En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 18 min 4 sec
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 1 heure 33 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 2 heures 49 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 56 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 6 heures 1 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 59 min 3 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 2 heures 9 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 3 heures 13 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 3 heures 46 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 4 heures 12 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 4 heures 28 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 5 heures 15 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 5 heures 43 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 6 heures 25 min
© Reuters
Le gouvernement se penche mercredi sur la ratification du traité budgétaire européen, dénoncé par une partie de la gauche qui y voit l'institutionnalisation des politiques d'austérité.
© Reuters
Le gouvernement se penche mercredi sur la ratification du traité budgétaire européen, dénoncé par une partie de la gauche qui y voit l'institutionnalisation des politiques d'austérité.
Entre les lignes

Le texte qui divise la gauche : mais qu'y a-t-il exactement dans le Traité budgétaire européen ?

Publié le 01 octobre 2012
Le pacte budgétaire, adopté par les Etats membres de l'Union européenne en mars, doit désormais être ratifié par chaque parlement. En France, la loi en charge de cette ratification sera discutée ce mercredi en conseil des ministres.
Jean-Luc Sauron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pacte budgétaire, adopté par les Etats membres de l'Union européenne en mars, doit désormais être ratifié par chaque parlement. En France, la loi en charge de cette ratification sera discutée ce mercredi en conseil des ministres.

Avez-vous une idée du premier poste de dépense inscrit au budget de la France ? L’éducation nationale ? La santé ? La défense ? Non ! Depuis 2011, le paiement des intérêts dus aux créanciers de la France (« la charge de la dette ») constitue la première charge qui pèse sur les contribuables français.

Cet élément du contexte se devait d’être rappelé avant d’évoquer le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’union économique et monétaire (ci-après pacte budgétaire européen), signé le 2 mars 2012 entre 25 des 27 Etats membres de l’Union européenne. Les deux Etats non-signataires (la Grande-Bretagne et la République tchèque) sont les deux plus fermes opposants à tout progrès vers une intégration européenne plus poussée. Cette circonstance, loin d’être anodine, aide à cerner la nature solidaire du pacte budgétaire européen.

La solidarité des Etats créanciers contrepartie des engagements des Etats débiteurs

Avant d’analyser le contenu du pacte budgétaire européen, il convient de comprendre en quoi la solidarité dans le domaine des aides versées aux Etats membres en difficultés s’appuie sur les engagements pris par ces derniers de diminuer leurs dépenses.

Les aides apportées depuis 2009 aux Etats en difficulté (Grèce, Irlande, Portugal) sont financées par les autres Etats membres de la zone euro et notamment de ses deux principaux acteurs, l’Allemagne et la France (en 2011, la France a ainsi emprunté près de 19 milliards d’euros pour les prêter à ses partenaires en difficultés), soit dans un cadre bilatéral, soit au sein du Fonds européen de stabilité financière (FESF) et demain du mécanisme européen de stabilité (MES). Or, les payeurs ne disposent pas de fonds infinis. Les gouvernements des Etats aidants ne peuvent s’engager que s’ils ont l’assurance que les Etats aidés s’engagent de leur côté dans un effort de remise en ordre de leurs finances publiques. Si les pays de la zone euro n’étaient pas intervenus depuis 2009 au soutien de la Grèce, du Portugal et de l’Irlande, où et comment ces derniers auraient-ils trouvé les moyens de financer les retraites, les dépenses publiques et les investissements « non compressibles » ?

Ces engagements réciproques expliquent pourquoi seuls les Etats membres signataires du pacte budgétaire européen pourront présenter une demande d’aide au MES. Sans ce couplage pacte budgétaire européen/MES, la Banque centrale européenne (BCE) n’aurait pas été en mesure, le 6 septembre dernier, de s’engager au rachat illimité sur le marché secondaire des dettes souveraines des Etats en difficulté. L’engagement pris par la BCE est conditionné par une demande d’aide financière effectuée par l’Etat en difficulté auprès du MES. Cette demande ne sera recevable que si ledit Etat signe, ratifie et intègre dans son droit interne les obligations de l’article 3 du pacte budgétaire.

Que retenir de ce pacte budgétaire européen ? Son article premier résume fort bien son contenu : « Par le présent traité, les parties contractantes conviennent, en tant qu’Etats membres de l’Union européenne, de renforcer le pilier économique de l’Union économique et monétaire [1]  en adoptant un ensemble de règles destinées à favoriser la discipline budgétaire au moyen d’un pacte budgétaire, [2] à renforcer la coordination de leurs politiques économiques et [3] à améliorer la gouvernance de la zone euro, en soutenant ainsi la réalisation des objectifs de l’Union européenne en matière de croissance durable, d’emploi, de compétitivité et de cohésion sociale » (les crochets sont rajoutés par l'auteur de l'article).

