En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Grande Amérique

Les Etats-Unis, ce grand pays paradoxe

Publié le 01 janvier 2013
Les Etats-Unis, que l'on présente souvent comme étant de plus en plus conservateurs voire "réacs", pourraient bien au contraire être prêts pour une nouvelle ère de politiques progressistes, pour un "nouveau New Deal". Après la réélection d'Obama, le "nouveau" frappe déjà à la porte, comme l'explique Christophe Deroubaix. Extrait de "Dictionnaire presque optimiste des Etats-Unis" (1/2).
Christophe Deroubaix est journaliste à L'Humanité depuis 1993. Il a été lauréat d'une bourse de la Fondation Franco-Américaine et de l'Agence France-Presse en 1996 qui lui a permis de travailler pendant deux mois au Saint-Louis Post-Dispatch. Depuis, il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Deroubaix
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Deroubaix est journaliste à L'Humanité depuis 1993. Il a été lauréat d'une bourse de la Fondation Franco-Américaine et de l'Agence France-Presse en 1996 qui lui a permis de travailler pendant deux mois au Saint-Louis Post-Dispatch. Depuis, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis, que l'on présente souvent comme étant de plus en plus conservateurs voire "réacs", pourraient bien au contraire être prêts pour une nouvelle ère de politiques progressistes, pour un "nouveau New Deal". Après la réélection d'Obama, le "nouveau" frappe déjà à la porte, comme l'explique Christophe Deroubaix. Extrait de "Dictionnaire presque optimiste des Etats-Unis" (1/2).

L’Amérique est prête pour une politique nouvelle, progressiste – un « nouveau New Deal. » C’est une loi occasionnelle avec les intellectuels : ils formulent souvent mieux que le commun des mortels une intuition, une thèse. Celle-ci est signée Paul Krugman, prix Nobel d’économie en 2008. Elle hante l’Amérique sans que cette dernière en ait encore pleinement conscience. Pourtant, ce nouveau New Deal vit déjà : dans les esprits, beaucoup, et dans la réalité, un peu. Sur tous les grands sujets politiques, l’opinion publique formule des attentes de protection collective, de résorption des inégalités, de fiscalité plus juste, d’intervention de la puissance publique. Sur tous les grands sujets de société (avortement, mariage gay), elle évolue vers plus d’ouverture tandis que de nombreux Etats renoncent à la peine de mort et que le nombre de mariages mixtes n’a jamais été aussi élevé. Quant au peule de ce nouveau New Deal, composé de minorités (Noirs, Latinos, Asiatiques), de femmes et de jeunes, et enfanté par les bouleversements démographiques et sociaux qui travaillent le pays, il existe déjà.

Evidemment, une telle affirmation peut intriguer, peut-être surprendre, sans doute choquer même, tant elle heurte la représentation inconsciente que nous nous faisons de l’Amérique. Cette image qui nous apparaît si nette car il nous semble connaître l’âme de ce peuple plus que tout autre. Dans la foulée de ce « siècle américain » que fut le XXe, les forces conjuguées du marketing de l’hyperpuissance victorieuse de la guerre froide, de l’industrie cinématographique, de sa déclinaison télévisuelle (de Dallas aux Experts) et, désormais, du flot – au sens propre – ininterrompu des informations nous ont donné le sentiment de pouvoir comprendre, comme à livre ouvert, les Etats-Unis. « Ah, ces Américains… » Ces trois mots résument notre certitude. Qui n’a jamais entendu, voire prononcé, cette apostrophe aussitôt suivie de propos généralement définitifs qu’ils soient peu amènes ou fascinés, peu souvent balancés ou tièdes.

Bref, la fusion de l’omnipotence présumée et de l’omniprésence assurée nous a rendus omniscients. Nous savons tout de la « Nouvelle Rome » : le paysage élancé de ses métropoles, son mode de vie, et même le bruit des sirènes de sa police, c’est dire… Mais aussi : leur culte de l’argent et de la réussite individuelle, la violence de leur système, économique, leur méfiance à l’égard de toute forme de protection collective, leur attachement quasi-primitif à la religion, leur méconnaissance du reste du monde et leur mauvais goût en maints domaines (pensez simplement à ce qu’ils ont fait d’un hamburger), leur rapport aussi malsain qu’incompréhensible aux armes et à la peine de mort, leur capacité à polluer plus que tout autre nation du premier monde, leur propension à infliger une guerre (Corée, Vietnam, Irak, Afghanistan) à chaque génération, bref leur acharnement à valoriser et promouvoir ce qui nous apparaît injuste et inégalitaire.

