En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 1 heure 21 min
pépites > Science
IHU Méditerranée Infection
Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique
il y a 2 heures 28 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 6 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 7 heures 21 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 11 heures 40 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 13 heures 1 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 14 heures 3 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 2 heures 4 sec
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 5 heures 56 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 7 heures 4 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 8 heures 39 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 14 heures 20 min
© Montage
Miss France 2012, était l'invitée de la dernière de "Vous trouvez ça normal" sur France 2. Ce qui devait être une gentille opération promotionnelle s'est transformé en procès de Miss France.
© Montage
Miss France 2012, était l'invitée de la dernière de "Vous trouvez ça normal" sur France 2. Ce qui devait être une gentille opération promotionnelle s'est transformé en procès de Miss France.
Regard condescendant

La France a un incroyable snobisme : comment expliquer ce mépris des élites pour les célébrités qui ne sont pas comme elles ?

Publié le 01 janvier 2013
Audrey Pulvar est accusée d'avoir méprisé Marine Lorphelin, Miss France 2012, lors de son passage dans l'émission "Vous trouvez ça normal" sur France 2. Ce qui devait être une gentille opération promotionnelle s'est transformé en véritable lynchage médiatique.
Gérard Leclerc est sociologue, il est professeur au département de sociologie de l'université de Paris 8. Ses thèmes de recherche portent notamment sur la place des intellectuels dans la société. Gérard Leclerc a publié, entre autres, Sociologie des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Leclerc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Leclerc est sociologue, il est professeur au département de sociologie de l'université de Paris 8. Ses thèmes de recherche portent notamment sur la place des intellectuels dans la société. Gérard Leclerc a publié, entre autres, Sociologie des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Pulvar est accusée d'avoir méprisé Marine Lorphelin, Miss France 2012, lors de son passage dans l'émission "Vous trouvez ça normal" sur France 2. Ce qui devait être une gentille opération promotionnelle s'est transformé en véritable lynchage médiatique.

Atlantico : Le lynchage de la nouvelle Miss France par Audrey Pulvar et Clémentine Autain sur le plateau de la dernière de l’émission Vous trouvez ça normal pose une nouvelle fois la question du mépris de certains intellectuels pour la culture populaire. Comment expliquer ce snobisme ?

Gérard Leclerc : Bien que je ne l’aie pas vue en direct, ce qui s’est passé sur ce plateau de télévision est la démonstration claire de l’affrontement de deux formes de légitimité culturelle. Cette émission a été un modèle paradigmatique de la structure des élites, au sens large du terme, dans la France d’aujourd’hui. La question du snobisme est intéressante car l’évolution sémantique du mot représente bien l’évolution des rapports de classes dans notre société. En effet, lorsqu’on lit Proust, on comprend que le snobisme désigne initialement le mimétisme du bas pour le haut, de la bourgeoisie pour l’aristocratie, voire du "bas du haut" pour le "haut du haut". De nos jours, le snobisme est devenu une sorte d’attitude méprisante des classes les plus hautes pour les plus basses et donc en l’absence d’aristocratie au sens initial du terme, des intellectuels médiatiques pour les masses inférieures. Mon idée est donc de dire qu’il y a une reformulation de ce rapport qui est passé d’une logique verticale à une logique horizontale et donc plutôt d’un mépris du centre pour la périphérie qui étaient respectivement le haut et le bas. Ces nouvelles données sont issues de l’essor des médias de masse et de la façon dont ils peuvent redistribuer les cartes. Ces médias de masse sont donc en toute logique devenus le théâtre de la concurrence et des affrontements entre plusieurs "centres", l’élite politico-culturelle d’une part et l’élite populaire d’autre part.

Cette tension est-elle liée au contraste entre la démocratie populaire dont sont issues les célébrités et la cooptation oligarchique dont sont issus les intellectuels ?

Deux types de personnalités médiatiques s’opposent donc sur le terrain médiatique français et la base de cette opposition est clairement liée au mode de sélection dont elles sont issues. Les intellectuels et les politiques, c’est à dire les personnalités "classiques" sont issus des universités et des grandes écoles qui servent de base à leur reproduction sociale. Les people quant à eux sont issus de circuits plus complexes liés à la distribution hasardeuse du talent, sportif, artistique ou autre, dont la reproduction ne passe en aucun cas par le système éducatif. Miss France est l’exemple parfait d’un système de promotion populaire basé sur l’audimat et donc sur la quantité plutôt que la qualité, ce qui s’oppose fondamentalement au concept d’élite et peut donc créer une rivalité de légitimité en fonction des différences des modes de sélection.

