En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 32 min 18 sec
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 2 heures 3 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 4 heures 11 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 8 heures 28 sec
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 17 heures 7 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 18 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 1 jour 1 heure
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 1 heure 19 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 2 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 8 heures 11 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 1 jour 2 heures
Overdose d'idéologie

Salles de shoot : Pourquoi il faut absolument sortir du débat idéologique pour se concentrer sur les bienfaits médicaux

Publié le 23 octobre 2012
Marisol Touraine a indiqué Dimanche sur BFM TV qu'elle espérait lancer l'expérimentation des salles de consommation de drogue en France dès cette année.
Fatma Bouvet de la Maisonneuve
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve est psychiatre addictologue à l'hôpital Sainte-Anne, présidente de Addict’elles (www.addictelles.com), auteure de "Les femmes face à l’alcool. Résister et s’en sortir" aux Ed Odile Jacob .  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marisol Touraine a indiqué Dimanche sur BFM TV qu'elle espérait lancer l'expérimentation des salles de consommation de drogue en France dès cette année.

Atlantico : Marisol Touraine a indiqué Dimanche sur BFM TV qu'elle espérait lancer l'expérimentation des salles de consommation de drogue en France dès cette année. Que pensez-vous de cette initiative ? S'agit-il d'une banalisation de l'usage des drogues ou d'une mesure pragmatique qui a fait ses preuves en terme de santé publique ? 

Fatma Bouvet de la Maisonneuve : Autant, je trouve que Vincent Peillon a lancé  le débat sur la dépénalisation du cannabis de manière légère, autant je suis partisane des salles de shoots. Je pense qu'il faut placer le débat sur le plan médical et non idéologique. Aujourd’hui, ce sujet est malheureusement au centre de discussions idéologiques et les positions de chacun varient en fonction  de leur camp politique. C’est regrettable : la santé publique devrait être une préoccupation qui transcende les clivages politiques traditionnels. Cette polémique  me rappelle un peu les débats qu’il y avait dans les années 1970 concernant les traitements de substitution à la méthadone. A l’époque, on a perdu du temps avec les mêmes fondements idéologiques qu’aujourd’hui. On nous accuse de favoriser la consommation de stupéfiants et d’être des dealers en blouse blanche

On connaît davantage de nos jours l’efficacité des traitements de substitution : je pense donc qu’il faut être progressiste sur les thérapies d’autant plus que ces salles de shoot sont des réussites dans certains pays comme la Suisse. Donc, pourquoi pas en France ?  Il y a un conservatisme qu’il faut dépasser sur ces questions car les avantages liés aux salles de shoot sont assez évidents, surtout en termes de maladies infectieuses.

Autre point à ne pas oublier : la toxicomanie est une maladie, on parle de gens malades... J’ai entendu Bernard Debré parler du sevrage impératif des patients…Le problème c'est qu'en tant qu'addictologues, je ne suis bien placé pour savoir qu'il ne suffit pas de dire :  "quand on veut, on peut !"  Ce serait trop facile. L’envie de consommer est irrépressible, c’est précisément ça qui fait que c’est très dur de s’en sortir. On se drogue tout en sachant qu’on est dans l’autodestruction. Encadrer les injections, c’est offrir des structures adaptées aux toxicomanes qui ont recours à la drogue par seringues. Les complications, on les connait : elles sont infectieuses et font des dégâts très inquiétants, sans parler du risque réel d’overdose.

Dans une structure d’encadrement, on pourrait éviter des complications qu’on sait mortelles. Grâce à ces salles, les personnes viendraient dans un cadre médicalisé, l’encadrement serait médical, psychiatrique, social et psychologique. J'ai travaillé longtemps avec ces patients, beaucoup sont seuls et trouvent dans ces lieux thérapeutiques un vrai lieu de socialisation. Les salles de shoot peuvent être pour eux des lieux d’insertion sociale. Et puis, cela permet aussi qu’il n’y ait pas de shoots dans les halls d’immeubles et de seringue dans la rue.

Il s’agit d’un encadrement global, c’est ça le bénéfice !

Ces salles de shoot ne posent-elles pas un problème moral. Est-ce le rôle de l’Etat d'accompagner et d'encadrer la prise de drogue ?

