En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 58 min 20 sec
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 3 heures 25 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 4 heures 5 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 4 heures 49 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 5 heures 55 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 7 heures 3 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 8 heures 2 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 3 heures 47 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 4 heures 17 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 7 heures 36 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 8 heures 18 min
© Reuters
Sur la foi des seuls éléments développés dans la presse, on apprend que ces joueurs sont soupçonnés d’avoir fait parier sur la défaite de leur propre équipe contre une autre, celle de Cesson-Rennes métropole.
© Reuters
Sur la foi des seuls éléments développés dans la presse, on apprend que ces joueurs sont soupçonnés d’avoir fait parier sur la défaite de leur propre équipe contre une autre, celle de Cesson-Rennes métropole.
Coup de filet

Paris sportifs truqués : les enjeux juridiques de la mise en examen des handballeurs français

Publié le 02 octobre 2012
Le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin, a ouvert lundi la perspective de sanctions pénales pour les joueurs suspectés.
Denis Lelièvre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Lelièvre est avocat depuis plus de quinze ans, au barreau du Val d’Oise avec ses activités dominantes en droit immobilier, droit administratif et droit civil général, ainsi qu’en droit pénal.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin, a ouvert lundi la perspective de sanctions pénales pour les joueurs suspectés.

Depuis le début de la semaine dernière l’orage menaçait ; ce dimanche soir, il a éclaté : plusieurs joueurs ou anciens joueurs du club de handball de Montpellier et leurs proches ont été interpellés et placés en garde à vue.

 

Sur la foi des seuls éléments développés dans la presse, on apprend que ces joueurs sont soupçonnés d’avoir fait parier sur la défaite de leur propre équipe contre une autre, celle de Cesson-Rennes métropole, qui jouait lors de ce match du 12 mai 2012 son maintien en première division, alors que le club de Montpellier était d’ores et déjà assuré d’une victoire en championnat de France, même en cas de défaite sur ce match.

 

Cette affaire comporte plusieurs aspects juridiques (pour se garder d’employer le mot "enjeux" dans une affaire de paris suspects) qu’un juriste peut deviner, même s’il n’est pas spécialiste du sport, et qu’il n’intervient pas directement dans le dossier.

 

Les règles de droit prétendument violées et leurs sanctions éventuelles sont de plusieurs ordres. On entend mes confrères chargés de la défense des suspects tenir un discours unanime : "oui, mon client reconnaît avoir fait parier, ce qui est interdit, mais il n’a pas 'laissé filer le match'".

 

En effet, en droit, une interdiction peut revêtir plusieurs natures, selon l’origine de la règle de droit qui la pose. Cette règle d’interdiction peut être de nature pénale, soit, selon le degré de l’infraction, une contravention, un délit ou un crime ; en l’espèce, ce sera un délit et il appartiendra au Parquet de retenir une qualification juridique appropriée si l’enquête révèle des éléments laissant supposer qu’une telle infraction pénale pourrait avoir été commise. C’est à ce titre qu’une enquête pénale est en cours, avec placement en garde à vue de suspects.

 

Un comportement peut aussi être interdit en vertu du règlement disciplinaire d’une association, telle une fédération sportive. Des sanctions purement disciplinaires peuvent être infligées à qui le transgresse. Tel est le cas, nous dit-on, de l’interdiction pour un sportif de parier ou faire parier un proche sur une rencontre de son équipe, qui peut valoir une suspension durant six matchs.

 

Mais, et peu de commentateurs l’ont relevé, se pose d’ores et déjà un problème : si le maintien de l’équipe de Cesson-Rennes métropole est dû à un match truqué, l’équipe qui est descendue en seconde division n’est-elle pas en droit elle aussi de contester cette rétrogradation ? On relèvera qu’à la différence en 1993 de l’affaire VA-OM, aucun soupçon n’a été révélé, en tous cas pour l’instant, vis-à-vis des dirigeants du club qui a bénéficié de la victoire suspecte.

