En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

02.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

03.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

04.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 8 heures 57 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 9 heures 59 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 14 heures 44 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 18 heures 17 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 18 heures 59 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 6 heures 2 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 9 heures 23 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 11 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 19 heures 42 min
© Reuters
1 millions de foyers sont en attente de logement social pour un parc social de 4.5 millions d’unités.
© Reuters
1 millions de foyers sont en attente de logement social pour un parc social de 4.5 millions d’unités.
Radical

Et si pour résoudre la crise du logement, on supprimait tout simplement le logement social ?

Publié le 25 septembre 2012
Les députés ont adopté le relèvement de 20 à 25% du taux obligatoire de logements sociaux dans les communes des territoires SRU. Quant aux effets pervers des HLM, ils sont complètement occultés.
Charles Beigbeder, Aurélien Veron,Vincent Bénard,Anne Bourdu et Arnaud Dassier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Beigbeder, Aurélien Veron, Vincent Bénard, Anne Bourdu et Arnaud Dassier sont membre du bureau politique du Parti Libéral Démocrate.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés ont adopté le relèvement de 20 à 25% du taux obligatoire de logements sociaux dans les communes des territoires SRU. Quant aux effets pervers des HLM, ils sont complètement occultés.

Tout gouvernement se doit d’afficher de généreux objectifs en matière de construction de logement sociaux. Madame Duflot a annoncé qu’elle allait renforcer la proportion exigible de HLM au titre de la loi SRU, sous peine d’amendes surmultipliées pour les communes fautives. L’Etat Jacobin entend ainsi interdire à des élus locaux d’envisager d’autres solutions que la construction sociale pour résoudre la crise du logement. Après 50 ans d’échecs en la matière, le pays compte plus de 700 000 personnes sans domicile et 3 000 000 de personnes en logement insalubre. Ne serait-il pas temps de se demander si le logement social, au lieu d’être la solution, ne serait pas une grande partie du problème ?


Laissons de côté les graves erreurs urbaines commises dans les années 50 à 70. Elles nous laisseront pour des générations les stigmates de plusieurs centaines de cités pudiquement appelées “difficiles”, où le droit républicain ne s’exerce de facto plus. Feignons d’admettre pour le moment que la construction sociale actuelle, empreinte de “mixité sociale” et d’intégration dans des quartiers existants, évite de reproduire les même travers. Même sous ces hypothèses favorables, le logement social reste... anti-social.

Des effets pervers en pagaille

Le logement social est, par définition, un bien subventionné proposé en dessous de ce que serait son loyer de marché. Il en résulte naturellement une demande bien supérieure à l’offre. Depuis plus de 20 ans, la presse mentionne régulièrement une liste d’attente supérieure à 1 millions de foyers pour un parc social de 4.5 millions d’unités. Ce n’est pas le passage de 100 à 120 000 logements sociaux annuels qui changera la donne. En outre, la subvention est “encapsulée” dans le logement. Même en affectant de croire que toutes les attributions initiales soient dénuées de passe droit - ce que conteste régulièrement la MIILOS (Mission interministérielle d'inspection du logement social dans ses rapports) - les ménages concernés voient souvent leurs revenus augmenter, mais ne sont alors jamais priés de quitter les lieux pour laisser la place à des ménages plus modestes. Les offices HLM ont besoin de ces ménages bon payeurs de loyers pour équilibrer leurs comptes et produire de nouveaux logements, et les élus qui président les OPHLM ont besoin... de leurs voix ! Ceci explique qu’une bonne moitié du parc social soit occupée par des personnes qui n’auraient rien à y faire, tandis que des millions de foyers modestes sont condamnés aux taudis. Qui peut prétendre qu’un tel gaspillage de ressources est “social” ?

Ajoutons que pour conserver les ménages bon payeurs dans leur parc, les OPHLM leur attribuent les “bons” logements, ceux de la mixité sociale. Les pauvres ? Les étrangers ? Dans les “cités” ! En 2001, le rapport Simon-Kirzbaum  dénonçait déjà ce phénomène, et rien n’indique que la situation ait évolué. Inutile d’insister sur les innombrables effets pervers de la formation de ghettos sociaux pour la collectivité. Enfin, une personne qui a la chance d’occuper un “bon” logement social fait tout pour le garder, car elle sait que ce sera plus dur pour elle d’en obtenir un autre. Par conséquent, la détention d’un HLM est un obstacle fort à la mobilité géographique en cas de perte d’emploi. Le fonctionnement du logement subventionné nuit à la lutte contre le chômage. Le système est indéfendable.

