En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

02.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Indicateurs utiles
Google décide de partager les données de localisation des utilisateurs comme un nouvel outil dans la lutte contre le coronavirus
il y a 1 heure 26 min
pépites > International
Aux origines du virus
Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chanson bretonne, L’Enfant et la Guerre, Deux contes" de J.M.G. Le Clézio : l’émotion des souvenirs d’enfance. 2 contes sensibles et subtils

il y a 4 heures 4 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 8 heures 3 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 10 heures 49 sec
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 11 heures 22 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 14 heures 49 sec
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 15 heures 19 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 16 heures 11 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 17 heures 9 min
pépites > Media
Contamination de l’information
Reporters sans frontières a lancé "l’Observatoire 19" de la liberté de la presse en pleine crise du coronavirus
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Siècle des Quatre Empereurs" de Rémi Kauffer : un formidable récit historique, une gigantesque fresque humaine et une épopée haletante

il y a 3 heures 45 min
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 7 heures 29 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 9 heures 43 sec
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 10 heures 50 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 13 heures 34 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 14 heures 43 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 17 heures 37 min
Changer de modèle

Faut-il remettre en cause l'indépendance des banques centrales comme le gouvernement japonais menace de le faire ?

Publié le 03 janvier 2013
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, souhaite relancer les exportations de l'archipel en adaptant sa politique monétaire, et menace de remettre en cause l'indépendance de la banque centrale du pays pour y parvenir.
Nicolas Goetzmann est conseiller en stratégie d'investissement, gérant de fortune, auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne publié par la Fondation pour l'innovation en politique. En 2012, il a crée le site contrintuitif.com.  Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann et Jean-Claude Werrebrouck
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est conseiller en stratégie d'investissement, gérant de fortune, auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne publié par la Fondation pour l'innovation en politique. En 2012, il a crée le site contrintuitif.com.  Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, souhaite relancer les exportations de l'archipel en adaptant sa politique monétaire, et menace de remettre en cause l'indépendance de la banque centrale du pays pour y parvenir.

Atlantico : Alors que Shinzo Abe a été élu Premier ministre du Japon le 16 décembre, il souhaite relancer les exportations de l'archipel en s’attaquant à la monnaie nationale, le yen, considérée comme surévaluée. Pour ce faire, il souhaite que la Banque du Japon (BoJ) adopte une politique monétaire plus accommodante. En cas de refus, le nouveau pouvoir en place pourrait remettre en cause l'indépendance de l'institution. Face à la crise et au ralentissement économique, faut-il remettre en cause l'indépendance des banques centrales ?

Nicolas Goetzmann : Non. En Aucun cas. L’indépendance d’une banque centrale est indispensable. Mais il est nécessaire d’ouvrir le débat sur la mission de l’autorité monétaire. Au Japon, la politique menée depuis 20 ans est totalement inefficace sur le plan de la croissance puisqu’elle préserve la stabilité des prix avant tout. Cette autorité a le pouvoir de déterminer le niveau de demande intérieure d’une économie, qui se ventile entre croissance et inflation. Son objectif est alors d’effectuer le meilleur arbitrage possible entre croissance et stabilité des prix. Le Japon a privilégié sa maîtrise des prix au détriment de la croissance ce qui a eu pour effet de placer le yen en monnaie la plus forte au monde. Shinzo Abe pose la question monétaire au centre du débat, et il a raison de la faire, la Banque du Japon (BoJ) se trompe depuis 20 ans.

La Fed est parvenue à se remettre en question sans intervention extérieure, c’est ce que Shinzo Abe veut pour le Japon. La BoJ ne peut se cacher derrière son indépendance pour rejeter les accusations qui pèsent contre elle. Indépendant ne signifie pas irresponsable.

Jean-Claude Werrebrouck : L’indépendance des banques centrales était l’une des pièces essentielles de la mise en place des règles du jeu de la mondialisation. De la même façon que le libre échange supposait la construction d’une logistique planétaire de circulation physique des marchandises, il fallait que la libre circulation des capitaux soit facilitée par une logistique financière dont tous les maillons seraient interconnectés selon des règles normalisées. Cela supposait un fort recul des Etats sur ce bien public essentiel qu’est la monnaie, avec en particulier la fin de l’idée de banque centrale comme banque des Etats.

La crise étant aussi une crise de la mondialisation, il est assez logique que les Etats reviennent doucement vers l’idée d’une banque centrale comme banque dépendante, et donc soumise au pouvoir. Bien évidemment la question est de savoir quel degré de soumission sera finalement imposé pour en terminer avec la crise. Et de ce point de vue, les configurations nouvelles seront variables et dépendront des histoires spécifiques de chaque nation. Il est clair, par exemple, que la banque centrale britannique dont la naissance fait suite à la "Glorieuse Révolution", n’a pas la même histoire que la banque de France qui va naître sous le joug d’un Bonaparte.

Une remise en cause - partielle ou totale - peut-elle permettre une plus grande harmonisation entre politique budgétaire (menée par le gouvernement) et politique monétaire (menée par la banque centrale) pour ainsi gagner en efficacité et conjurer les effets de la crise ?

Nicolas Goetzmann : L’harmonisation entre politique budgétaire et politique monétaire est le point crucial. Un mandat de stabilité des prix, méthode en cours au Japon ou en Europe par exemple, a pour effet de mettre le pouvoir budgétaire sous tutelle du pouvoir monétaire. Au contraire, un mandat de PIB nominal (Nominal Growth Domestic Product Targeting) permet de renverser cet état de fait et de redonner un pouvoir réel à la politique budgétaire. Le NGDP targeting devient la nouvelle norme, cette réforme est soutenue aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, et Shinzo Abe en a fait explicitement mention dans ses discours.

