En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 43 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 2 heures 14 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 52 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 3 heures 22 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 4 heures 28 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 58 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 5 heures 31 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 58 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 54 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 23 heures 11 min
© DR
Il n’y a jamais eu autant de créations d’entreprises en France que ces dernières années.
© DR
Il n’y a jamais eu autant de créations d’entreprises en France que ces dernières années.
Je t'aime, moi non plus

Les "pigeons" peuvent-ils faire évoluer l’opinion déplorable des Français sur les grands patrons ?

Publié le 05 octobre 2012
Les entrepreneurs français jouissent d'une image ambivalente dans l'opinion publique. Tant que le dirigeant est dans une phase de création, il reste apprécié. Qu'il grandisse, et là commencent vraiment les problèmes...
Jacques Gautrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Gautrand est spécialiste de l’image de l’entreprise et la communication de ses dirigeants.Il dirige Consulendo.com, un observatoire indépendant sur l’entreprise et le management, qui s’intéresse notamment à la place de l’entrepreneur dans la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entrepreneurs français jouissent d'une image ambivalente dans l'opinion publique. Tant que le dirigeant est dans une phase de création, il reste apprécié. Qu'il grandisse, et là commencent vraiment les problèmes...

Atlantico : Une étude de l'Observatoire Cegos effectuée sur 3 000 jeunes actifs de 20 à 30 ans révèle que seulement 32% d’entre eux se disent intéressés par la création d’entreprise. Dans le même temps, le mouvement des "pigeons" qui s'est élevé contre le projet de taxation des plus-values de cessions d'entreprises par le gouvernement obtient un accueil mitigé dans l'opinion. Que dire de la popularité des entrepreneurs chez les jeunes, et chez les Français en général ?

Jacques Gautrand : Ce chiffre de 32% n’est pas plus ou moins élevé que pour l'ensemble de la population. On ne peut donc pas dire que les jeunes aient moins envie de créer des entreprises que les autres.

La figure de l’entrepreneur en France n’est pas si mauvaise que cela. L’image du créateur d’entreprises est relativement bonne. Tant que le dirigeant est dans une phase de création, dans une petite structure, il est apprécié. Cela se complique lorsqu’on devient chef d’entreprise établi, et encore plus quand on devient un « patron ». Il y a plus de défiance à l’égard de l’image du grand patron car il est assimilé aux grands groupes cotés en bourse, aux plans sociaux, à l’idée des licenciements boursiers. On lui reproche de servir davantage l’actionnaire que les parties prenantes et les salariés. La mondialisation, la crise et la financiarisation de l’économie n’ont pas arrangé les choses. Cette internationalisation a clairement dégradé l’image du patron en France.

Il existe donc une ambivalence de l’image, bonne pour l’entrepreneur créateur et mauvaise pour les patrons. D’ailleurs, il n’y a jamais eu autant de créations d’entreprises en France que ces dernières années. Jusqu’au début des années 2000, il y avait un peu moins de 200 000 créations d’entreprises  par an. Avec les lois Dutreil, on a vécu une montée en puissance, on est passé à 300 000. Ensuite, à partir de 2009, grâce à la création du régime d’autoentrepreneur, le chiffre a encore augmenté. Nous sommes presque dorénavant à 600 000 créations d’entreprises par an.

De plus, il existe un autre problème en France. Beaucoup de grands patrons sont en réalité d’anciens hauts fonctionnaires qui ont été placés à la tête de grands groupes. Ce ne sont pas eux-mêmes des créateurs.

Les médias contribuent-ils à entretenir cette ambivalence dans l’image des entrepreneurs ?

Dans la presse économique spécialisée, on fait bien la différence entre un patron de PME qui se rémunère en moyenne à 4 000 euros par mois et le patron d’une multinationale ou d’un grand groupe avec des rémunérations extravagantes et des avantages comme les retraites chapeaux ou les stock-options.

Cependant les grands médias, et particulièrement les médias audiovisuels, mettent constamment l’accent sur ce qui va mal. On parle plans sociaux, on montre les occupations d’usines et il est évident que cela donne l’impression que l’économie, ce ne sont que quelques grands groupes qui ne font que licencier. Or 95% des entreprises sont des PME.

La classe politique française est-elle en phase avec le milieu de l’entreprise ?