Changer de paradigme

Il existe pourtant un moyen efficace de loger les plus démunis : laisser faire le marché à condition, bien sûr, de le libérer des verrous qui l’empêchent de fonctionner, notamment celui du foncier. Les états du centre du Canada et des USA fonctionnent encore ainsi : tout terrain étant par défaut constructible, sous la seule contrainte de quelques règles de bon sens (respect du voisinage et de l’environnement), les ménages les plus aisés peuvent se construire facilement les logements correspondant à leur niveau de vie, à des prix restant sages. Résultat, les logements anciens voient leur prix diminuer, offrant aux ménages à bas revenus des toits de confort correct à des prix accessibles, et limitant le besoin d’intervention sociale de la collectivité aux seules situations d’urgence.

Parvenir à cette situation suppose de privatiser le logement social actuel. Pour être politiquement acceptable, une telle opération ne peut se faire qu’au bénéfice de ses occupants, comme dans les anciens pays de l’est. Comment ? En transformant leur loyer actuel en mensualité de remboursement des prêts contractés par les offices HLM pour construire ces logements. Les occupants modestes de logements en mauvais état, mal situés, ne paieront presque rien. Ils seront incités à redorer l’image de leur propriété, au bénéfice des cités difficiles. Ceux qui occupent un logement neuf très bien situé paieront plus, mais pourront toujours revendre leur bien et trouver moins cher si la mensualité excède leurs capacités.

Se débarrasser des mauvais réflexes n’est pas facile, mais abattre le paradigme dominant du logement social est le seul moyen d’améliorer durablement et à moindre coût la situation des familles les plus mal logées.

Vincent Bénard, Conseiller National du Parti Libéral Démocrate, développe ces idées dans un ouvrage “Logement, crise publique, remèdes privés”, disponible gratuitement en ligne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
turbulences
- 26/09/2012 - 11:09
trop de social a tué le social
Il me semble que les HLM ont été créés à la base pour aider les salaires modestes à se loger, depuis à force de subventions et aides en tous genres les salaires modestes ne peuvent plus se loger mais ceux qui savent exploiter le système ont tous les droits.
A l'époque salariée smicarde avec un enfant on m'a refusé un appartement en HLM car "madame vous gagnez votre vie alors si vous perdez votre emploi nous n'aurons pas de subventions" comprenez bien : si les organismes hlm touchent des subventions et aides dès le départ, il n'y a pas de risque de perte de fonds pour eux.
Assez de ces hlm où l'on entasse les cas sociaux et les peuplades venues de tous les azimuts.
L'immobilier a flambé, les petits salariés couchent dans la rue et les bénéficiaires des aides sociales en ont tous les jours un peu plus... Et nous ? Et bien nous travaillons plus pour gagner moins, avoir moins de droits et financer tout ça !
Je pense que tout le monde devrait savoir aussi que le Livret A sert à financer tout ça et que peu le savent, alors les "pauvres" qui pensent épargner se retrouvent au final à creuser leur propre tombe.
Gégé Foufou
- 26/09/2012 - 09:48
ET LES TAXES D'HABITATION ET FONCIERE
J'ai oublié ce détail mais celà représenterait au bas mot 1500€ par an.
Comment font les pauvres nouveaux propriétaires?
ccompagnon
- 26/09/2012 - 08:23
Effet pervers
Il y a aussi deux effets pervers principaux :
1- les loyers aidés sont une allocation de plus qui limitent la motivation de travailler, et la mobilité géographique. Ce qui fait que les logements sociaux rassemblent les gens de peu de moyens et les asservis (de "serf", attaché à la terre). Ce qui, pour un Français (de "franc", c'est-à-dire libre) est un paradoxe.
2- les loyers aidés sont une concurrence déloyale pour le parc de loyers non aidés qui, de ce fait, voient leurs prix augmenter. Si on n'a pas les moyens, il suffit de demander un loyer aidé, sinon, c'est que vous pouvez payer (plus cher). (c'est ce qu'on m'a dit une fois lorsque j'étais en recherche d'appartement).