En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 4 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 21 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 11 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 29 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 47 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 14 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 17 min
Bas du front

Les imposteurs républicains

Publié le 23 mars 2011
Après avoir méprisé les valeurs républicaines, le pouvoir politique en appelle à un "front républicain". Et l'éthique dans tout ça ?
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir méprisé les valeurs républicaines, le pouvoir politique en appelle à un "front républicain". Et l'éthique dans tout ça ?

À l’issue du premier tour des cantonales, nombre de "responsables" des principaux partis politiques français ont appelé à sauver la République, certains rebattant l’éternelle incantation du "front républicain". Diantre ! Faut-il que le danger soit à notre porte. Celui représenté par le FN, en particulier.

Prenons la classe politique au mot : la République française est malade. D’accord. Mais de quoi ? Le score du FN n’est-il pas un symptôme plutôt qu’une cause ? Mais alors où est la cause ?

La République des faux-monnayeurs

En réalité, ce que notre classe politique appelle "République" est une contrefaçon fabriquée par des faux-monnayeurs, un simulacre qui se pare des atours du vrai. Voilà une classe politique devenue oligarchie, accrochée à ses prébendes, ses affaires et ses malversations, en lesquelles elle ne voit pas de mal, le tout ancré sur des présupposés idéologiques indépassables (la croissance, le nucléaire, le progrès, la mondialisation,…).

Voilà une oligarchie qui nie la souveraineté nationale et qui, subitement, se souvient que la République et le Bien Commun existent. Nous sommes face à une forme d’anti-républicanisme qui se pare des atours de la République et d’une oligarchie qui prétend sauver ce qu’elle détruit chaque jour. La République ? Ce n’est pas rien, la République. Surtout en France. Elle se fonde sur l’idéal d’une citoyenneté active, d’une communauté nationale, le mot "nation" étant en l’espèce compris au sens de "peuple", communauté dans laquelle le commun prime sur l’individuel.

Qui ne voit que ces deux idéaux sont battus en brèche par nos gouvernants ? Ici, l’appel au "front républicain" manque d’autant moins de sel qu’il est appel à l’activité de citoyens dont la principale activité dimanche dernier fut justement de ne pas aller voter. Par dégoût. Par perte complète de confiance. Cet idéal républicain demande aussi que le gouvernement politique soit soumis aux règles de droit. Les citoyens ne sont pas dupes : qui ne voit la multiplication des passe-droits ?

A trop mépriser le peuple...

Cet idéal demande encore que le gouvernement politique agisse au nom de la puissance souveraine, autrement dit au nom des citoyens. Qui ignore encore que la classe politique actuelle ignore la souveraineté du peuple ? Le référendum sur la "Constitution européenne' de 2005, n’en déplaise aux caciques du PS et de l’UMP, demeure ancré dans les mémoires. Voilà donc des hommes et des femmes qui ont subtilisé les principes mêmes de la République et qui maintenant viennent demander de faire front ?

La souveraineté n’est pas seulement celle d’une communauté de citoyens, elle est la volonté commune, celle-là même qui a été subtilisée en 2005. Qui peut croire que les voleurs de République, les faux-monnayeurs de la morale républicaine, sont ses meilleurs défenseurs ? Qui peut accorder le moindre crédit à l’incantation, au "front républicain" ?

La République, c’est tout cela, mais la République c’est aussi une éthique. Et l’éthique est un fondement sans lequel il n’est pas de politique. L’éthique commence par le refus du mensonge, le contraire de ce qui est apparu, dimanche, dans les propos d’un ministre de l’Intérieur annonçant la victoire de la majorité présidentielle quand le parti du président prenait une claque historique, un ministre de l’Intérieur en profitant pour légitimer la réforme des collectivités territoriales, comme si ce scrutin donnait un blanc-seing au gouvernement. À contrefaire la République, la classe politique nie l’essence même du politique. Qui peut entendre l’appel de tels faux-monnayeurs ? Personne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alam1
- 23/03/2011 - 22:25
Le rouge au front...républicain
Impressionnant le consensus de nos élites toutes unies pour barrer la route au Front National. Aux armes citoyens, notre République est en danger, nos valeurs sont menacées. Et quelles valeurs :affairisme, clientélisme, carriérisme, népotisme, démagogie, mensonge. Pas la moindre vergogne à tirer encore sur la bonne vieille ficelle du Front républicain, contre un diable de carton-pâte?
Joséphine
- 23/03/2011 - 22:03
"n'exagérons rien"?
@JEROME0901: taux de participation au referendum sur la constitution européenne: 69%. Majorité de "non": 55 %. Le même texte a été intégré à la Constitution française en 2008 par une majorité réunissant UMP et PS au Congrès réuni à Versailes. Est il exagéré de dire que cela s'appelle le mépris de la volonté polulaire et que les partis qui ont commis ce forfait ne peuvent se dire républicains?
Joséphine
- 23/03/2011 - 21:42
Dans mes bras!

http://www.lepost.fr/article/2011/03/23/2443998_front-republicain.html