En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 6 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 17 heures 46 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 18 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 9 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 11 heures 50 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 28 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 57 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 53 min
Dédiabolisation

Un Français sur 3 adhère à ses idées : le FN est-il devenu un parti comme les autres ?

Publié le 07 février 2013
Selon un sondage pour France Info/Le Monde/Canal+ publié ce mercredi, un Français sur trois adhère aux idées du FN et quasiment une moitié ne pense pas que le parti représente un danger pour la démocratie ... Marine Le Pen a-t-elle achevé la normalisation du Front national ?
Daoud Boughezala et Jean-Yves Camus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daoud Boughezala est journaliste, rédacteur en chef adjoint du journal Causeur. Jean-Yves Camus est chercheur associé à l'IRIS, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalisme européens et de l'extrême-droite....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage pour France Info/Le Monde/Canal+ publié ce mercredi, un Français sur trois adhère aux idées du FN et quasiment une moitié ne pense pas que le parti représente un danger pour la démocratie ... Marine Le Pen a-t-elle achevé la normalisation du Front national ?

Atlantico : Selon un sondage pour France Info/Le Monde/Canal+, 32% de Français se disent "tout à fait" (6%) ou "assez" (26%) d'accord avec les idées du Front national, un chiffre en hausse d'un point sur un an. Par ailleurs, le parti d'extrême droite ne "représente un danger pour la démocratie" qu'aux yeux de 47% de sondés, passant pour la première fois sous la barre des 50%. Le FN de Jean-Marie Le Pen existe-t-il encore ?

Daoud Boughezala : Il faut disjoindre les deux sondages. Lionel Jospin, lui-même, a reconnu que le FN n’était pas un parti « fasciste », mais « xénophobe » et qu’il ne représentait pas un danger pour la démocratie.  Pour ce qui est des « idées «  du FN, la question est plus complexe car il y a la réalité du parti et ce que les gens en perçoivent. C’est un parti qui a une tradition tribunitienne très longtemps incarnée par Jean-Marie Le Pen. Marine Le Pen tente de récupérer son potentiel protestataire tout en l’installant comme un parti potentiel de gouvernement. Mais son refus des alliances avec la droite parlementaire  montre bien toute l’ambiguïté du « Marinisme » qui fait du FN un parti protestataire institutionnalisé.

La question renvoie également à la fameuse stratégie de dédiabolisation. Là encore, il y a une ambigüité dans l’évolution du FN. Même si la présidentielle a permis l’arrivée de nouveaux militants «  mariniste », les structures du parti restent globalement les mêmes et les anciens militants sont toujours majoritaires. Il faut éviter deux écueils dans l’analyse du FN actuel. Le premier écueil serait de faire table rase du passé et de considérer que Marine Le Pen, arrivée en 2011, peut reconstruire le parti de A à Z. Le deuxième écueil serait de nier totalement la mutation qu’a tout de même initié Marine Le Pen au sein du Front national. On ferait bien également de s’interroger sur la perception parfois caricaturale qu’on a du parti et de ses électeurs, comme l’on fait des gens aussi différents qu’Emmanuel Todd, Jean-François Kahn ou Philippe Cohen.

Jean-Yves Camus : Il existe toujours à l'intérieur du FN des gens, comme Bruno Gollnisch, qui souscrivent à une autre vision idéologique que Marine Le Pen. Pour autant, ils ne sont pas constitués en une faction ou une tendance. Il y a une incontestable évolution du Front national qui n'est plus le même parti que lors de sa création en 1972. Sa création s'inscrivait dans une tradition historique des extrêmes droites françaises. Mais les hommes et les formations politiques évoluent.

