En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

La situation en Libye

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 3 heures 57 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 5 heures 34 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 7 heures 5 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 9 heures 13 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 11 heures 15 sec
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 13 heures 2 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 22 heures 9 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 23 heures 24 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 4 heures 41 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 6 heures 21 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 7 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 13 heures 13 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 22 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 23 heures 53 min
© Reuters
L'euro est en route vers les 1,40 dollar.
© Reuters
L'euro est en route vers les 1,40 dollar.
Editorial

L'envolée de l'euro, nouveau casse-tête pour François Hollande

Publié le 02 février 2013
L'euro se rapproche d'un nouveau record, il vaudra bientôt 1,40 dollar. La politique de l’euro fort va peser sur les exportations déjà insuffisantes.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'euro se rapproche d'un nouveau record, il vaudra bientôt 1,40 dollar. La politique de l’euro fort va peser sur les exportations déjà insuffisantes.

L’euro vient de franchir la barre de 1,35 dollar pour la première fois depuis novembre 2011 et il est en route vers les 1,40 dollar selon la plupart des experts, en se rapprochant ainsi de ses niveaux historiques. Une situation à priori réconfortante pour le vieux continent puisqu’elle signifie le regain de la confiance dans une monnaie dont beaucoup prévoyaient l’éclatement il y a seulement quelques mois. Avec l’avantage de rassurer les investisseurs internationaux, de faire revenir les capitaux qui s’étaient enfuis et plus prosaïquement de ralentir pour le consommateur les effets dévastateurs du pétrole qui est reparti à la hausse et dont les cours sont exprimés en  dollars.

Mais cette apparente bonne nouvelle a aussi des contreparties moins réjouissantes. En fait, le retour à meilleure fortune de l’euro a une autre explication : il est avant tout la conséquence de la guerre des monnaies que se livrent aujourd’hui les grands pays pour doper une croissance économique souvent atone en raison de la faiblesse de la consommation intérieure et pour favoriser leurs exportations.

Paradoxalement, la Suisse avait ouvert les hostilités en fixant un plafond à la hausse du franc suisse, refuge par excellence des capitaux au moment le plus fort de la crise financière, afin d’éviter une asphyxie de son économie. Au demeurant, la manœuvre a bien réussi. A son tour le  nouveau gouvernement  japonais s’est lancé à corps perdu dans une politique de baisse du yen qui a perdu vingt pour cent par rapport à l’euro en quelques mois afin de mettre fin à deux décennies de stagnation économique. La Chine est depuis longtemps coutumière de cette pratique. Mais ce sont les Etats-Unis qui se sont  plus récemment lancés dans une « politique monétaire accommodante», en clair en  faisant marcher la planche à billets pour doper une reprise jugée encore trop molle, en faisant chuter le billet vert.

Conséquence : une déferlante de capitaux dans le monde, issus de cette création monétaire, qui se déversent sur les pays qui ne jouent pas ce jeu en faisant monter leurs monnaies ainsi que les bourses de valeur qui étaient tombées à des niveaux très bas durant la crise.

Or, la banque centrale européenne ne peut intervenir comme la Fed Outre-Atlantique pour protéger sa devise, car elle a en face d’elle dix-sept pays conservant leur propre politique en matière de budget, de dette ou de déficit. Et l’Allemagne, qui continue d’avoir un rôle dominant et représente, aux yeux de la communauté internationale, l’interlocuteur privilégié, refuse toute manipulation qui conduirait à faire baisser l’euro, car elle entend éviter tout ce qui pourrait ressusciter l’inflation, même si elle commence à ressentir les premiers effets d’un ralentissement de sa croissance intérieure.

 En revanche, la situation  est plus grave pour la France, car elle risque d’accentuer l’entrée en récession qui s’est amorcée, alors qu’elle souffre déjà d’un criant déficit de compétitivité. La politique de l’euro fort va peser sur les exportations déjà insuffisantes. Un casse-tête supplémentaire pour François Hollande, toujours aussi discret sur la réduction des dépenses publiques, au moment où  les revendications se font plus pressantes dans l’opinion et où les fonctionnaires, parce qu’ils font partie des secteurs protégés commencent à descendre dans la rue pour protester contre l’immobilisme du gouvernement.                                                                                                                              

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nervall
- 02/02/2013 - 18:25
ce sont les imports
les imports de produits de meme gamme dus a l'euro fort par defaut
de la zone dollar et emrgents vont finir par fermer toutes les usines en france ; economie generaliste qui subit cette concurrence de plein fouet , l'allemagne a une industrie de niche sans concurrence , sortir de l'euro ou mourir , devaluation interdite
quesako
- 02/02/2013 - 00:48
Est ce si dangereux que ça ?
Secteur automobile par exemple : les fournisseurs ne sont pas payés en euros pour la plupart
nouvelles technologies : suivent aussi le cours du $
énergie : en $
Et ceux qui ont une quelque activité avec la zone $, y compris tourisme, c'est le moment d'acheter des $
MariusFR
- 01/02/2013 - 22:54
Pas une bonne nouvelle
L'euro est trop fort, ça tue les pays du sud et la France (en + de leurs dépenses publiques = dettes)