En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Pensée magique

Nos gouvernants se croient-ils dotés de forces surnaturelles pour penser qu’il suffit de lois pour changer la réalité ?

Publié le 20 janvier 2013
Aujourd’hui, la loi prétend décider instantanément du sexe des parents, de la durée du travail ou de l’égalité hommes-femmes, et pourquoi pas, demain, de la couleur du ciel. La controverse sur le projet du "mariage pour tous" est le signe de la perversion de nos systèmes démocratiques dans leur acharnement législatif.
Lionel Fleury est économiste et ancien président de l’AFP.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lionel Fleury
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lionel Fleury est économiste et ancien président de l’AFP.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd’hui, la loi prétend décider instantanément du sexe des parents, de la durée du travail ou de l’égalité hommes-femmes, et pourquoi pas, demain, de la couleur du ciel. La controverse sur le projet du "mariage pour tous" est le signe de la perversion de nos systèmes démocratiques dans leur acharnement législatif.

Jadis, des siècles étaient nécessaires pour voir se manifester de grandes évolutions de la société, seuls le progrès manifeste, le droit privé ou la justice pouvant les entériner progressivement. Aujourd’hui, la loi prétend décider instantanément du sexe des parents, de la durée du travail ou de l’égalité hommes-femmes, et pourquoi pas, demain, de la couleur de l’herbe ou du ciel. La controverse sur le projet du "mariage pour tous" n’est qu’un exemple de résultat de la perversion de nos systèmes démocratiques dans leur acharnement législatif.

Cette perversion trouve son origine dans une dérive de fond du pouvoir parlementaire. Historiquement, ce dernier s’est imposé pour autoriser la dépense publique dans les seules tâches régaliennes, exercées sous son contrôle par le pouvoir exécutif. De son côté, l’arsenal législatif, comme le disait Portalis à propos du Code Civil, devait rester compact "pour ne pas déresponsabiliser les citoyens".

Progressivement, la confusion entre les pouvoirs introduite par le système majoritaire a incité tous les gouvernements à s’attribuer le droit de modifier la société par voie législative, réduisant à néant le champ d’action de la justice et du droit privé. Au cours des décennies récentes, la victimisation étant devenue objet de toutes les attentions grâce à son retentissement médiatique, le pouvoir exécutif est allé jusqu’à se réinventer le pouvoir de guérir les écrouelles. Ses prédécesseurs monarchiques, par réalisme, avaient tempéré leur formule au cours des siècles en l’énonçant non plus "Le roi te bénit, Dieu te guérit" mais "….,  Dieu te guérisse", reconnaissant implicitement que leur influence devait tenir compte de forces surnaturelles. Rien de tel chez nos nouveaux monarques, qui ne voient aucune limite à leur pouvoir de guérir la société de ses maux et de ses défauts supposés et qui, contrairement à leurs prédécesseurs, ont besoin de surenchérir et d’invoquer le changement pour ne pas avoir à gérer le présent.

En France, en plus, le gouvernement est confisqué par un parti unique, celui des fonctionnaires : il détient plus de 55% des sièges à l’Assemblée et la majorité dans toutes les instances de contrôle législatif, depuis le Conseil d’État jusqu’au Conseil constitutionnel ou la Cour de Cassation. A la différence d’une représentation parlementaire normale constituée de contribuables, d’entrepreneurs ou de représentants de la société civile, le parti unique, au centre de gravité plutôt à gauche, se méfie d’une gestion parcimonieuse des finances publiques qui viendrait limiter son influence. Logiquement, notre système s’est donc désintéressé du contrôle des dépenses pour se consacrer à sa seule compétence, écrire des textes de loi ou des règlements, sur tout et sur rien, histoire d’affirmer son pouvoir. Le résultat en est une fuite en avant dans la banqueroute budgétaire et l’inflation des textes, procurant un faux sentiment de sécurité et une déresponsabilisation générale.

La monarchie héréditaire s’est effondrée au 18e siècle, anéantie par la banqueroute et les privilèges de sa classe dirigeante. Comment éviter qu’il arrive la même catastrophe à nos monarchies parlementaires perverties ? C’est un défi qu’un vrai projet de droite républicaine devra essayer de relever.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Léa
- 20/01/2013 - 22:48
C'est plus compliqué que ça.
Si ce que vous dites était vrai - et ça l'est en grande partie - les Anglais du gouvernement conservateur (de droite, donc) de Cameron n'auraient pas le même problème. Or, c'est exactement le même cirque, à la virgule près, outre-manche : gouvernement sourd à la raison qui tente de faire passer cette loi en force malgré une opposition sans précédent.
Je subodore un scud de Bruxelles et peut-être de plus haut encore (l'ONU ?) auquel nos gouvernements doivent se plier, "or else"...
zelectron
- 20/01/2013 - 18:30
trop de (mauvaises) lois tuent les (bonnes) lois ?
A force de nous assaillir avec des lois de plus en plus intrusives amenant à des rejets de plus en plus violents au point que certains pourraient considérer qu'une "bonne" loi serait celle qui une fois promulguée pourrait se voir uriner* dessus derechef, nous allons droit au mur!
*ce qui est le lot de nombre d'entr'elles.
titine
- 20/01/2013 - 18:14
Apparemment
les lois sont concoctés afin que ceux qui les promulguent puissent justifier auprès du peuple le bien fondé de leurs indemnités et autres prérogatives... Et, pour certains, se donner ainsi bonne conscience. En fait, le véritable terreau du terrorisme se trouve au coeur de la république de par la pensée unique véhiculée et l'appropriation de droits des citoyens qui ne leur appartiennent pas ; les dits représentants du peuple en usent et en abusent sous prétexte qu'une fois élus, ils estiment ou s'imaginent qu'alors tout leur est permis et tout leur appartient, bafouant et phagocytant ainsi le droit le plus élémentaire régissant toute société civilisée - celui du respect de la liberté de chacun.