En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 min 26 sec
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 2 heures 35 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 4 heures 32 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 2 heures 8 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 2 heures 42 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 3 heures 16 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 4 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 4 heures 10 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 5 heures 10 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 5 heures 54 min
© Flickr/Mark Coggins
Il s’agit de pénaliser le recours aux contrats précaires et d’inciter à l’embauche en CDI.
© Flickr/Mark Coggins
Il s’agit de pénaliser le recours aux contrats précaires et d’inciter à l’embauche en CDI.
Emploi

Taxation des contrats courts : qui osera abaisser le couperet qui finirait d’achever la France ?

Publié le 11 janvier 2013
Les syndicats ont demandé à inscrire dans le projet d’accord sur la sécurisation de l’emploi une taxe sur les contrats courts pour limiter leur recours par les entreprises et les inciter à conclure plus de CDI. Mais le thème divise syndicats et patronat.
Hervé Lambel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Lambel est candidat à la présidence du Medef et co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France). D’une lignée d’entrepreneurs, il est diplômé de l’EPSCI (Essec). Il entre en 2000 à la CGPME, puis fonde en 2003 le CERF, dont...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les syndicats ont demandé à inscrire dans le projet d’accord sur la sécurisation de l’emploi une taxe sur les contrats courts pour limiter leur recours par les entreprises et les inciter à conclure plus de CDI. Mais le thème divise syndicats et patronat.

Le grand jour pour le patronat et les syndicats approche, mais ce qui devait faire figure d’accord historique pour une réforme du marché du travail semble en proie à la sclérose : celle du corporatisme typiquement français des partenaires en présence, toujours incapables de travailler ensemble pour le bien de notre économie. Autrement dit, le bien de tous !

Que dire des discussions qui se figent aujourd’hui autour de la taxation des contrats courts ? 

Concrètement, le principe est simple… Mais l’idée ne fleure pas bon la nouveauté ! En l’occurrence, il est facile d’attester que ce n’est pas forcément dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes, contrairement à ce qu’énonce l’adage populaire.

Il s’agit donc de pénaliser le recours aux contrats précaires et d’inciter à l’embauche en CDI. Comment ? En augmentant le montant que les entreprises versent à l’Unedic pour les personnes en CDD ou en intérim. Le pourcentage versé (aujourd’hui à 6,4% du salaire) serait alors d’autant plus grand que le contrat est court. Si les syndicats en font une condition sine qua non à la signature des accords à venir, il convient de s’interroger sur les effets dévastateurs de pareille mesure... Pour des entreprises déjà à bout de souffle, et donc pour les emplois qu’elles maintiennent.

En d’autres termes, et alors que les entreprises françaises sont en panne de compétitivité et de financements, il est de nouveau question de brandir la menace d’une taxe ! Au moment même où le gouvernement semblait pourtant avoir mesuré les enjeux, en proposant notamment le crédit d’impôts emploi compétitivité pour abaisser le coût de travail… Incompréhensible ! C’est à se demander si l’intelligence collective a définitivement quitté la France…

Les entreprises manquent de visibilité, de trésorerie, de financements, et souffrent d’un marché du travail beaucoup trop rigide. C’est de flexibilité, d’agilité que ces dernières ont besoin, ne serait-ce que pour s’adapter au contexte économique et à la concurrence. Repenser les règles de licenciement serait en ce sens une progression notable, non pas pour se séparer plus aisément des salariés, mais pour réduire l’aléa judiciaire (près de 40% des défaillances d’entreprises trouvent leur origine dans une condamnation prud’homale, dont l’essentiel relève de problèmes de forme), et donc lever la prise de risque supplémentaire que représente l’embauche, afin, justement, de la faciliter.

