En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 11 heures 15 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 13 heures 10 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 14 heures 21 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 17 heures 36 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 18 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 11 heures 29 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 12 heures 39 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 13 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 15 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 21 heures 4 min
Le nettoyeur

Le PIB, tout le monde en parle, personne ne sait ce que c'est : explications

Publié le 29 décembre 2012
Cette semaine, Pascal-Emmanuel Gobry explique ce qu'est le Produit intérieur brut.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Pascal-Emmanuel Gobry explique ce qu'est le Produit intérieur brut.

La fin de l'année signifie une chose, en tous les cas pour les économistes : les statistiques de fin d'année. Nous allons enfin savoir beaucoup de choses sur l'année 2012. Mais le chiffre qui sera peut-être le plus commenté sera celui du produit intérieur brut (PIB). On pourrait dire “la croissance”, mais pour ça encore faudrait-il qu'il y en ait...

Tout le monde parle du PIB, mais personne ne sait, précisément, de quoi il s'agit. Quelques explications, donc, un peu techniques, mais simples.

Le PIB est désigné par l'équation suivante : C + I + G + (X – M)

Le PIB, c'est simplement l'addition de la consommation (C), de l'investissement (I), de la dépense publique (G), plus les exportations moins les importations (X – M). L'Insee utilise une formule différente, mais équivalente, et celle-ci est la plus éclairante conceptuellement.

Le PIB c'est donc, en gros, la somme de tout l'argent dépensé dans le pays pendant une année. C'est un concept de comptabilité nationale, et ça veut dire plusieurs choses...

C'est un flux, pas un stock.

Quand on parle de PIB, on dit souvent “la richesse nationale.” C'est faux ! Le PIB est un flux : de l'argent dépensé dans une durée. Cela n'a pas de rapport avec la richesse nationale, qui serait la somme de nos actifs. Cela montre aussi que ça n'a pas beaucoup de sens de comparer notre dette à notre PIB, comme tout le monde le fait. Comparer un flux avec un stock, c'est comme additionner des choux et des carottes.

Les exportations augmentent la croissance (mais ne rendent pas riche)

Si vous avez fait attention à l'équation, vous vous êtes rendu compte que le surplus (ou déficit) commercial rentre dans le calcul du PIB. La raison est que le PIB mesure le “produit” intérieur brut—ce que le pays produit. Si vous voulez compter toutes les pommes produites en France, comment faites-vous? Le plus simple est de compter toutes celles qui sont vendues. Mais voilà : des pommes produites sont exportées. Et des pommes vendues sont importées. Donc pour compenser cet effet, vous rajoutez les pommes exportées et soustrayez les pommes importées.

Autrement dit : l'impact du solde commercial sur le PIB est un simple effet comptable, lié à ce qu'il mesure. Oui, toutes choses égales par ailleurs, augmenter des exportations augmente le PIB. Mais ça ne veut pas dire que c'est en exportant qu'on s'enrichit ! Sinon, le Luxembourg, qui importe tout, serait le pays le plus pauvre du monde.

Oui, la dépense publique augmente la croissance

Le même effet comptable joue sur les autres variables du PIB. Notamment la dépense publique. C'est mathématique : toutes choses égales par ailleurs, si la dépense publique augmente, le PIB aussi. Cela ne veut pas dire qu'on peut ou qu'on doit augmenter la dépense publique à l'infini. C'est pour ça que les modèles économiques qui prônent l'augmentation de la dépense pendant une récession incluent un “multiplicateur”, qui fait que la dépense publique augmente les autres facteurs de consommation. L'effet est plus intéressant dans l'autre sens, cependant : la baisse de la dépense publique baisse le PIB. C'est un effet mécanique, mathématique. Cet effet peut expliquer l'impact des politiques d'austérité en Europe, qui ont détérioré la croissance (et ainsi, les déficits et la dette).

Bref, on peut augmenter le PIB en dépensant beaucoup d'argent public auprès des exportateurs. Cela permettra-t-il mieux aux gens de mieux collaborer ensemble pour créer de la valeur, ce qui est l'utilité de l'économie ? Non. Mais on aura augmenté un chiffre.

Ce qu'il faut savoir sur le PIB, c'est surtout que c'est un concept comptable et statistique. Ce n'est pas “la richesse du pays”, ni rien d'autre. C'est un outil. On ne peut l'utiliser à bon escient que si on comprend de quoi il est fait et comment il fonctionne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
g de bouillon
- 30/12/2012 - 10:38
tout est pipé
c est un bide ce pib; il suffit de voir en micro économie celle de la vie de tous les jours pour se rendre compte que la nomenklatura pipe chaque jour les chiffres!
laurentso
- 29/12/2012 - 11:36
Edifiant et intéressant : l'exemple de l'article "objectif"
et rigoureusement exact, mais qui donne lieu à des interprétations tendancieuses! Réaliser un papier sur le PIB sans parler de production des entreprises, de valeur ajoutée, faut le faire !
Et l'auteur raisonne en termes de dynamique pour tirer des conclusions "statiques" ; il le dit lui-même, le PIB n'est qu'une photo de la période écoulée.
Pas compris le topo sur l'exportation. Si, bien sûr, toutes choses égales par ailleurs, une hausse des exportation "enrichit" le pays, car les entreprises produisent davantage, distribuent des salaires, font entrer des devises.
Quand aux "dépenses publiques" qui suscitent le racisme anti-fonctionnaires ci-dessous, il s'agit surtout des "Investissements publics" (infrastructures). Un reproche adressé au PIB est justement de sous-estimer l'action induite des administrations (éducation, services publics). Augmenter la "dépense" (en embauchant des fonctionnaires) n'aurait qu'un impact marginal sur le PIB. En revanche, les dépenses "structurantes" sont plus significatives. Cf "le Grand Emprunt" de Sarkozy en 2010 qui a relancé un peu la croissance.
brennec
- 29/12/2012 - 09:27
Miroir aux alouettes.
La confusion est peut être aussi due a la dénomination de cet indice: une dépense est elle un produit? On peut très bien dépenser plus sans produire plus, par exemple en cas de désépargne. Il aurait été plus juste de parler de Dépense Intérieur brute, mais dans ce cas un certain nombre de choses seraient devenues un peu trop évidentes pour le bien de nos gouvernants en particulier concernant la dépense publique. Dans votre formule l'effet de la dette n'apparait pas, on peut supposer qu'emprunter pour dépenser (cas du déficit budgétaire) fait augmenter le PIB.