En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 7 heures 10 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 8 heures 42 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 10 heures 36 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 12 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 9 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 8 heures 13 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 10 heures 11 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 11 heures 50 sec
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 12 heures 55 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 15 heures 40 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 16 heures 7 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
 En Inde, les employeurs font travailler les enfants chez eux, parce que le travail à domicile n'entre pas dans le champ des lois du travail.
© Reuters
 En Inde, les employeurs font travailler les enfants chez eux, parce que le travail à domicile n'entre pas dans le champ des lois du travail.
Regardez ailleurs

Des enfants chez un sous-traitant d'Apple en Chine : que trouveraient les multinationales si elles faisaient vraiment des audits de leurs activités dans les pays émergents ?

Publié le 02 février 2013
Des géants de l'industrie comme Apple communiquent fréquemment sur leur volonté de combattre le travail des enfants dans leurs entreprises du Tiers-monde. Une stratégie efficace sur le plan de l'image, mais peu efficace en termes de résultats...
Bénédicte Manier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bénédicte Manier est journaliste à l'AFP, spécialisée dans les questions sociales, et le développement. Elle est l'auteur de Quand les femmes auront disparu. L'élimination des filles en Inde et en Asie, aux éditions La Découverte (2008) et ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des géants de l'industrie comme Apple communiquent fréquemment sur leur volonté de combattre le travail des enfants dans leurs entreprises du Tiers-monde. Une stratégie efficace sur le plan de l'image, mais peu efficace en termes de résultats...

Atlantico : Le géant américain Apple vient récemment de communiquer sur sa volonté de combattre le travail des adolescents dans ses usines basées en Chine. Cet épisode n'est-il pas l'arbre qui cache la forêt des conditions de travail souvent contestables dans les pays émergents ?

Bénédicte Manier : Beaucoup de pays de sous-traitance n'offrent en effet pas les conditions sociales en vigueur dans les pays occidentaux et que le Bureau international du travail (BIT) a définies comme les cinq normes minimales de travail : absence de travail des enfants, de travail forcé et de discrimination, droit à la négociation collective et à la liberté syndicale. Soit parce que les lois des pays émergents n'encadrent pas ces droits, soit, le plus souvent, parce qu'elles sont mal appliquées.

Le contrôle du caractère "humain" de ces entreprises est organisé la plupart du temps par les marques elles-mêmes. Comment expliquer qu'aucune autorité publique ne supervise ce type de comportements ?

Dans les années 90, le BIT avait avancé l'idée d'un contrôle public : il voulait que les traités de commerce international comportent une clause obligeant les firmes à respecter les cinq normes minimales du travail en cas de délocalisation dans les pays en développement ou émergents. Mais ces pays, justement, ont refusé tout contrôle sur ce plan. Il n'existe donc qu'une forme d'adhésion volontaire au respect des droits sociaux, lors de la signature d'accords de commerce. Autrement dit, tout est laissé à la bonne volonté des Etats ou des firmes. Et en général, les Etats ne contrôlent rien.

De leur côté, les firmes ont multiplié les chartes de responsabilité sociale et environnementale (RSE), pour leur image. Certaines ont signé avec les syndicats d'assez bons accords de RSE, comme Danone par exemple. Mais beaucoup n'ont agi que sous la pression, à la suite d'articles de presse ou de campagnes d'ONG dénonçant les conditions de travail chez leurs sous-traitants. Et de nombreux codes de conduite ne sont encore que de l'affichage, avec des lacunes sur l'âge minimal au travail, ou des formules ambiguës qui ne les engagent pas beaucoup. De plus, les contrôles sont souvent effectués en interne ou via des cabinets d’audits liés à ces firmes, sans transparence, sans indépendance. Si bien qu'aux Etats-Unis, par exemple, le General Accounting Office (Cour des comptes américaine) a averti le public que l’adoption de telles chartes n'offrait aucune garantie réelle.

De manière plus générale, a-t-on déjà vu des grandes entreprises occidentales faire concrètement évoluer les conditions de travail dans les pays où elles s'implantent ? 

Le mieux qu'on puisse trouver dans ce domaine, ce sont les entreprises certifiées par la norme SA 8000, créée en 1997 par l'organisation sans but lucratif Council on Economic Priorities1. Cette norme implique le respect des normes minimales du BIT. Mais des travaux indépendants ont montré que même cette certification ne garantissait pas toujours le respect des droits sociaux. Comment expliquer qu'en Chine par exemple, certaines usines soient certifiées, alors que dans ce pays, la notion de « liberté syndicale » ne veut rien dire ? 

