En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 8 min 5 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 58 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 32 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 42 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 56 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 28 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 35 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 28 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 32 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 18 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 14 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 45 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 57 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 46 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 33 min
Mise au point

Quand la justice couchée se lève, c’est pour mieux ramper

Publié le 10 mars 2011
Le magistrat Philippe Bilger évoque dans son dernier livre "20 minutes pour la mort" la rapidité avec laquelle fut jugé Brasillach. L'occasion de s'interroger sur la justice de notre pays... et sur ses manquements.
Christian Millau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.Parmi ses parutions les plus récentes : Au galop des hussards (Grand prix de l'Académie française de la biographie et prix...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le magistrat Philippe Bilger évoque dans son dernier livre "20 minutes pour la mort" la rapidité avec laquelle fut jugé Brasillach. L'occasion de s'interroger sur la justice de notre pays... et sur ses manquements.

Paul Léautaud m’a dit un jour : « On devrait tuer un juge de temps en temps pour rappeler aux autres le vrai rôle de la justice ».  Sans doute pensait-il à ces magistrats exemplaires qui, à l’exception d’un ou deux, avaient prêté serment au maréchal Pétain et prononcé dix neuf condamnations à mort suivies d’une exécution avant de sanctionner, dans un bel élan patriotique, les partisans de Vichy, les fascistes, les miliciens, bref tous ceux qui se réclamaient de l’Etat qu’ils avaient si docilement servis. Un nouveau tableau de chasse encore plus sanglant que le précédent avec 7000 condamnations à mort dont 767 parvenues à leur terme.

Parmi ces nobles figures se trouvaient le 1er  janvier 1945, quand s’ouvrit à Paris le procès de l‘écrivain pro-nazi Robert Brasillach, le président de la Cour de Justice Joseph Vidal et le commissaire du gouvernement, Maurice Reboul, dont les compétences étaient unanimement reconnues. Celui qui défie la loi du silence et de la servitude, n’est pas un nostalgique de la collaboration ou un provocateur à l’idéologie nauséabonde. Philippe Bilger porte la robe rouge de l’avocat général qui, au nom de la République, défend les intérêts de la société et veille au respect de la loi. Le poète français qui, il y a soixante-six ans, à neuf heures trente du matin au fort de Montrouge est tombé, lié au poteau, les yeux ouverts, sous des balles françaises, était coupable. Coupable d’avoir choisi, par un idéalisme aveugle, la mauvaise cause. Coupable d’avoir écrit dans « Je suis partout » des articles insensés à la gloire de l’Allemagne nazie et versé dans un délire antisémite aussi fou que celui d’un Céline, la syntaxe en moins. Philippe Bilger qui vient de publier 20 minutes pour la mort au Rocher, en est convaincu.

Le poids des mots

Son propos, dans ce livre fort et magnifique, n’est pas de défendre l’indéfendable. Brasillach était coupable : oui, mais de quoi ? A aucun moment, il n’eût de sang sur les mains. Contrairement à ceux qui, grassement payés, construisirent le mur de l’Atlantique avant de le démolir, il ne tira le moindre avantage du camp où il s’était rangé. Cela fut reconnu au procès mais que faites-vous des « mots qui tuent », s’exclama le procureur ? C’est sur cette dernière phrase qu’on l’expédia vers la mort. Des mots assurément haineux, souvent ridicules mais dont il ne fut jamais prouvé qu’ils aient eu un effet quelconque, à l’inverse de ceux écrits à la Gestapo par les milliers de délateurs qui signalaient la présence d’un Juif dans une chambre de bonne ou indiquaient aux miliciens la cache d’un résistant. Et qui pourrait prétendre que les Allemands eurent besoin d’un Brasillach pour remplir leurs trains de la mort ?

Pire encore, il y a au centre de ce livre, le procès rigoureux d’un simulacre de procès où tout était écrit d’avance, où l’inculpé était déjà mort avant d’être exécuté et où il ne fallut pas plus de vingt minutes au tribunal et aux jurés pour boucler leur sale affaire. Que ce soit un grand magistrat qui déballe ce souvenir poisseux ne rehausse en rien l’honneur de la magistrature. Tant que l’on ne pourra mettre en cause la responsabilité des juges, la justice, toutes les fois qu’elle se noircit les mains, pourra continuer à se les laver en toute sérénité. Qui la réclame cette mise en cause de leur responsabilité ? Un nommé Philippe Bilger.

 

 

Le dernier livre de Christian Millau s'intitule Journal Impoli, un siècle au galop 2010-1928 (Le Rocher Littérature, 2011).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 10/03/2011 - 22:56
La France est un pays de coupeurs de têtes...
Comme Louis XVI, Brasillac a été une victime expiatoire que réclamait, non pas la justice, mais le peuple. On ne peut pas reprocher à la justice d'avoir été l'expression du peuple, lorsque la fièvre est retombée, et que le peuple a la gueule de bois!...
vangog
- 10/03/2011 - 22:55
L'oeuvre est toujours étrangère à l'artiste
Comme Louis XVI, Brasillac a été une victime expiatoire que réclamait, non pas la justice, mais le peuple. On ne peut pas reprocher à la justice d'avoir été l'expression du peuple, lorsque la fièvre est retombée, et que le peuple a la gueule de bois!...Rappelons-nous que la France est un pays de coupeurs de têtes...
vangog
- 10/03/2011 - 22:45
il faut dégraisser le Mamouth
Ce n'est pas de moyens dont a besoin la justice, mais d'une refonte globale: plus de simplicité, moins de textes, moins d'idéologie surannée, plus de rationalisme: pourquoi ne pas s'inspirer de nos voisins qui réussissent plutôt que de s'enferrer dans l'échec? Acceptons toutefois qu'elle puisse se tromper de temps en temps, cela prouve son "humanité";