En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 2 heures 59 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 5 heures 10 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 7 heures 40 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 13 heures 17 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 9 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 7 heures 24 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 8 heures 51 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 9 heures 16 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 14 heures 25 min
Sidération

"Il existe un désir collectif latent de la catastrophe"

Publié le 15 mars 2011
Pour le spécialiste en sociologie des imaginaires Vincenzo Susca, malgré notre obsession du risque zéro, le tremblement de terre du Japon nous fascine aussi parce que les catastrophes sont investies de nos désirs de changements radicaux.
Vincenzo Susca est maître de conférences en sociologie de l’imaginaire à l’Université Paul-Valéry (Montpellier III) et chercheur au Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien de la Sorbonne (Paris).Son dernier ouvrage s'intitule Joie Tragique. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincenzo Susca
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincenzo Susca est maître de conférences en sociologie de l’imaginaire à l’Université Paul-Valéry (Montpellier III) et chercheur au Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien de la Sorbonne (Paris).Son dernier ouvrage s'intitule Joie Tragique. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le spécialiste en sociologie des imaginaires Vincenzo Susca, malgré notre obsession du risque zéro, le tremblement de terre du Japon nous fascine aussi parce que les catastrophes sont investies de nos désirs de changements radicaux.

Quelle est votre réaction face au séisme qui a ravagé le Japon ce vendredi 11 mars ?

Aujourd’hui, l’heure est à la solidarité. Mais il faut aussi rester lucide : il existe une sorte de fascination liée à notre imaginaire pour ces catastrophes.

Celles-ci nous rappellent à quel point les choses peuvent radicalement changer et dans quelle mesure nos vies harmonieuses peuvent être bouleversées. C’est le contraire de l’ennui en tant que peur ancestrale de nos sociétés. C’est la même fascination qui nous pousse à regarder plusieurs fois la même scène télévisée du tremblement de terre survenu au Japon. Un envoûtement trouble, une hallucination consensuelle. L’une des raisons qui nous mène à nous comporter ainsi tient à l’impression qu’il existe quelque chose de l’ordre du naturel, dans la continuité étouffante de la vie, qui peut être brisé. Un double processus se produit : c’est à la fois un échec pour les être humains qui se rendent compte qu’on ne peut pas tout prévoir, que l’humain est limité. Mais en même temps, cela nous libère d’un poids car nous avons le sentiment qu’il y a quelque chose de plus grand que nous, une transcendance. Cela dissout l’arrogance, mais aussi les obligations, induites par la conception d’un être humain tout puissant et au centre du monde. Nous sommes tous renvoyés à un sentiment d’humilité vis-à-vis de notre présence au monde et du rapport entre nous, la nature et ce qui nous entoure. Il y a là quelque chose de divin ou, en tout cas, ce qui nous rappelle que nous ne sommes qu’une particule élémentaire d’un corps qui nous dépasse. En quelque sorte, l’archétype de la rage divine de mémoire ancienne est ici actualisé sous des nouvelles formes et via les nouveaux médias.


Comment expliquez-vous alors le calme relatif des Japonais ?

Tout le monde sait que les Japonais sont habitués aux tremblements de terre. Ils vivent avec ce risque, c’est inscrit dans leur corps et dans leur psychologie profonde. Mais au-delà, souvenons-nous que ce peuple a vécu le traumatisme de la bombe atomique à Hiroshima et Nagasaki. Ils ont donc été agressés par la forme de dévastation la plus totale de l’homme et de la nature. Et ils l’ont « digérée », la catastrophe devenant depuis lors un élément immanent à leur condition existentielle.

Et puis, il faut distinguer les différents types de catastrophes. Une catastrophe qui vient du feu (un volcan), du vent, de la mer ou de la terre provoque des réactions différentes. Quand la terre tremble, il y a une perte de stabilité. Les volcans relèvent plutôt d’un événement qui vient du ciel. Les sensations générées sont différentes.

Les tremblements de terre génèrent une crise de stabilité qui bouscule la psychologie sociale de manière radicale. Ce n’est pas un hasard si la culture japonaise traditionnelle a développé le zen, le judo, le karaté, la méditation, où le calme et l’équilibre prévalent sur d’autres postures. On pourrait envisager que ce soit en partie lié a la nature du rapport qu’ils ont avec les catastrophes ambiantes.

Les choses sont radicalement différentes du côté de Naples ou de Catane, par exemple. Le caractère éruptif des Italiens de ces régions peut être rattaché à leur proximité des volcans du Vésuve et de l’Etna.

Comment se conjuguent l'obsession moderne du risque zéro et notre fascination pour les évènements catastrophiques ? 

Disons qu’il existe une forme latente de désir collectif de la catastrophe, notamment dans les sociétés occidentales : on désire la catastrophe pour achever une condition de vie, un cadre, qui n’est plus en phase avec l’imaginaire sociétal. C’est une pulsion presque carnavalesque, dont la sagesse demeure dans le principe selon lequel le cycle de la vie nécessite de la mort pour être renouvelé et régénéré. Lorsque le corps social est habité, de manière plus ou moins consciente, par l’ambition ou par le fantasme d’une grande subversion, il y a attraction pour les phénomènes qui représentent la destruction radicale de l’existant. Et, bien sûr, ce paysage mental est aussi imprégné par des résonances messianiques…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SuperCopter
- 14/03/2011 - 10:46
Très bonne article.
Merci pour cette approche de la conduite nippone face à la catastrophe au travers de leur cadre d'interprétation. Cela améliore notre compréhension du sujet : pourquoi on aime la souffrance des autres et la violence des séismes !?
Merci encore
jerome0901
- 14/03/2011 - 09:43
maladresse
(désolé d'avoir publié le même message sur deux articles, maladresse)
jerome0901
- 14/03/2011 - 09:28
comme pour la catastrophe
comme pour la catastrophe d'Haïti (tiens, qui sait encore où ça se trouve, Haïti?) je suis effrayé par la fascination que je ressens pour cette catastrophe, mais aussi de la rapidité avec laquelle nous allons la zapper.
on ouvre les paris ? moi, je dis quand dans deux semaines, passés le choc et l'émotion, on n'en parlera plus que par "ah oui! au fait, ils deviennent quoi, au Japon?".