Alors certes les contrats précaires sont en hausse constante (comme dans tout le Sud de l’Europe), et cette situation est inacceptable pour les salariés, notamment les plus jeunes. Mais rappelons que la précarité touche aussi la plus grande partie des patrons, qui ne sont pas tous à la tête d’entreprise florissante du CAC 40 ! Rappelons également que l’emploi dépend majoritairement d’eux en France, et que la courbe du chômage ne risque pas de s’inverser avec le recours constant à des politiques de ponction des ressources financières ! 

Les patrons français ne sont donc pas les monstres pour lesquels certains aiment à les faire passer ! Le problème est ailleurs, il réside dans le manque d’activité… Dans un marché du travail biaisé. Et le recours à la hausse aux contrats cours ne témoigne de rien d’autre que cela : d’entreprises dont les lendemains ne font que déchanter. 

Pour les entreprises comme pour les salariés, la situation est donc intenable. Il nous faut refuser ensemble pareille approche. Car en cherchant à résoudre la précarisation des salariés de la sorte, il n’en résultera qu’un nouvel affaiblissement des entreprises, et le problème soulevé ne fera qu’empirer.

En dehors d’une réponse forte, parce qu’attendue par tous les partenaires de la France pour continuer à lui accorder leur confiance, il n’y aura donc pas d’accord historique. La situation des entreprises, donc de l’économie et de l’emploi, continuera de se dégrader parce qu’on ne se sera pas posé la question prioritaire de l’activité.

A l’Etat qui s’est posé comme l’instigateur de ces négociations d’envoyer un message fort, plutôt que de menacer d’abaisser unilatéralement le couperet qui finirait d’achever notre modèle économique. 

Si tel était toutefois le choix des élus politiques, ils devraient alors porter la pleine responsabilité de cet échec économique, car ce n’est pas en traitant les conséquences plutôt que les causes que notre pays pourra s’en sortir. Affaiblis par l’explosion du chômage, des taux d’intérêt et des déficits, c’est alors au peuple de France qu’ils devront rendre des comptes !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 12/01/2013 - 09:09
les nantis qui nous parasite jusqu' à la fin
Vous en avez aprés coluche ! Pourquoi ? On mange pas bien chez coluche?
En france il y a deux plaies les syndicats patronaux les syndicats salariés. Les gouvernements succéssifs sont bloqués par ces nantis qui pensent respectivement à leurs intérets et n" en n' ont rien à faire de la France. Ils devraient avoir qu ' un avis consulatifs point. La merde va continuer jusqu' a l'effondrement total et irréversible de l' occident
engerau
- 11/01/2013 - 18:06
A eheime
Qu'est-ce que vous connaissez des syndicats ? Allons allez-y, déversez votre bile .
S'il n'y a avait pas eu les syndicats, il n'y aura pas :
1) D'assurance chômage
2) De retraite complémentaires
3) De prévoyance complémentaire
Et encore moins de conventions collectives nationales.
Quand on ne connaît pas le sujet on se tait !
engerau
- 11/01/2013 - 18:00
A Hervé Lambel, rédacteur de cet article
Autant que je me souvienne, les contrats des intérimaires sont taxés de 10% depuis 1984 et le contrats CDD de 6% à condition de ne pas être embauchés suite à leur contrat précaire.
Les entreprises y trouvent un intérêt pour plusieurs raisons :
1) Pas de procédure de recrutement, c'est l'agence d'intérim qui sélectionne
2) Ce sont des frais généraux et non des salaires
3) Il n'y a pas de procédure de licenciement,
4) C'est pour beaucoup d'entreprises une période d'essai
Alors arrêtez de théoriser sur des questions sans intérêts. Ce n'est pas parce que l'entreprise paiera un surcoût de l'assurance chômage que la France va s'écrouler. Surcoût d'ailleurs compréhensible car se sont ces salariés sous contrats précaires qui atterissent au Pôle emploi et reçoivent des allocations chômage.
Les difficultés économiques résultent en grande partie par le dumping social et fiscal des pays de la zone euro et de la Chine auxquels s'ajoutent les déficits publics et l'endettement des Etats.