En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La loi sur le mariage pour tous est toujours débattue à l'Assemblée nationale.
Indifférenciation mortifère

Mariage homo : la passion égalitaire, ou le projet fou d'abolir toutes formes de différences

Publié le 06 février 2013
Pour Tocqueville, l'égalité au sens où l'entend Christiane Taubira est une idéologie de la servitude, consistant à abolir tous les cadres sociaux indispensables à la construction d'une appartenance, d'une conscience de soi.
Alain Fabre est Conseil indépendant en Fusions & Acquisitions. Il est aussi expert économique auprès de la Fondation Robert Schuman, de l'Institut de l'Entreprise et du mouvement ETHIC. Il a récemment publié Allemagne : miracle de l'emploi ou désastre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Fabre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Fabre est Conseil indépendant en Fusions & Acquisitions. Il est aussi expert économique auprès de la Fondation Robert Schuman, de l'Institut de l'Entreprise et du mouvement ETHIC. Il a récemment publié Allemagne : miracle de l'emploi ou désastre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Tocqueville, l'égalité au sens où l'entend Christiane Taubira est une idéologie de la servitude, consistant à abolir tous les cadres sociaux indispensables à la construction d'une appartenance, d'une conscience de soi.

Parlons de la question de l'égalité en général, puisque c'est au nom de l'égalité que les partisans du projet développent tous leurs arguments. De même que c'est au nom de l'égalité qu'on massacre les entreprises et les entrepreneurs. L'égalité est une idéologie de l'asservissement. Ce n'est pas la poursuite d'un projet politique tendant vers la justice. 

En fait derrière cette histoire il y a un projet dévastateur qui repose sur le projet proprement fou – presque faustien – de l'abolition de toute forme de différence. On a affaire à une histoire qui consiste à vouloir créer une société de l'indifférenciation. Il n'y a pas de projet sauf celui qui consiste à tout casser de la Nation à la Famille. Il faut oser les majuscules ! Une fois que l'on a tout démoli, que l'individu est affranchi de toute contrainte, qu'obtient-on ? Rien, parce que c'est le rien qui est l'objectif. 

Comme en fiscalité, l'objectif n'est pas d'ouvrir de nouveaux droits – là aux homo, sinon on ferait l'union civile – mais c'est d'abolir l'idée que l'autre peut être différent – l'homme de la femme, le patron du salarié – le projet ne cherche pas à enrichir les salariés mais à anéantir la richesse du patron. Dans le cas du mariage homo, on ne cherche à créer de nouveaux droits ; on cherche à abolir ce sur quoi le mariage repose, qui est : la différence des sexes. 

Il y a au moins deux familles de pensée libérale. Celle de Hayek : toute contrainte autre que celle que l'individu se donne est illégitime. Ce n'est pas la mienne même si je partage certains accords avec Hayek. Mais c'était l'époque du keynésianisme triomphant. Il ne faut pas oublier que des penseurs comme Hayek ou Schumpeter ont proclamé leur libéralisme avec la conviction très forte que le socialisme allait gagner. 

De mon côté, j'appartiens davantage au libéralisme "classique" de Montesquieu et de Tocqueville à Raymond Aron. En économie, cela donne Smith Ricardo ou Walras. Cela signifie que la société fonctionne sur l'idée qu'il faut des limites et des forces de rappel, faute de quoi on fabrique de la tyrannie. Il peut y avoir aussi une tyrannie des marchés. Et Tocqueville a beaucoup souligné le despotisme doux des sociétés où l'individu est souverain sans limite. 

Revenons à la France mais restons dans cette problématique. Pour dire les choses à la manière de Tocqueville, les socialistes manière Hollande veulent forcer l'émergence d'une société d"individus "semblables et isolés". Pour Tocqueville comme pour moi – Hayek aussi – l'égalité manière Taubira, est une idéologie de la servitude. Elle consiste à abolir tout ce qui constitue les cadres sociaux qui sont indispensables à la construction d'une appartenance, d'une conscience de soi. Cela se forge dans des cadres sociaux forts – la Nation, la famille, l'entreprise. Tocqueville souligne le rôle fondamental de la religion – à partir de son enquête américaine – par sa capacité à produire une sorte d'antidote et d'encadrement de la passion égalitaire. Cela fonctionne encore aujourd'hui.

En France,  - et il y a bien sûr des racines anciennes à cette idée – l'égalité est l'étendard qui justifie de tout casser : la Nation en coupant le lien entre vote et citoyenneté – l'entreprise en cassant tout ce qui peut paraître faire entrave à l'égalité : les entreprises sont sommées de fabriquer des emplois sur ordre du gouvernement mais il est hors de question d'admettre la réussite sociale de l'entrepreneur, la famille – Dieu sait si elle a montré son aptitude à résister aux totalitarismes qui ont toujours cherché les moyens de la dissoudre – qui protège contre l'Etat envahisseur , notamment le fait qu'elle est fondée sur la différence des sexes. Etc… 

Alors bien sûr le monde ne va pas s'écrouler deux jours après le vote de la loi Taubira, mais dans 30 ans quand ses effets auront été vérifiés. Dans les entreprises nous payons les effets de Mitterrand 81-83, nous payons les 35 heures de 1997-2000 etc.. 

Il est très difficile en démocratie de faire saisir à l'opinion des enjeux sur plusieurs décennies. Mais les écologistes y sont arrivés. 

Il ne faut pas s'excuser d'avoir raison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (56)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CADOUDAL
- 10/02/2013 - 14:10
EGALITE
Que veut dire ce mot dans cette comédie à l'italienne du mariage pour tous? Pour répondre à cette question, je me suis penché sur les tendances actuelles des socialistes à promouvoir le genre plutot que l'origine: je m'explique, en fait cette politique du genre à pris naissance aux USA, c'est propagée dans les milieux intellectuels de gauche, afin de gommer ce qui diférencie l'homme de la femme. En pensant ainsi nous arrivons à cette idée du mariage pour tous, puisque le sexe n'existe plus en tant que tel pour fonder une famille. L'important est basé sur le principe du plaisir comme source de droit et nous en commes là aujourd'hui. Les dérives du mensonge de la procréation normale conduit les socialistes vers la PMA, pour se subtituer à la nature. Tout est remis en cause comme la filiation,les régles civilles,la responsabilité ultra familiale comme les grands parents etc.. On peut se demander du pourquoi de cette réforme alors que la majorité des français ne l'ont jamais demandée, La raison est bien simple, sous la pression des lobbis homos, dont le célébre berger, les socialistes ont pris fait et cause pour cette minorité au détriment de la loi du plus grand nombre. C'est un déni
gabbrielle
- 09/02/2013 - 16:50
"Mariage pour tous ? Droit nulle part…"
"Mariage pour tous ? Droit nulle part…"
.
Thomas More, contributeur d'Atlantico, commente sur son blog les réserves du Conseil d'Etat dévoilées par la journaliste Natalia Trouiller.
.
http://thomasmore.wordpress.com/2013/02/09/mariage-pour-tous-droit-nulle-part/
zelectron
- 09/02/2013 - 10:54
la dialectique des heures sombres est à l'oeuvre
Taubira est une harpie socialiste