En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 12 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 8 heures 48 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 30 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 39 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 28 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 27 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 12 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 36 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 32 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 13 heures 51 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 29 min
Torchons et serviettes

Comparer la situation des banques portugaises à celle des banques espagnoles n'a aucun sens

Publié le 17 décembre 2012
Les difficultés structurelles rencontrées par les banques espagnoles sont bien plus graves que celles que traversent les banques portugaises qui ont vu leur situation s'améliorer à partir de 2010.
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les difficultés structurelles rencontrées par les banques espagnoles sont bien plus graves que celles que traversent les banques portugaises qui ont vu leur situation s'améliorer à partir de 2010.

Les banques portugaises sont actuellement dans une phase surprenante de redressement au moment où le gouvernement Coelho cherche à redresser son pays. La situation des banques portugaises contraste étonnement avec celle de son voisin l’Espagne. Tout d’abord les banques portugaises ont renforcé leur solvabilité ainsi que leur liquidité en partie grâce aux interventions récentes de la BCE. La situation au Portugal est intéressante à deux égards : tout d’abord les efforts pour améliorer la situation des finances publiques ne sont pas récompensés alors que le pays a strictement appliqué les mesures imposées par ses créanciers et notamment le FMI. En parallèle le secteur bancaire améliore sa situation. L’une des particularités du Portugal est que précisément l’année 2010, date de la demande d’aide au FMI, année difficile sur le plan des finances publiques, a vu le début d’un retournement spectaculaire de ses banques.

Les ratios de solvabilité se sont récemment améliorés et en particulier le core tier one qui passe de 9% à la fin 2011 à 10% à la fin 2012 selon les données de BNP Paribas Research. On observe un renforcement des fonds propres durs et une réduction des actifs pondérés. Les banques portugaises ont fait appel aux fonds publics, c'est notamment le cas de la CGD, la BCP, et la BPI, pour se recapitaliser, il faut savoir que le FMI qui a en partie financé cette recapitalisation dispose encore de plus de deux tiers de ses ressources initiales pour venir en aide à d’autres banques portugaises si besoin est.

Le goulot d’étranglement sur la liquidité interbancaire fait que finalement la BCE a eu pour le coup un rôle tout à fait rapide et essentiel sur la santé du secteur bancaire portugais. Pourquoi l’Espagne attend autant ? D’après BNP Paribas Research, en août, le montant cumulé emprunté auprès de l’eurosystème atteignait 55 milliards d’euros soit 9,7% de leurs actifs contre 8% en 2010. Les banques portugaises c’est 4,5% de la totalité des opérations de politique monétaire de la BCE alors que le poids des actifs bancaires dans la zone euro n’est que de 1,7%.

Une autre différence avec l’Espagne est que le Portugal épargne et à ce titre ressemble plus à la France. L’encours total des dépôts a augmenté de 3% entre janvier 2011 et juillet 2012 grâce à une forte accélération des dépôts des ménages. De plus les taux de rémunération des dépôts restent élevés.

Sur fonds de profonde récession, et de baisse des revenus des ménages faut-il craindre à terme une baisse de la demande de services bancaires, à l’image de ce qui se déroule en Espagne ou en Grèce ? Non, dans ces deux pays, les banques rencontrent des difficultés structurelles autrement plus graves : éclatement de la bulle immobilière en Espagne, ventes jugées abusives de produits financiers complexes aux ménages en Espagne, exposition poussée au risque souverain et effondrement économique en Grèce.

Point d’achoppement : on passe d’un processus de mutualisation des risques vers un processus de segmentation sélection avec contraction des crédits à la consommation et aux entreprises privées. Du coup l’un des risques aujourd’hui, est d’exposer le Portugal à un financement extérieur déjà important notamment pour ce qui concerne la construction immobilière et les services. Du coup, les ratios de crédits à risque même s’ils ont augmenté récemment (impayés à 90 jours + Prêts douteux + Prêts non performants) sont dans une phase de rationalisation. En juillet 2012, ce ratio s’établissait à 9,3% soit plus du double qu’un an plus tôt. Sur le segment ménage, le ratio était de 3,6 avec des augmentations d’impayés sur le crédit à la consommation plus que le crédit immobilier.  

Si les profits ont été divisés par 3 entre 2007 et 2011 pour les principaux établissements, en 2011 grâce à la BCE nous assistons à un retournement du crédit et à un assainissement des bilans, l’activité internationale en Angola et au Mozambique ainsi qu’au Brésil permettant d’amortir légèrement celle du marché domestique.

Ces progrès ne doivent pas cependant laisser croire en un eldorado bancaire. La faiblesse du système portugais résidait dans un ratio crédits sur dépôts trop élevé qui se réduit sensiblement maintenant, mais aussi dans sa large exposition à la dette souveraine. Ce dernier point semble s’accentuer. Notons que des taux d’intérêt réels négatifs au moment de l’unification monétaire ont largement contribué à endormir les banques en laissant de coté l’aspect prudentiel. Les cours de Bourse à leurs plus bas niveaux soulignent aussi les limites du programme d’assistance : dans un univers récessif la solvabilité ne signifie pas solidité et les injections de liquidité, sur un mode artificiel, ne suffiront pas à elles seules à restaurer une rentabilité structurelle. Briser la circularité du lien banques-Etat (l’Etat ne renflouerait plus les banques), comme le prône le projet d’union bancaire de la Commission, limiterait la contagion des crises. Il est moins sûr, cependant, que cela découragerait les banques de continuer à investir sur les marchés de la dette souveraine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ravidelacreche
- 18/12/2012 - 09:47
Comparer la situation des banques...
Bon, c'est dit :o)