En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Paradoxe
L’Oscar et la manière : pourquoi on aime les vieux au cinéma mais pas dans la vie
Publié le 12 janvier 2013
Alors que le film "Amour" de Michael Haneke est nominé pour les Oscars, une dame de 94 ans se fait expulsée de sa maison de retraite...
Muriel Boulmier est déléguée de l’UDI chargée du 3ème âge, et Adjointe au Maire d’Agen en charge de la politique sociale et de l’accessibilité. Elle est également l'auteure de deux rapports de missions ministérielles sur l’adaptation de la société...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Boulmier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Boulmier est déléguée de l’UDI chargée du 3ème âge, et Adjointe au Maire d’Agen en charge de la politique sociale et de l’accessibilité. Elle est également l'auteure de deux rapports de missions ministérielles sur l’adaptation de la société...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le film "Amour" de Michael Haneke est nominé pour les Oscars, une dame de 94 ans se fait expulsée de sa maison de retraite...

La vieillesse française sur le chemin des Oscars aux Etats Unis, la vieillesse française sur le chemin de l’expulsion dans les Hauts-de-Seine. Cherchons l’erreur.

Une même situation de femme âgée, fragilisée par la maladie, une même émotion collective, laudative pour l’une, accusatrice pour l’autre. Pourtant « Amour » de Haneke est aussi poignant que la pendule d’argent du salon de Jacques Brel, et la tendresse fait le reste. La voix délicate et mesurée des presque 86 ans de l’actrice Emmanuelle Riva offre, loin du personnage qu’elle incarne, la simplicité et le naturel d’une vieillesse apaisée.

Nous aurions pu nous en satisfaire mais nous gardons en mémoire l’expulsion encore récente d’une dame de 94 ans par les dirigeants de sa maison de retraite, un fait divers qui a suscité l’émoi.

Chacun y va de son commentaire accusateur sur les professionnels indélicats ou les enfants procéduriers. Certes, la capacité financière de la famille à contribuer parait acquise. Mais dans cette affaire, tous les protagonistes se sont soustraits à leurs obligations. Et si l’arbre cachait la forêt ?

Imaginons un univers moins protégé, un univers plus ordinaire : une femme veuve et âgée, incapable, tout comme ses enfants, appartenant pourtant à la sacro sainte classe moyenne, de supporter le coût élevé de l’hébergement (2000 € par mois en moyenne). Loin de la vindicte de l’opinion publique, aussi vive que brève, et au-delà des journaux télévisés, il semble urgent d’anticiper ces situations.

La réforme de la dépendance, reportée d’un gouvernement à l’autre depuis près de dix ans n’empêche pas le grand âge de progresser, installant son cortège de fragilités de plus en plus lourdes. Et même si une loi est annoncée comme planifiée dans le programme 2013 du gouvernement, quand sera-t-elle opérationnelle ?

Chacun sait que le temps législatif est long, entre débats, discussions, amendements, votes, promulgation, décrets… Comment croire que des solutions opérationnelles ne peuvent être trouvées dans l’attente de cette loi ? Le prélèvement sur les revenus des retraités imposables, voté en 2012, et baptisé Casa (contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie) est annoncé solidaire dans son titre. Chiche !

Cette taxe, qui rapportera 700 millions par an dès avril 2013, doit venir abonder le Fonds de solidarité qui finance le minimum vieillesse, avant d’être destinée à financer la dépendance.

Pourquoi ne pas plutôt flécher d’emblée cette ressource vers, par exemple, un fonds de garantie spécifique, un soutien provisoire du financement temporaire de l’hébergement  dans des situations d’impécuniosité, difficiles et parfois conflictuelles ? Cela éviterait la situation exécrable dont l’opinion française a découvert qu’elle était possible.

Il est d’autres pistes encore à explorer et pour l’heure, soyons rassurés, restons optimistes : le vieillissement est enfin tendance, et de toutes les préoccupations, du 7ème Art au Palais de l’Elysée, qui lui s’est mis en tête de dérider le Conseil constitutionnel !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
loudu28
- 12/01/2013 - 21:34
à kettle et tous les donneurs de leçon
Quand ta vieille maman digne t'aura dit devant sa petite fille 'de toute façon, toi je t'ai chiée' tu pourras te permettre de l'humour... Quand tu auras été visitée par les huissiers qui te saisissent 1/5 des revenus sans se préoccuper des crédits en cours, tu pourras me donner des leçons... Quand la juge des tutelles t'aura dit "ce n'est pas qu'un problème d'argent" alors que tu viens de vider ton épargne retraite que tu comptais utiliser pour tes vieux jours, tu pourras vérifier si tu as toujours la zénitude en toi ou comme moi, une furieuse envie d'écraser la tronche de la merd... de 25 ans qui te donne des leçons de vie... Bref, quand tu n'auras plus fait une nuit depuis trois ans, que l'hypertension, avec une crise qui m'a conduit à l'hosto, t'aura bouffé les reins, tu pourras envisager de te permettre la possibilité de croire que je t'offre une chance de me juger.
kettle
- 12/01/2013 - 19:34
Tu veux nous faire pleurer, Muriel ?!
"une femme veuve et âgée, incapable, tout comme ses enfants, appartenant pourtant à la sacro sainte classe moyenne, de supporter le coût élevé de l’hébergement"
----
Cette personne touche une retraite de 2,700 EUR mensuel. Ses enfants sont medecins, avocat, financier. Et ils ne peuvent trouver 2,000 ?

kettle
- 12/01/2013 - 19:29
Aucune dignité ces vieux
@oudu28
Il faut les piquer ! Quelle honte de demander la prise en charge a ses enfants. Aucune dignité ces vieux.