Par ailleurs, il est souvent difficile de contrôler l'ensemble d'une chaîne de fabrication. Dans le cas de sous-traitances en cascade, le donneur d'ordre ne sait pas vraiment ce qui se passe chez le dernier petit sous-traitant du bout de la chaîne. Des enfants peuvent intervenir à un stade ou un autre, mais de manière presque invisible, au milieu d'une multitude d'intervenants.

Apple affirme que le travail des mineurs dans ses usines avait été rendu possible par la falsification des pièces d'identité par les autorités locales. Cet argument est-il recevable et peut-on remédier à un tel problème ?

C'est possible. D'une manière générale, les falsifications sur l'âge sont courantes dans les pays où la corruption est répandue. Elles peuvent aussi venir des jeunes eux-mêmes : au Cambodge ou en Chine, des jeunes mentent sur leur âge pour se faire embaucher, parce qu'ils ont besoin de travailler pour aider leur famille pauvre. C'est notamment le cas des enfants des Mingong chinois (migrants intérieurs installés sans autorisation dans les villes). Dans de nombreux pays d'Asie, des trafiquants de main d'oeuvre apportent aussi des enfants aux usines en les faisant passer pour plus vieux qu'ils ne sont.

Mais en dehors de ce problème, bien d'autres éléments viennent, localement, favoriser l'emploi d'enfants. En Inde par exemple, les employeurs font donc travailler les enfants chez eux, parce que le travail à domicile n'entre pas dans le champ des lois du travail. En Chine, de nombreuses écoles organisent aussi des programmes travail-école de plusieurs semaines en usine. Des élèves qui n'ont pas l'âge légal de 16 ans sont ainsi soumis à un vrai travail, souvent dans des conditions inacceptables. Mais c'est légal. Et ces partenariats sont fréquents, parce qu'ils rapportent de l'argent aux écoles.

Peut-on croire alors à la réelle volonté des multinationales d'améliorer les conditions de travail dans leurs entreprises ?

Leur objectif premier, en s'implantant dans les pays émergents, est de rationaliser leurs coûts grâce aux faibles salaires et à la productivité élevée des sous-traitants de ces pays. Peu d'entreprises se préoccupent donc des conditions de travail. Seules certaines affichent la volonté d'au moins respecter les droits sociaux essentiels. C'est déjà ça. Mais pour toutes les autres, les conditions de travail chez les sous-traitants ne s'amélioreront sans doute que sous la pression de l'opinion

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JS
- 01/02/2013 - 22:51
Le travail des enfants est
Le travail des enfants est pour l'instant une aubaine pour ces pays et les familles que cela fait vivre. Comme en Europe jadis.

Et cela disparaitra lorsque leur niveau de vie sera assez élevé, comme chez nous jadis..

Ben hayat
- 01/02/2013 - 17:40
Steve
Les autres ordinateurs sont très chers si l'on tient compte des virus de leur durée de vie et de leur tronche.
jerem
- 01/02/2013 - 12:45
il faut mettre en relation les bisounours
mais il faut en parler a tous ces braves consommateurs qui s'ammassent a chaque sortie d'un modele devant lesp ortes de la marque ....

ces bobos qui sont pour le developpement durable dans la diversite et l'amour de son prochain par la grace des reseaux sociaux a coup de hastag (parce que diese c'est pas le nom de la touche sur le clavier de telephone depuis des lustres)

D'ailleurs Envoye special l'a fait et on a vu ces parents tout peteux qui avaient la gene soudaine avec ce tortillement de l'outragé coincé . C'est a eux qu'il faut en parler ...... surtout quand on nous parle de ces deux reseaux sociaux dont pas un seul n'est européen.. Aucune fierte européenne . juste celle d'un consomamteur a gaver

Pas une seule conviction bruxelloise pour un constructeur de smatphone européen pour un marche de 500 millions de consommateurs et pas un seul reseau social de signature européenne . pas de moteur de recherche

uniquement le gavage des oies ..... comme avec cet imbecile avec sa danse de cheval et son dauphin fishman ..... Pascal Negre parle nous d'hadopi et du cout de la creation musicale ... en effet ... avec en plus l'appui interne du groupe vivendi sfr canalplus. royal!!