En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Les réformes menées par François Hollande vont-elles détruire la ruralité française ?
Rat des villes et rat des champs

François Hollande assassin de la ruralité

Publié le 14 janvier 2013
Depuis l'élection de François Hollande, le gouvernement a entrepris trois réformes qui risquent de conduire à la destruction de la France rurale et de ses acteurs politiques.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l'élection de François Hollande, le gouvernement a entrepris trois réformes qui risquent de conduire à la destruction de la France rurale et de ses acteurs politiques.

Depuis son élection, François Hollande a lancé, non sans arrières pensées, trois réformes qui vont, à terme, détruire la ruralité française et ses composantes politiques.

Ainsi, le gouvernement a inscrit, dans la loi de finances 2013, un gel des dotations aux collectivités, et s'est engagé pour une baisse des dotations à hauteur de 750 millions d’euros pour 2014 et 2015. Certes, l'objectif de baisse des dépenses publiques est impérieux, mais l'Etat doit poursuivre une politique ambitieuse d'aménagement du territoire et d'aide à la ruralité. Il ne peut réduire à la mendicité les municipalités, acteurs sociaux incontournables de notre pays, et notamment les plus petites d’entres-elles.

Le gouvernement a également décidé de réviser la carte préfectorale. Bien évidemment, nombre d'implantations de sous-préfectures doivent être revues. Il conviendra d'en supprimer certaines, notamment celles des zones péri-urbaines. Ce n’est toutefois pas le cas de celles implantées en zone rurale, particulièrement ciblées par la future réforme, sur lesquelles les antennes des différentes administrations ont souvent calqué leurs  déploiements (école, centre hospitalier, centre des impôts, etc.). De plus, supprimer les sous-préfets, c'est ne pas comprendre leur rôle essentiel  auprès des élus locaux. C'est supprimer également cette vigie qui alerte l'Etat central, de l’aménagement du territoire, de la cohésion sociale, territoriale et économique des territoires de notre pays.

Enfin, la dernière réforme, et non la moindre, est celle des élections cantonales. Après avoir détruit la timide réforme territoriale de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, l’actuel ministre de l’Intérieur, a annoncé une nouvelle réforme avec un objectif clairement énoncé devant les préfets, le 14 décembre dernier, « faire disparaître l’élu homme et rural ». Si la féminisation est un objectif louable, la disparition de l’élu rural est bien la pire des idées. Il ne faut jamais être sorti d’Évry pour ne pas connaître l’importance des conseillers généraux en zone rurale. Si le mandat de conseiller général en zone urbaine n’est qu’un complément de salaire pour les élus, il répond, en zone rurale, à une demande véritable des électeurs et à un besoin réel des élus municipaux.

Ces trois réformes, qui ne répondent ni à la nécessité de renflouer les comptes publics, ni au besoin de sauver notre système politique par une réforme d’ampleur, ni surtout à l'attente des citoyens vis-à-vis de leurs élus locaux, sont le symbole de l'ambition électorale de François Hollande.

Car en réalité, tuer la ruralité, pour ce président et sa majorité déjà à bout de souffle, n'est-ce pas le moyen le plus sûr de rééquilibrer des élections locales qui s'annoncent comme un bol d'air pour une droite divisée par une guerre interne et un manque criant de renouvellement de ses cadres ? Diminuer la représentativité politique de ces territoires, n’est-ce pas favoriser les grandes villes, pour l'instant détenues par les amis politiques ? Enfin, marginaliser les ruraux, en y désengageant l’Etat, n'est-ce pas favoriser le Front national, l'éternel "ennemi des ennemis" ?

Il est à parier que, si François Hollande ne rectifie pas rapidement le tir vis-à-vis de la ruralité, qui l'a porté si haut aux dernières élections, il sera un des premiers à chavirer au prochain gros temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rudi11
- 15/01/2013 - 16:28
ben...
après avoir vu les femmes à l assemblee cet apres midi, taubira, belkacem and co, on va regretter les hommes dans pas longtemps

CN13
- 15/01/2013 - 00:21
çà fait six mois...
que Hollande et son gouvernement sont au pouvoir et on constate, semaine après semaine, que des incompétences dans tous les domaines.
Ce n'est pas en faisant rentrer nos soldats d'Afghanistan pour les renvoyer faire la guerre au Mali qu'il redorera son costume ;
encore moins si ses ministres méprisent la population qui manifeste en grand nombre en disant qu'ils feront les lois coûte que coûte, que çà leur (population) plaise ou non.
Tout çà, pour avoir leur nom dans le registre de la République.
ntzsch
- 14/01/2013 - 22:35
La ruralité.
Elle n'a pas attendu François Hollande pour se faire assassiner. Elle se fait assassiner depuis des décennies.