En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

07.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 4 heures 19 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 20 heures 36 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 21 heures 37 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 22 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 1 jour 48 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 5 heures 7 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 20 heures 56 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 22 heures 6 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 1 jour 38 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 1 jour 1 heure
© Flickr/koocbor
Les Etats-Unis sont en contraction de 0,1% au 4e trimestre 2012.
© Flickr/koocbor
Les Etats-Unis sont en contraction de 0,1% au 4e trimestre 2012.
Decod'éco

L'Amérique est en récession. Et nous serons les prochains

Publié le 04 février 2013
Connaissez-vous la pyramide d'Exter ? Elle explique une bonne partie des circonstances économiques actuelles... et ce qu'elles pourraient devenir dans les mois qui viennent.
Présent dans 14 pays et sur les 5 continents, les rédacteurs d’Agora éditent chaque jour leurs propres dépêches en langue anglaise pour couvrir  tous les évènements de l’actualité économique et financière intéressants pour les investisseurs particuliers...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Agora
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Présent dans 14 pays et sur les 5 continents, les rédacteurs d’Agora éditent chaque jour leurs propres dépêches en langue anglaise pour couvrir  tous les évènements de l’actualité économique et financière intéressants pour les investisseurs particuliers...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Connaissez-vous la pyramide d'Exter ? Elle explique une bonne partie des circonstances économiques actuelles... et ce qu'elles pourraient devenir dans les mois qui viennent.

La contraction surprise de l'économie américaine au dernier trimestre est un coup dur pour la "reprise mondiale". Alors que les politiques de relance s'épuisent, la bulle obligataire devient plus menaçante.

Les Etats-Unis, dont nous attendions une croissance de 1,1% au 4e trimestre 2012, sont finalement en contraction de 0,1%. On nous avait promis un beau jouet pour Noël et ce ne fut même pas une orange. A Davos, Stanley Fisher, de la Banque centrale d'Israël, se félicitait déjà des largesses de la Fed, la prodigue banque centrale américaine. La classe politique mondiale s'esbaudissait : la-crise-est-derrière-nous-promis-promis-promis-l'austérité-c'est-fini-et-même-c'était-mal.

Hélas, derrière se retrouve vite devant ; la culbute sera pour 2013, finalement. Peut-être attendra-t-elle 2014, guère plus. Il semble que le gouvernement américain, même avec le soutien inconditionnel de la Fed, n'ait plus les muscles pour porter son économie à bout de bras.

En effet, le Bureau of Economic Analytics (BEA), équivalent américain de l'INSEE, justifie son erreur de projection par deux facteurs : la baisse des dépenses militaires américaines et les dégâts liés à l'ouragan Sandy. Il aura fallu une tornade de trop et une opération Tempête du désert de moins pour que le plus grand plan de relance que l'humanité ait jamais conçu s'effondre. En trois mois à peine, les effets de 2 500 Mds$ de stimulus gouvernemental ont été rincés.

Cette correction de 1,2% du PIB par rapport aux projections laisse donc perplexe quant à l'acuité des statisticiens publics du BEA... Ce n'est pas qu'ils se trompent dans leurs prédictions, ils ne savent plus regarder ce qui se passe sous leurs yeux : s'égarer de 1,2% sur la croissance américaine à trois mois, Sandy ou pas Sandy, c'est un peu comme si le BEA se trompait de 4,8% sur un an. C'est risible.

Mais ne les blâmons pas trop : il y a tant de statistiques, tant de nombres qui s'empilent et ne s'additionnent pas, il n'est pas simple de se retrouver dans tant de complexité. Oublions donc un instant ces chiffres fourbes et abandonnons la prétention de prédire quoi que ce soit pour les trois prochains mois. Prenons un peu de recul car après tout, si les statistiques prédisaient l'avenir, depuis le temps, cela se saurait.

 

Chronologie abrégée et à venir de la crise

En 2008, Lehman Brothers tombe. Le monde apprend l'existence des crédits subprime, CDS et produits dérivés toxiques. Notez bien, l'origine de la crise n'est pas immobilière mais financière.

L'arrêt de la cotation des produits dérivés traités par Lehman Brothers contamine le marché immobilier. Plus de titrisation de crédit, plus de crédit, plus d'acheteur. L'immobilier américain s'écroule et entraîne l'économie américaine avec lui.

Le feu se propage aux entreprises, General Motors fait faillite et bientôt les marchés financiers sont à genoux. En moins d'un an le Dow Jones perd la moitié de sa valeur. L'économie américaine s'effondre de près de 9% au 4e trimestre 2008.

La situation financière des États se dégrade : les rentrées fiscales chutent pendant que les dépenses de redistribution explosent. Les États sont les prochains sur la liste des victimes. Ainsi fin 2008, l'Etat français s'endette à des taux frôlant les 5%.

A ce stade, la crise ressemble étonnement à 1929. Les journaux s'interrogent. Mais la comparaison s'arrête là. La crise de 1929 était une crise déflationniste, les banques centrales ne retomberont pas dans l'erreur de la Grande Dépression.

Les banques centrales, ces chevaliers blancs… Les États ont du mal à trouver des créanciers ? Qu'à cela ne tienne, les banquiers centraux, les Etats-Unis en tête, créeront la monnaie et rachèteront eux-mêmes les dettes de leurs États. Ainsi en 2011 la Fed devient le plus gros détenteur de dette américaine devant la Chine. La BCE finalement suivra elle aussi en 2011. Peu importe que la Banque des règlements internationaux s'émeuve rapport après rapport que les banques centrales ne peuvent pas se substituer aux politiques et qu'elles ne font que retarder et augmenter la crise.