C’est un Nouveau Monde, certes mais un Autre Monde.

Chaque jour qui passe apporte son information renforçant cette image projetée d’une Amérique caricature. Ici, une attaque en règle des candidats républicains contre l’avortement. Là, une fusillade dans un lycée.

Pourtant, c’est une image déformée qui nous parvient. Dans tous les sens. Verticalement, elle n’est le reflet que d’une partie de la complexe réalité. Horizontalement, elle n’exprime qu’un moment de la vie américaine qu’il ne faut pas confondre avec le temps long.

Pour le dire de façon certainement plus simple : les Etats-Unis arrivent en bout de cycles. Au pluriel, oui. Le moment est justement singulier pour cette raison.

Le premier cycle qui prend fin est celui d’une hégémonie de la puissance américaine dans un monde dominé par les pays dits occidentaux. Le plus probable est que l’Amérique de demain sera l’une des puissances d’un monde multipolaire.

Le second est celui d’une nation « européenne », blanche, protestante et anglo-saxonne. Le certain est que l’Amérique de demain sera démographiquement sans majorité. Le potentiel est qu’elle ne soit pas « multiculturelle » mais culturellement « créolisée ».

Le troisième concerne le moment conservateur et néo-libéral que le pays traverse depuis les années 70. Le possible étant qu’un autre moment, plus ouvert, plus progressiste, moins injuste, moins inégalitaire s’ouvre, bref, qu’un nouveau New Deal surgisse.

Mais le vieux monde veut maintenir le nouveau dans son liquide amniotique. L’ultra-droite, les Tea Parties, quelques milliardaires, Fox News, un parti républicain en pleine errance extrémiste : au nom d’une Amérique éternelle, une minorité agissante couvre la voix d’une majorité silencieuse. Ce à quoi nous assistons de plus caricatural n’est pas la préfiguration d’un monde à venir : il n’est que le dernier cri d’un continent menacé d’engloutissement.

__________________________

Extrait de Dictionnaire presque optimiste des Etats-Unis, Editions Michel de Maule, octobre 2012

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alsatian in oklahoma
- 02/01/2013 - 03:23
N"IMPORTE QUOI!
J'Y SUIS!... LES WASP DEGRINGOLENT EN $$$$ ET EN NOMBRE! ...IDIOT! Tu penses, mon cher Deroubaix que les WASPs sont heureux??? ..Nous avons $17 000 000 000 000 de dette et le seul moyen de couper cette dette est de couper TOUT le budjet militaire mais +20 000 000 de chomeurs en plus qui vont suivre!...CA VA MAL aussi aux USA a cause de l'immigration qui detruit TOUT ( le travail, le prix du logement ou ils se trouvent, le sentiment "Americain"...Tout!)... La nouvelle societe GLOBALISTE est un cauchemard pour les blancs!... Je voulais etre Americain mais je ne le veut PLUS!
golvan
- 01/01/2013 - 22:29
@300/h
Si vous appelez 7,7% un taux de chômage acceptable nous ne sommes pas du même avis.
Je pense que le chômage des pays occidentaux est un piège mortel, et que ce piège est en partie dû aux théories imbéciles des mondialistes comme le directeur de l'Omc le formidable Pascal Lamy, un parfait socialiste français, soit dit en passant.
troiscentsalheure
- 01/01/2013 - 20:43
A golvan
Le taux de chômage aux Etats-Unis est de 7.7 %. En temps normal il est de moitié inférieur au taux que nous connaissons en France:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Evolution_chomage_USA_1948-2008.svg
Il est certain qu'avec l'émergence de la Chine et de l'Inde les Etats-Unis ne vont plus pouvoir vivre à crédit comme ils le font depuis 1945. ils vont devoir apprendre à gérer leurs finances publiques. Mais la baisse des dépenses militaires et l'énergie produite au niveau local leur permettra de rembourser leur dette sans avoir à augmenter les impôts.