Sur 600 députés, seulement une centaine est issue du secteur privé. Il existe dans la haute fonction publique un problème de méconnaissance de l’économie réelle, et notamment des PME et TPE. Jean-Michel Fourgous, maire d'Elancourt et ancien député de la 11ème circonscription des Yvelines, a résumé l’histoire en déclarant que la grande différence à l’Assemblée nationale n’était pas entre les députés de droite et de gauche mais entre ceux qui connaissent et comprennent l’entreprise privée et les autres. C’est donc une question assez transversale qui dépasse les clivages idéologiques.

La surreprésentation médiatique des syndicats contribue-t-elle également à creuser l’impopularité des patrons français ?

Les grands syndicats ont effectivement l’oreille des grands médias. Un plan social, même d’une magnitude relative, fera toujours plus de bruit que la création de 1000 micro entreprises ou de 10 000 TPE. L’arbre qui tombe fait toujours plus de bruit que la forêt qui pousse…

Le ministre de l’Économie a annoncé jeudi que le gouvernement pourrait modifier son projet de taxation des plus-values de cessions d'entreprises, décriée par les créateurs d'entreprises innovantes. En seulement quatre jours, ces derniers ont donc obtenu gain de cause.

Ce dispositif était clairement anti-économique. Tout entrepreneur, même un commerçant, travaille toute sa vie pour faire prendre de la valeur à son entreprise. Lorsqu’il la cède, il réalise alors le fruit du travail de sa vie. C’est vrai pour la start-up qui se revend au bout de dix ans mais c’est vrai aussi pour le commerce ou l’artisan qui a travaillé pendant 40 ans, développé son commerce et qui compte beaucoup sur la cession pour vivre une retraite heureuse. Le grand public ne semble pas comprendre qu’un artisan ou un commerçant, par rapport à un salarié ou à un fonctionnaire, a une retraite beaucoup plus faible. Ils comptent énormément sur l’accumulation de leur patrimoine professionnel cour compléter leur retraite.

Le mouvement des « pigeons » est bien ancré dans son temps. Ces derniers ont largement utilisé les réseaux sociaux et les nouveaux moyens de communication pour faire passer leur message. Ce type d’initiative est-elle de nature à combler l’écart entre les patrons et l’opinion publique ?

Les « pigeons » ont montré que les créateurs d’entreprises sont des gens comme tout le monde. Nous sommes loin de l’image d’Epinal véhiculée par certains médias de l’homme au cigare et au chapeau haut de forme.

De plus, si cette nouvelle génération est largement influencée par l’univers Internet,  les entrepreneurs qui soutiennent le mouvement des « pigeons » ne sont pas tous des dirigeants de start-up. Beaucoup d’entre eux ont des activités dites classiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MEPHISTO
- 06/10/2012 - 20:27
Une idée révolutionnaire " passée à la trappe "
L ' Ex-Président de la République avait proposé la formule suivante: 1/3 des dividences des bénéfices reversés aux salariés , un autre revenant à l ' entreprise et le dernier aux actionnaires. si les " grands capitaines d ' industrie " l ' avaient appliqués en son temps , il auraient sans doute renversé cette tendance et ce débat n ' aurait peut-être pas cours aujourd'hui
a_normal
- 06/10/2012 - 00:35
Ils sont loin d'avoir gagné !
Comme d'habitude avec Hollande c'est dans le flou. Il a voulu de suite éteindre le feu en faisant croire qu'il n'y aurait plus cette taxation inique. La peur était que ça fasse trop de bruit à l'étranger et que les investisseurs se désengagent d'un pays où la réussite était l'ennemi.
Mais ce gouvernement va trouver des clauses qui feront qu'à l'arrivée beaucoup seront à ces taux de 69%, ou proche.
L'aile gauche et les gauchistes du PS, les verts, le PC, etc ont dans le collimateur ces entreprises qui emploient, pour certaines des auto-entrepreneurs. Ce statut d'auto-entrepreneur va certainement disparaître.
Loupdessteppes
- 05/10/2012 - 21:31
Les pigeons ne sont pas que des grands patrons !
Tout au contraire, beaucoup de pigeons sont de petits entrepreneurs étranglés par les mesures de l'UMP et du PS. Les grands patrons ne sont "grands" que dans l'art de se concilier la droite et la gauche et de présenter des bilans qui les exemptent de payer leurs impots.... Avec léchage de bottes de la part de nos bons (sic) politiques en sus (resic)...