En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

05.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

06.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 23 min 59 sec
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 12 heures 25 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 16 heures 55 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 18 heures 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 19 heures 2 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 23 heures 23 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français rend les études d’impact

il y a 47 min 45 sec
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 9 heures 13 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 16 heures 46 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 18 heures 45 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 19 heures 37 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 23 heures 53 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 1 jour 26 min
© DR
Il n’y a jamais eu autant de créations d’entreprises en France que ces dernières années.
© DR
Il n’y a jamais eu autant de créations d’entreprises en France que ces dernières années.
Je t'aime, moi non plus

Les "pigeons" peuvent-ils faire évoluer l’opinion déplorable des Français sur les grands patrons ?

Publié le 05 octobre 2012
Les entrepreneurs français jouissent d'une image ambivalente dans l'opinion publique. Tant que le dirigeant est dans une phase de création, il reste apprécié. Qu'il grandisse, et là commencent vraiment les problèmes...
Jacques Gautrand est spécialiste de l’image de l’entreprise et la communication de ses dirigeants.Il dirige Consulendo.com, un observatoire indépendant sur l’entreprise et le management, qui s’intéresse notamment à la place de l’entrepreneur dans la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Gautrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Gautrand est spécialiste de l’image de l’entreprise et la communication de ses dirigeants.Il dirige Consulendo.com, un observatoire indépendant sur l’entreprise et le management, qui s’intéresse notamment à la place de l’entrepreneur dans la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entrepreneurs français jouissent d'une image ambivalente dans l'opinion publique. Tant que le dirigeant est dans une phase de création, il reste apprécié. Qu'il grandisse, et là commencent vraiment les problèmes...

Atlantico : Une étude de l'Observatoire Cegos effectuée sur 3 000 jeunes actifs de 20 à 30 ans révèle que seulement 32% d’entre eux se disent intéressés par la création d’entreprise. Dans le même temps, le mouvement des "pigeons" qui s'est élevé contre le projet de taxation des plus-values de cessions d'entreprises par le gouvernement obtient un accueil mitigé dans l'opinion. Que dire de la popularité des entrepreneurs chez les jeunes, et chez les Français en général ?

Jacques Gautrand : Ce chiffre de 32% n’est pas plus ou moins élevé que pour l'ensemble de la population. On ne peut donc pas dire que les jeunes aient moins envie de créer des entreprises que les autres.

La figure de l’entrepreneur en France n’est pas si mauvaise que cela. L’image du créateur d’entreprises est relativement bonne. Tant que le dirigeant est dans une phase de création, dans une petite structure, il est apprécié. Cela se complique lorsqu’on devient chef d’entreprise établi, et encore plus quand on devient un « patron ». Il y a plus de défiance à l’égard de l’image du grand patron car il est assimilé aux grands groupes cotés en bourse, aux plans sociaux, à l’idée des licenciements boursiers. On lui reproche de servir davantage l’actionnaire que les parties prenantes et les salariés. La mondialisation, la crise et la financiarisation de l’économie n’ont pas arrangé les choses. Cette internationalisation a clairement dégradé l’image du patron en France.

Il existe donc une ambivalence de l’image, bonne pour l’entrepreneur créateur et mauvaise pour les patrons. D’ailleurs, il n’y a jamais eu autant de créations d’entreprises en France que ces dernières années. Jusqu’au début des années 2000, il y avait un peu moins de 200 000 créations d’entreprises  par an. Avec les lois Dutreil, on a vécu une montée en puissance, on est passé à 300 000. Ensuite, à partir de 2009, grâce à la création du régime d’autoentrepreneur, le chiffre a encore augmenté. Nous sommes presque dorénavant à 600 000 créations d’entreprises par an.

De plus, il existe un autre problème en France. Beaucoup de grands patrons sont en réalité d’anciens hauts fonctionnaires qui ont été placés à la tête de grands groupes. Ce ne sont pas eux-mêmes des créateurs.

Les médias contribuent-ils à entretenir cette ambivalence dans l’image des entrepreneurs ?

Dans la presse économique spécialisée, on fait bien la différence entre un patron de PME qui se rémunère en moyenne à 4 000 euros par mois et le patron d’une multinationale ou d’un grand groupe avec des rémunérations extravagantes et des avantages comme les retraites chapeaux ou les stock-options.

Cependant les grands médias, et particulièrement les médias audiovisuels, mettent constamment l’accent sur ce qui va mal. On parle plans sociaux, on montre les occupations d’usines et il est évident que cela donne l’impression que l’économie, ce ne sont que quelques grands groupes qui ne font que licencier. Or 95% des entreprises sont des PME.