Il s’agit simplement de remplacer un objectif d’inflation (2% en Europe, 1% au Japon) par un objectif de croissance nominale (qui est la somme de la croissance et de l’inflation). Cet objectif permet dès lors de prendre en compte aussi bien la croissance (et donc le niveau de chômage) que l’inflation. Il n’est ainsi pas nécessaire de remettre en cause l’indépendance d’une banque centrale pour redonner le pouvoir au politique, une simple prise en compte des plus récentes évolutions de la doctrine monétaire suffirait.

Jean-Claude Werrebrouck : Dans le monde des apparences, la dette publique, devenue énorme et ingérable, est l’une des dimensions ou conséquences de la grande crise que connait le monde, et pas simplement le monde occidental. Cette dette est devenue ingérable aussi en raison des règles du jeu de la mondialisation qui supposent, partout, la lutte contre l’inflation et donc privilégient l’épargne rentière au détriment de l’investissement productif. Il existait autrefois, outre l’inflation un autre moyen de contenir la dette : les banques centrales avaient aussi pour mission de financer les Etats à taux nul, parfois - voire même très souvent au cours de l’histoire - sans remboursement réel. Ce fût le cas durant les 2 Guerres mondiales.

Ce qu’on appelle dettes publiques est donc aussi prioritairement la conséquence d’une coupure radicale entre les Etats et leur banque centrale. Des Etats qui seront, fort curieusement, obligés de passer par l’endettement bancaire pour se financer. Et il s’agit de quelque chose de fort curieux : imaginez un propriétaire de pommiers à qui il serait interdit de consommer sa récolte et qui serait obligé d’acheter des pommes sur le marché ! De fait, la crise de la dette est un choix politique inapproprié qui fut imposé par ceux qui avaient intérêt à sa marchandisation : financiers et marchands de produits d’épargne sécurisée. Politique budgétaire et politique monétaire seraient tout simplement libérées en les extirpant du carcan financier.

L'efficacité de l'action d'une banque centrale - notamment auprès des marchés - dépend fortement de sa crédibilité. Celle-ci peut-elle être ébranlée par une remise en cause de l'indépendance des banques centrales ?

Nicolas Goetzmann : Le cœur d’une politique monétaire est la crédibilité de sa banque centrale. Si l’indépendance de la banque est menacée, je ne donne pas cher de la peau de la dette de l’Etat concerné. Le pouvoir le plus important d’une banque est sa capacité à mobiliser les acteurs économiques sur une simple déclaration. Ceci est rendu possible par sa crédibilité. Si vous menacez cette crédibilité, vous mettez à mal son pouvoir même.

En revanche, il me semble que la crédibilité de la BCE est aujourd’hui mise à mal. Son mandat de stabilité des prix a provoqué une politique d’austérité monétaire destructrice de toute croissance. La BCE est crédible dans sa rigueur contre la croissance depuis 2008, voilà pourquoi les taux sont si bas aujourd’hui. Le défi d’aujourd’hui est que cette crédibilité en terme d’austérité soit mise au profit de la croissance, comme le fait aujourd’hui la Fed et la Bank of England. Ce dont l’Europe a besoin aujourd’hui c’est d’une modification du mandat de la BCE, en interrompant ce mandat de stabilité des prix pour mettre en place le "NGDP targeting", ou objectif de PIB nominal.

Jean-Claude Werrebrouck : Si un pays important remettait ouvertement en cause l’indépendance de sa banque centrale et exigeait la monétisation intégrale de sa dette, il en résulterait bien évidemment des mouvements de panique avec en premier lieu un effondrement de sa monnaie. Les choses ne sont pas simples, surtout pour la BCE dont l’indépendance est en principe la plus radicale. C’est la raison pour laquelle il faut, à mon avis, une action coordonnée décidée au terme d’une grande conférence internationale. Une conférence qui déciderait d’une refonte complète de la mondialisation avec l’obligation pour chaque pays d’équilibrer ses échanges extérieurs, donc la fin d’un libre échange devenu le protectionnisme des prédateurs, et surtout l’interdit juridique de la spéculation, celle-ci devenant un délit pénalement sanctionné. Cela passerait aussi par l’interdit de la création monétaire par les banques (le fameux système à "réserves fractionnaires") et le rétablissement de l’autorité monétaire de la banque centrale seule à pouvoir émettre de la monnaie sous le contrôle des Etats.

La configuration actuelle de la mondialisation s’achève avec la crise. Ne cherchons pas les coupables, en particulier la finance si souvent accusée : la finance est comme les gaz, elle occupe tout le volume disponible. C’est au décideur politique de réduire ce volume et aux différents peuples de la Terre de l’y inciter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

02.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
artesan
- 04/01/2013 - 09:15
Magique
Les auteurs ne nous disent rien sur la façon dont les Etats ont manipulé la monnaie au cours de l'histoire et jamais autant que depuis l'invention des monnaies fiduciaires et scripturales, depuis le monopole et le contrôle public des banques centrales. Ils préconisent un simple retour en arrière, le pouvoir redonné aux politiques pour manipuler la valeur de la monnaie et régler ainsi leurs dettes. Les citoyens du monde sont bcq plus éclairés aujourd'hui qu'hier, il sera très difficile, pour les Etats, de tricher par des politiques qui dévaluent les monnaies. Dommage que les points de vue des 2 interviewés n'aient pas été plus contradictoires.
mal-pensant
- 04/01/2013 - 01:25
danger amnésie
Les allemands ont déjà testé le financement de la dette par la banque centrale. C'est pour cela qu'ils ont la position actuelle. la France aussi grace à mr Law
sanglier intrépide
- 03/01/2013 - 14:14
Oui il faut le faire
Mais l'establishment ne le veut pas.