En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 8 min 12 sec
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 2 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 4 heures 27 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 2 heures 3 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 2 heures 37 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 3 heures 56 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 4 heures 5 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 4 heures 34 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 5 heures 4 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 5 heures 32 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 5 heures 49 min
Toute la vérité

Ni ni de Florange : le gouvernement doit apprendre à regarder la vérité de l’industrie française en face (et à la dire aux salariés)

Publié le 02 décembre 2012
Tandis que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé vendredi qu'il n'y aura pas de plan social à Florange, Arcelor Mittal s'est engagé à investir 180 millions sur 5 ans. Les syndicats n'ont toutefois pas caché leur déception.
Sophie de Menthon Alain Fabre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)Elle est aussi l'une des personnalités qualifiées membres du Conseil Economique, Social et Environnemental...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé vendredi qu'il n'y aura pas de plan social à Florange, Arcelor Mittal s'est engagé à investir 180 millions sur 5 ans. Les syndicats n'ont toutefois pas caché leur déception.

Après l'annonce de l'accord conclu avec le groupe Mittal, on est tenté de  dire : beaucoup de bruit pour rien ! Comme chez notre La Fontaine, la montagne accouche d'une souris. Jean-Marc Ayrault serait- il la voix de la sagesse dans un gouvernement où certains confondent travailler et haranguer ?

C'est un nouvel exemple de discrédit de la parole publique sur le fond et sur la forme... le "casse-toi" est devenu un sport d'équipe, après Bernard Arnault c'est Mittal... Les principales victimes sont les salariés à qui on a promis le Père Noël. Les autres discrédités sont Arnaud Montebourg qui passe pour le Mélenchon de service et peut-être le président de la République, qui endosse le rôle de nouveau Louis XVI : il arbore le bonnet phrygien pour faire plaisir à l'extrême gauche et prend la fuite de Varennes quand il s'agit de décider. Mais après tout, peut-être est-ce une fine stratégie politique dans un pays ingouvernable ? Montebourg distribuant des croissants aux gréviste avait un côté Marie Antoinette : s'ils n'ont pas de pain qu'ils mangent de la brioche ! Ce serait drôle si ce n'était jouer avec l'émotion et l'inquiétude des salariés en s'en servant pour faire la politique au sens peu noble du terme.

La première règle que le pouvoir politique doit se donner dans des dossiers comme Florange, dont il ne faut pas minimiser la difficulté, c'est de dire la vérité. Même à ces salariés dont personne n'oublie la détresse, le courage de ne pas donner de faux espoirs pour les trahir finalement assez lâchement. Idem avec PSA: on insulte les dirigeants, on fait semblant d'être ferme et on ne fait qu'encourager la radicalisation et les fuites en avant extrémistes, à gauche comme à droite. 

La France a besoin de faire des réformes très lourdes: le devoir des dirigeants politiques, c'est la responsabilité et la pédagogie. Faire confiance aux entrepreneurs de toutes sortes, ne pas les livrer en pâture comme dans les jeux du cirque... A propos, merci M. le ministre du Travail d'avoir dit dans les médias que l'utilisation du crédit d'impôt serait vérifiée pour que le patron ne s'achète pas une belle voiture ! Quoique si c'est une Peugeot...

Pour en revenir à Mittal, il faut dire la vérité et contrairement à ce qu'ont affirmé les syndicats, si le site est viable on ne voit pas pourquoi Mittal fermerait la caverne d'Ali baba. On ne peut faire reposer toute la dénonciation de Mittal sur sa voracité d'actionnaire obsédé par la rentabilité et lui reprocher de fermer un site rentable. D'ailleurs toute la logique de l'accord passé hier consiste à utiliser le site sur un autre projet industriel : l'ultra-low carbon dioxyde steelmaking (ULCOS) bref de l'acier écolo. 

L'accord en lui même est finalement une solution plutôt classique et équilibrée de déclassement du site. Mittal voulait réduire des capacités de production sur un marché en surcapacité. 

