En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 14 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 52 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 34 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 30 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 44 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 39 min
Mouammar Kadhafi a pris une petite fille pour esclave sexuelle.
Mouammar Kadhafi a pris une petite fille pour esclave sexuelle.
Esclave sexuelle

De l'école au harem de Kadhafi

Publié le 22 septembre 2012
Sorya a 15 ans et appelle le Guide libyen, Papa Kadhafi. La jeune fille a été repérée par Mouammar Kadhafi dans son école. Sa vie bascule. La petite fille est jetée entre les mains de l'ogre et devient son esclave sexuelle. Annick Cojean l'a rencontrée et raconte son histoire. Extraits de "Les proies : Dans le Harem de Khadafi" 1/2
Annick Cojean
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Cojean est grand reporter au journal Le Monde. Elle est l'auteur de plusieurs livres dont FM, la folle histoire des radios libres, écrit avec Eskenazi et Retour sur images, publié chez Grasset.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sorya a 15 ans et appelle le Guide libyen, Papa Kadhafi. La jeune fille a été repérée par Mouammar Kadhafi dans son école. Sa vie bascule. La petite fille est jetée entre les mains de l'ogre et devient son esclave sexuelle. Annick Cojean l'a rencontrée et raconte son histoire. Extraits de "Les proies : Dans le Harem de Khadafi" 1/2

Nous avons roulé longtemps. Je n’avais pas idée de l’heure mais cela m’a semblé interminable. Nous avions quitté Syrte et foncions à travers le désert. Je regardais droit devant moi, je n’osais pas poser de questions. Et puis nous sommes arrivés à Sdadah, dans une sorte de campement. Il y avait plusieurs tentes, des 4 × 4, et une immense caravane, ou plutôt un camping-car extrêmement luxueux. Mabrouka s’est dirigée vers le véhicule en me faisant signe de la suivre, et j’ai cru apercevoir, dans une voiture faisant demi-tour, l’une des écolières qui avaient été choisies comme moi, la veille, pour accueillir le Guide. Cela aurait dû me rassurer et pourtant, au moment d’entrer dans la caravane, j’ai été prise d’une angoisse indescriptible. Comme si tout mon être refusait la situation. Comme s’il savait, intuitivement, que quelque chose de très négatif se tramait.

Mouammar Kadhafi était à l’intérieur. Assis sur un fauteuil de massage rouge, la télécommande à la main. Impérial. Je me suis avancée pour embrasser sa main qu’il a tendue mollement en regardant ailleurs. « Où sont Faïza et Salma ? » a-t-il demandé à Mabrouka d’une voix irritée. « Elles arrivent. » J’étais stupéfaite. Pas le moindre regard vers moi. Je n’existais pas. Plusieurs minutes se sont écoulées. Je ne savais pas où me mettre. Il a fini par se lever et m’a demandé :

« D’où est ta famille ?

— De Zlinten. »

Son visage est resté impassible. « Préparez-la ! » a-t-il ordonné et il a quitté la pièce. Mabrouka m’a fait signe d’aller m’asseoir sur la banquette d’un coin aménagé en salon. Les deux autres femmes sont entrées, à l’aise comme si c’était chez elles. Faïza m’a souri, s’est approchée de moi et m’a pris familièrement le menton : « Ne t’inquiète pas, petite Soraya ! » et elle est repartie dans un éclat de rire. Mabrouka était au téléphone. Elle donnait des instructions et des détails pratiques pour l’arrivée de quelqu’un, peut-être une fille comme moi, puisque j’ai entendu : « Amenez-la ici. »

[…]

Kadhafi était nu sur son lit. Quel effroi ! Je me suis caché les yeux en reculant, abasourdie. J’ai pensé : « C’est une horrible erreur ! Ce n’était pas le moment ! Ah mon Dieu ! » Je me suis retournée, Mabrouka était là, sur le seuil de la porte, le visage dur. « Il n’est pas habillé ! » ai-je murmuré, totalement affolée et pensant qu’elle ne s’en était pas rendu compte. « Entre ! » a-t-elle dit en me refoulant. Il m’a alors attrapé la main et forcée à m’asseoir à côté de lui sur le lit. Je n’osais pas le regarder. « Tourne-toi, putain ! »

[…]

Il était nu. Allongé sur un grand lit aux draps beiges, dans une chambre sans fenêtre et de la même couleur, il donnait l’impression d’être enfoui dans du sable. Le bleu de ma chemisette contrastait avec l’ensemble.

« Viens donc, ma pute ! » a-t-il dit en ouvrant les bras. « Arrive, n’aie pas peur ! » Peur ? J’étais au-delà de la peur. J’allais à l’abattoir. Je rêvais de m’enfuir mais je savais Mabrouka en embuscade derrière la porte. Je restais immobile, alors il s’est levé d’un bond, et avec une force qui m’a surprise, m’a attrapé le bras et lancée sur le lit avant de se coucher sur moi. J’ai tenté de le repousser, il était lourd, je n’y arrivais pas. Il m’a mordu le cou, les joues, la poitrine. Je me débattais en criant. « Ne bouge pas, sale putain ! » Il m’a donné des coups, m’a écrasé les seins, et puis ayant relevé ma robe, et immobilisé mes bras, il m’a violemment pénétrée.

Je n’oublierai jamais. Il profanait mon corps mais c’est mon âme qu’il a transpercée d’un coup de poignard. La lame n’est jamais ressortie.

J’étais anéantie, je n’avais plus de force, je ne bougeais même plus, je pleurais. Il s’est redressé pour prendre une petite serviette rouge à portée de sa main, l’a passée entre mes cuisses et a disparu dans la salle de bains. J’apprendrai bien plus tard que ce sang lui était précieux pour une cérémonie de magie noire.

___________

Extrait de "Les proies", Grasset (12 septembre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 23/09/2012 - 04:25
Mort comme il le méritait ?
A priori, ce récit semble véridique et ses victimes ont au moins la satisfaction de savoir comment sa vie s'est terminée.
En dehors de tout anti-sarkozisme primaire, les moralistes seront encore un peu plus désabusés en pensant aux autres chefs d'états qui sont toujours en vie et sont reçus partout, avec tous les honneurs...