En direct
Best of
Best Of
En direct
Editorial
La gravité de la crise va-t-elle obliger François Hollande à prendre le virage indispensable sans attendre deux ans comme Mitterrand en 1983 ?
Publié le 06 octobre 2012
Hausse des prélèvements obligatoires, projet de taxation des plus-values lors de cessions des entreprises... En s’infiltrant ainsi partout, l'Etat risque la panne économique. A ce rythme, l'indispensable tournant de la rigueur pourrait arriver plus vite que prévu.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hausse des prélèvements obligatoires, projet de taxation des plus-values lors de cessions des entreprises... En s’infiltrant ainsi partout, l'Etat risque la panne économique. A ce rythme, l'indispensable tournant de la rigueur pourrait arriver plus vite que prévu.

Il y a comme un relent de 1981 dans l’atmosphère qui règne autour du Parlement. Certes, il n’est plus question de placer les grands acteurs de l’économie française dans le giron de l’Etat, mais on assiste à une sorte de renationalisation canada dry dans tous les domaines. Il a beau être exsangue, avec des caisses vides, l’Etat revient en force, il s’infiltre partout et a entrepris avec les mesures fiscales en cours une véritable confiscation de l’épargne.

Première manifestation de cette évolution : la hausse des prélèvements obligatoires qui atteint un record absolu en France mais aussi en Europe, qui conduit la puissance publique à s’approprier plus de la moitié de la richesse nationale.

Deuxième aspect : le projet de taxation sur les plus-values dans le cas de cession des entreprises qui peut aller jusqu’à 62,2% (sans parler de la future hausse de la CSG en préparation) et qui a provoqué une révolte spontanée des patrons devant ce qui apparaît comme une véritable appropriation de leur patrimoine. Car, si l’on ajoute les prélèvements opérés au moment de la succession, le créateur se trouverait totalement dépossédé de son bien.

Quant aux intérêts, compte tenu de tous les relèvements annoncés et de l’inflation, les taux d’imposition pourraient atteindre 120 % l’an prochain selon les calculs de l’Observatoire Français des Conjonctures économiques (OFCE). Ainsi, non  seulement, l’Etat prendrait tout, mais il en redemanderait encore !

Tout ceci parait aberrant et relève d’une méconnaissance profonde de l’entreprise, considérée comme une caverne d’Ali Baba, aux ressources inépuisables. Et l’Etat  préfère charger la barque de ceux qui font l’activité économique, pour ne pas avoir à tailler dans les dépenses publiques, en croyant ainsi qu’il va sauver la consommation, qui représente à ses yeux le seul moyen d’éviter une franche récession. C’est un contresens total, puisqu’il va subir la double peine : celle de la panne de l’activité économique et un comportement plus frileux des Français qui auront tendance à réduire leurs dépenses.

Il est indispensable de restaurer au plus vite la noblesse de la fonction de chef d’entreprise et de redonner aux patrons un minimum de confiance, alors qu’ils doivent faire face depuis 2008 à l’une des crises les plus sévères qui soit, dans un environnement  dégradé, où la concurrence est impitoyable, le recours au crédit difficile et les rigidités du marché du travail et de la réglementation incompatibles avec la déferlante sur nos marchés des produits  des pays émergents.  

En 1981, il a fallu près de deux ans et trois dévaluations à la gauche pour réaliser ses erreurs et changer radicalement de politique. Cette fois, on pourrait ne pas aller aussi loin dans les excès. La gravité de la crise pourrait déciller les yeux plus rapidement. Les plus optimistes décèlent un début de prise de conscience dans certains propos récents du chef de l’Etat. Saura-t-il, ou plutôt pourra-t-il amorcer le virage indispensable pour éliminer les embûches accumulées au cours des derniers mois et redonner un peu d’air à l’économie ? Cela suppose d’obtenir une véritable conversion de la majorité politique qui le soutient en lui faisant abandonner son conservatisme et ses idées reçues. Un véritable travail  d’Hercule.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MEPHISTO
- 06/10/2012 - 21:02
Un remake plus douloureux
FRANCOIS HOLLANDE n ' a pas les marges de manoeuvre et le temps devant lui comme pouvait l' avoir FRANCOIS MITERRAND parce que la FRANCE avait le contrôle de sa monnaie ( le franc ) , de ses frontières ( douanières et immigratoires ) mais l ' insoucience de " de ce feu monarque " nous a coûté , et nous coûte encore aujourd' hui
Leon d'Ys
- 06/10/2012 - 10:38
DIAFFOIRUS ET PURGON suite
la survie l'essentiel du corps étant protégé La pôvre France pourrait espérer reprendre un peu son soffle et essayer de sortir de chez elle avec quelques appuis et pas top de poids( cout du travail ) à porter pour aller prendre l'air à l'exterieur ce qui lui manque le plus . Ce faisant le secour que pourrait lui apporter les produits etrangers serait bien venu en ces temps de grande fatigues (financieres).
Mais la Faculté (ENA et autres Politiques) drappé dans un savoir autoproclamé par tant d'experience du terrain peut elle comprendre cet appel au bon sens
Le monde change La France Garde le Cap du t elle aller au Trépas
RIP

L'humour (si s'en est) à dit quelqu'un est la politesse du désespoir
Leon d'Ys
- 06/10/2012 - 10:28
DIAFFOIRUS ET PURGON
Autour de la pauvre France affligée de trente années de mauvaise
(indi)Gestion Les professeurs Diaffoirus et Purgon s'agitent avec force saignée fiscale et taxes expiatoire .Pour faire bonne mesure quelques Clystères bien placés viennent parfaire le traitement infligé a la pôvre France .Les bras lui en tombent d'ailleurs quand elle apprend qu'en plus du lavement une purge salvatrice ( CSG ) doit lui etre administré dés le printemps pour lui éviter toute vélléité de résistance à tous ces ( mauvais ) traitements et cela malgré ses cris de désespoir et de douleur .
Elle à bien essayé d'expliquer à ses (tour-Menteurs) que quelques remédes ont été exploré et qui pourraient etre salvateur pour son état sans pour autant porter atteinte à ses organismes les plus faibles....
La potion TVA par exemple, suivant plusieurs dosage, (si l'AMM n'en faisait pas un dogme )car prescrite par la précédente équipe médicale .
dosé à 33% pour le luxe et la richess les transports à plus de 8ou9 cv ( réjouissez vous les verts) ne toucherait que le gras du corps
dosé à 25% ne toucherait pour l'essentiel qu'aux fievres externes et asiatiques (portable tele etc;)
dosé à 5% et7% nempécherait pas la survie