En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© D.R.
La guerre scolaire prend finalement fin au début du XXe siècle quand Emile Combes fait adopter en 1904 une loi interdisant aux congrégations d'enseigner
Rappels historiques

Vincent Peillon accusé de "rallumer la guerre scolaire" : mais au fait, qu'est-ce que la guerre scolaire ?

Publié le 08 janvier 2013
La guerre scolaire, que le ministre de l'Education est accusé de "rallumer", désigne en fait dans l'histoire de France un conflit entre les partisans de l'école publique et ceux de l'école privée.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La guerre scolaire, que le ministre de l'Education est accusé de "rallumer", désigne en fait dans l'histoire de France un conflit entre les partisans de l'école publique et ceux de l'école privée.

La France est-elle à l'aube d'une nouvelle guerre scolaire ? C'est en tout cas ce que semble penser une partie de la droite en accusant Vincent Peillon de "rallumer la guerre scolaire". En rappelant à l'enseignement catholique son obligation de neutralité, notamment en ce qui concerne le mariage gay, le ministre de l’Éducation nationale a en effet ravivé un douloureux épisode de l'Histoire de France, une lutte entre les partisans de l'école privée et ceux de l'école publique qui s'est déroulée entre 1789 et 1905.

Tout commence en 1789 avec la Révolution. L'ordre établi est remis en question, la question de l'enseignement est donc posée. L'éducation primaire passe ainsi sous la responsabilité de l'Etat. Si la laïcité des écoles est férocement défendue par Condorcet qui rêve d'une Instruction publique qui laisserait de côté les valeurs – et notamment les valeurs chrétiennes – pour n'enseigner que des vérités, l'Etat refuse encore d'imposer l'obligation scolaire qui pourrait entraîner des difficultés pour les familles pauvres compte tenu du manque à gagner, les enfants n'ayant plus autant de temps pour aider leurs parents. Mais l'intérêt grandissant de l'Etat pour l'instruction de la jeunesse inquiète de plus en plus les catholiques qui craignent une diffusion de la pensée de Lumières et des idées socialistes qu'ils accusent l'école de favoriser.

Tandis que les écoles publiques déclinent sous le Consulat, l'Empire et la Restauration, les écoles privées connaissant alors un renouveau et l'instruction religieuse est renforcée. La guerre scolaire peut alors vraiment commencer. Les questions liées à l'enseignement ne vont cesser d'occuper les législateurs. Le ministre Guizot fait ainsi voter sous la Monarchie de juillet en 1833 une loi portant sur l'instruction primaire et qui répond à l'article 69 de la Charte de 1830 qui prévoyait qu'une loi porterait sur "l'instruction publique et la liberté de l'enseignement". Si la loi impose une école primaire par commune de plus de 500 habitants, elle encourage toutefois toujours l'enseignement par les religieux, l'article premier assurant que l'instruction primaire élémentaire comprend nécessairement "l'instruction morale et religieuse". Le texte est pourtant attaqué de tous les côtés : les catholiques sont en effet hostiles à l'existence de l'enseignement public et souhaitent la disparition de l'Université, "antichambre de la Révolution" tandis que la gauche anticléricale combat la liberté de l'enseignement confessionnel.

Quelques années plus tard est votée la loi Falloux. Promulguée le 15 mars 1850 sous la Deuxième République, cette loi portant sur l'instruction publique reste célèbre pour ses dispositions sur la liberté d'enseignement puisqu'elle laisse une place importante à l'enseignement confessionnel. Si l'instituteur doit assurer les prières quotidiennes, et faire apprendre le catéchisme, les catholiques critiquent cette loi qui porte selon eux le vice majeur de maintenir l'Université.

Le tournant a finalement lieu vingt ans plus tard lorsque l'Etat comprend vraiment sous l'impulsion du ministre de l'Instruction publique Jules Ferry que l'éducation des écoliers lui incombe entièrement. Cette série de lois sur l'école primaire votées sous la Troisième République en 1881 et 1882 rendent ainsi l'école gratuite, l'instruction obligatoire et surtout l'enseignement laïque. La loi retire donc à l'Eglise son droit de contrôle, l'enseignement religieux devant désormais être dispensé en dehors des heures de classes. Il va sans dire que les catholiques ne prennent pas bien la chose. Entre la bataille des manuels, l'opposition entre une "école de Dieu" et une "école du Diable", la guerre fait rage entre les partisans de l'école laïque et publique et ceux d'une école privée et catholique. Les curés de certaines paroisses vont jusqu'à priver de sacrements les parents qui inscrivent leurs enfants dans une école publique.  

La guerre scolaire prend finalement fin au début du XXe siècle quand Emile Combes fait adopter en 1904 une loi interdisant aux congrégations d'enseigner, y compris dans les écoles privées, ce qui augmente assez logiquement les "écoles privées laïques". Le 9 décembre 1905 est finalement adoptée à l'initiative du député Aristide Briand la loi de séparation des Eglises et de l'Etat. La place des Eglises dans la société française est enfin clarifiée, la guerre des écoles prend fin. Enfin, jusqu'à aujourd'hui comme semblerait le penser une partie de l'opposition.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

France/Allemagne : le match des systèmes scolaires

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Titan75
- 09/01/2013 - 13:07
Face au sectarisme haineux de Hollande, une seule réponse :
TOUS DANS LA RUE LE 13 JANVIER contre ce projet inique et monstrueux.
--------------------
L'enfant n'est ni un objet ni un droit. Il n'a pas à être délibérément privé d'un père ou d'une mère.
--------------------
Non à la PMA et à la GPA qui font aussi de l'enfant un objet.
--------------------
L'argument de l'égalité est un argument bidon qui vise à culpabiliser. Face à des situations objectivement et essentiellement différentes -altérité sexuelle et capacité de procréer pour le couple hétérosexuel et pas pour le couple homosexuel- il ne saurait y avoir nécessairement égalité de droits. C'est une position à la fois de bon sens et de logique intellectuelle, qu'à d'ailleurs rapellé le Conseil constitutionnel. Ne vous laissez pas avoir par cet argument bidon !
-----------------
Tous dans la rue dimanche prochain ! Mobilisez-vous et mobilisez vos proches ! L'enjeu est majeur.


Salvatore Migondis
- 08/01/2013 - 23:46
Pitié pour les clowns..
Qui ont l'avantage de nous faire rire, EUX..
vangog
- 08/01/2013 - 21:18
La manifestation du 13 Janvier sera une victoire de la Liberté!
sur toutes les formes d'endoctrinement qui polluent la société Française depuis que la Gauche a décidé qu'elle devait imposer, de gré ou de force, ses réformes sociétales à ses citoyens.
L'orgueil démesuré consistant à transformer une société à l'image de son idéologie qu'on souhaite encore progressiste alors qu'elle n'est plus que réactionnaire ( à Sarkozy, par exemple...) ne peut être que néfaste et porteur d'injustices.
Si les Français se rendent nombreux à cette manifestation, ça ne sera pas pour réagir à quelques mots malhabiles d'un obscur ministre, mais pour manifester contre un endoctrinement rempant de notre société qui a commencé bien avant Mitterrand, et qui a été hissé au rang de doctrine par lui, et qui est repris par le faible Flamby et ses propagandistes en chef.
Il suffit de voir l'influence grandissante dans les médias des deux minorités pro-Flamby, les communautés immigrées et homosexuelles, pour comprendre l'utilisation rapide et néfaste des deux médias favoris de la gauche pour l'endoctrinement de leur idéologie nauséabonde: l'Education et la presse!
Quand on touche à la liberté et a leurs enfants, les Français remontent sur les barricades..