En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Les réformes menées par François Hollande vont-elles détruire la ruralité française ?
Rat des villes et rat des champs
François Hollande assassin de la ruralité
Publié le 14 janvier 2013
Depuis l'élection de François Hollande, le gouvernement a entrepris trois réformes qui risquent de conduire à la destruction de la France rurale et de ses acteurs politiques.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l'élection de François Hollande, le gouvernement a entrepris trois réformes qui risquent de conduire à la destruction de la France rurale et de ses acteurs politiques.

Depuis son élection, François Hollande a lancé, non sans arrières pensées, trois réformes qui vont, à terme, détruire la ruralité française et ses composantes politiques.

Ainsi, le gouvernement a inscrit, dans la loi de finances 2013, un gel des dotations aux collectivités, et s'est engagé pour une baisse des dotations à hauteur de 750 millions d’euros pour 2014 et 2015. Certes, l'objectif de baisse des dépenses publiques est impérieux, mais l'Etat doit poursuivre une politique ambitieuse d'aménagement du territoire et d'aide à la ruralité. Il ne peut réduire à la mendicité les municipalités, acteurs sociaux incontournables de notre pays, et notamment les plus petites d’entres-elles.

Le gouvernement a également décidé de réviser la carte préfectorale. Bien évidemment, nombre d'implantations de sous-préfectures doivent être revues. Il conviendra d'en supprimer certaines, notamment celles des zones péri-urbaines. Ce n’est toutefois pas le cas de celles implantées en zone rurale, particulièrement ciblées par la future réforme, sur lesquelles les antennes des différentes administrations ont souvent calqué leurs  déploiements (école, centre hospitalier, centre des impôts, etc.). De plus, supprimer les sous-préfets, c'est ne pas comprendre leur rôle essentiel  auprès des élus locaux. C'est supprimer également cette vigie qui alerte l'Etat central, de l’aménagement du territoire, de la cohésion sociale, territoriale et économique des territoires de notre pays.

Enfin, la dernière réforme, et non la moindre, est celle des élections cantonales. Après avoir détruit la timide réforme territoriale de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, l’actuel ministre de l’Intérieur, a annoncé une nouvelle réforme avec un objectif clairement énoncé devant les préfets, le 14 décembre dernier, « faire disparaître l’élu homme et rural ». Si la féminisation est un objectif louable, la disparition de l’élu rural est bien la pire des idées. Il ne faut jamais être sorti d’Évry pour ne pas connaître l’importance des conseillers généraux en zone rurale. Si le mandat de conseiller général en zone urbaine n’est qu’un complément de salaire pour les élus, il répond, en zone rurale, à une demande véritable des électeurs et à un besoin réel des élus municipaux.

Ces trois réformes, qui ne répondent ni à la nécessité de renflouer les comptes publics, ni au besoin de sauver notre système politique par une réforme d’ampleur, ni surtout à l'attente des citoyens vis-à-vis de leurs élus locaux, sont le symbole de l'ambition électorale de François Hollande.

Car en réalité, tuer la ruralité, pour ce président et sa majorité déjà à bout de souffle, n'est-ce pas le moyen le plus sûr de rééquilibrer des élections locales qui s'annoncent comme un bol d'air pour une droite divisée par une guerre interne et un manque criant de renouvellement de ses cadres ? Diminuer la représentativité politique de ces territoires, n’est-ce pas favoriser les grandes villes, pour l'instant détenues par les amis politiques ? Enfin, marginaliser les ruraux, en y désengageant l’Etat, n'est-ce pas favoriser le Front national, l'éternel "ennemi des ennemis" ?

Il est à parier que, si François Hollande ne rectifie pas rapidement le tir vis-à-vis de la ruralité, qui l'a porté si haut aux dernières élections, il sera un des premiers à chavirer au prochain gros temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rudi11
- 15/01/2013 - 16:28
ben...
après avoir vu les femmes à l assemblee cet apres midi, taubira, belkacem and co, on va regretter les hommes dans pas longtemps

CN13
- 15/01/2013 - 00:21
çà fait six mois...
que Hollande et son gouvernement sont au pouvoir et on constate, semaine après semaine, que des incompétences dans tous les domaines.
Ce n'est pas en faisant rentrer nos soldats d'Afghanistan pour les renvoyer faire la guerre au Mali qu'il redorera son costume ;
encore moins si ses ministres méprisent la population qui manifeste en grand nombre en disant qu'ils feront les lois coûte que coûte, que çà leur (population) plaise ou non.
Tout çà, pour avoir leur nom dans le registre de la République.
ntzsch
- 14/01/2013 - 22:35
La ruralité.
Elle n'a pas attendu François Hollande pour se faire assassiner. Elle se fait assassiner depuis des décennies.