Tous les plans agités par Montebourg (et soutenus par Borloo ou Guaino), auraient fragilisé les 20.000 salariés du groupe en France. Félicitons donc le gouvernement. Mais pourquoi cette comédie préalable? Quelle image désastreuse et quel doute distillés dans l'esprit des français.

Il faut éviter de ressortir régulièrement les solutions du Front Populaire ou de 1945 si l'on veut que la France retrouve une place dans le monde industriel du XXI° siècle.

Le drame industriel ce n'est pas que Florange et Pétroplus ferment, c'est que l'herbe industrielle ne repousse plus en France. Il faut faciliter la tâche des créateurs d'entreprises, de ceux qui investissent ou qui innovent dans l'économie du XXIe siècle. Si ce n'avait été le cas on en serait encore aux diligences et à la lampe à huile. C'est le moment de réinventer le libéralisme qui est un humanisme lorsqu'on joue le jeu avec un État garant... surtout pas gérant.

Depuis six mois, qu'il s'agisse du fond de la politique économique avec un véritable enfer fiscal qui piège tous ceux qui, à un titre ou un autre, incarnent la vitalité entrepreneuriale (chefs d'entreprises, investisseurs) ou des messages que le pouvoir délivre urbi et orbi, la France devient un coupe gorge pour investisseurs dans lequel l'Etat est prêt à tout et notamment à piétiner tous les principes de droit – de propriété – qui sont les clés du développement économique. Nous n'avons aucun intérêt à devenir les Hugo Chavez de l'Europe !

Le bon cap c'est celui du gouvernement qui semble prendre conscience des problèmes comme avec le rapport Gallois et le CICE. Même si ce n'est pas parfait... C'est la seule petite lueur d'espoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 03/12/2012 - 10:08
Les syndicats ont un rôle à jouer...
Au lieu de toujours se plaindre, les syndicats devraient investir dans l'entreprise où ils travaillent ce qu'ils recoivent des subventions de l'Etat. Au moins, ils serviront à quelque chose.
Un Singe En Hiver
- 02/12/2012 - 19:16
Libéralisme et gouvernance
Bravo pour cet article, il faut que les esprits évoluent et que tout relent marxiste sur l'économie disparaisse. Trouvons les moyens de créer des emplois nouveaux et grâce à la formation permettons à ceux qui sont sur des métiers d'industrie en fin de cycle d'apprendre un nouveau métier. Le comportement des syndicalistes de Gandrange cachent certainement une réalité différente de celle que l'on nous présente. Serait ce une vérité proche de celle de la SNCM ou de Seafrance? Pas très brillants nos politiques actuels sur ce sujet.
lennox 966
- 02/12/2012 - 14:32
patural
patural est le nom officiel des hauts fourneaux de "Florange" en fait ils sont à Hayange, on nous bassine avec un faux problème, que les syndicats et le gouvernement nous donnent le cout réel de la fonte produite en quantité insuffisante par le patural, il y a et aura toujours de l'importation de brames, que les syndicats et le gouvernement nous informent sur le devenir du gaz de l'agglomération Rombas, du gaz de l'acièrie, rentrent-ils dans le projet ULCOS? les centaines de camions qui transportent des bobines dans les Ardennes ou au Luxembourg pour être traîtées en surface et qui reviennent à Florange pour être expédiées, le CO2 produit rentre-t-il dans ULCOS.
le CO2 on est prêt à l'envoyer en Meuse, les écologistes sont bien discret sur ce sujet, par contre ils sont vindicatifs sur la fragmentation hydraulique pour le gaz de schiste alors qu'il faudra y venir un jour ou l'autre.
pourquoi ne pas favoriser la fabriquation de produit semi finit en bord de mer et ainsi éviter les ruptures de charge avec tous les frais que celà peut entraîner, et éventuellement faire du produit finit chez les gens qui maitrisent le sujet comme Florange.