais l’économie qui doit servir la planète. Si ce changement de paradigme est survenu dans le champ économique, Il n'est pas impossible, bien au contraire, qu’il survienne dans le champ du social et de la vie privée.

En effet la génération qui arrive à l'âge adulte aujourd'hui se retrouve face à un champ de ruine en matière familiale et sociétale, après les ravages causés par les slogans soixante-huitards (il est interdit d’interdire, l’enfant roi, destruction de la famille dite bourgeoise, du modèle dit patriarcal, libération totale des mœurs, discrédit du mariage, etc.). Or l’énième coup de boutoir que constitue ce projet de loi est d’une telle violence, qu’il peut constituer l'électrochoc (trop c’est trop) salvateur. La manifestation du 13 janvier tend à le démontrer.

Ce serait alors le début, n’en doutons pas, d'un puissant et bien logique retour de balancier, dans le sillage de ce qui se passe avec l’écologie dans le domaine économique, qui engagerait la société dans une dynamique radicalement nouvelle qui s’attacherait à faire la part des choses entre ce qu'il convient désormais de préserver, voire de sanctuariser, dans l'Homme (sa Nature) et ce qu'il est permis de modifier ou d'améliorer (sa capacité à satisfaire ses aspirations naturelles).

Un choix crucial

On peut être pour ou contre ce projet de loi, mais ayons conscience qu’il ne s’agit pas d’une simple question de politique sociale comme on voudrait nous le faire croire. Ce sont bien deux conceptions de l’Homme qui s’opposent dans ce débat, et par conséquent deux projets pour l'Humanité. D'un coté une communauté d'hommes et de femmes dont les aspects essentiels de la vie sont régis et protégés par des lois qui relèvent de principes intangibles. De l'autre, un groupe d’êtres dont aucune caractéristique n’est reconnue comme figée, et dont la vie est régie par des lois évoluant au fil des « avancées » technologiques.

La question posée par ce débat est donc "qu'est ce que l'Homme?". Il n'y a pas de question plus essentielle. Si vous n’êtes pas remué au plus profond de votre être par cette loi, c’est que vous n’en avez pas pris la juste mesure.

En réalité nous vivons un moment critique de l’histoire de l’humanité. G. Orwell (1), A. Huxley (2), R. Barjavel (3), A. Koestler (4), Masamune Shirow (5), les frères Wachowski (6) et biens d'autres écrivains, cinéastes et penseurs récents ont vu, et nous ont averti que le versant prométhéen de la pensée occidentale était une autoroute filant droit vers le Meilleur des Mondes, la barbarie et l’homme déshumanisé.

A l'inverse, toutes les religions et les sagesses du monde nous invitent à rechercher ce qu’il y a d’immanent dans l’Homme, à regarder avec émerveillement ce qui échappe à l’entendement et au rationnel, avec l’intuition profonde que ce regard tourné vers le mystère nous préservera toujours du pire, c’est à dire de l’aliénation de l’homme par son propre génie créateur, par sa propre folie destructrice. Une société sans transcendance n’a plus aucun garde-fou. La technique sera son seul maître, sa seule aune. Je ne veux pas d’une telle société. Et je sais que la majorité des hommes n’en veulent pas. Encore faut-il qu’ils prennent conscience de ce qui se joue aujourd'hui.

« Si Dieu est mort tout est permis », disait Dostoïevski. Oui mais la Nature est née lui répond l’homo ecologicus du XXIe siècle. Alors que diront les Français ?

Car c’est donc à nous, ici et maintenant, de décider si tout est désormais permis.

(1) 1984
(2) Le meilleur des mondes
(3) Le voyageur imprudent
(4) Le cheval dans la locomotive
(5) Ghost in the shell
(6) Matrix

Article précédemment publié sur Le Scribe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gabbrielle
- 08/02/2013 - 13:14
Le fonctionnement du Conseil Constitutionnel
Fonctionnement du CC voir III 2 b et en particulier
"§ Conséquences des décisions du CC : en cas de non-conformité, la disposition est censurée. Plusieurs situations sont alors possibles :
– l’intégralité de la loi est censurée, ce qui interdit sa promulgation
– une partie de la loi est censurée : si le CC précise que la disposition visée est inséparable du reste du texte, celui-ci ne sera pas promulgué et sera donc soit abandonné, soit fera l’objet d’un nouveau dépôt intégrant les modifications susceptibles de le rendre conforme à la Constitution ; si, en revanche, la disposition est séparable, le Président de la République promulguera la loi amputée de la disposition non constitutionnelle ou demandera une nouvelle délibération, conformément à l’art 10, alinéa 2 de la Constitution.
Dans le cadre de la QPC, le CC abroge la disposition déjà promulguée qu’il juge inconstitutionnelle. Il peut choisir de moduler dans le temps les effets de sa décision. Il détermine également les conditions et limites dans lesquelles les effets que la disposition abrogée a produits sont susceptibles ..." etc
http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/fiches_synthese/septembre2012/fiche_6.asp
Apéro 64
- 08/02/2013 - 12:18
À fredie
Je ne crois pas que le conseil constitutionel ne soit que consultatif ( exemple la taxe à 75 pourcent) si tu lis l avis dans la croix des deux avocats l adoption plénière serait inconstitutionnelle ce qui veut dire que tu as raison sur le fait qu elle reviendrait au parlement pour modification. Ce qui voudrait dire qu il n y aurait plus d adoption plénière dans le texte. Et en même temps bonjour le bordel pour le gouvernement (une autre loi retoquee) et la vive la manif pour tous et une grande mobilisation pour enterrer ce projet .
Freddie
- 08/02/2013 - 11:28
Conseil constitutionnel
@Gabbrielle, merci de suivre aussi bien l'actualité. Malheureusement, de même que le conseil d'état ne donne qu'un avis, de même le conseil constitutionnel renverra la balle vers le législateur. Tout ceci est plié. La mobilisation ne sert qu'à montrer aux futures victimes de la loi qu'il y avait des gens qui les défendaient (dans le genre : mais non, on peut encore être fier d'ếtre Français, ils n'ont pas tous été collabos...)