En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 7 heures 4 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 14 heures 9 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 15 heures 4 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 36 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 17 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 21 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 15 heures 2 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 16 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 40 min
© Reuters
La France est-elle "condamnée" à s’immiscer dans les affaires intérieures africaines ?
© Reuters
La France est-elle "condamnée" à s’immiscer dans les affaires intérieures africaines ?
Françafrique

La France, cible privilégiée du terrorisme islamiste en Afrique…

Publié le 14 janvier 2013
En raison du caractère transnational du terrorisme islamiste, la France est "condamnée" à s’immiscer dans les affaires intérieures africaines.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En raison du caractère transnational du terrorisme islamiste, la France est "condamnée" à s’immiscer dans les affaires intérieures africaines.

L’actualité de ce week-end a été marquée par le retour militaire de la France en Afrique, tout d’abord en Somalie, contre les Shébab (milice salafiste qui sème la terreur en Somalie et défie les autorités), puis au Mali, contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et les groupes islamo-terroristes alliés. Plus que jamais la France est en première ligne contre l’islamo-terrorisme et confirme son statut de cible privilégiée d’Al-Qaïda en Europe et en Afrique.

Ainsi, quelques semaines à peine après que François Hollande ait scellé la « fin de l’époque où la France intervenait dans les affaires africaines », et juré qu’«il n’y aurait plus d’ingérence politico-militaire dans les affaires intérieures africaines”, le président français a opéré un virage à plus de 180 degrés. Un virage surprenant qui décrédibilise de facto toutes ses accusations portées depuis 2011 (interventions en Libye et en Côte d’Ivoire, etc) contre l’action « néo-coloniale » de l’ex président Nicolas Sarkozy.

Côté somalien, tout d’abord, durant la nuit de vendredi dernier en Somalie, des commandos français ont tenté, sans succès, de libérer l’ex membre de la DGSE, Denis Allex, détenu en Somalie depuis 2009 par les milices islamistes Shébab. Bilan, 17 Somaliens tués, un militaire français tué et un autre pris en otage, en « remplacement » de Denis Allex, quant à lui tué durant le raid. Les Shébab ont réagi en menaçant la France et les Français de «représailles» lourdes – où qu’ils se trouvent dans le monde et surtout en Afrique. Les services de renseignements extérieurs français (DGSE) avaient tout fait, depuis trois ans, pour tenter d’obtenir la libération de Denis Allex. Mais les Shébab demandaient bien plus que ce que Paris était disposé à donner en échange de sa libération… Il est vrai que la prise d’otages est un des nerfs de la guerre terroriste : ainsi, dans cette partie de l’Afrique, si un otage se « négociait » quelques centaines de milliers d’euros il y a quelques années, avant que les groupes islamo-terroristes locaux ne soient « franchisés » Al-Qaïda, le même « vaut aujourd’hui plusieurs millions d’euros… d’où le fait que bien qu’Allex soit mort, les islamo-terroristes continuent d’affirmer qu’il est toujours vivant et que son sort sera fixé aujourd’hui lundi 14 janvier. Il est vrai qu’un otage n’est bon mort que lorsqu’il n’y a plus rien à négocier... Aussi les Shébab ont-ils également affirmé qu’ils détiennent un autre soldat français blessé et porté disparu. Le raid français en Somalie a rappelé que bien qu’ayant subi des revers importants suite aux incursions kényane et éthiopienne et que la Somalie ait un nouveau président (Hassan Sheikh Mohamoud) décidé à tourner la page de la guerre civile, grâce notamment à l’aide de la Mission africaine de l'UA en Somalie (AMISOM), les Shébab menacent toujours le pays depuis les montagnes où ils se sont réfugiés. Entraînés en Afghanistan, nombre de leurs combattants sont encore plus aguerris que ceux d’AQMI.

Deuxième front : le Mali, où la France a envoyé ses troupes (basées au Tchad ou en Côte d’Ivoire) ainsi que des forces spéciales, pour aider l’armée malienne à repousser les milices islamistes du Nord Mali qui tentent d’avancer vers le Sud, et donc vers la capitale, Bamako. Cette perspective terrible signifierait que le pays tout entier deviendrait un fief d’Al Qaïda et de ses alliés. Depuis le 21 mars 2012, ceux-ci ont profité du coup d’Etat militaire contre l’ex-chef de l’Etat Amadou Toumani Touré pour s’emparer du Nord du pays. Trois groupes islamo-terroristes (Al-Qaïda au Maghreb islamique-AQMI, Ansar-al-Dine; Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest-MUJAO) dominent ainsi le Nord du Mali et menacent l’Etat central et toute la région. C’est donc conformément à la décision (2085) du Conseil de sécurité des Nations unies du 20 décembre 2012 autorisant le déploiement d'une force internationale au Mali (Mission internationale de soutien au Mali) que la France est intervenue à la demande des autorités maliennes et en accord avec l'Union africaine et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Bien que se défendant de toute « ingérence », défaut jadis supposé être l’apanage du sarkozysme, le revirement interventionniste du président Hollande a une fois de plus démontré que l’exercice du pouvoir oblige à rompre avec les positions de principe manichéennes au nom des intérêts géopolitiques nationaux. Étroitement liée au Mali et aux Etats d’Afrique francophone, la France est en effet « condamnée » à s’immiscer dans les affaires intérieures africaines, ainsi que s’en est rendu compte M. Hollande, ceci en raison du caractère transnational des risques et menaces migratoires, terroristes et criminels qu’incarnent la nébuleuse islamo-terroriste.

