En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© DR
Michel Rocard : "Une ratification du Traité budgétaire européen est une nécessité vitale."
Le grand débat

Michel Rocard : "Pourquoi il faut voter OUI au Traité budgétaire européen"

Publié le 25 septembre 2012
Europe Ecologie-Les Verts s'est prononcé samedi contre la ratification du Traité budgétaire européen. Alors que des députés socialistes menacent également de ne pas voter le texte, Michel Rocard estime que ce nouveau pacte est une nécessité absolue pour la construction européenne et la sortie de crise.
Michel Rocard a été Premier ministre de 1988 à 1991 sous François Mitterrand.Il a également été Premier secrétaire du Parti socialiste de 1993 à 1994 avant d'entrer au Parlement européen où il siégea jusqu'en 2009.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Rocard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Rocard a été Premier ministre de 1988 à 1991 sous François Mitterrand.Il a également été Premier secrétaire du Parti socialiste de 1993 à 1994 avant d'entrer au Parlement européen où il siégea jusqu'en 2009.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Europe Ecologie-Les Verts s'est prononcé samedi contre la ratification du Traité budgétaire européen. Alors que des députés socialistes menacent également de ne pas voter le texte, Michel Rocard estime que ce nouveau pacte est une nécessité absolue pour la construction européenne et la sortie de crise.

Atlantico : Le parti Europe Ecologie-Les Verts s'est prononcé samedi contre le Traité budgétaire européen lors d'un vote interne. De même, certains députés socialistes menacent de ne pas voter en faveur du texte lorsqu'il sera présenté à l'Assemblé nationale. Pour quelles raisons appelez-vous à défendre ce pacte budgétaire européen ?

Michel Rocard : Implicitement, la question est de savoir s'il faut maintenir une monnaie commune, la renforcer et préserver cette institution qui est un morceau entier, solide et considérable de notre unité européenne, une unité encore partielle. Quoi qu'il se passe, je suis absolument convaincu qu'il est vital de préserver cette construction européenne car, en dépit de la crise que nous traversons, nous avons de plus en plus besoin de l'Europe.

La domination américaine dans le monde s'estompe et le dollar n'est plus considéré comme une devise fiable. Comme l'a répété la Chine à plusieurs reprises, nous sommes menacés d'une crise financière mondiale. Le géant asiatique s'est d'ailleurs positionné en faveur de l'établissement d'un système monétaire équilibré entre trois ou quatre monnaies qui surveilleraient leurs parités.

La domination asiatique - caractérisée par l'émergence de la Chine mais également de l'Inde, de Taïwan, de Singapour ou même de Hong Kong - est appelée à se confirmer, voire à devenir majoritaire sur les autres puissances déjà existantes. Dans ce contexte, l'Europe est menacée par des délocalisations massives de ses entreprises. Pour défendre nos intérêts face à la Chine de demain, l'Europe est la seule entité permettant de peser suffisamment pour s'imposer dans les négociations. Pour cela, elle doit s'en donner les moyens : une ratification du Traité budgétaire européen est donc une nécessité vitale.

Que répondez-vous à ceux qui pointent du doigt la perte de souveraineté budgétaire pour la France en cas d'adoption du Traité ?

Cet argument est quelque peu désuet. Nous sommes actuellement en récession et les Etats sont à court d'argent. Par conséquent, la souveraineté budgétaire, telle que nous la connaissons, ne sert qu'à "répartir la misère".

Mieux vaut donc accepter de perdre cette "souveraineté" budgétaire plutôt que de briser l'unité européenne, une unité dont nous avons bien plus besoin à l'heure actuelle. Dans le même temps, il faut obtenir une suppression d'une partie de la dette des Etats. Elle ne sera jamais intégralement remboursée. L'urgence est donc d'en supprimer une partie sous forme d'un défaut partiel, raisonnable et contrôlé afin de soulager la charge qui pèse sur les Etats.

Au-delà de la souveraineté, 67% des français estiment que l'Union européenne va plutôt "dans la mauvaise direction" selon un sondage Ifop pour Le Figaro paru le 17 septembre. En choisissant une ratification par voie parlementaire plutôt que référendaire, François Hollande fait-il fi de la volonté du "peuple" comme le clament certaines personnalités politiques ?

Même si l'Europe est actuellement trop axée sur la rigueur budgétaire et l'austérité, toute interruption de la construction européenne serait suicidaire pour l'avenir. Il faut signer ce Traité, il n'y a pas d'autre choix possible. Si l'euro disparaît, chaque pays retrouverait alors une monnaie nationale. Des monnaies qui seraient alors dévaluées de 20% ou 30%. Une situation qui serait intenable. Nous ne pourrions même plus acheter de pétrole ! Un retour aux devises nationales coulerait des économies comme l'Espagne ou l'Italie. S'il y avait un référendum, il faudrait davantage expliquer cela aux Français.

Je n'aime pas le référendum : trop souvent, on y pose des questions trop simplifiées sur des questions qui sont trop compliquées. De même, il est trop souvent d'usage que les débats soient détournés à tel point que les électeurs répondent davantage à celui qui pose la question - le Président, le pouvoir en place par exemple - qu'à la question elle-même. Les référendum laissent une trop grande place à l'émotion et tournent ainsi en combat médiatique au détriment des idées. Un résumé brutal que ne supportent pas des questions aussi techniques et complexes.