L'évolution du FN se situe néanmoins davantage dans les attitudes que dans les idées. Sur le plan programmatique, il n'y a pas de changement majeur. On parle désormais de priorité nationale plutôt que de préférence nationale. L'expression "inversion migratoire" n'est plus utilisée. Pour autant, sur le fond, l'idée qu'il faut accorder aux nationaux des droits supérieurs aux étrangers subsiste. L'idée qu'il faut sortir de l'Europe et revenir au Franc reste un marqueur fort. Marine Le Pen, contrairement à son père, ne fait plus référence à la Seconde Guerre mondiale, mais cela ne suffit pas pour parler de vraie révolution culturelle. Lorsque Gianfranco Fini a pris les rênes du MSI italien, il a véritablement décidé de changer le logiciel idéologique du parti. Davantage que la  normalisation du FN, ce sondage montre l'affaiblissement de l'opposition au FN. C'est un parti qui clive moins, mais qui suscite encore un important rejet. 

Dans de nombreux pays européens, les partis populistes gouvernent avec les partis conservateurs traditionnels. Le FN est-il vraiment moins fréquentable que les autres partis populistes européens ? Est-ce la "marque" Le Pen qui continue de faire peur ?

Daoud Boughezala : Cette question soulève toute l’ambivalence de l’héritage de Jean-Marie Le Pen dans la vie politique française. Un héritage dont sa fille bénéficie, mais qu’elle subit également. Sans son nom, Marine Le Pen ne serait pas arrivée à la tête de ce parti et n’aurait pas été candidate à la présidentielle. En même temps, il s’agit aussi d’une limite qu’elle a tenté de gommer, notamment en condamnant toutes les dérives antisémites du passé.

Elle doit également gérer l’autre héritage de Jean-Marie Le Pen qui est le rapport totalement problématique au pouvoir. Comme l’écrit Philippe Cohen dans sa biographie, Jean-Marie Le Pen n’a jamais voulu arriver au pouvoir. D’ailleurs, cela a été la principale cause de la scission « Mégrétiste » en 1998. Bruno Mégret voulait moderniser l’appareil du parti et en faire un vrai parti de gouvernement allié à la droite parlementaire. Finalement, Marine Le Pen a habilement récupéré la stratégie « Mégrétiste » de normalisation de la fin des années 90.

Si on compare le FN aux autres partis populistes européens, c’est une spécificité de Jean-Marie Le Pen que d’avoir inconsciemment ou délibérément toujours rejeté le pouvoir. D’ailleurs, son fameux dérapage sur « le point détail de l’Histoire » intervient au moment où la droite parlementaire lui fait des appels du pied. Cette petite phrase a cassé tout processus de rapprochement.

Jean-Yves Camus : Contrairement aux autres partis européens, l'Histoire du Front national se rattache à la tradition d'extrême droite. C'est la différence fondamentale avec la Ligue du Nord en Italie ou le PVV de Geert Wilders en Hollande qui, eux, sont des partis de "droite radicalisée". C'est une différence de matrice qui pèse lourd dans les difficultés du Front national a être un parti entièrement normalisé. Le parti est constamment renvoyé à son appartenance matricielle. Le seul exemple de parti qui vient véritablement de la matrice d'extrême droite et même de la matrice fasciste et qui a réussi totalement sa mue, c'est l'Alliance national italienne de Gianfranco Fini. C'est lié à un contexte particulier et à l'intelligence politique d'un homme.

Est-ce que le Front national est un rameau de la droite patriote ? Il faut bien distinguer patriotisme et nationalisme. On peut parfaitement assumer une part de fierté nationale. En revanche, le nationalisme induit l'idée que quelque soit les torts de notre pays, il a toujours raison. Cela renvoie à l'attitude de la droite nationaliste durant l'affaire Dreyfus qui consistait à dire : " le problème n'est pas de savoir s'il est coupable ou innocent, mais de savoir s'il faut soutenir l'armée et les valeurs traditionnelles. "

Cela dit, le nombre de personnes favorables à des alliance entre le FN et l'UMP, au moins sur le plan local, est en constante progression. Il est intéressant de voir que les grandes villes sont plus rétives à ce type d'alliance que les villes de moins de 30 000 habitants et les communes périurbaines. Cette situation résout une difficulté majeure pour le Front national qui va concentrer ses efforts sur cette géographie électorale et essayer de rééditer le "coup" réalisé à Dreux en 1983. C'est grâce à l'alliance locale de Dreux que le FN a commencé à progresser.