Peu importe que l'expérience n'ait jamais été tentée collectivement à une telle échelle. En permettant des plans de relance pharaoniques et en inondant les marchés de monnaie toute fraîche, les banques centrales cassent la poussée déflationniste mondiale. Les Etats creusent leurs déficits déjà abyssaux. L'immobilier rebondit sur un point bas aux Etats-Unis et oublie de chuter en France. Finalement, les produits dérivés repartent et dépassent à nouveau leurs plus hauts de 2008. Au 2e trimestre 2012, on compte plus de 700 000 milliards de dollars de produits dérivés.

Si les mêmes causes produisant les mêmes effets, il faut donc s'attendre au programme suivant dans les mois à venir :

- une nouvelle crise bancaire sur les produits dérivés

- puis sa propagation à l'économie réelle et chute des marchés boursiers…

- ... et contamination au marché obligataire de la dette des États

 

La pyramide des liquidités d'Exter

Ce que nous vivons avait été prévu par un économiste trop méconnu : John Exter, vice-président, en son temps, de la Réserve fédérale de New York. L'idée d'Exter est simple. Les actifs financiers circulent entre différentes strates plus ou moins liquides. Ces strates forment une pyramide inversée des actifs les moins liquides (en haut) aux actifs les plus liquides (en bas). La voici :

Si vous ne connaissiez pas la pyramide d'Exter, regardez-la bien. En temps de crise, incertitude et inquiétude font tomber les capitaux vers les strates les plus liquides de la pyramide, c'est-à-dire les plus basses.

Ce faisant, la crise se propage de strate en strate : des produits dérivés à l'immobilier puis aux marchés financiers. Les États suivaient, alors les banques centrales ont tenté de stopper ce phénomène. Elles ne l'ont que déplacé, retardé et amplifié. In fine, selon la logique d'Exter, la monnaie disparaît et toute la valeur qu'elle portait se déplace vers l'or.

 

John Exter appliqua sa théorie à son propre portefeuille qu'il plaça entièrement en or à partir de 1969. En 1971 Nixon, en suspendant la convertibilité en or du dollar, fit entrer John Exter dans la légende. Exter devint richissime grâce à l'envol des cours de l'or.

Aujourd’hui la pyramide se lézarde à nouveau ; la fausse monnaie ne suffira plus à replâtrer les fissures.

Au PDG de JP Morgan, Jamie Dimon, on demandait il y a peu s'il avait peur que l'Etat américain ne puisse bientôt plus emprunter, faute de créanciers.

C'est une certitude, répondit-il, la seule question est quand et comment -- mais cela arrivera, les États-Unis ne peuvent emprunter indéfiniment. Regardez depuis des centaines d'années, les banqueroutes de pays s'enchaînent les unes après les autres, encore et encore. Et peu importe qu'on soit la monnaie de réserve ou les gendarmes du monde.

Inutile de vous dire que si le marché obligataire craque, que ce soit en euro ou en dollar, les dégâts seront énormes. Pour contrecarrer cette chute, il ne restera plus qu'une solution : toujours plus d'impression monétaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

07.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Colchique
- 06/02/2013 - 15:08
Débranchement de l'homme malade !
Crise largement anticipée par LEAP2020
http://www.leap2020.eu/GEAB-N-70-est-disponible--2013-les-premiers-pas-dans-un-monde-d-apres-en-plein-chaos_a12823.html

Mars-Juin 2013 : débranchement de l'homme malade
http://www.leap2020.eu/Le-GEAB-N-71-est-disponible-Mars-juin-2013-Debranchement-de-l-homme-malade-du-monde-et-derniere-phase-d-impact-de-la_a13047.html

Il ne sera plus question pour les USA d'attaquer les pays de l'OPEP, qui voulaient payer leur pétrole en euro :
http://www.youtube.com/watch?v=xMuf9cf9qIg

Finit la spéculation sur la zone euro :
http://www.youtube.com/watch?v=bCWy7uD3pAw

Et, pour ceux qui le voudraient, ce n'est pas le moment de quitter la zone euro :
http://www.youtube.com/watch?v=A_MpcQacS-4

Comme le dit mon ami Fakir "A la fin c'est nous qu'on va gagner,"

Par contre, c'est maintenant qu'il faut penser le monde d'après, le monde que nous voulons. Et, là, ça urge !!
crisemajeure.fr
- 05/02/2013 - 22:57
La fuite en avant du système financier et économique
Pour répondre au commentaire de Phil sur les contradictions apparentes d'AGORA, il est utile de préciser que le système n'a plus aucune embase. De ce fait, la situation conjoncturelle depuis 2008, entrée en crise majeure est particulièrement versatile et brutale, donc difficilement prévisible au plan macroéconomique, structurel. Les éléments de conjoncture et de structure du système s'entremêlent, se chevauchent, se décalent contre toute logique, contre toute attente.

En un mot, il n'y a pas de précédent aux mécanismes financiers et économiques excentrés qui caractérisent l'actuelle crise majeure. En 2013, c'est comme si l'analyste était un officier de marine expérimenté positionné en haute mer, pris dans une immense tempête, jusqu'à atteindre la zone dite de l'oeil du cyclone où un calme semble régner.

Les référentiels de l'économie keynésienne, les conditions ayant entraîné la crise de 1929, ne permettent pas de faire une étude prospective des plus fiables.
Benjamin_Linus
- 05/02/2013 - 18:15
La revanche allemande.
Ils ont attendus, patients, parfois résignés, compatissants, mais maintenant, ils décident de TOUT .