En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti

06.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

07.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 19 sec
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 15 heures 5 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 16 heures 13 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 17 heures 57 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 19 heures 18 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 20 heures 34 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 23 heures 32 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 14 heures 59 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 15 heures 34 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 17 heures 24 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 18 heures 33 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 19 heures 43 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 23 heures 40 min
Guerre froide bis

Internationalisation du yuan : comment la Chine tente de s'imposer monétairement et d'écraser le dollar

Publié le 19 novembre 2012
Les dirigeants chinois cherchent à en finir avec l'hégémonie américaine, et promouvoir le statut international du yuan au détriment de celui du dollar est un bon moyen pour y arriver.
Antoine Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Brunet est économiste et président d’AB Marchés.Il est l'auteur de La visée hégémonique de la Chine (avec Jean-Paul Guichard, L’Harmattan, 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dirigeants chinois cherchent à en finir avec l'hégémonie américaine, et promouvoir le statut international du yuan au détriment de celui du dollar est un bon moyen pour y arriver.

Récemment, la Chine vient d’autoriser que des conversions de dollars australiens en yuans et de yuans en dollars australiens puissent s’effectuer sans difficulté sur le territoire de la République Populaire de Chine. Auparavant, la Chine avait déjà autorisé que des conversions puissent s’effectuer en Chine entre le yuan chinois et le yen japonais.

Ce type de mesures vient s’ajouter aux initiatives de la Chine  encourageant de multiples pays à commercer avec elle en facturant leurs échanges réciproques non plus en dollars américains mais soit en yuans, soit dans la monnaie du pays partenaire.

La Chine a pris une série d’autres initiatives pour que les banques centrales de certains pays partenaires puissent se constituer concrètement des réserves de change en yuan : ces quelques banques centrales sont en effet désormais autorisées à acheter et à détenir des titres à court terme émis en yuan par l’Etat chinois, (elles sont par ailleurs autorisées à effectuer à tout moment la démarche symétrique : liquider ces titres et reconvertir les yuans récupérés dans leur monnaie nationale).

Toutes ces initiatives chinoises convergent vers un seul objectif : promouvoir le statut international du yuan au détriment du statut international du dollar ; et cela jusqu’à ce que le dollar soit définitivement détrôné par le yuan, jusqu’à ce que la monnaie du monde ne soit plus le dollar mais bel et bien le yuan.

Jusque récemment, toutes les matières premières importantes étaient cotées en dollar (pétrole, gaz naturel, charbon, métaux, matières premières agricoles, …..). Cela avait pour conséquence que les pays exportateurs facturaient en dollar, et seulement en dollar, les matières premières qu’ils livraient à l’exportation et se faisaient ensuite régler en dollar, et seulement en dollar, à l’échéance convenue. 

En conséquence de cette pratique, le dollar était auréolé de son prestige et les banques centrales des pays tiers acceptaient, très volontiers d’accumuler des dollars pour un montant de plus en plus considérable.

Et cette propension des banques centrales des pays tiers à accepter d’accumuler les dollars qui sortaient du territoire américain (après avoir été émis soit par les banques commerciales américaines, soit par l’Etat américain lui-même) permettait elle-même au système bancaire américain de pouvoir émettre des dollars très largement et sans contrainte particulière.

C’est d’ailleurs grâce à cette configuration très particulière que le système bancaire américain a pu financer depuis 2008, des déficits budgétaires colossaux et répétés sans que ni les marchés américains ni l’économie américaine n’en soit sanctionnés. C’est cela que l’on peut désigner comme le privilège du dollar.

C’est aussi ce privilège que patiemment, depuis 2008 aussi, la Chine a entrepris de remettre en cause avant de l’abattre. Et toutes les initiatives énumérées au début de cet article y contribuent fortement.

Pourquoi une telle obsession de la part de la Chine ?

Les dirigeants du Parti Communiste chinois n’oublient pas que si l’URSS a perdu en 1989 la première guerre froide avec les Etats-Unis, c’est en très bonne partie parce que, dépourvue du privilège monétaire, elle n’avait pas eu la capacité financière de répondre par une course aux armements à la guerre des étoiles que les Etats-Unis leur infligèrent à compter de 1982 et qu’ils financèrent très facilement grâce au privilège du dollar.

Aujourd’hui, ces dirigeants chinois sont à la fois pressés d’en finir avec l’hégémonie américaine et pressés de s’emparer du reste du monde (cf leur comportement depuis 2010 en Mer de Chine du sud et en Mer de Chine de l’est). 

Ils cachent de moins en moins bien leur intention de rattraper puis de dépasser  le dispositif militaire des Etats-Unis pour leur infliger une défaite militaire définitive.

Munis des leçons de la période 1982-1989, ils sont bien décidés à retirer au dollar son privilège de monnaie du monde pour l’attribuer au yuan.

De la sorte, dans la deuxième guerre froide dans laquelle nous venons d’entrer, ce serait cette fois la Chine qui serait munie d’une très forte capacité à financer ses dépenses d’armements et les Etats-Unis qui subiraient une contrainte financière majeure et qui, au moment le plus inopportun, se verraient obligés à limiter leurs dépenses d’armements.

En conclusion, il y a une articulation très significative entre les initiatives monétaires de la Chine et ses initiatives militaires et territoriales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Bicou
- 20/11/2012 - 09:19
Vision inutilement catastrophiste !
Antoine Brunet a de la Chine l'image d'un pays conquérant, animé d'intentions expansionnistes agressives et désireux de supplanter les USA comme leader du monde.
Or ceci ne correspond pas du tout à la réalité chinoise !
Le seul souci historique de la Chine, et depuis 4000 ans, est de contrecarrer la tentation centrifuge des marches de son empire.
Les opérations musclées en Mer de Chine ou au Tibet n'obéissent qu'à cette logique multi-séculaire.
Et les dirigeants chinois n'ont certainement aucune envie de "conquérir le le monde" ! (nous ne sommes pas dans une BD de Blake & Mortimer combattant le "péril jaune" !!)
La civilisation chinoise est avant tout commerciale et chinoise : autrement dit, faire du bon business et rester à la maison entre soi.
Elle n'est portée par aucun messianisme missionnaire, et ne considère le monde que comme une large opportunité de faire des affaires. Dans ce schéma historique, la place et le respect des partenaires commerciaux est indispensable : on ne tue pas ses clients !
De Courcelles
- 20/11/2012 - 05:57
Le nouvel ennemi.
Internationalisation du yuan = liberalisation des changes = montee en fleche du Yuan face au dollar = baisse des exportation = chomage = troubles sociaux.
PPA Chine = USD 4300 / PPA Usa = USD 47000
La structure sociale Chinoise n'est pas celle des USA ni meme celle de la grece.
Les chinois ont d'autres problemes a resoudre que celui de conquerir le Monde.
Seulement les occidentaux ont un besoin vital de se designer des ennemis a abbatre.
Cele evite une doulereuse et dangereuse introspection.
zelectron
- 19/11/2012 - 21:18
SUN TZU trahi ?
Nous en arrivons au paradoxe du capitalisme communiste fasciste !