Il faut vraiment placer ce débat sur le plan médical mais ça n’exclut pas le débat sur la lutte contre les trafiques de drogue. Nous sommes les premiers à lutter contre les dealers, on sait aussi qu’en sortant du centre de sevrage, les personnes toxicomanes peuvent trouver des dealers dans le coin. On sait qu’une guerre contre le deal est à mettre en place, mais on sait aussi que si les toxicomanes ne se shootent pas dans des salle encadrées, ils le feront ailleurs. La question c’est comment peut-on protéger au maximum les patients ? Je vous renvoyais tout à l’heure au débat des années 90 quand on disait exactement le même genre de choses sur la méthadone. On nous accusait de renforcer la toxicomanie, ce qui est faux. Il faut savoir que ces patients viennent aussi dans les salles de consommation de drogue pour s’en sortir, ils ne viennent pas uniquement pour consommer, mais également pour être aidés. Quand on est dans une démarche de soins, ce n’est pas pour persister dans une démarche pathologique. Un fort pourcentage des patients qui viennent dans ces salles ont envie de se sevrer. Je ne vois pas pourquoi on se priverait de structures de ce type.

Dans cette optique, pourquoi ne pas investir un maximum de moyens sur les structures de désintoxication ?  

En toxicomanie, notamment avec une drogue comme l’héroïne qui est très addictogène, le sevrage n’est pas facile,  ça se saurait. C’est d’ailleurs pour cela que les traitements de substitution existent. Avec l’héroïne, le taux de rechute est  très important. Il est  moins coûteux et plus efficace de mettre en place des salles de shoots et de prodiguer un accompagnement pas à pas. Le sevrage définitif d’un patient demanderait un nombre important d’hospitalisation et un encadrement très lourd, le tout pour un taux de réussite très discutable.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la passante aux cent soucis
- 28/10/2012 - 23:04
dubitative
Et même sidérée.Et les maisons closes, bordel?? :-))
C'est plus sale ou moins vendeur ?
Bien sur qu'il faut aider tous ces gamins ( les vieux drogués il y en a peu, ils meurent avant) , je fume -des cigarettes- sans réussir à arrêter, je n'ose penser à ce que je serais devenue si j'avais tenté le shoot.
Mais est-ce AIDER que de cautionner , pire, favoriser , la consommation? Tout en continuant d'ailleurs hypocritement à interdire l'achat de la substance!!
Rien à voir avec les traitements de substitution, conçus pour le "décrochage", et délivrés en fonction de celui-ci.
Et, quelle joie ineffable que de résider à proximité d'une salle de shoot ; qu'on le veuille ou non, les douces substances destinées aux veines des consommateurs génèrent parfois attitudes et débordements qu'ils ne peuvent contenir... Sans parler de ceux, moins chanceux, qui n'auront pu se procurer leur dose, et rôderont, en proie aux affres du manque, à peu pres disposés à n'importe quoi pour en obtenir une... Magnifique!!!
Benvoyons
- 23/10/2012 - 22:44
Bon si il y a une salle de schoot et qu'un patient meurt malgré
les infirmiers. La famille pourra déposer plainte contre l’État pour non assistance à personne en danger. En effet la drogue est interdite et l’État va aider en donnant des seringues dans les salles de schoot.
Je pense que le PS et Vert ont des problèmes internes et qu'ils ont en urgence besoin d'une légalisation. Finalement nous n'avons pas un gouvernement très propre.

J'espère que les associations contre la drogue et contre aussi les salles de schoot déposeront une demande car cela semble anticonstitutionnel .
vangog
- 23/10/2012 - 20:41
Qu'ils se concentrent sur les problémes qui existent déjà!
avant d'en créer de nouveaux...
Les salariés français financent déjà, par l’intermédiaire d'une SS idéologique et laxiste, les petits trafics de stupéfiants de dealers qui se font rembourser à 100% leurs ordonnances en prétextant une addiction dont ils se préservent toujours!
Que les socialos fassent le ménage dans la sécu, avant de percer un nouveau trou dans son déficit abyssal avec les salles de shoot!