La classe politique française est-elle en phase avec le milieu de l’entreprise ?

Sur 600 députés, seulement une centaine est issue du secteur privé. Il existe dans la haute fonction publique un problème de méconnaissance de l’économie réelle, et notamment des PME et TPE. Jean-Michel Fourgous, maire d'Elancourt et ancien député de la 11ème circonscription des Yvelines, a résumé l’histoire en déclarant que la grande différence à l’Assemblée nationale n’était pas entre les députés de droite et de gauche mais entre ceux qui connaissent et comprennent l’entreprise privée et les autres. C’est donc une question assez transversale qui dépasse les clivages idéologiques.

La surreprésentation médiatique des syndicats contribue-t-elle également à creuser l’impopularité des patrons français ?

Les grands syndicats ont effectivement l’oreille des grands médias. Un plan social, même d’une magnitude relative, fera toujours plus de bruit que la création de 1000 micro entreprises ou de 10 000 TPE. L’arbre qui tombe fait toujours plus de bruit que la forêt qui pousse…

Le ministre de l’Économie a annoncé jeudi que le gouvernement pourrait modifier son projet de taxation des plus-values de cessions d'entreprises, décriée par les créateurs d'entreprises innovantes. En seulement quatre jours, ces derniers ont donc obtenu gain de cause.

Ce dispositif était clairement anti-économique. Tout entrepreneur, même un commerçant, travaille toute sa vie pour faire prendre de la valeur à son entreprise. Lorsqu’il la cède, il réalise alors le fruit du travail de sa vie. C’est vrai pour la start-up qui se revend au bout de dix ans mais c’est vrai aussi pour le commerce ou l’artisan qui a travaillé pendant 40 ans, développé son commerce et qui compte beaucoup sur la cession pour vivre une retraite heureuse. Le grand public ne semble pas comprendre qu’un artisan ou un commerçant, par rapport à un salarié ou à un fonctionnaire, a une retraite beaucoup plus faible. Ils comptent énormément sur l’accumulation de leur patrimoine professionnel cour compléter leur retraite.

Le mouvement des « pigeons » est bien ancré dans son temps. Ces derniers ont largement utilisé les réseaux sociaux et les nouveaux moyens de communication pour faire passer leur message. Ce type d’initiative est-elle de nature à combler l’écart entre les patrons et l’opinion publique ?

Les « pigeons » ont montré que les créateurs d’entreprises sont des gens comme tout le monde. Nous sommes loin de l’image d’Epinal véhiculée par certains médias de l’homme au cigare et au chapeau haut de forme.

De plus, si cette nouvelle génération est largement influencée par l’univers Internet,  les entrepreneurs qui soutiennent le mouvement des « pigeons » ne sont pas tous des dirigeants de start-up. Beaucoup d’entre eux ont des activités dites classiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

05.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

06.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MEPHISTO
- 06/10/2012 - 20:27
Une idée révolutionnaire " passée à la trappe "
L ' Ex-Président de la République avait proposé la formule suivante: 1/3 des dividences des bénéfices reversés aux salariés , un autre revenant à l ' entreprise et le dernier aux actionnaires. si les " grands capitaines d ' industrie " l ' avaient appliqués en son temps , il auraient sans doute renversé cette tendance et ce débat n ' aurait peut-être pas cours aujourd'hui
a_normal
- 06/10/2012 - 00:35
Ils sont loin d'avoir gagné !
Comme d'habitude avec Hollande c'est dans le flou. Il a voulu de suite éteindre le feu en faisant croire qu'il n'y aurait plus cette taxation inique. La peur était que ça fasse trop de bruit à l'étranger et que les investisseurs se désengagent d'un pays où la réussite était l'ennemi.
Mais ce gouvernement va trouver des clauses qui feront qu'à l'arrivée beaucoup seront à ces taux de 69%, ou proche.
L'aile gauche et les gauchistes du PS, les verts, le PC, etc ont dans le collimateur ces entreprises qui emploient, pour certaines des auto-entrepreneurs. Ce statut d'auto-entrepreneur va certainement disparaître.
Loupdessteppes
- 05/10/2012 - 21:31
Les pigeons ne sont pas que des grands patrons !
Tout au contraire, beaucoup de pigeons sont de petits entrepreneurs étranglés par les mesures de l'UMP et du PS. Les grands patrons ne sont "grands" que dans l'art de se concilier la droite et la gauche et de présenter des bilans qui les exemptent de payer leurs impots.... Avec léchage de bottes de la part de nos bons (sic) politiques en sus (resic)...