Les divisions politiques de la majorité plurielle sur ce sujet, y compris au sein du Parti socialiste, peuvent-elles affaiblir François Hollande sur la scène européenne ?

Soyons francs : cela risque surtout d'affaiblir la France, quelque soit le pouvoir exécutif en place. Les Français doivent comprendre que, dans le nouveau monde qui se dessine, la France et l'Europe seront affaiblies si un pas significatif vers l'Europe politique n'est pas réalisé.

Ce Traité est une formidable occasion de renforcer la partie monétaire, même si l'Europe est actuellement trop tournée sur la rigueur.

Vous estimez qu'il faut favoriser les mesures de soutien à l'activité. Alors que François Hollande a revu à la baisse sa prévision de croissance à 0,8% pour 2013, le Traité budgétaire - en limitant les déficits structurels à 0,8% du PIB - ne risque-t-il pas de pénaliser la croissance et la sortie de crise ?

Effectivement, nous devons éviter d'aggraver la récession. Or, la dépense publique est un des moteurs de la croissance. Il y a donc une certaine contradiction dont nous ne pourrons pas sortir à court terme : pour résumer, je ne crois pas qu'il y aura un retour à la croissance rapidement. Les dépenses publiques étant sous contrainte, il faudrait donc limiter la contribution de la dépense publique à la croissance pour éviter la récession. Sur ce point, la France dispose d'un grand nombre d'épargnants privés que l'on devrait mobiliser afin qu'ils contribuent davantage au retour de la croissance.

Il faut préserver cette dernière, quitte à rembourser moins de dette, pour ne pas aggraver la récessionMais ce pacte budgétaire européen organise la solidarité entre les différents Etats membres afin d'aider les plus affaiblis à traverser la crise, sous condition qu'ils acceptent de mettre en place des mesures visant à assainir leurs finances publiques. En tout état de cause, et quoi qu'il en coûte, il ne faut surtout pas casser l'Europe qui est une nécessité et notre seule chance pour l'avenir.

Vous aviez déclaré dans une interview accordée ce mois-ci au journal Le Parisien que "Hollande doit changer sa vision de l’économie". Estimez-vous que des erreurs ont été commises ?

Droite comme gauche, toute la classe politique française, lors de la campagne présidentielle, a laissé croire que le pays retrouverait la croissance six mois après l'élection. Bien qu'ils se distinguaient sur les moyens et les mécanismes à mettre en oeuvre pour y parvenir, tous tenaient ce même discours. Mais c'était faux !

François Hollande, tout comme Nicolas Sarkozy, s'est laissé emporter par ce mouvement général. La Commission économique du Parti socialiste, comme celle de l'UMP, a également tenu cette position.

Par conséquent, quelles réorientations le gouvernement doit-il opérer ?

Il faut revenir à une analyse approfondie de la crise économique mondiale en cours et reconnaître qu'il n'y aura pas de retour à la croissance avant longtemps. La nécessité pour le gouvernement est l'élaboration d'une nouvelle façon de voir une situation qui n'est pas celle prévue, et annoncée, il y a six mois. Il faudra par la suite l'expliquer aux Français.

Dans ces conditions, une hausse généralisée des impôts (qui pourrait être décidée prochainement) peut-elle faire courir un risque supplémentaire à la France ?

La politique fiscale menée par François Hollande n'est qu'une correction des allègements accordés aux plus riches par Nicolas Sarkozy. Ce sont des mesures à court terme qui sont légitimées par le manque d'argent du Trésor public.

Pourtant, la Cour des comptes n'a pas manqué d'être critique à l'égard de la politique fiscale conduite par le gouvernement... 

Nous verrons dans quelques semaines ce que sera le budget pour l'année 2013, mais nous sommes encore loin d'une restriction générale de l'investissement. Les décisions prises par le gouvernement en matière fiscale ne doivent donc pas être considérées comme des mesures impactant le long terme.

Propos recueillis par Olivier Harmant et Franck Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

05.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

06.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

07.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (53)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mani
- 27/09/2012 - 17:17
@XI
"Un proche de Mitterrand quoi" - la conclusion de votre commentaire montre bien que vous ne savez absolument pas de quoi vous parlez. Les deux hommes se détestaient. S'il est bien UN homme du PS qui n'a jamais fait partie des proches de François Mitterrand, c'est bien Michel Rocard. Notons au passage, entre autres, qu'il est le premier à avoir soulevé le problème des retraites en France.
XI
- 26/09/2012 - 20:49
incroyable
Rocard qui vient donner des conseils , on croit réver, il oublie qu'il faisait partie d'un rassemblement politique qui a crée l'assistanat qui gangrène la France ,qui a contribué à creuser encore plus les gouffres de la SS et des régimes retraites , mais qui n"a pas oublié de se remplir les poches ( n'oublions pas Gauche caviar) . Un proche de Mitterrand quoi
Mani
- 26/09/2012 - 12:15
@golvan
Entièrement d'accord avec vos propos, sur tout ! J'ajoute que j'apprécie la déclaration de Rocard sur les référendums, qui sont trop souvent agités par les gens qui pensent en être les bénéficiaires sur l'instant et repoussés par les mêmes lorsque ça ne les arrange pas. L'explication de Rocard est limpide, comme toujours, et je suis d'accord avec lui : on joue déjà beaucoup trop sur les émotions en politique, ce n'est pas la peine d'en rajouter.