En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Derrière les narcotrafiquants mexicains se cachent en fait des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités.
Elite criminelle
Narcotrafiquants mexicains : des hommes d'affaires passés par les meilleures universités
Publié le 27 décembre 2012
Le chiffre d'affaires mondial de la drogue est estimé à 450 milliards de dollars par an, soit 50 milliards de plus que les ventes d'armes. Derrière les clichés sur les narcotrafiquants mexicains, il y a pourtant des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités et des juristes de haut niveau qui exploitent les circuits de la mondialisation. Extrait de "Narco business : l'irrésistible ascension des mafias mexicaines" (2/2).
Babette Stern est  journaliste,  spécialiste  des  grands  sujets  économiques  internationaux.  Elle a été correspondante d'un grand quotidien français au Mexique et en Amérique latine, où elle se rend régulièrement.Elle est l'auteur de Narco business ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Babette Stern
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Babette Stern est  journaliste,  spécialiste  des  grands  sujets  économiques  internationaux.  Elle a été correspondante d'un grand quotidien français au Mexique et en Amérique latine, où elle se rend régulièrement.Elle est l'auteur de Narco business ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chiffre d'affaires mondial de la drogue est estimé à 450 milliards de dollars par an, soit 50 milliards de plus que les ventes d'armes. Derrière les clichés sur les narcotrafiquants mexicains, il y a pourtant des hommes d'affaires en costume-cravate passés par les meilleures universités et des juristes de haut niveau qui exploitent les circuits de la mondialisation. Extrait de "Narco business : l'irrésistible ascension des mafias mexicaines" (2/2).

Inutile de chercher leur nom dans la liste des 30 valeurs du Dow Jones, l’indice phare du New York Stock Exchange, pas plus que dans le CAC 40 ou le Hang Seng de Hong Kong. Pourtant, leur poids financier, leur chiffre d’affaires, leur présence internationale, leur structure industrielle et le nombre de leurs collaborateurs ne détonneraient pas aux côtés des grosses capitalisations boursières que sont Apple, Total ou HSBC.

Les cartels mexicains ne sont pas des entreprises tout à fait comme les autres et les matières premières qu’ils commercialisent brutes ou raffinées, – le pavot, la cocaïne et le cannabis – ne sont pas cotées à la bourse du commerce mondiale qu’est le Chicago Board of Trade, comme le soja ou le blé. Mais ce sont bel et bien des entreprises.

Les unes évoluent dans un cadre légal. Les autres s’épanouissent dans l’économie parallèle. La différence entre les deux types de sociétés est essentiellement réglementaire. Les entreprises de Wall Street payent des impôts, obéissent à des règles de concurrence strictes, sont soumises à des contrôles de qualité de leurs produits, doivent acquitter des taxes douanières. Leurs clients ont des recours légaux si le produit n’est pas conforme à la commande, leurs employés sont protégés par des lois sur le travail. Elles doivent verser des dividendes à leurs actionnaires.

Dans le monde parallèle des mafias, aucune de ces contraintes n’existe. Les bénéfices vont directement dans la poche des dirigeants, la concurrence est sauvage, le client doit se contenter du produit livré, les employés sont exploités.

Mais le fonctionnement industriel est le même ou presque. L’économie de marché, les effets de la mondialisation, les innovations des technologies, la libre circulation des marchandises, le développement des marchés financiers et la prolifération des paradis fiscaux sont exploités par les unes et les autres. Elles alimentent le système capitaliste.

*

Les barons de la drogue mexicains ressemblent à des hommes d’affaires, portant costume et cravate. Si les patrons sont des self-made-men, leur état-major est passé par les universités. Ils sont entourés d’une armada de financiers, de juristes et d’investisseurs. Le chiffre d’affaires total de la drogue est estimé par l’ONU à 450 milliards de dollars par an, 50 milliards de plus que les ventes d’armes. Toujours selon l’ONU, le chiffre d’affaires annuel de la cocaïne est de 88 milliards de dollars. Les Américains en consomment 41 %, soit un marché de 36 milliards de dollars. 90 % de la cocaïne consommée aux États-Unis passe par les cartels mexicains.

Le Mexique est, derrière l’Afghanistan (7 700 tonnes) et le Myanmar (410 tonnes), le troisième pays producteur d’opium avec une production de 325 tonnes par an (chiffres 2008 de l’ONU), dont les trois quarts servent à fabriquer de l’héroïne, une des drogues les plus répandues au monde. Il en produit 38 tonnes par an (380 tonnes pour l’Afghanistan et 40 tonnes pour le Myanmar).

En deux décennies, les cartels mexicains se sont hissés au premier rang du trafic de drogue, supplantant les Colombiens dans cette spécialité. Rompant avec les règles non écrites qui les liaient aux groupes « narcos » d’Amérique du Sud, les cartels mexicains contrôlent pratiquement le centre et le sud du continent où ils se fournissent en précurseurs chimiques pour préparer des drogues synthétiques dont ils sont devenus les grands spécialistes. Dans tous les pays latino-américains, y compris le Belize, ils ont établi des bases patrimoniales pour trois raisons : surveiller les routes de transit des biens et services illicites qu’ils gèrent ; protéger leurs actifs générés par leurs activités et garantir l’approvisionnement des produits qu’ils utilisent. Ils sont présents dans tout l’hémisphère. Des pays comme l’Argentine n’ont pas de lois interdisant l’importation de précurseurs chimiques, ce qui augmente le trafic à travers l’Amérique centrale.

__________________________________

Extrait de Narco business : l'irrésistible ascension des mafias mexicaines 

 l'irrésistible ascension des mafias mexicaines

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
LR : le difficile avenir de la droite française
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gengis
- 27/12/2012 - 10:47
Business is business
La sempiternelle remarque dont je ne me prive pas : pas de demande, pas d'offre.
stephanefr
- 27/12/2012 - 08:55
"Les entreprises de Wall
"Les entreprises de Wall Street payent des impôts"

Une misere, cf. Google, Amazon, Starbucks et al.