En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

06.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 33 min 5 sec
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 2 heures 9 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 3 heures 25 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 14 heures 3 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 18 heures 15 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 18 heures 52 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 44 min 11 sec
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 3 heures 54 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 14 heures 18 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 18 heures 30 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 19 heures 57 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 21 heures 27 min
Instable

Chacun cherche son roi

Publié le 11 mars 2011
Alors que les "révolutions arabes" se sont multipliées ces dernières semaines et que pointe la menace d'une nouvelle "crise pétrolière", en Arabie Saoudite - premier pays producteur de pétrole au monde - la question n'est pas de renverser le roi, mais plutôt d'en trouver un. Le roi Abdallah 1er qui dirige le pays est vieux et malade, tout comme ses successeurs au trône. Maître de conférence à Sciences Po, Stéphane Lacroix répond à Atlantico pour tenter d'y voir plus clair.
Stéphane Lacroix est maître de conférences à Sciences Po.Il a enseigné dans différentes universités étrangères, notamment à Stanford (Etats-Unis).Son dernier ouvrage s'intitule Les islamistes saoudiens. Une insurrection manquée (Presses...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Lacroix
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Lacroix est maître de conférences à Sciences Po.Il a enseigné dans différentes universités étrangères, notamment à Stanford (Etats-Unis).Son dernier ouvrage s'intitule Les islamistes saoudiens. Une insurrection manquée (Presses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les "révolutions arabes" se sont multipliées ces dernières semaines et que pointe la menace d'une nouvelle "crise pétrolière", en Arabie Saoudite - premier pays producteur de pétrole au monde - la question n'est pas de renverser le roi, mais plutôt d'en trouver un. Le roi Abdallah 1er qui dirige le pays est vieux et malade, tout comme ses successeurs au trône. Maître de conférence à Sciences Po, Stéphane Lacroix répond à Atlantico pour tenter d'y voir plus clair.

Quelle est la situation actuelle à la tête du pouvoir en Arabie Saoudite ?

A 87 ans, le roi Abdallah 1er qui dirige le pays est malade. Il ne s’agit pas d’une grave maladie, il a des problèmes de dos et est donc handicapé dans ses mouvements. Le prince héritier Sultan et le second prince héritier (de facto) Nayef sont malades également, mais eux plus gravement (le premier prince héritier a un cancer). Nous ne savons pas tout car ce genre d’informations reste secret.

 

Comme fonctionne le système de renouvellement du pouvoir ?

Le pouvoir est transmis de frère à frère parmi les fils du roi fondateur Abdelaziz Al Saoud (1876-1953), en privilégiant le plus âgé. Parfois on « saute » un prince, s’il n’est pas investi dans la vie publique ou s’il a « fauté » (c’est le cas du prince « rouge » Talal, qui était parti rejoindre Nasser au Caire au début des années 1960). Les deux princes héritiers ont 78 et 83 ans. Le plus jeune des frères de la fratrie encore vivant s’appelle Muqrin. Il a 65 ans, et dirige les renseignements saoudiens.

Chaque désignation du roi se fait par consensus au sein de la famille. La famille est l’entité régnante en Arabie Saoudite. Le roi n’est de fait pas un monarque absolu : si un prince n’est pas jugé apte à régner par la famille, il est écarté et en général il accepte la décision.

En pratique, le conseil de famille se réunit régulièrement et c’est en son sein que sont prises les décisions politiques du pays. Si les décisions du roi ne sont pas validées par ses frères, il ne cherchera pas aller contre eux. Il y a eu de rares cas par le passé de frères qui se sont battus pour le pouvoir, comme Saoud et Faysal au début des années 1960. Mais c’est l’exception plutôt que la règle.

 

Quel rôle peut jouer le conseil de famille dans le contexte actuel ?

Le conseil de famille a une fonction essentielle : maintenir l’unité de la famille pour éviter qu’un membre de la famille ne se sente isolé et se retourne contre l’ensemble. Jusqu’en 2006, ce conseil n’était pas formalisé. En 2006, a été créé un conseil d’allégeance où l’ensemble des branches de la famille sont représentées. Des textes de loi régissent ce conseil et un bilan médical positif est nécessaire pour nommer le roi. Il est donc théoriquement possible d’éliminer un prétendant au trône pour des raisons de santé, ce qui est important alors que les principaux prétendants au trône sont âgés ou malades.

Les 36 fils du roi fondateur Abdelaziz – ou à défaut, lorsqu’ils sont décédés, l’un de leurs descendants – sont représentées au sein de ce conseil d’allégeance, chargé de décider de la succession du roi. Problème : en 2006, ce conseil s’est abstenu de nommer un second prince héritier. Le prince Nayef n’a été nommé second vice-Premier ministre – ce qui fait de lui de facto le second prince héritier – qu’en 2009, sans passer par le conseil d’allégeance, ce qui tendrait à prouver que les équilibres politiques de la famille royale continuent à se dessiner « en coulisse », de manière informelle, plutôt que dans ce conseil.

 

Et si le roi décède prochainement que va-t-il se passer ?

A court terme, il existe encore suffisamment de frères en âge de régner. Prenons par exemple le prince Salman, qui a 72 ans, ce qui fait 15 ans de moins que le roi actuel : il est donc relativement jeune pour la famille royale saoudienne, et est en bonne santé. Il est gouverneur de la capitale, Riyad, et reste très influent. Beaucoup d’observateurs considèrent qu’il règnera un jour.

A plus long terme, les mécanismes des passages à la génération suivante n’ont pas été réellement formalisés, hormis une mention de principe dans la loi fondamentale de 1992. Donc on peut se demander ce qu’il adviendra lorsque cette fratrie finira par s’éteindre.

Si les fils d’Abdelaziz sont au nombre de 36, la génération suivante, composée de leurs enfants, compte plusieurs centaines de princes. Tous pourraient en théorie prétendre au trône. Aussi, l’échéance du  passage de flambeau générationnel approchant, chacun des princes de première génération va vouloir placer ses pions pour peser sur la succession en favorisant ses enfants. Il pourrait s’en suivre des querelles. En tout état de cause, en effet, tous savent qu’une branche finira par l’emporter. C’est donc pour eux une question de quasi-survie politique.

 

(épisode 1 / 2 - Demain : peut-il y avoir prochainement une "révolution" en Arabie Saoudite)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires