En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 11 min 44 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 36 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 46 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 3 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 32 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 39 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 31 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 35 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 22 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 18 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 50 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 37 min
© Reuters
Que révèle le slut-shaming qui consiste à donner des leçons de comportement sexuel aux femmes ?
© Reuters
Que révèle le slut-shaming qui consiste à donner des leçons de comportement sexuel aux femmes ?
Chasse aux s......

Pouffes à l'index : une police de la morale règne-t-elle chez les adolescentes ?

Publié le 14 janvier 2013
C'est une tendance qui nous vient de Grande-Bretagne et des Etats-Unis communément appelée le "slut-shaming" (stigmatisation des salopes) et qui pousse les adolescentes à dénoncer sur la Toile des comportements de filles qu'elles jugent incorrects.
Jocelyn Lachance
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jocelyn Lachance est un socio-anthopologue de l'adolescence et de la jeunesse et chercher à l'université de Pau. Il est également auteur de plusieurs ouvrages dont "Codes, corps et rituels dans la culture jeune" (Editions Pul). On retrouve également son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est une tendance qui nous vient de Grande-Bretagne et des Etats-Unis communément appelée le "slut-shaming" (stigmatisation des salopes) et qui pousse les adolescentes à dénoncer sur la Toile des comportements de filles qu'elles jugent incorrects.

Atlantico : Une police morale règne-t-elle chez les adolescentes aujourd'hui ? 

Jocelyn Lachance : La question de la moralité, au sens premier du terme, c'est-à-dire la recherche de ce qui est bien et de ce qui est mal, s'est toujours imposée à l'adolescence à la différence que le contexte contemporain n'offre plus toujours et à tous les adolescents et adolescentes des réponses claires. Ainsi, si pendant longtemps, on se tournait à tout coup vers les adultes (les aînés) pour trouver de telles réponses, de plus en plus souvent, c'est à travers l'interaction, voire la confrontation avec les pairs, que le "débat" s'impose. C'est donc sans surprise que des débordements peuvent apparaître. Notons que la question de la moralité s'articule généralement autour de ce que certains anthropologues nomment les trois grands tabous de l'humanité : la violence, la mort et, bien entendu, la sexualité.

N'est-ce pas paradoxal à l'heure de la banalisation du sexe et d'une libération de plus en plus poussée des mœurs ?

Non parce que l'idée de la banalisation du sexe et d'une libération des moeurs ne va pas de soi ou, du moins, elle va de pair avec son lot de questionnements. Comme le soulignent des anthropologues comme Thierry Goguel d'Allondans en France, la sexualité se lit partout mais se dit nulle part. C'est-à-dire que, oui, la sexualité est omniprésente autour de nous, mais cela ne veut pas dire que nos contemporains arrivent toujours à lui accorder du sens. Au contraire, les questions concernant la sexualité se multiplient, notamment autour de l'identité sexuée : qu'est-ce qu'un homme ? qu'est-ce qu'une femme ? Ou encore des modalités de rencontres : comment et où rencontrer l'autre ? À l'adolescence, ces questions sont omniprésentes : les questions posées par les jeunes dans les numéro verts comme "Fil santé jeune" le rappellent chaque jour... Dans l'absence de réponse, l'adoption de position radicale est malheureusement parfois rassurante...

Assiste-t-on à un phénomène comparable en France ? Depuis quand ? 

Ce type de régulation existe chez les adolescentes partout en Occident, et elle ne s'exprime pas seulement sur Internet. Par contre, il est toujours difficile de donner une date précise à de tels phénomènes car, bien souvent, ces derniers n'attiraient pas notre attention par le passé. Mais prenez le temps de questionner vos aînés autour de vous, et rapidement vous verrez que ce type de régulation des codes vestimentaires, mais aussi des attitudes, entre les filles, n'est pas nouveau et connaissait déjà avant internet des expressions parfois violentes. Les études sur l'imposition de normes à l'adolescence, comme celles de Pasquier en France, rappellent que le regard des uns sur les autres et des unes sur les autres ne s'impose pas toujours sans violence. Concernant ce qui est visible sur Internet, il existe effectivement une crainte explicite chez les adolescentes lorsqu'elles mettent en ligne certaines photos d'elles-mêmes et qu'elles cherchent précisément la limite "acceptable" : rester sexy sans devenir vulgaire...