Pourquoi continuer à diaboliser uniquement le Front national alors qu'une certaine "radicalisation" semble traverser tous les partis, de gauche comme de droite ?

Daoud Boughezala : Cette question rejoint  la problématique de la droitisation. Comme le montre les sondages, il y a de vraies aspirations identitaires des Français qui ne sont plus ignorées par la majorité des courants politiques, à droite comme à gauche. On peut le voir notamment à travers la Droite populaire et la Gauche populaire. Sur les thèmes de l’immigration, de la sécurité ou de l’identité, la Droite forte, qui est le courant majoritaire à l’UMP, fait des propositions parfois plus radicales que le FN. Plus personne au FN ne propose d’inscrire les racines chrétiennes de la France dans la constitution. En outre, la campagne de Marine Le Pen en 2012 était finalement moins axée sur le thème de l’immigration que celle de la droite parlementaire, ce qui a d’ailleurs valu à la candidate du FN des critiques de sa base.  La stratégie de diabolisation n'a pas fonctionné et a même été contre-productive puisque le FN n'a jamais cessé de progresser. Elle paraît d'autant plus inefficiente aujourd'hui qu'on est parfois à front renversé !

Jean-Yves Camus : Jean-Marie Le Pen concentre sur sa personne un quasi monopole de la diabolisation. A tel point que dans les milieux hostiles au FN, on en venait à être dans une opposition de principe au parti sans regarder véritablement ce qu'il disait ou qu'il écrivait. Cela a eu pour conséquence la disparition du mouvement antifasciste qui s'est effondré après l'indignation morale suscitée par la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle en 2002.

Pour autant, on ne peut pas dire qu'il y a à l'UMP ou au PS des gens qui se sont singularisés par des prises de position sur l'inégalité des races ou par de petites phrases comme : " le génocide des juifs est un détail de l'Histoire". Si l'ostracisme touche principalement  le Front national, c'est parce que Jean-Marie Le Pen a commis l'erreur de faire des déclarations qui ont rendu impossible toute alliance de son parti avec la droite traditionnelle. Par ailleurs, ce n'est pas parce que le Front national a été longtemps ostracisé que les autres familles politiques ne peuvent pas un jour accoucher de quelque chose qui serait "un monstre". 

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 09/02/2013 - 00:09
avant l' euro la France était riche
Voici a quoi se résume la propagande bébiles des grillés du fn
Ils occultent la bulle immobilière us,la déréglementation boursière,la crise mondiale qui en découle ,la désindustrialisation de la France, le doublement de l' endéttement , l' absence de réformes structurelles de l'état Francais, la pseudo réforme des retraites ,etc....etc NON tout ceci n'est pas responsable de l'appauvrissement de la France le seul et unique responsable c'est l' euro la grande prêtresse Marine l'a dit donc c'est pa vérité . Et il y a des gens qui votent pour ça !! pauvre France
Apéro 64
- 08/02/2013 - 23:03
Quoi et qui voter?
Aujourd hui qui et quoi vote? FN pourquoi pas, je suis un déçu de l Europe ( elle devait nous protéger de la crise, on devait être soude militairement, et en fait on a une europe de papiers avec des normes toujours plus contraignantes, des jugements rendus qui viennent annulés des jugements rendus dans un pays, elle devait nous protéger aux frontières de l immigration non européenne). On nous dit que les subventions à nos agriculteurs vont diminuer et à terme être supprimées, étant la principale raison de la création de l Europe, si ça devait se vérifier je ne vois plus aucune raison d y rester et donc dans ce cas le vote FN peut être une solution.
jlbaty
- 08/02/2013 - 19:54
elle n' pas une gueule d'
elle n' pas une gueule d' aryenne c' est ça qui te dérange