En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

04.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 23 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 4 heures 49 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 6 heures 3 sec
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 6 heures 27 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 22 heures 44 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 23 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 7 heures 15 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 23 heures 4 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 1 jour 8 min
© Reuters
Derrière les narcotrafiquants mexicains se cachent en fait des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités.
© Reuters
Derrière les narcotrafiquants mexicains se cachent en fait des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités.
Elite criminelle

Narcotrafiquants mexicains : des hommes d'affaires passés par les meilleures universités

Publié le 27 décembre 2012
Le chiffre d'affaires mondial de la drogue est estimé à 450 milliards de dollars par an, soit 50 milliards de plus que les ventes d'armes. Derrière les clichés sur les narcotrafiquants mexicains, il y a pourtant des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités et des juristes de haut niveau qui exploitent les circuits de la mondialisation. Extrait de "Narco business : l'irrésistible ascension des mafias mexicaines" (2/2).
Babette Stern est  journaliste,  spécialiste  des  grands  sujets  économiques  internationaux.  Elle a été correspondante d'un grand quotidien français au Mexique et en Amérique latine, où elle se rend régulièrement.Elle est l'auteur de Narco business ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Babette Stern
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Babette Stern est  journaliste,  spécialiste  des  grands  sujets  économiques  internationaux.  Elle a été correspondante d'un grand quotidien français au Mexique et en Amérique latine, où elle se rend régulièrement.Elle est l'auteur de Narco business ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chiffre d'affaires mondial de la drogue est estimé à 450 milliards de dollars par an, soit 50 milliards de plus que les ventes d'armes. Derrière les clichés sur les narcotrafiquants mexicains, il y a pourtant des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités et des juristes de haut niveau qui exploitent les circuits de la mondialisation. Extrait de "Narco business : l'irrésistible ascension des mafias mexicaines" (2/2).

Inutile de chercher leur nom dans la liste des 30 valeurs du Dow Jones, l’indice phare du New York Stock Exchange, pas plus que dans le CAC 40 ou le Hang Seng de Hong Kong. Pourtant, leur poids financier, leur chiffre d’affaires, leur présence internationale, leur structure industrielle et le nombre de leurs collaborateurs ne détonneraient pas aux côtés des grosses capitalisations boursières que sont Apple, Total ou HSBC.

Les cartels mexicains ne sont pas des entreprises tout à fait comme les autres et les matières premières qu’ils commercialisent brutes ou raffinées, – le pavot, la cocaïne et le cannabis – ne sont pas cotées à la bourse du commerce mondiale qu’est le Chicago Board of Trade, comme le soja ou le blé. Mais ce sont bel et bien des entreprises.

Les unes évoluent dans un cadre légal. Les autres s’épanouissent dans l’économie parallèle. La différence entre les deux types de sociétés est essentiellement réglementaire. Les entreprises de Wall Street payent des impôts, obéissent à des règles de concurrence strictes, sont soumises à des contrôles de qualité de leurs produits, doivent acquitter des taxes douanières. Leurs clients ont des recours légaux si le produit n’est pas conforme à la commande, leurs employés sont protégés par des lois sur le travail. Elles doivent verser des dividendes à leurs actionnaires.

Dans le monde parallèle des mafias, aucune de ces contraintes n’existe. Les bénéfices vont directement dans la poche des dirigeants, la concurrence est sauvage, le client doit se contenter du produit livré, les employés sont exploités.

Mais le fonctionnement industriel est le même ou presque. L’économie de marché, les effets de la mondialisation, les innovations des technologies, la libre circulation des marchandises, le développement des marchés financiers et la prolifération des paradis fiscaux sont exploités par les unes et les autres. Elles alimentent le système capitaliste.

*

Les barons de la drogue mexicains ressemblent à des hommes d’affaires, portant costume et cravate. Si les patrons sont des self-made-men, leur état-major est passé par les universités. Ils sont entourés d’une armada de financiers, de juristes et d’investisseurs. Le chiffre d’affaires total de la drogue est estimé par l’ONU à 450 milliards de dollars par an, 50 milliards de plus que les ventes d’armes. Toujours selon l’ONU, le chiffre d’affaires annuel de la cocaïne est de 88 milliards de dollars. Les Américains en consomment 41 %, soit un marché de 36 milliards de dollars. 90 % de la cocaïne consommée aux États-Unis passe par les cartels mexicains.

Le Mexique est, derrière l’Afghanistan (7 700 tonnes) et le Myanmar (410 tonnes), le troisième pays producteur d’opium avec une production de 325 tonnes par an (chiffres 2008 de l’ONU), dont les trois quarts servent à fabriquer de l’héroïne, une des drogues les plus répandues au monde. Il en produit 38 tonnes par an (380 tonnes pour l’Afghanistan et 40 tonnes pour le Myanmar).

En deux décennies, les cartels mexicains se sont hissés au premier rang du trafic de drogue, supplantant les Colombiens dans cette spécialité. Rompant avec les règles non écrites qui les liaient aux groupes « narcos » d’Amérique du Sud, les cartels mexicains contrôlent pratiquement le centre et le sud du continent où ils se fournissent en précurseurs chimiques pour préparer des drogues synthétiques dont ils sont devenus les grands spécialistes. Dans tous les pays latino-américains, y compris le Belize, ils ont établi des bases patrimoniales pour trois raisons : surveiller les routes de transit des biens et services illicites qu’ils gèrent ; protéger leurs actifs générés par leurs activités et garantir l’approvisionnement des produits qu’ils utilisent. Ils sont présents dans tout l’hémisphère. Des pays comme l’Argentine n’ont pas de lois interdisant l’importation de précurseurs chimiques, ce qui augmente le trafic à travers l’Amérique centrale.

__________________________________

Extrait de Narco business : l'irrésistible ascension des mafias mexicaines 

 l'irrésistible ascension des mafias mexicaines

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

04.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gengis
- 27/12/2012 - 10:47
Business is business
La sempiternelle remarque dont je ne me prive pas : pas de demande, pas d'offre.
stephanefr
- 27/12/2012 - 08:55
"Les entreprises de Wall
"Les entreprises de Wall Street payent des impôts"

Une misere, cf. Google, Amazon, Starbucks et al.