En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 13 heures 16 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 16 heures 50 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 17 heures 25 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 18 heures 27 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 22 heures 7 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 22 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 22 heures 10 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 15 heures 2 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 16 heures 21 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 17 heures 56 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 22 heures 11 min
© Reuters
La solitude pourrait être l'effet indésirable direct de notre éternelle recherche de liberté.
© Reuters
La solitude pourrait être l'effet indésirable direct de notre éternelle recherche de liberté.
La solitude, ça existe !

Blues des jours de fête : mais pourquoi le sentiment de solitude des Français ne cesse-t-il de se creuser ?

Publié le 03 janvier 2013
Noël et le nouvel an sont l'occasion de se retrouver, en famille, entre amis, entre amants. Les fêtes sont aussi l'occasion de redécouvrir un sentiment de solitude toujours plus présent chez les Français. Un sentiment de solitude qui pourrait être l'effet indésirable direct... de notre éternelle recherche de liberté.
Pierre-Henri Tavoillot est philosophe, spécialiste de l'histoire de la philosophie politique.Il codirige la collection "Le Nouveau collège de philosophie" (Grasset).Il a notamment publié Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots …  en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri Tavoillot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri Tavoillot est philosophe, spécialiste de l'histoire de la philosophie politique.Il codirige la collection "Le Nouveau collège de philosophie" (Grasset).Il a notamment publié Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots …  en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Noël et le nouvel an sont l'occasion de se retrouver, en famille, entre amis, entre amants. Les fêtes sont aussi l'occasion de redécouvrir un sentiment de solitude toujours plus présent chez les Français. Un sentiment de solitude qui pourrait être l'effet indésirable direct... de notre éternelle recherche de liberté.

Atlantico : Les fêtes de fin d'année sont l'occasion d'évoquer la solitude. En 2012, 4.8 millions de personnes déclarent souffrir de ce sentiment en France, 20% de plus qu'en 2010. Les 30-39 ans sont de plus en plus touchés par le phénomène (selon le rapport de la Fondation de France).Y a-t-il vraiment de plus en plus de personnes qui souffrent de la solitude dans notre société moderne ?

Pierre-Henri Tavoillot : Oui. Toutes les enquêtes et études (et notamment celles de l’INSEE) convergent vers ce constat. Il faut, cela dit, préciser de quelle solitude on parle. Il y a trois niveaux.

D’abord le simple fait d’habiter seul. Aujourd’hui environ 15% de la population française est "mono-habitante" et ce chiffre ne cesse de croître. Mais les profils peuvent être très variés et les motifs aussi : ce sont les jeunes, les étudiants, les mono-parents, les veufs, les célibataires, … et ceux, en grande majorité, qui vivent dans les villes de plus de 200 000 habitants.

On distingue ensuite "la personne isolée" qui se définit par un nombre réduit de contacts d’ordre privé par semaine. En-dessous de 4, on parle d’isolement absolu, ce qui reste très rare. Mais la proportion de personnes relativement isolées s’élève tout de même à environ 10% en France : l’âge, le statut social, le niveau de diplôme, le handicap sont déterminants en la matière.

On définit ensuite un troisième niveau qui est "le sentiment de solitude". Elle concerne ce qu’on pourrait appeler non plus l’isolement, mais la "désolation", c’est-à-dire l’impression d’être délaissé, voire abandonné par les autres. On quitte ici l’objectivité des observations pour entrer dans la subjectivité des représentations. Les indicateurs qui ont été développés pour la mesurer à partir d’entretiens qualitatifs (et notamment celui de la Fondation de France) montrent que les individus contemporains déclarent éprouver de plus en plus souvent ce sentiment de mal-être.

Quel effet ont les fêtes de fin d'année sur ces perceptions de la solitude ? Le rapprochement familial exceptionnel de cette période atténue-t-il ce sentiment ? Les personnes isolées se sentent-elles encore plus seules ?

