En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 23 min 13 sec
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 5 heures 30 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 6 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 8 heures 28 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 12 heures 9 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 8 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 6 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 9 heures 42 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 10 heures 40 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 5 min
Prévisions

2013 : à quoi s'attendre sur le front politique ?

Publié le 30 décembre 2012
Si l'année 2012 a été marquée par une guerre fratricide à l'UMP, en 2013 ce pourrait bien être au tour du Parti socialiste de se déchirer.
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'année 2012 a été marquée par une guerre fratricide à l'UMP, en 2013 ce pourrait bien être au tour du Parti socialiste de se déchirer.

L'année 2012 aura été marquée par la guerre de succession de l’UMP, dans un duel extrêmement dur et très médiatisé entre Jean-François Copé et François Fillon. Il correspondait à la fracture ouverte entre droite néogaulliste et droite sécuritaire. Cette crise de l’UMP ne doit pas pour autant masquer la crise du PS. Cette dernière, moins mise en lumière, se caractérise par un conflit triangulaire entre François Hollande, Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon. Il correspond à la fracture croissante entre gauche social-démocrate et gauche socialiste.

La gauche social-démocrate est réformiste, puisqu’elle entend réformer le système et non pas en changer. Elle accepte donc l’économie de marché et le libre-échange. Son objectif est l’équité, entendue comme la réduction maximale des inégalités économiques et sociales les plus insupportables dans la société. Sa méthode est la démocratie sociale, entendue comme le dialogue entre l’Etat, le patronat, les syndicats et plus largement la société civile, pour établir un consensus sur les réformes à conduire. Son théoricien de référence est John Rawls, plus particulièrement sa Théorie de la Justice (1). Son penseur politique majeur le plus récent est Anthony Giddens, plus particulièrement sa Troisième Voie (2). Son porte-parole majeur en France est François Hollande. Significativement, ce dernier a d’ailleurs été président du club "Témoin" de Jacques Delors, qui préfaça la traduction française de la Troisième Voie de Giddens.

La gauche socialiste est révolutionnaire, puisqu’elle entend changer de système. Elle refuse donc l’économie de marché et le libre-échange : elle leur préfère le protectionnisme et une économie mixte pilotée par un Etat fort flanqué de grandes entreprises publiques. Son objectif est l’égalité politique, étendue à l’obtention des moyens économiques et sociaux de cette égalité. Sa méthode est le rapport de forces, entendu comme la confrontation entre la puissance publique et le secteur financier, pour soumettre l’activité économique à la volonté politique. Son théoricien de référence est Karl Marx, plus particulièrement Le Capital. Son penseur politique majeur le plus récent est Emmanuel Todd, plus particulièrement l’ouvrage Après la Démocratie (3), qui se conclut sur un plaidoyer pour le protectionnisme européen. Ses deux porte-parole majeurs en France sont Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon.

François Hollande, ancien Premier secrétaire du Parti socialiste, est chef de l’Etat dans le contexte de finances publiques sinistrées, d’une croissance nulle, d’un chômage en hausse persistante, d’une désindustrialisation qui s’accélère, et d’une flambée des prix des dépenses de base comme l’énergie, le logement et l’alimentation. En faisant le choix d’une politique d’austérité combinant réduction des dépenses publiques et augmentation des prélèvements obligatoires, il a pris le risque d’une augmentation mécanique de son impopularité. En faisant le choix d’une politique de compétitivité fondée sur la baisse des prélèvements obligatoires des entreprises et la hausse de ceux des ménages, il a également pris le risque de s’exposer à des critiques de son propre camp quant à une politique insuffisamment de gauche, voire excessivement de droite. Sa position à l’orée de 2013 est donc extrêmement fragile.