 

Enfin, les mis en cause sont des sportifs professionnels qui, si la faute même seulement disciplinaire et non pénale est avérée, peuvent se voir reprocher leur comportement par leur employeur, à même d’engager contre eux une procédure disciplinaire, au titre du droit du travail : les joueurs peuvent faire l’objet d’une procédure de licenciement.


Les sanctions peuvent aussi être commerciales, les sponsors de tel ou tel joueur, du club de Montpellier, ou du handball en général, peuvent invoquer l’altération de l’image de marque de leur "client" pour rompre ce partenariat, ce que ces contrats doivent probablement prévoir ; on a rencontré ainsi, par le passé récent, plusieurs célébrités privées de tels sponsors, ceux-ci étant effrayés par les frasques de ceux-là.

 

Dès lors, les mis en cause et leurs conseils ont tout intérêt à défendre l’absence d’infraction pénale, même si la faute disciplinaire vis-à-vis de leur fédération, de leur employeur et de leurs sponsors est avérée et reconnue et leur vaudra par ailleurs les sanctions respectivement prévues.

 

Cette affaire promet d’être particulièrement médiatisée, à l’instar de l’affaire VA-OM en 1993 sur un match sportif dont il s’est avéré, dans ce cas, qu’il avait bien été truqué. Qui seront cette fois-ci les stars successeurs d’Eric de Montgolfier, Bernard Tapie, Jacques Mellick le fournisseur d’alibi grossièrement mensonger ? L’avenir nous le dira.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Thierry5635
- 02/10/2012 - 12:29
Des aspects obscurs (suite message précédent)...
travestissent le fond de l’affaire.

D’abord l’acharnement de magistrats que les avocats des personnes en garde à vue ont été contraints de dénoncer. Des pressions inqualifiables ont p. ex. été exercées contre une compagne de joueur à un moment où son avocat n’était pas à ses côtés. A l’évidence, certains veulent construire un story telling qui se substitue à la vérité.

Pourquoi ? Pour casser l’image de sportifs méritants, adeptes de l’effort, du travail, du mérite ? N’oublions pas que le syndicat majoritaire chez les magistrats est inféodé au PS pour qui il a appelé à voter. Mieux vaut pour les entrepreneurs et les champions ne pas tomber entre les pattes de ces juges-là.

Sans compter que pour un magistrat, « se faire » un champion olympique, c’est la certitude d’être médiatisé.

Et que dire des manipulations et techniques de communication sournoises que pourraient être tentés de déployer d’habiles manipulateurs pour détourner des sponsors et annonceurs d’un sport en vogue ?

La vérité sur cette affaire est moins manichéenne qu’il apparaît à première vue.
Thierry5635
- 02/10/2012 - 12:11
Une affaire à observer avec précautions
D’abord, les commentateurs renversent un principe fondamental de notre droit. Ils substituent une présomption de culpabilité à la présomption d’innocence.

Ils travestissent les faits en cachant que le pari concernait le score à la mi-temps et pas à la fin du match. En outre, les joueurs parieurs les plus cités ne jouaient pas ce match. Fallait-il être tricheur ou devin pour deviner qu’une équipe privée de ses leaders, assurée de son titre, à l’extérieur face à une équipe jouant sa survie allait se faire bousculer ?

Certes, nous n’allons pas féliciter ceux qui ont enfreint des règles de leur fédération et leur contrat de travail, mais il faut raison garder. Ils ont voulu se faire un petit bonus qui n’est rien face à ce que gagnent quelques stars du foot qui n’acceptent même pas de chanter notre hymne national !

Avant de montrer les handballeurs du doigt, relativisons leur faute en la comparant aux multiples malversations au profit de vrais bénéficiaires de triches gigantesques. P. ex. Alonso (espionnage industriel, accident provoqué et manipulations faussant des paris aux dépens des joueurs), des faits accablants qui n’ont même pas valu une heure de garde à vue à l’Espagnol...