En direct
Best of
Best Of
En direct
Discussions vertes
Pourquoi le débat sur la transition énergétique est mal posé
Publié le 29 novembre 2012
Alors que le débat sur la transition énergétique débute ce jeudi, il est important de rappeler que les décisions concernant l'énergie en France ne doivent pas être prises à chaud mais faire suite à la consultation de scientifiques et d'experts qualifiés.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le débat sur la transition énergétique débute ce jeudi, il est important de rappeler que les décisions concernant l'énergie en France ne doivent pas être prises à chaud mais faire suite à la consultation de scientifiques et d'experts qualifiés.

Atlantico : Le débat sur la transition énergétique débutera le 29 novembre prochain. Cette grand-messe, qui est censée se faire avec "l'ensemble des parties prenantes" (associations, entreprises, État et collectivités locales) peut-elle aboutir malgré le gouffre idéologique qui sépare les différents intervenants ?

Stephan Silvestre : Que ce soit le nucléaire, le gaz de schiste, les éoliennes, l’automobile ou encore les lignes à haute tension, les sujets énergétiques sont toujours très passionnels en France. Sur chacun des dossiers, les clivages sont forts entre les parties prenantes et les pouvoirs publics sont écartelés entre les enjeux économiques, sanitaires, sociaux et environnementaux.

L’énergie sert à organiser la matière, donc à créer, produire. Pour les écologistes, elle est donc fondamentalement synonyme de productivisme, consommation et pillage des ressources. En conséquence, la transition énergétique ne peut passer que par une diminution du recours à l’énergie.

En face, pour les industriels, et avec eux les syndicats, elle est synonyme de création de valeur : pour croître, il faut de l’énergie, même si on améliore l’efficacité énergétique (production par unité d’énergie). La transition est envisageable, mais en la planifiant dans le temps et à condition de ne pas dégrader la productivité.

Les collectivités territoriales, elles, souhaiteraient ménager la chèvre et le chou : tenir compte des aspirations de leurs administrés à une meilleure qualité de vie, tout en favorisant l’activité économique locale.

Quant à l’État, outre les problèmes de financement, il doit en plus intégrer des aspects de santé publique, que les gouvernements traitent toujours à travers le prisme déformant de l’affaire du sang contaminé. Enfin, il doit aussi tenir compte de l’indépendance énergétique, point majeur de souveraineté nationale.

En dehors de quelques points particuliers, comme l’amélioration de l’efficacité énergétique ou le soutien à la recherche, il n’y aura donc pas de consensus et le gouvernement devra trancher sur chaque dossier, suscitant immanquablement des mécontentements.

Des associations comme "Greenpeace" et "Les amis de la terre" ont claqué la porte tandis que Pascal Colombani a dû être remplacé par Georges Mercadal et Michel Rollier. Cela révèle-t-il une certaine immaturité de la société française sur les enjeux énergétiques ?

Georges Mercadal a une longue expérience dans l’urbanisme et le bâtiment et saura analyser ce qui est envisageable dans ce domaine. Michel Rollier, ex-PDG de Michelin, pourra, lui, se prononcer sur les enjeux de l’industrie automobile. Cela rééquilibre le comité de pilotage. Quant au départ sous la pression de Pascal Colombani, un grand industriel qui a énormément contribué au développement de l’industrie et de la technologie énergétiques françaises,  il dénote un obscurantisme inquiétant. Les choix stratégiques dans l’énergie, de même que pour les OGM ou les nanotechnologies, ne peuvent pas être faits sans l’avis des spécialistes, qui peuvent déterminer les limites des technologies ainsi que les conditions dans lesquelles elles peuvent être mises en œuvre.

