En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 3 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 5 heures 31 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 10 heures 5 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 3 heures 28 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 53 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 9 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 9 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 10 heures 54 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 10 heures 5 min
François, Ségolène, Dominique et cie

Promotion Voltaire de l'ENA : cuvée normale ou accident de l’Histoire ?

Publié le 04 février 2013
Un président de la République, un Premier ministre, 6 ministres ou secrétaires d’Etat, des patrons de grandes entreprises, un membre du Conseil constitutionnel... Tentative d’explication de l'étonnante concentration de "personnalités" issues de la promotion 1978-1980 de l’ENA par l’un de ses élèves.
Régis de Laroullière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régis de Laroullière dirige l’Institut des Actuaires et intervient comme conseil en stratégie, gouvernance et gestion des risques auprès d'entreprises. Ancien du Trésor, il a été directeur général du Crédit Foncier de France puis de Malakoff-Médéric...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un président de la République, un Premier ministre, 6 ministres ou secrétaires d’Etat, des patrons de grandes entreprises, un membre du Conseil constitutionnel... Tentative d’explication de l'étonnante concentration de "personnalités" issues de la promotion 1978-1980 de l’ENA par l’un de ses élèves.

François Hollande, Ségolène Royal, Dominique de Villepin, Michel Sapin, Renaud Donnedieu de Vabres, Frédérique Bredin, Pierre Mongin, Jean-Pierre Jouyet, Henri de Castries, Dov Zérah, ou plus récemment François Morlat nommé Directeur général du Crédit Immobilier de France, ou Jean Gaeremynck, Administrateur provisoire de Sciences Po, pas une semaine sans que la "promotion Voltaire" ne soit à l’honneur.

Simple aléa statistique dans la distribution des talents au sein des promotions de l’ENA, ou circonstances particulières sont-ils à l’origine de cette exceptionnelle réussite publique ?

La promotion Voltaire est certes, comme celles de la fin des années 70, l’une des plus nombreuses de l’ENA. Mais les lois de la dispersion statistique semblent ne pas fournir une explication suffisante. Quatre facteurs spécifiques méritent une attention particulière.

 

La veille d’une alternance longtemps attendue

Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu à l’Elysée, premier président de gauche de la Vème République. Les fonctionnaires en place, quelles que soient leurs opinions personnelles et leur sens de l’Etat, ont eu le temps d’être marqués à droite. L’appel d’air est donc important et bénéficie largement aux jeunes issus d’une promotion qui s’est achevée juste un an avant. Promotion assez attirée par l’engagement et la carrière politique au demeurant, à gauche dans les circonstances du moment, mais aussi à droite comme le montreront les alternances qui suivront.

 

Une promotion détendue, ouverte sur le monde

La promotion Voltaire était assez détendue à l’égard du classement. Comparée à la course exacerbée aux premières places de promotions ultérieures, cette attitude est un premier élément différenciant. Certes, il y avait parmi nous quelques "polars", mais l’ambiance globale était nettement coopérative et sympathique. Le directeur de l’Ecole, Pierre-Louis Blanc, grand diplomate et qui fut proche collaborateur du Général de Gaulle, avait coutume de dire que la vie serait une succession d’autres examens, et qu’il convenait de prendre un rythme de travail et de vie que l’on tiendrait dans la durée. Ce que la plupart ont fait, cette attitude leur conférant une ouverture sur le monde et les autres qui s’est révélée une qualité professionnelle appréciée dans les différents domaines où les goûts et les hasards des déroulements de carrière ont conduit les uns et les autres.

Peut-être avions-nous davantage le sens du service public qu’aujourd’hui ? Nous étions à la fin de la période de la reconstruction, l’entreprise n’avait pas encore été réhabilitée comme elle le sera sous le premier septennat de François Mitterrand, ouvrant la voie aux privatisations dès 1987 après les dernières nationalisations de 1981. Ce sens de l’intérêt général se révèlera une autre qualité pour se voir confier des responsabilités.

 

  1. Une promotion ne manquant pas d’humour

Le feuilleton du choix du nom de baptême de la promotion témoigne quant-à-lui d’un certain esprit potache : en  janvier 1978, le grand sujet du moment était le gâchis des finances publiques lié au grand chantier des Halles de Paris. Le trou réalisé pour la partie souterraine des installations risquait de conduire à un trou plus grand encore dans les finances publiques. Le budget de l’Etat était continûment déficitaire depuis 1974. Aussi, dans un mouvement de protestation prémonitoire contre ces premières dérives des finances publiques, et avec une pointe d’humour critique à l’égard de ceux de nos collègues qui se prenaient déjà trop au sérieux, certains avaient fait campagne pour que la promotion s’appelle "Trou des halles" . Nous imaginions en riant les plus pincés se présenter dans 20 ans : "Jean Trucmuch, promotion Trou des Halles". L’Ecole observait avec inquiétude. Finalement Voltaire, dont on fêtait le bicentenaire de la mort en 1978, poussé en avant à titre de contrefeu, l’emporta d’une courte tête.

 

Un effet caisse de résonance

Dès l’instant où la promotion Voltaire commença à être connue en tant que telle, grâce tout particulièrement à Ségolène Royal et François Hollande, mais aussi à Dominique de Villepin, toute nouvelle relative à l’un de ses membres se mit à s’accompagner de la référence à cette promotion, alimentant un effet cumulatif de caisse de résonnance, qui a pris une dimension nouvelle avec l’élection de François Hollande Président de la République.

La promotion Voltaire a depuis peu son livre, gageons qu’elle n’a pas fini de faire parler d’elle !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ISABLEUE
- 08/02/2013 - 14:26
ARTE L'Ecole du pouvoir
ce film est passé il y a quelques années (en deux parties) et personne n'en avait parlé à l'époque; Ce que j'avais trouvé scandaleux.
Une école où Villepin et consorts ferment les yeux sur le viol de sa propre soeur... Est-ce vrai ??
En tout cas trés choquant : le Club des Zelites qui se placent au gré du vent.
A vomir : on voit le résultat aujourd'hui.
La plus mal doit être Royal, qui avait les dents tellement longues !!!
cela devrait nous faire sourire si ce n'était que des humains..
vangog
- 05/02/2013 - 20:21
Compagnonage ou consanguinité?
Quand les membres de la même famille politique sont à tel point intriqués qu'ils copulent entre eux dès leurs études politiques, la consanguinité de répand comme une trainée...de poudre, et la chute de la civilisation est imminente!
Teo1492
- 05/02/2013 - 12:13
recrutement digne de la télé-réalité !
avec que des cas sociaux...