En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 12 min 49 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 29 min 57 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 32 min 21 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 33 min 29 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 37 min 41 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 15 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 53 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 18 min 26 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 31 min 19 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 33 min 22 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 33 min 35 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 37 min 57 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 31 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 jour 14 min
© Flickr/openDemocracy
Quel rôle la France peut-elle jouer dans la reconstruction ? Y a-t-il des possibilités de crispations ?
© Flickr/openDemocracy
Quel rôle la France peut-elle jouer dans la reconstruction ? Y a-t-il des possibilités de crispations ?
Girouette

Et les Maliens du sud dans tout ça : y a-t-il un risque de crispation anti-française si le conflit se prolonge ?

Publié le 21 janvier 2013
Alors que les Maliens ont bien accueilli l'intervention française, la situation pourrait changer. L'expérience libyenne nous montre que l'enthousiasme lié à l'arrivée du "sauveur" ne dure généralement qu'un temps.
Malika Groga-Bada
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malika Groga-Bada est journaliste-reporter pour Jeune Afrique. Elle s'est plusieurs fois rendue au Mali et travaille actuellement sur l'état de l'opinion publique malienne face au conflit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les Maliens ont bien accueilli l'intervention française, la situation pourrait changer. L'expérience libyenne nous montre que l'enthousiasme lié à l'arrivée du "sauveur" ne dure généralement qu'un temps.

Atlantico : Comment la population malienne a-telle accueilli l'intervention française ? Peut-on s'attendre à une évolution ?

Malika Groga Bada : L'accueil a été des plus chaleureux, les Maliens étant sincèrement soulagés et enthousiastes depuis le déclenchement de l'opération Serval. Pour un temps ils semblent avoir l'impression que tous leurs problèmes sont résolus grâce à l'intervention de Paris dans le nord : on trouve un peu partout dans la rue des drapeaux français et des messages de remerciements. Loin d'être vue comme une force d'occupation, l'armée française fait ici figure de partenaire venu secourir le Mali à la suite d'une demande officielle du gouvernement local.

On peut s'attendre néanmoins à un changement, cet état de grâce ne pouvant perdurer éternellement. Il n'y a qu'a se rappeler les récents exemples ivoiriens ou libyens pour se souvenir que l'enthousiasme lié à l'arrivée du "sauveur" ne dure qu'un temps. Les forces françaises resteront logiquement un certain temps dans la région et cela mène selon moi à deux options concrètement envisageable :

  • Premièrement les combats au Nord se font sans trop de victimes civiles, ce qui permettra à la France de conserver son statut de protectrice providentielle.

 

  • Deuxièmement le conflit s'enlise et les dommages collatéraux deviennent difficilement inévitables, avec par exemple des balles perdues ou encore la destructions de troupeaux pendant un bombardement. Si ces incidents s'accumulent il y a effectivement un risque de saturation des populations locales qui ont déjà beaucoup perdu.

 

Le pays est traversé par de profondes divisions politiques depuis le coup d'Etat de l'année dernière, cela peut-il se retourner contre la France à terme ?

Comme chacun sait la situation politique à Bamako est aujourd'hui extrêmement complexe. Le coup d'état du 21 mars dernier emmené par le capitaine Amadou Sanogo a divisé la population entre partisans et opposants du nouveau régime, ce qui ne fait que fragiliser l'autorité du nouveau président Dioncounda Traoré, dont la représentativité est déjà quasi-nulle. La grogne populaire s'illustre par l'émergence de la CoPaM (Convergence Patriotique pour le Mali, ndlr) qui est une coalition d'associations et de petits partis exigeant la mise en exécution de l'accord passé entre la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et la junte militaire, dont l'objectif est d'assurer sereinement la transition démocratique.

Cet ensemble politique, au-delà de ses exigences, est fermement opposé à l'actuel président et penche plutôt pour le putschiste Sanogo, considéré comme plus charismatique et de meilleure initiative. M. Traoré de son côté est tenu comptable des errements de l'ancienne classe politique, à laquelle il appartient, et ce dernier ne semble de plus pas avoir les épaules pour gérer une situation aussi complexe et délicate que celle que vit aujourd'hui le Mali.

Il s'agit là d'une situation complexe à gérer alors que la France s'est engagée à la "démocratisation" du pays mais il ne faudrait pas minimiser le ressort de l'intérêt général dans un contexte aussi critique que celui du Mali actuellement.

A priori, Messieurs Traoré et Sanogo ils ont des relations cordiales. Dans la première semaine du mois de janvier de cette année, des manifestions violentes se sont produites dans les rues et certains slogans appelaient à la démission de Traoré. Beaucoup de Maliens sont persuadés que le capitaine Sanogo n’est pas étranger à ces manifestations car il aurait envie de revenir au centre du jeu et pourquoi pas devenir président.

La région est traditionnellement pratiquante d'un islam modéré, y a-t-il un risque de radicalisation de la population ?

Le phénomène wahhabisation (1) de l’islam malien qui est incontestable au même titre que la wahhabisation de l’islam ivoirien ou sénégalais par exemple. Je pense que cela peut s’expliquer par toutes les actions qui sont mises en place par les Wahhabites en Afrique subsaharienne. La vague est généralisée dans toute la sous-région mais je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils sont djhadistes.

Il y a effectivement une radicalisation de l’islam dans la région, on aperçoit de plus en plus de femmes voilées. Il faut mettre cela en perspectives avec les crises économiques, sociales et morales, ce qui pousse les gens à se raccrocher, entre autres, à la religion.


Quel rôle la France peut-elle jouer dans la reconstruction ? Y a-t-il des possibilités de crispations ?

La France doit absolument éviter de passer pour un donneur de leçon et se présenter davantage comme un accompagnateur, que ce soit pour la reconstruction de l’armée malienne ou pour la mise en place d'un processus électoral clair afin d'organiser l'élection présidentielle.

La stabilité au Mali relève-t-elle d'un doux mirage ou peut-elle s'envisager d'ici quelques mois ?

Il faut mieux le souhaiter. Je pense que cela n’est pas une option, nous avons intérêt à ce que le Mali soit stable. C’est un pays bien trop grand et central. Nous n’avons pas le choix, le Mali ne doit pas tomber aux mains des islamistes. 

__________

(1) Le Wahhabisme est un courant né en Arabie Saoudite et caractérisé par son interprétation littérale et rigoriste de l'islam. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 21/01/2013 - 12:42
C'est malheureux à dire...
mais la presse télé et les médias ne voient rien venir !
Ils se contentent d'être béat d'admiration parce qu'un certain fonctionnaire de la Corrèze, devenu président par la grâce des anti-sarko et non pour ses con-pétences, a revêtu un costume de "légionnaire" tout en restant planqué avec gardes du corps renforcés.
J'avais parié en septembre qu'en retirant plus tôt nos soldats d'Afghanistan, Hollande avait une idée derrière sa tronche de les renvoyer dans une autre guerre. J'ai gagné le pari.
Et que, nous, pauvres citoyens, devions faire attention aux colis piégés...
Atlante13
- 21/01/2013 - 11:11
Inutile de vous poser la question,
c'est ce qui ne va pas tarder à arriver.