Par exemple, Pascal Colombani a contribué au lancement du réacteur ITER. La fusion nucléaire pourrait un jour permettre l’accès à une électricité abondante et pour ainsi dire sans combustible. Couplée à l’électrolyse de l’eau, elle permettrait la production massive d’hydrogène, un possible substitut aux carburants hydrocarbonés. Est-il raisonnable de statuer sur un tel dossier sans l’avis d’un scientifique ? Les périodes de l’Histoire durant lesquelles on a enfermé des scientifiques ne sont pas celles du meilleur épanouissement de l’Humanité.

Nos voisins abordent ces questions de façon bien plus pragmatiques. Par exemple le Danemark, qui se veut le fer de lance européen de l’énergie verte, a accordé des permis d’exploration de gaz de schiste, dont un en périphérie de Copenhague. Il l’a fait en y adjoignant toutes les précautions réglementaires requises quant à l’environnement. Pourquoi ? Parce que le gaz présente un meilleur bilan environnemental que le charbon, encore abondement utilisé dans les centrales électriques. Avant de conclure, il faut évaluer.

Quel type de négociation plurielle permettrait selon vous d'aborder de manière apaisée la question de la transition énergétique, dont les enjeux sont bien réels ?

Le mix énergétique français présente des atouts et des faiblesses. Parmi les premiers, citons un taux d’indépendance énergétique correct (de l’ordre de 50 %), un faible recours au charbon ou encore un coût de production d’électricité assez bas. Au rang des faiblesses, on compte une dépendance aux hydrocarbures encore trop forte (la moitié de l’énergie primaire consommée).

Pour le faire évoluer, des investissements colossaux vont être nécessaires (unités de production, infrastructures de transport de nouvelle génération, recherche et développement, bâtiment basse consommation…). Ils concerneront de nombreux secteurs : énergie, bien sûr, mais aussi automobile, bâtiment, aéronautique ou agriculture. Or, dans ce domaine plus encore que dans d’autres, les cycles d’investissement sont très longs, de l’ordre de plusieurs décennies, et les conséquences économiques très lourdes : de un à plusieurs points de PIB annuel.

La guerre de tranchée qui s’est engagée augure mal du résultat. Les décisions, qui engagent l’avenir du pays, ne doivent pas être prises à chaud, dans une ambiance passionnelle. Elles doivent faire suite à la consultation de scientifiques et experts qualifiés et être jalonnées dans le temps.

Enfin, il est impératif d’inscrire notre politique énergétique dans le cadre européen. D’une part pour des raisons techniques (développement de nouveaux points d’interconnexion aux frontières, architecture du réseau électrique au niveau européen, tracé des gazoducs, normes environnementales, etc.), mais aussi pour des raisons économiques (répartition des unités de production, des raffineries, harmonisation des marchés financiers, des politiques d’approvisionnement) et surtout pour des raisons politiques (engagements internationaux, réglementation, indépendance énergétique). Une fois le cadre fixé, les discussions nationales et locales peuvent être engagées pour affiner la mise en œuvre et le calendrier. Procéder dans le sens inverse serait voué à l’échec.

 Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kettle
- 29/11/2012 - 18:53
25 millions
"l'arrivée d'environ 10 millions de français supplémentaires d'ici à 2050 pose question."
---
+ 25 millions est prevu.
Manso
- 29/11/2012 - 13:34
Pourquoi faire simple...
Ce débat est en effet mal posé, car il ne semble pas que l'on y abordera la question démographique. Et pourtant, l'opportunité de l'arrivée d'environ 10 millions de français supplémentaires d'ici à 2050 pose question. Certes, il est possible de décroître la consommation énergétique tout en continuant à augmenter le nombre de consommateurs, mais c'est vraiment aller au devant de grosses difficultés. La piste la plus prometteuse serait celle d'une "Démographie Responsable", piste d'ailleurs plébiscitée par nos concitoyens.
yt75
- 29/11/2012 - 10:16
Bataille et l'énergie
Texte de Bataille (Georges) sur l'énergie :

"Essentiellement la richesse est énergie, l'énergie est la base et la fin de la production"

http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/