Que révèle le slut-shaming qui consiste à donner des leçons de comportement sexuel aux femmes ? Est-ce un phénomène sexiste ou les hommes peuvent également en être victimes sous d'autres formes ?  

Je ne sais pas si le slut-shaming consiste davantage à donner des leçons de comportements sexuels aux femmes qu'à révéler le questionnement de jeunes filles qui cherchent à travers l'affirmation d'une position ferme des retours et donc des réponses à un questionnement qui les taraude. Le caractère "public" de ce type d'échange montre bien qu'il s'agit de la revendication d'un point de vue que l'on veut faire exister, car ces jeunes n'évitent pas la confrontation, au contraire. Chez les garçons, des échanges du même type peuvent avoir lieu, mais elles toucheront généralement la question de la virilité et de l'identité sexuée, que nous pouvons lire comme la version masculine du slut-shaming.

Quelles peuvent être les conséquences psychologiques du "slut-shaming " sur les adolescents ? 

Mes collègues psychologues seraient sans doute mieux placé que moi pour répondre, mais une chose est certaine : ce phénomène du slut-shaming est représentatif de ce que change Internet depuis quelques années, et Internet ne fait pas apparaître de nouveaux comportements, mais plutôt leur donne une nouvelle visibilité. De tels échanges dans la cour d'école ne retiennent pas notre attention, soit parce que les adultes ne les ont pas entendus, soit parce qu'ils les ont ignorés... Les traces rendues visibles sur le net nous forcent à nous interroger et à prendre position. Mais je crois que cela nous dit que les espaces de débat sur de tels sujets ne sont peut-être plus assez nombreux pour ces adolescentes qui se posent des questions importantes. Ce phénomène peut être pris bêtement comme un problème majeur, un scandale, le symbole d'une décadence (comme nous le faisons malheureusement trop souvent). Je proposerais plutôt de le voir comme un message que nos adolescentes nous envoient et auxquels il importe de répondre.

Ce phénomène pose-t-il la question du contrôle du web, en particulier pour protéger la vie privée des enfants et les adolescents  ? 

Non car ce serait nous priver d'une vitrine sur la réalité de nos jeunes. Si nous voulons fermer les yeux, ou encore accuser Internet (comme nous avons accusé jadis le téléphone et la télé) alors prenons le chemin du contrôle et de l'interdiction, mais il s'agit, à mon avis, d'une grave erreur. Les questions que posent fondamentalement des phénomènes comme le slut shaming tournent autour du relationnel, des modalités d'échanges et de communication entre jeunes, et ici, le phénomène pose en plus la question de l'identité sexuée chez les jeunes filles. C'est à partir de ces questions que nous devrions intervenir. La stigmatisation des outils nous fait oublier les êtres humaines qui les utilisent. Soucions-nous d'abord de ce qu'ils nous disent. Il est préférable de former de futurs citoyens qui sauront mieux utiliser les possibilités qu'offre Internet que de les censurer sans chercher à comprendre davantage ce qui les motive...

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois et Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sluco
- 12/01/2013 - 11:05
Allez un petit effort...
Il reste les scories suivantes:

1)
Je ne sais pas si le slut-shaming consiste davantage à donner des leçons de comportement_s_ sexuel_s_

La matière enseignée reste au singulier.

Des leçons de peinture, de musique, de conduite. Ce n'est pas parce qu'il existe plusieurs musiques, peintures, qu'elles doivent être au pluriel.

2)
"La stigmatisation des outils nous fait oublier les êtres humain_e_s qui les utilisent."

Etre est un nom qui reste singulier. Une femme est un être humain, de sexe féminin, certes, mais ne vous déplaise, pas "une être humaine".

A moins que vous vouliez ré-inventer l'orthographe. C'est vrai que votre article n'en était pas loin. :-))

Titan75
- 11/01/2013 - 17:11
Tout cela vient
De l'islam qui impose sa "morale" dans les banlieues, y compris chez les non-musulmans.
ISABLEUE
- 11/01/2013 - 14:55
Cette "moralisation" entre jeunes a toujours existé
et c'est une vieille qui vous le dit, l'ayant vécu il y a bien longtemps, en internat. La différence aujourd'hui est qu'il y a plus de cruauté et de violence car certains pensent qu'ils ont tous les droits : le problème est l'éducation.
Voir par ex les parents complètement dépassés....