Le cœur du pacte budgétaire européen réside dans les dispositions de son article 3 qui rappelle que le budget des Etats signataires doit être en équilibre ou en excédent. Si un Etat partie au pacte budgétaire ne respecte pas cette règle, des « objectifs de moyen terme » de déficit sont fixés pour déterminer les étapes que cet Etat doit suivre afin de réaliser l’équilibre ou l’excédent recherché. L'objectif d'équilibre budgétaire est considéré comme rempli « si le solde structurel annuel des administrations publiques (…) » ne dépasse pas 0,5% du PIB.

Cette exigence d’équilibre est confortée par trois obligations prévues par le pacte budgétaire européen : a) l’inscription de cette règle d’équilibre budgétaire dans la Constitution ou dans des règles juridiques contraignantes en assurant le respect par le budget dudit Etat ; b) la mise en place de mécanismes de « correction automatique » qui, dans le respect des droits du Parlement national, veillent à éviter tout dérapage des finances publiques ; c) la mise en place d’une institution indépendante devant garantir le respect de ces engagements budgétaires.

Le pacte budgétaire européen ne prévoit de sanction prononcée par la Cour de justice (article 8) que dans le cas où un Etat signataire n’intègre pas dans son droit national les dispositions prévues à l’article 3. La véritable sanction sera, pour l’Etat défaillant, de ne pas avoir accès aux fonds du MES .

Enfin, le pacte budgétaire organise, à son article 12, une gouvernance de la zone euro qui accentue le renforcement des liens politiques entre les 17 Etats de la zone euro par rapport à ceux existant dans l’Europe à 27.

Trois questions à se poser sur la portée de la ratification française du pacte budgétaire européen

La France peut-elle être sanctionnée pour non-respect du pacte budgétaire européen ? Le non respect par la France des engagements du pacte serait préjudiciable non seulement à la France mais également à l’ensemble des Etats de la zone euro. La défaillance de la deuxième économie de la zone euro se répercuterait immédiatement sur le taux des emprunts émis sur les marchés internationaux par l’Espagne et l’Italie, mais bien évidemment aussi sur les taux des propres dettes françaises. La vraie sanction est à chercher là, beaucoup plus que dans le prononcé des sanctions prévues dans le six-pack adopté en novembre 2011 et déjà entré en vigueur. De plus, cet affaiblissement trouverait certainement son prolongement dans la déstabilisation du MES dont la France est le deuxième contributeur.

La France a-t-elle accru ses engagements en matière de déficit public du fait du pacte budgétaire européen ? Le président François Hollande a clairement indiqué que les objectifs de 3% de déficit public pour la fin 2013 et d’équilibre pour 2017 seront tenus. Ces engagements sont indépendants du pacte budgétaire européen. Conséquence des exigences du pacte de stabilité et de croissance issu du traité de Maastricht de 1992, dont les dispositions ont été confirmées par le traité de Lisbonne de 2009, ils sont clairement énoncés à l’article 2 bis du règlement 1466/97 tel que modifié par le six pack.

Le pacte budgétaire européen plonge-t-il la France dans une austérité permanente ? L’austérité sera une période temporaire nécessaire à la reconstitution des marges de manœuvre de l’économie française. Le fameux développement durable, cher aux écologistes, a une racine budgétaire. Une société ne peut dépenser à terme plus de richesses qu’elle n’en produit. Enfin, le choix, en France, de la loi organique est un choix pertinent pour garantir la réactivité et l’adaptabilité de la législation à la situation économique, et aux éventuelles modifications du pacte pouvant découler de l’intégration prévue de ses dispositions dans le droit de l’Union européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
carredas
- 26/09/2012 - 12:13
@De France et de plus loin
" Votre raisonnement n'a de sens qu'en considérant que les électeurs étaient assez naïfs pour croire que le Président de la France pourrait imposer ses vues au reste de l'Europe! "
Les électeurs étaient naïfs de croire que le naïf futur Président ferait ce qu'il promettait de faire...!
Quel merveilleux cynisme socialiste...
F.Hollande a donc délibérément menti pour être élu ( il n'y avait pas de crise, il allait modifier le traité, il allait imposer la croissance ) et cela ne vous dérange pas ?
Quant à savoir si d'autres feraient mieux que lui, qui pourrait faire pire ?
evy
- 26/09/2012 - 08:02
depuis 30 ans...
les socialistes enfument la France et il y a toujours des "candides" qui pensent que ça va changer et voter pour eux...les anciens de l'ex URSS sont tous milliardaires..les anciens socialistes viennent quémander un poste de ministre, sénateur ambassadeur, député et autres.. afin d'avoir une retraite confortable pendant que notre gouvernement regarde comment voler les retraités, qui eux ont travaillé vraiment !!
prochain
- 25/09/2012 - 20:57
@Marie-Hélène Para
Avec une dette gigantesque la souveraineté n'est qu'une illusion et aucun sophisme ne peut sauver un Etat insolvable qui fait défaut sur ses engagements. On en reparlera dans 20 ans.