Parallèlement, c’est Arnaud Montebourg, ministre socialiste, et non pas Manuel Valls, que l’on pourrait qualifier de "Sarkozy de gauche".  Sa situation au sein du gouvernement ressemble en effet de façon frappante à celle de l’ancien ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac. À l’époque, Nicolas Sarkozy s’était démarqué par son volontarisme sur les dossiers de son ministère, sa présence répétée en première ligne sur le front médiatique, ses idées de réformes désapprouvées par le chef de l’Etat mais largement approuvées par l’opinion, et des désaccords publics assumés avec sa hiérarchie. Il était rapidement devenu ainsi le ministre le plus populaire du gouvernement et de fait, un candidat possible à la prochaine élection présidentielle. Symétriquement, en remplaçant la lutte contre l’insécurité par la lutte contre les délocalisations, Arnaud Montebourg reproduit exactement le même schéma. En d’autres termes, il constitue de facto un premier rival socialiste majeur au social-démocrate François Hollande pour le leadership de la gauche.

C’est dans ce contexte que se déploie la stratégie de Jean-Luc Mélenchon, dissident du Parti socialiste ayant fondé le Front de gauche avec le soutien du Parti communiste. D’un côté, il fustige l’alignement de la politique de François Hollande sur les fondamentaux de la politique du précédent gouvernement, en particulier le traité budgétaire européen signé par Nicolas Sarkozy en 2011. De l’autre, il propose de façon répétée aux Verts et à l’aile gauche du Parti socialiste de constituer une majorité alternative qui instaurerait une politique protectionniste et une économie mixte pilotée par l’Etat. Il constitue donc un second rival socialiste majeur au social-démocrate François Hollande pour le leadership de la gauche.

Hollande, Montebourg, Mélenchon : les deux variables fondamentales de ce conflit triangulaire sont la désindustrialisation et la précarisation. Plus la désindustrialisation du pays ira en s’accroissant et en s’accélérant, plus la précarisation prise au sens large de la hausse du chômage et des prix des dépenses de base des ménages s’aggravera, et plus l’opinion soutiendra la ligne socialiste de Montebourg et de Mélenchon au détriment de la ligne social-démocrate de Hollande. Les sondages sur l’idée d’une nationalisation du site de Florange sont à cet égard un signe très clair d’une tendance de fond. En Grèce, la crise économique et sociale est d’ailleurs parvenue à un tel point de rupture qu’aux dernières élections législatives, l’alliance de la gauche socialiste et de l’extrême gauche est passée devant la gauche social-démocrate.

_____________________________

(1) John RAWLS, Théorie de la Justice, Paris : Seuil, 1997, 2e édition.

(2) Anthony GIDDENS, La Troisième Voie : le renouveau de la social-démocratie, Paris : Seuil, 2002.

(3) Emmanuel TODD, Après la Démocratie, Paris : Seuil, 2008

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 31/12/2012 - 23:10
C'est vrai,Flamby euh-euh est le porte-parole de l' Egalitarisme
C'est la seule chose un peu nette qui ressort de son discours confus!
Mais l'égalitarisme gauchiste est le contraire de l'équité et l'histoire l'a prouvé maintes fois.
Ah, révisionnisme!...
vangog
- 31/12/2012 - 23:01
La gauche social-démocrate: "Son objectif est l’équité"?????....
non! Il ne faut pas confondre "égalitarisme" qui est l'ambition des socio-démocrates et "équité" qui est l'ambition des libéraux!
L'égalitarisme" consiste à privilégier des minorités de lutte syndicale, de pensée, de caractère ethniques ou sexuels... parce que la gauche dirigiste de nos pensées a décidé que ces minorités faisaient partie de son cheptel électoral et que tous les Français devaient se rallier à leurs dogmes!
Cet égalitarisme aboutit à distinguer les groupes normaux "ponctionnables et corvéables à merci" des castes de privilégiés adulés par le pouvoir gauchiste par clientélisme électoral et calcul politicien.
L'"équité" est une valeur beaucoup plus délicate à manier et beaucoup plus universelle que l"égalitarisme gauchiste"!
l"équité", tous les groupes Politiques s'en réclament mais seuls les moins interventionnistes, "les libéraux", s'en approchent , ce que la plupart des humanistes et des philosophes reconnaissent .
Gégé Foufou
- 31/12/2012 - 07:35
EH M. GUENOLE !!!!!
Le Front National, nous sommes là, faudrait pas nous oublier sinon vous allez avoir de sacrés surprises ....