Les fêtes sont des réunions de familles. Si la famille est absente ou si le lien familial fait défaut, effectivement, c'est une vraie tragédie pour les personnes concernées. Il est intéressant de noter d'ailleurs que les quelques semaines qui suivent les fêtes sont des semaines de déprime assez généralisée. On dit, que le week-end du 21 janvier est celui de la déprime la plus totale en Europe : les fêtes sont passées, l'hiver est encore long... ce n'est pas très gai ! Les fêtes se retrouvent donc bien un temps d’exacerbation du sentiment de solitude.

Pour ceux qui voient leurs familles à ce moment des fêtes, il faut voir que c'est bien souvent un moment où les tensions émergent. Une enquête récente montre que les gens, se voyant une fois par an à cette période, entre discussions politiques et comparaisons des réussites respectives, alcool aidant, se retrouvent régulièrement à se crêper le chignon ! Il y a donc un mélange complexe entre la joie de voir la famille et la difficulté de cohabiter. Il ne faut pas avoir une vision édulcorée qui résumerait ce temps à un resserrement des liens familiaux : la réalité est bien souvent autrement plus ambivalente !

Au cours des dernières décennies, les familles ont beaucoup changé. Il y a longtemps eu une logique communautaire très forte au sein de la famille. En parallèle, la dimension commerciale a explosé : il y avait auparavant moins d'importance attachée aux cadeaux. La famille est passée d'un groupe communautaire à une somme d'individualités. De plus, on ne fête plus Noël en famille mais des Noël avec les familles : une fois avec les parents, une fois avec les grands-parents, déclinable autant de fois qu'il y a de parents dans des familles éclatées et recomposées. Il y a une sorte de pluralisation, de complexification des rites au sein des familles. Il ne faut d'ailleurs pas avoir de nostalgie par rapport à cela : on se souvient largement de l'ennui des fêtes d'antan !

Comment interpréter ces phénomènes ?

C’est en fait assez simple. Nous vivons dans une société d’individus où l’encadrement communautaire et institutionnel tend à s’effacer. Pour faire vite, cela s’appelle "les Droits de l’homme" : il existe une sphère — ma vie privée et intime — dans laquelle nul n’a le droit d’intervenir, ni de près ni de loin. C’est là une excellente nouvelle : nous sommes libres ! Mais le prix à payer peut être lourd : nous sommes seuls ! Comme le disait une humoriste dans un excellent sketch — Muriel Robin pour ne pas la citer — "j'ai une vie privée... privée de tout, c'est vrai, mais privée quand même !".

Si, par contraste, on regarde les sociétés traditionnelles : on y était jamais seul. Tout — même le plus intime — se passait sous le regard pesant de la communauté ; il n’y a qu’à se souvenir de l’architecture des habitations de jadis, même à la Cour de Versailles : toutes les pièces ont plusieurs portes et on y circule sans arrêt, sans qu’il soit jamais possible de s’isoler. Quand la Reine Marie-Antoinette tente de le faire, elle se fait détester. L’intimité est donc une conquête récente et son autre face est la solitude. C’est la raison pour laquelle le rapport à la solitude est profondément ambigu dans nos sociétés contemporaines. D’un côté, on aspire à une solitude libérée des contraintes, nourrie par le fantasme du "self made man", tellement auto-suffisant qu’il ne doit rien à personne et n’a besoin que de lui-même ; de l’autre, on aspire aux affinités électives, à l’amour, à la passion, peut-être comme jamais dans l’histoire humaine : l’indépendance absolue, d’un côté ; l’amour éternel, de l’autre. La solitude est à la fois le paradis et l’enfer de nos sociétés contemporaines.

Comment résoudre alors cette contradiction ?

