En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 53 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 37 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 39 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 53 min
© DR
L'écrivain Christian Combaz met en lumière le gaspillage des services de santé français à travers l'expérience d'un vieux médecin qui vient de perdre sa femme.
© DR
L'écrivain Christian Combaz met en lumière le gaspillage des services de santé français à travers l'expérience d'un vieux médecin qui vient de perdre sa femme.
Kafkaïen

Cette gabegie pilotée par le service public qui fait chauffer votre carte vitale et creuse le trou de la Sécu

Publié le 30 septembre 2012
Un vieux médecin qui vient de perdre sa femme a demandé à l'écrivain Christian Combaz de raconter son voyage au pays de l'absurdité morale et budgétaire.
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un vieux médecin qui vient de perdre sa femme a demandé à l'écrivain Christian Combaz de raconter son voyage au pays de l'absurdité morale et budgétaire.

Pendant trois ans, le docteur G., chirurgien, ancien interne des hôpitaux de Paris, au terme d'une longue carrière passée en banlieue parisienne, assiste impuissant à la dérive de son épouse vers un syndrome d'Alzheimer. La résurgence d'un cancer du sein finit par écourter la débâcle neurologique et la vieille dame se retrouve au service d'urgence d'un hôpital kafkaïen de la Banlieue où le couple est reçu par un médecin d'origine égyptienne. Ce genre de recrues contribue à réparer les erreurs de calcul du numerus clausus, à cause duquel nos hôpitaux se peuplent depuis dix ans de spécialistes venus du Tiers-monde, mais tournent le dos à des milliers de jeunes nationaux, faute, le plus souvent, d'un niveau suffisant en mathématiques. Le vieil homme, reçu onzième à l'internat de Paris sans le moindre bagage mathématique et qui doute au passage fortement qu'on ait exigé quoi que ce soit d'un chirurgien égyptien dans ce domaine, fait part de son diagnostic: rétention urinaire et tumeur abdominale. Diagnostic accueilli aussitôt avec réserve et ironie par son jeune collègue, qui lui refuse avec fermeté l'entrée de la salle d'examen. Le bon docteur s'efforce de garder son calme. Il signale au jeune praticien et  au personnel ricanant de l'étage que, sa femme étant incapable de proférer un seul mot, sa présence auprès d'elle sera vite indispensable. L'autre, sensible à l'argument, ausculte la patiente et dit à son vieux collègue : "Bon,votre diagnostic était juste". C'est à peine s'il n'ajoute pas : "Vous avez de la chance".

 

L'hôpital refusant de prendre en charge une patiente susceptible de se promener dans les couloirs en proférant des inepties, la vieille dame est envoyée dans une sorte d'annexe de l'hôtel Ritz, un établissement d'un luxe imbécile qui semble spécialisé dans l'hébergement, on n'ose pas dire le traitement, des personnes atteintes d'Alzheimer. Dès l'entrée, une directrice hystérique se jette sur l'octogénaire pour lui arracher un chèque de 500 euros parce qu'il n'a pas de mutuelle. Comme le personnel s'étonne de cette imprévoyance, le vieux lui répond que du temps où il avait sa propre clinique, l'idée de réclamer, à la femme d'un collègue, un supplément pour lit individuel ne lui serait jamais venue. Et il ajoute en son for intérieur, qu'à l'époque les médecins étaient fidèles au serment d'Hippocrate, qu' ils avaient une courtoisie venue de leur culture classique, et qu'ils interrogeaient le patient avant le monitoring. Quand les choses ont basculé dans la grossièreté générale, soit à peu près sous Mitterrand, il était déjà trop tard pour contracter une mutuelle.

 

Le médecin signe donc un chèque préventif et, stupéfait, assiste à un ballet digne d'une pièce de Ionesco. Ignorant délibérément la tumeur ganglionnaire énorme qui gêne la respiration et la déglutition de sa femme, le personnel lui inflige un test sanguin  toutes les quatre heures à la recherche d'un hypothétique diabète. Ensuite elle est habillée comme le reste de ses congénères, de vêtements propres tous les matins, promenée dans les couloirs, assise devant un plateau repas qu'elle ne touche jamais puisqu'elle a oublié jusqu'à l'usage de la fourchette, instrument qu'aucun membre du personnel ne daigne, pourtant, porter à ses lèvres. Le plateau repart donc intact, du moins les jours où la famille ne vient pas s'occuper de faire le nécessaire.


La patiente, incapable de parler, de comprendre et parfois de respirer, est sommée d'assister à des "réunions thérapeutiquesqui servent principalement à payer l'intervenant. Le personnel est aussi nombreux que dans les palaces du Tiers-monde et pratiquement aussi inefficace mais tout est d'un luxe offensant. Une boutique de bijoux attend les vieilles dames sur le chemin du jardin. Au jardin elles commandent un jus d'orange facturé comme si elles étaient assises au café de la Paix. Quand le personnel décide de couper les ongles des patients, la note tombe dès le lendemain, 32,50 euros. Lorsque un shampoing est nécessaire, qui devrait faire partie de la toilette ordinaire, il est facturé par un coiffeur. Au bout d'une semaine de cette atmosphère qui rappelle à maints égards le film Brazil de Terry Gillian, le vieux médecin assiste à l'examen de sa femme par la doctoresse de l'établissement, laquelle réclame pour elle une biopsie alors que la tumeur de la patiente s'étend de la clavicule au lobe de l'oreille. Soudain sensible à sa fureur, à moins que ce ne soit à sa détresse, la jeune femme porte sur le vieil homme le regard d'un juge d'application des peines avant de consentir, finalement à ce qu'il hospitalise son épouse à domicile.

