En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 2 heures 57 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 4 heures 59 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 6 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 7 heures 54 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 11 heures 16 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 13 heures 59 sec
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 4 heures 36 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 6 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 7 heures 18 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 10 heures 17 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 12 heures 1 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 13 heures 5 min
© Reuters
Selon Mario Draghi, l'Espagne et son ministre de l'Economie Luis de Guindos ne devraient pas avoir peur de demander de l'aide.
© Reuters
Selon Mario Draghi, l'Espagne et son ministre de l'Economie Luis de Guindos ne devraient pas avoir peur de demander de l'aide.
Help !

Au pied du mur : mais qu'attend donc l'Espagne pour demander de l'aide à la BCE ?

Publié le 25 février 2013
Mario Draghi a incité jeudi dernier l'Espagne à demander de l'aide à l'Europe. Le président de la Banque centrale européenne a assuré que l'Espagne ne devait pas avoir peur des conditions qui lui seraient imposées en cas de demande d'assistance financière.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mario Draghi a incité jeudi dernier l'Espagne à demander de l'aide à l'Europe. Le président de la Banque centrale européenne a assuré que l'Espagne ne devait pas avoir peur des conditions qui lui seraient imposées en cas de demande d'assistance financière.

Mario Draghi l’a dit : la structure qu’il a mise en place pour financer les pays qui le demandent est prête (OMT, Outright Monetary Transactions). Pas de nom de pays, mais tout le monde a compris qu’il s’agissait de l’Espagne. Une Espagne qui doit d’abord faire la demande à ses pairs au sein de la zone euro, puis, une fois acceptée, cette demande sera transmise à la Banque centrale européenne qui l’analyse puis, une fois acceptée, qui se met à acheter des bons du trésor espagnol à deux et trois ans, apportant ainsi à l’Espagne une aide indispensable. Mais une Espagne qui doit d’abord faire la demande officielle et qui hésite.

On peut la comprendre, mais le temps presse. L’Espagne cumule en effet quatre crises. Une crise bancaire d’abord, liée à l’éclatement de la bulle immobilière. Elle va nécessiter 50 milliards d’euros de soutien, déjà accordés par les pays de la zone euro, ce qui impliquera des fermetures de banques et des cessions d’actifs à bas prix, notamment dans l’immobilier. Une crise économique et sociale ensuite, avec une récession profonde, des licenciements, des fermetures d’usines, le tout donnant un taux de chômage officiel du quart de la population. Une crise budgétaire donc, avec des coupes dans les dépenses qui conduisent à des grèves à répétition, jusqu’à une grève générale qui se profile. Une crise régionale enfin, certaines régions étant en faillite, dont la Catalogne. Elle vient de demander une aide à Madrid, qui lui a été refusée. Celle-ci envisage donc un référendum sur l’indépendance, son leader politique, Artus Mas indiquant qu’une Catalogne indépendante serait un grand pays de la zone euro, et ajoutant que sans la Catalogne, l’Espagne est insolvable…

Il faut donc aller très vite, avant que l’irréparable ne soit accompli. D’où les pressions sur Mariano Rajoy, à la fois par l’intermédiaire de la BCE et par celle des autres responsables politiques, notamment du Sud. A Malte la semaine dernière, à l’occasion de la réunion « 5+5 » (5 pays des deux côtés de la Méditerranée), ce point a dû être abordé. Nous verrons, mais une issue de demande de l’Espagne est la plus probable.

A la BCE, le travail d’analyse en faveur de l’OMT avance. L’idée est toujours la même : le programme d’achat de titres publics est destiné à permettre au système économique de fonctionner, et plus nettement encore aux banques du pays de faire crédit aux entreprises et aux ménages. C’est là tout le problème, car la chaîne est rompue entre baisse des taux de la banque centrale d’un côté et baisse des taux bancaires de l’autre. En effet, si le pays est en difficulté, ces bons du trésor voient monter leurs rémunérations, ce qui inquiète tous les acteurs économiques et vient en concurrence avec  la rémunération des dépôts bancaires, donc avec la capacité des banques de baisser leurs taux. L’OMT doit donc faire baisser les taux à moyen terme, « désinquiéter » les marchés et les acteurs internes, faire baisser les conditions de funding des banques et permettre ainsi aux taux d’intérêt de baisser, précondition pour faire repartir le crédit et la croissance. On voit le temps qui sera nécessaire : des trimestres. En même temps, la BCE poursuit son analyse par rapport à l’opposition de la Buba, en expliquant les conditions et modalités de son intervention, le fait que son intervention n’aura lieu que sur le marché secondaire et qu’elle sera stérilisée, autrement dit compensée, tout ceci afin de ne pas intenter de procès en inflation.

Encore une fois, tout est prêt pour l’Espagne, car le temps presse. Les marchés croient à cette solution, derrière la BCE, et le pire serait de les décevoir, pour l’Espagne bien sûr, pour le Sud ensuite, pour les voisins (dont nous), pour la zone euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
trapanel
- 08/10/2012 - 21:56
A HR
Eh bien voilà une intervention qui vaut la peine d'être lue....!
Je vis dans une démocratie aussi brillante que la française, au même titre que les britanniques, danois, suédois, norvégiens où allemands .etc ; Pour vous , cette Europe est anti-démocratique avec complot de la finance internationale, des sectes, plus certainement d'autres délires du même acabit...
Essayez une autre approche :Argumenter , étayer et ensuite donner son opinion ....cela lui donne de la valeur . Le" tous pourris" , même si c'est vrai, n'a jamais fait bouger les lignes.
vangog
- 08/10/2012 - 17:35
Cessons d'accuser "les marchés", cette nouvelle tarte à la créme
de Mélenchon and Co, car "les marchés", c'est vous, c'est moi, c'est les états prêteurs etc..., et, à moins que vous n'acceptiez d'abandonner votre assurance-vie ou vos retraites pour payer la social-démagogie Socialiste...
L’Espagne ne veut, tout simplement pas, que les fonds Européens servent à renflouer les provinces à qui Zapatéro a donné un blanc-sein pour dépenser l'argent qu'elles n'avaient pas, l'Andalousie, la Catalogne etc...
Et ces provinces font chanter le gouvernement, dans la grande tradition gauchiste: "vous nous renflouez, sinon on exige notre indépendance!...'. Ces régions peuvent faire ce minable chantage (que la Grèce ne se permet pas, comme par hasard), car elles veulent l'argent Européen pour elles avant tout, pour payer ces aérodromes qui n'ont ni avions, ni passagers, ce métro, luxe inutile mais dispendieux de Séville, et toutes ces petites ou grosses dépenses des élus-entrepreneurs Espagnols...
HR
- 08/10/2012 - 11:17
@ trapanel
- "L'Espagne n'est démocratique que depuis moins de 40 ans, "
L'Espagne est une Monarchie, donc elle ne peut pas mécaniquement être une démocratie.
Après des siècles de dictature, on ne devient pas une démocratie comme ça. Surtout dans une Europe, surtout dans une Union Européenne qui est un brillant exemple de la défaite de la démocratie en Europe.