C’est là sans doute une des plus vieilles questions de la philosophie. Depuis bien longtemps, on note que l’homme n’est jamais content : il se sent seul quand il est avec les autres ; et, dès qu’il est seul, il ne cesse de penser aux autres ! Pour résoudre ce dilemme, la philosophie faisait l’éloge de la solitude. Seule la solitude (si je puis dire) permet de faire le tri entre les différents liens que nous tissons dans notre vie ; entre ceux qui comptent et ceux qui ne valent rien. Une fois ce tri effectué, il devient possible cultiver le lien qui est le plus important, parce qu’il nous sauve de la vraie solitude, celle à l’aune de laquelle toutes les autres sont dérisoires : la mort. Pour les penseurs grecs, ce lien salutaire est celui que le sage tisse avec l’harmonie du monde (le cosmos) ; pour les théologiens, c’était avec la splendeur de Dieu.

Pour ceux qui ne sont ni grecs ni théologiens, c’est-à-dire pour la plupart de nos contemporains, le seul lien qui vaut, c’est le lien affectif avec d’autres humains :  nos conjoints, nos enfants, nos parents, nos amis … C’est celui qui mérite d’être cultivé ; celui qui fait que la vie mérite d’être vécue. C’est donc notre salut qui se joue-là. D’où la déception, la dépression, le désespoir même qui nous étreint quand ça ne marche pas … voilà comment on peut interpréter ces enquêtes. Et on perçoit aussi qu’il nous manque encore le remède qui permettrait de nous persuader — contre le mythe du self-made-man (magnifiquement présenté dans un film tel que Into the wild) — que l’on ne peut pas être un individu tout seul ; nous avons besoin des autres pour devenir des individus ; et nous avons aussi besoin d’être des individus pour aimer les autres.

La mutation du modèle familial (divorces, enfants de plus en plus en tard) favorise-t-elle la solitude ?

Ce serait une erreur de le penser, car la famille est aujourd’hui le meilleur rempart contre la solitude. La famille traditionnelle a certes éclaté, mais le lien familial en est sorti renforcé ; sans doute, les relations entre conjoints sont devenues plus fragiles, mais les rapports parents/enfants et grands parents/petits-enfants sont très investis. Les solidarités intergénérationnelles, les aides de tous ordres, les contacts réguliers sont extrêmement dynamiques et puissant dans l’univers domestique. La famille métamorphosée apparaît comme la valeur la plus puissante — et "non négociable" — face à l’univers de la marchandisation généralisée.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vertigo
- 02/01/2013 - 01:13
Seuls ensemble.
Entre paradis perdu et terre promise, la liberté de nos vies modernes semble avoir un goût bien amer dans un monde multipolaire, où chacun semble être enfermé dehors la vie des autres, s'aliénant par sa propre existence, condamné à vivre non plus avec mais parmi les autres avec pour seule radio le bruit de leurs vies.
myc11
- 01/01/2013 - 21:23
On avait moins d'argent et on aimait la compagnie
Des jours de fête. La vie moderne est très stressante pour nos besoins grandissants, la télé qui tournait toute la journée chez les vieux, maintenant c'est mon tour de la faire tourner des soirées entières, et l'internet qui nous donne le sentiment d'exister à fleur de doigts sur les touches de l'ipad, autant de refuges devant les charges croissantes et multiples auxquelles nous ne pouvons échapper. La solitude de nos modes échappatoires face à notre vie solidairement stressante, surtout quand l'indépendance émotionnelle de nos jeunes tanguys est affublée de charges matérielles !
index.sui.et.falsi
- 01/01/2013 - 18:20
"Le blues des jours de fêtes" des Anciens et des Modernes
Entretien très intéressant.
Cela dit le "blues des jours de fêtes" est-il uniquement lié à notre modernité ? À nos conditions de vie ? À notre désir de liberté ? Voilà ce qu'il faudrait commencer par démontrer.
Il y a environ deux cents ans, Leopardi écrivait ce petit bijou romantique : "Le soir du jour de fête" ("La Sera del dì di festa") : du pur "blues des jours de fêtes" à la fois si loin et si proche de nous.