Ni la France, ni les autres Etats européens, tous visés directement ou indirectement par le terrorisme salafiste, ne peuvent rester inactifs face à la progression de cette nouvelle menace à la fois totalitaire et criminelle qui prolifère dans des zones géopolitiques de non-droit et jusque dans les « banlieues de l’islam » à la dérive. Depuis ces zones hors contrôle, les groupes islamo-terroristes plus ou moins proches d’Al-Qaïda gèrent impunément leurs trafics (otages, migrations clandestines, drogue, déchets toxiques, cigarettes, contrebandes, pirateries, etc) et organisent leur lutte contre l’Occident et ses alliés locaux, étendant ainsi leur projet totalitaire basé sur la terreur, la charia et le mythe du Califat universel. Rappelons que les différents groupes islamistes, dotés d’armes sophistiquées (y compris anti-aériennes) récupérées durant l’effondrement du régime de Kadhafi, disposent de 60 000 hommes, dont nombre de rebelles touaregs qui connaissant parfaitement le désert et qui ne sont pas prêts d’en partir.

Héritage funeste du « printemps arabe », tant vanté par les partisans du « droit d’ingérence » et du renversement des vieilles dictatures nationalistes (Syrie des Assad, Tunisie de Ben Ali, Egypte de Moubarak, Libye de Kadhafi) qui luttaient pourtant toutes contre Al-Qaïda, la montée en puissance des groupes salafistes-terroristes qui menacent les Etats d’Afrique sahélo-saharienne a été plus que favorisée par la chute du régime de Kadhafi. Ces groupes ne comptent pas se satisfaire du Mali. Seigneurs du désert, ils sont soutenus par le renouveau identitaire touareg qui voit dans les révolutions arabes une chance historique pour accéder à l’indépendance et remettre en questions les frontières contestées des pays issus de la colonisation : Algérie, Mali, Niger, Nigéria, Côte d’Ivoire, Mauritanie, et même Maroc, puisque d’anciens du Front Polisario du Sahara occidental ont rejoint AQMI. Du Nord-Mali à la Somalie, en passant par le Nigeria (où Boko Haram mène un jihad “très à la mode” contre les chrétiens du Sud), ils récupèrent les rancunes inter-ethniques et surfent sur l’anti-occidentalisme obsessionnel, la charia étant présentée par eux comme la « vraie identité » autochtone, la«seconde indépendance» vis-à-vis de l’Europe honnie… Chez nous, seuls les fous ou les irresponsables peuvent continuer à affirmer que les flux migratoires incontrôlés et la montée de l’islamisme dans les banlieues n’ont rien à voir avec cette menace transverse qui progresse inexorablement de l’autre côté de la Méditerranée…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
oicaros
- 15/01/2013 - 13:43
Opération suicidaire en Somalie et manifestation en France
Ce qui me surprend, c'est le peu de cas que l'on fait de l'affaire somalienne. Si du temps de Sarkozy un otage avait été tué suite à une intervention militaire ratée, la France aurait été dans la rue et la Gauche sur les barricades à invectiver une France moisie incapable de délivrer un otage.
La délivrance de l'otage a été décidé au moment de la manifestation contre le mariage pour tous. Ce n'est pas innocent. Cette opération pouvait soit réussir, soit rater.
Dans le premier cas, médiatiquement elle aurait effacé la manifestation rétrograde car un otage qui rentre au pays c'est un moment fort de la démocratie. Abandonnant la manif, tous les médias se seraient précipités à Villacoublay pour y accueillir son enfant martyr.
Soit l'opération ratait. Dans ce cas le Mali et la manifestation allaient complètement occulter le fiasco présidentiel. La mort d'un otage et d'un militaire français ainsi que de 17 civils somaliens (dont la France devra pensionner les ayant-droits), cela n'a scandalisé personne. C'est passé par pertes et profits.
Il y a un très grand cynisme chez Hollande dans le timing très calculateur et je suis écoeuré qu'aucun journaliste n'ait dénoncé cette manoeuvre.
oicaros
- 15/01/2013 - 13:19
Ce qui me surprend, c'est le
Ce qui me surprend, c'est le peu de c
papa_deddine
- 15/01/2013 - 10:32
Pourquoi diantre.....
....associer le qualificatif d'ISLAMISTE au mot terroriste ?
Toute personne au parfum de la chose religieuse vous dira qu'il y a incompatibilité entre les 2 mots.
Est-ce pour enfoncer l'Islam , cette religion de 4 milliards d'adeptes de par le monde au moment où l'église catholique bat de l'aile ?
Ces bandits des grands chemins n'ont RIEN à avoir avec cette religion puisque l'Islam est paix, amour, tolérance et..que dis-je encore ?
Ce qualificatif est volontairement associé au banditisme et là, l'occident dans son intégralité, fait la propagande tout azimuth à ces brigands agissant sous le couvert de l'Islam.