En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 6 min 39 sec
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 2 heures 1 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 4 heures 46 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 5 heures 13 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 22 heures 38 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 23 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 1 jour 28 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 5 heures 18 sec
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 22 heures 23 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 23 heures 11 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 23 heures 56 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 1 jour 18 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 1 jour 1 heure
Jacques Chirac face à son destin
Jacques Chirac face à son destin
Jacques 1er

Procès ou pas, les Français ont déjà jugé Chirac

Publié le 07 mars 2011
Le sentiment très positif des Français à l'égard de l'ancien Président de la République traduit un attachement à l'homme mais dénote surtout la persistance d'une vieille culture monarchique dans le pays.
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sentiment très positif des Français à l'égard de l'ancien Président de la République traduit un attachement à l'homme mais dénote surtout la persistance d'une vieille culture monarchique dans le pays.

Qui la Justice va-t-elle juger en faisant comparaître Jacques Chirac devant-elle ? Un chef d’Etat ou un simple citoyen poursuivi pour détournement de fonds publics ? Les Français quant à eux l'ont déjà jugé : Jacques Chirac est l’une de leurs personnalités préférées et il est fort à douter que l’issue du procès, s’il a lieu, affectera leur sentiment.

L'héritage monarchique français

Les faits reprochés à Jacques Chirac – s’ils sont avérés – sont constitutifs du délit de détournement de fonds publics. Sauf à suivre l’artifice juridique d’absence d’enrichissement personnel et direct, un tel détournement profite bien à son auteur puisqu’il lui a permis d’accéder au pouvoir suprême et donc à tous les avantages qui lui sont attachés.

La mansuétude des Français à l’égard de l’ancien chef d’Etat traduit donc une profonde révérence qu’ils ont pour ce pouvoir. La sympathie qu’inspire l’homme ne peut expliquer la préférence des Français pour lui, si le pouvoir qu’il incarnait, n’est pas accepté comme transcendant la loi commune. La passion des Français pour l’égalité – y compris devant la loi – s’arrête donc aux portes du palais. Le Président est leur monarque. Un monarque républicain certes, mais jouissant de la même révérence qu’un monarque héréditaire. Ne dit-on pas d’ailleurs qu’il a une cour, qu’il fait des barons et que ceux-ci ont des fiefs ? Les mots sont porteurs de sens.

Un Président républicain représente son peuple. Un monarque incarne une nation. La représentation cesse avec le mandat. L’incarnation est attachée à la personne. Nos Présidents ne redeviennent jamais de simples citoyens. Tant que leur personne est en vie, le regard que nous portons sur eux est quasi-sacré. En réalité une grande partie des Français ne se sont jamais émancipés du pouvoir monarchique.

Un Etat moderne, c'est pour quand ?

Une telle observation ne prêterait à sourire si les conséquences de cet anachronisme n’étaient pas à l’origine de bien de maux. Il explique en effet la difficulté que nous avons à accepter la séparation des pouvoirs ou l’indépendance de la magistrature et des médias. Il nous est quasi-impossible d’imaginer notre pays gouverné sans pouvoir central fort. La raison d’Etat se confond avec la volonté du souverain. Nous ne voyons aucun inconvénient à ce que le Président se mette en scène tel le roi. Il choisit ses interlocuteurs et les questions que ces derniers sont autorisés à lui poser. Même désavoués par les urnes, nos Présidents restent interprètes de notre Constitution par le siège qui leur est donné à vie au Conseil constitutionnel.

Les "années Chirac"  se sont inscrites dans cette perspective monarchique. Le sentiment de nombreux Français à l’égard de leur ancien Président témoigne hélas de leur nostalgie pour un régime qui empêche la France d’entrer dans la modernité républicaine. Si le procès qui va s’ouvrir pouvait avoir un seul mérite, ce serait de nous interroger sur les sentiments ambigus que nous entretenons avec le pouvoir suprême et leurs conséquences préjudiciables dans un état moderne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sjperrin
- 07/03/2011 - 16:13
Modernité républicaine
La vraie raison du profond ressentiment d'une large majorité des Français envers le Président Sarkozy est qu'il a cassé le moule du "monarque républicain" et qu'il est le 1er Président de l'ère post-monarchique.
Un signe ne trompe pas : il a renoncé au très symbolique droit de grâce, issu de la monarchie pluri-séculaire...
Carlita
- 07/03/2011 - 14:02
Pure spéculation du microcosme politico-médiatique !
-"Le sentiment très positif des Français à l'égard de l'ancien Président de la République traduit un attachement à l'homme ... "

Pure spéculation du microcosme politico-médiatique !
Carlita
- 07/03/2011 - 13:59
Respectez les échéances, monsieur Chirac !
Si J.Chirac réussi à se soustraire à ce rendez-vous judiciaire, on peut s'attendre à une montée en puissance du Poujadisme et du Front National, il ne faudra donc pas pleurer ...

- Quand ont contracte un emprunt ou si l'on sollicite un paiement différé (immunité), il faut être capable de faire face aux échéances ( Procès actuel) !