Commence alors un ballet de fournisseurs invraisemblable. Location d'un lit médicalisé . Achat d'un matelas, d'un pied de perfusion à roulettes, d'un fauteuil roulant, le tout prescrit et remboursé car la patiente bénéficie d'une couverture totale. Deux fois par jour des aides-soignants se relaient pour les soins quotidiens (toilette, oxygène, perfusion sous-cutanée) pendant dix jours, en réclamant sans cesse la carte vitale de la patiente plongée dans un semi coma, pour remplir des papiers obscurs et faire livrer un nombre extravagant de caisses de matériel de perfusion, pansement, etc, empilées contre le mur de sa chambre en pure perte, mais il s'agit visiblement de faire tourner la machine à consommer.

 

La dernière nuit le vieux médecin constate l'arrêt des fonctions respiratoires et apprend avec stupeur qu'il ne peut même pas établir lui-même de certificat de décès. Un jeune homme issu d'un organisme privé se déplace à six heures, signe les papiers, ne réclame, par pudeur, aucun paiement à son vieux collègue. Mais la pudeur a des limites : il réclame l'embout de la dernière seringue aux fins d'analyse, afin de vérifier si par hasard il n'a pas abrégé de quelques heures les souffrances de sa femme.

 

Un organisme vient prendre livraison du matériel le lendemain, les caisses repartent chez la pharmacienne, le fauteuil roulant ( 1650 euros, neuf, prescrit et livré dans l'heure) est cédé gratuitement au livreur qui le remporte, qui réclame une décharge mais qui n'a pas perdu sa journée. Au total, en quelques semaines la Sécurité sociale aura été flouée en maintes occasions (coût des dix jours à domicile 6500 euros), la Carte vitale de la morte sollicitée jusqu'au délire, le matériel inutilisé détourné vers un circuit parallèle, le patient traité comme un objet de profit et le conjoint médecin comme un agent perturbateur, animé de principes d'un autre âge, principes auxquels il aimerait, néanmoins, rappeler ses jeunes collègues parce qu'ils se rassemblent sous le joli nom d'humanité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
arlynet
- 02/10/2012 - 15:05
Certificat de décès
J'ai assisté à une scène voisine, l'urgentiste qui venait constater le décès provenait de SOS médecins. A l'époque on disait que cet organisme avait le monopole du certificat de décès, même dans les familles de mécecins, qu'en est-il. Quant à suspecter le docteur d'avoir 'endormi" sa femme cancéreuse visiblement au dernier degré c'était déjà chercher à nuire à ce pauvre type, mais outrepasser ses droits pour jouer les détectives à l'américaine c'est du fascisme à domicile. J'aimerais bien connaitre la position de SOS médecins et savoir si c'est une règle chez eux.
toulonnais
- 02/10/2012 - 14:12
reponse a LECANDIDE
Si le haut fonctionnaire ou plutot le groupe d' enarques qui ont imagine les absurdes mesures citees est par nature couvert par l' anonymat de l' administration par contre la femme politique qui les a mises en oeuvre et en est responsable est tout a fait connue il s' agit de Martine AUBRY Lorsque elle a declare dans les medias qu' il y avait DIX MILLE medecins de trop en France mes confreres se sont demande si elle nous vouait au peloton d' execution ou a un internement en camp le bon temps du socialisme reel etait heureusement passe et la dame s' est contentee de tarir le recrutement par l' augmentation du numerus clausus et de faire partir de façon anticipee les medecins ages de soixante ans et plus en leur accordant des avantages qq'ils ne demandaient pas Le desastreux resultat de ces mesures est evident et je me demande toujours lorsque j' entends des debats auxquels participe cette dame bouffie de suffisance pourquoi son aveuglement dans ce domaine n' est pas rappelè
sherlock holmes
- 02/10/2012 - 08:05
certificat de décès
".Mais la pudeur a des limites : il réclame l'embout de la dernière seringue aux fins d'analyse, afin de vérifier si par hasard il n'a pas abrégé de quelques heures les souffrances de sa femme."

Qu'est que ce délire ?

Si le médecin avait un doute sur la cause du décès, il n'avait qu'a remplir le certificat de décés en conséquence (case: le décès est elle due à des causes naturelles), et une enquête éventuelle aurait pu être décidée.

Dans ce cas notre flic en herbe, prélève un morceau de seringue (sans la placer sous scellès). Il n'y a probablement rien a analyser sur la seringue, et comme le certificat de décès permettra de délivrer le permis d'inhumer, pas d'e prélèvements médicolégaux.
Il a manqué une bonne occasion de faire preuve d'intelligence, d'éthique et d'humanité, cad les qualités demandées a un vrai médecin!