Enfin, malgré le fait que l’on puisse classer les politiques dans les élites "classiques", il faut souligner l’homologie frappante entre le système d’élection politique et le succès médiatique, puisque l’un comme l’autre sont l’expression de la volonté populaire et sont directement liés au marketing et aux médias de masse. Comme en témoigne l’intervention d’Audrey Pulvar dans cette émission, même les intellectuels traditionnels sont obligés de se plier au jeu des médias puisque celle-ci semble dire que la vraie élite est celle des intellectuels de la gauche éduquée mais refuse de cracher dans la soupe populaire et joue sur les deux tableaux.

La prétention des intellectuels à savoir ce qui est bon pour le peuple a-t-elle toujours existé ? Est-elle légitime ou paradoxale ?

À travers l’histoire, les intellectuels ont toujours été convaincus de parler au nom de la société. Depuis les lettrés chinois jusqu’à l’affaire Dreyfus où est apparu le terme intellectuel en passant par les lumières, tous ceux qui ont détenu la culture supérieure se sont prétendus être la voix de leurs contemporains. En tant que sociologue, je ne peux pas me prononcer sur la légitimité ou pas des intellectuels en tant que représentants de la société mais il est intéressant de voir comment ils ont évolué avec celle-ci. Historiquement, les intellectuels étaient des antidreyfusard et donc de gauche. Aujourd’hui, les intellectuels sont positionnés à divers endroits de l’échiquier politique et existent aussi bien à droite qu’à gauche. Ce qui est intéressant, c’est que ces deux factions ne se prononceraient pas de la même façon sur la nature et la légitimité de leur rôle au sein de la société. 

A quoi servent aujourd'hui les intellectuels et à quoi devraient-ils servir ? Leur rôle traditionnel est-il menacé ?

Le rôle des intellectuels n’est en rien menacé mais il traverse une phase de mutation profonde. Au début du XXème siècle, les intellectuels étaient des créateurs de contenus culturels alors que la structure actuelle des médias et particulièrement d’Internet, circulation centralisée et non homologuée de contenus, les a transformés en transmetteurs de contenus culturels. Cette nouvelle disposition donne d’ailleurs une importance décuplée des journalistes qui sont en première ligne dans ce rôle. Un éditorialiste par exemple ne crée pas de contenus mais apporte, par le biais de son analyse, une valeur ajoutée au contenu culturel qu’il analyse. Les intellectuels classiques eux-mêmes voient leur rôle modifié par l’augmentation du nombre de centres de visibilité pour eux et en même temps d’une forme de légitimation de leur rôle comme possédant un monopole culturel.

Le rôle des intellectuels est-il nécessairement de faire changer les structures en place ou peut-il être de permettre de les conserver ?

Nous sommes passés d’une société de conservation, de transmission des valeurs anciennes, à une société qui valorise l’innovation culturelle, idéologique et technologique. Est donc favorisé le rôle de constructeur du nouveau au détriment de celui de gardien de la tradition.  Pour autant, certains intellectuels se vouent à la conservation sociale, ils appartiennent essentiellement aux institutions que sont les universités et les structures religieuses. Les nombreux débats de société qui agitent la France en ce moment nous montrent bien que cette typologie d’intellectuels est en plein cœur des discussions. A l’inverse, les nouveaux intellectuels issus de la pensée laïque, révolutionnaire, créent un univers novateur et un peu chaotique qui repose sur un clash violent des idées. Cela contraste avec les sociétés antérieures à la modernité dans laquelle il existait une sorte de consensus intellectuel dans lequel l’innovation se faisait toujours dans le cadre des fillers des institutions. En Egypte par exemple, nous assistions à un conflit qui se dédouble entre un mouvement néo-islamique et une gauche démocratique et laïciste qui semblent très loin du consensus et qui rappellent l’Europe du début du XXème siècle.

 Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (117)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ntzsch
- 02/01/2013 - 21:48
Et en plus, @destartin,
Est-il vraiment certain qu'elle soit de gauche ? Pour ma part, je n'en suis pas persuadé. Elle a pu voter Hollande, soit, mais cela ne prouve rien.
belou43
- 02/01/2013 - 20:21
@ roudoudou
"plus belle", ça se discute, "plus jeune", effectivement et "plus intelligente" qu'elle, reste à le prouver.
belou43
- 02/01/2013 - 20:15
A tous les détracteurs d'A. Pulvar
Quand j'entends parler A. Pulvar, je la trouve très agréable, surtout comparé à la hargne des Le Pen, père et fille. Elle au moins n'est jamais insultante.