En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 1 heure 6 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 58 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 8 heures 13 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 51 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 47 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 50 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 6 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 1 heure
Calque

Conférence de presse de Francois Hollande : la rupture formelle avec la présidence normale

Publié le 14 novembre 2012
François Hollande s'est exprimé mardi 13 novembre face à une parterre de journalistes et face aux Français. Il n'a pas réussi à se démarquer sur l'endroit restant dans le traditionnel Elysée. Quid du style adopté pour s'exprimer et qui sait se démarquer?
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande s'est exprimé mardi 13 novembre face à une parterre de journalistes et face aux Français. Il n'a pas réussi à se démarquer sur l'endroit restant dans le traditionnel Elysée. Quid du style adopté pour s'exprimer et qui sait se démarquer?

Sous les regards conjoints d’Esther et de Mardochée que le talent des liciers des Gobelins sous Louis XV ont su traduire en fils d’or et de soie pour le Garde-Meuble de la Couronne, François Hollande est apparu hier dans la Salle des Fêtes du palais de l’Elysée.

Pour sa première conférence de presse, le président normal a souhaité ne pas faire l’économie de la solennité du protocole élyséen comme il l’avait primitivement envisagé.

Sans même entrer dans la teneur du discours politique, il est intéressant de s’arrêter sur la mise en scène et sur la gestuelle présidentielle adoptées pour mieux mettre en relief la stature de chef d’Etat de François Hollande lors ce premier rendez-vous médiatique si déterminant, à en croire les journalistes, pour l’avenir du quinquennat.

L’exercice n’est pas nouveau. Le général De Gaulle, François Mitterrand, Nicolas Sarkozy, entre autres, s’y sont employés non sans quelques succès.

Assurément, la prestation d’hier ne pouvait atteindre le degré de gravité des traditionnelles interventions du fondateur de la Ve République puisque le cérémonial actuel s’affranchit, depuis le septennat de François Mitterrand, de la position assise et surélevée ordinairement retenue pour le chef de l’Etat s’exprimant en public, de surcroît en présence d’un auditoire assis face à lui. La mode anglo-saxonne s’est progressivement imposée dans nos différentes institutions occidentales pour river désormais les chefs d’Etat devant un sempiternel pupitre de plexi glass les contraignant à s’exprimer debout, contrairement à une vénérable tradition scrupuleusement observée. En effet, sous toutes les latitudes et à toutes les époques de l’humanité, la caractéristique spécifique propre à chaque détenteur d’une parcelle d’autorité est de pouvoir s’exprimer assis, la position debout plaçant tout chef d’Etat parlant en public dans celle d’un simple orateur que son auditoire resté assis, à l’instar de la Boulê athénienne, peut révoquer à tout moment ou dont elle peut se moquer comme bon lui semble.

En abrogeant de la sorte la distance qui sépare le détenteur de l’autorité du simple citoyen, le premier croit bien faire, croit pouvoir mieux séduire le second, ou se croit encore assez supérieur pour s’affranchir de « vaines » formalités. Mais en fait, il se montre pour qui sait voir et comprendre comme un personnage dépourvu de tout empire, démuni, ainsi que George W. Bush en a fait la triste expérience lors de son discours d’adieux au président afghan.

Hier soir, François Hollande s’est donc adroitement fondu dans le moule de son prédécesseur socialiste en adoptant un discours posé, une gestuelle maitrisée ponctuée essentiellement par la main droite, usant finement d’imperceptibles pointes d’humour. En martelant quelques mots clés comme celui de responsabilité, il a su donner vis à vis des gens de Lettres quelque gage en évoquant la querelle des Anciens et des Modernes ; en direction des postmodernes, il a su inventer une nouvelle expression « faire nation » ; pour les plus endormis au bout de 40 minutes de discours, il n’a cependant pas su les faire émerger de leur torpeur en rappelant un fait vérifié « depuis plusieurs années, du moins depuis deux ans » ; aux plus enthousiastes il a su dire vouloir « répondre à une question qui ne m’a pas été posée… non plus » ; pour les plus rigoureux il a évoqué « le rôle dévolu par l’Histoire ». Adroitement, malgré une cravate bleue vagabonde, il a su se soumettre à l’appréciation des médias -toujours soucieux d’apparaître en arbitres- en répondant aux questions relatives aux couacs et aux sondages.

Mais surtout il est un autre détail de langage qu’il convient de relever, démontrant une rupture complète avec la présidence normale d’autrefois.

A deux reprises, François Hollande a prononcé le nom de Nicolas Sarkozy pour attribuer à son prédécesseur un rôle positif : tout d’abord sur la politique étrangère conduite par son prédécesseur au sujet de la Syrie et du Mali puis au sujet des otages encore en captivité.


 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
phillis
- 15/11/2012 - 06:12
Qatar!
'ai cru que la conférence de presse avait lieu dans un palais du Moyen Orient! Que de dorures, de rouge! Sans compter l'arrivée à la Obama!
Si NS s'était comporté ainsi la presse aurait trouvé la prestation "bling bling
Ravidelacreche
- 14/11/2012 - 11:34
Escalade..
Normal => Responsable => PAS coupable.
carredas
- 14/11/2012 - 09:51
Un président phénoménal...lalala lala la....
Je pense que l'immense majorité des français n'a pas regardé de bout en bout cette " cérémonie républicaine" et n'a pas pu apprécier comme il se doit " un discours posé, une gestuelle maitrisée ponctuée essentiellement par la main droite, usant finement d’imperceptibles pointes d’humour "
Ce n'est d'ailleurs pas bien grave puisque l'exercice de communication et de séduction était visiblement destiné aux médias.
Pourtant, on ne peut guère reprocher à ceux-ci de ne pas faire le SAV du candidat devenu président, même si le suivi rigoureux des changements, revirements et modifications nécessite une certaine attention... le président normal prend le train est vite devenu le président normal et gentil prend l'avion mais cela... c'était avant !
Le président a réussi sa prestation, ce sont les éditorialistes qui le disent...
Dormez en paix braves gens, le président a été adoubé par les médias.
Il ne dit pas où il va, ni comment il compte y aller, ni avec qui mais qu'importe, les éditorialistes sont contents.
Et les français ?
Hors sujet...