En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Le résultat du sondage est sans appel : les exportateurs français n’ont pas de stratégie de développement à l'international ambitieuse ou même définie.
Cap sur l'international
Lost in translation : enquête exclusive sur la tragique faiblesse stratégique des entreprises françaises à l'export
Publié le 21 septembre 2012
Le mouvement patronal ETHIC (Entreprise de Taille Humaine, Indépendante et de Croissance) publie l'enquête la plus percutante sur le niveau des entreprises françaises à l'international qui ait été réalisée récemment.
Johann Sponar est le directeur Général de Salvéo SAS, groupe privé de sociétés d'accompagnement à l'international. Il est par ailleurs président du Bureau de représentation du gouvernement de Pennsylvanie (USA) pour la France, la Suisse et la Belgique....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Johann Sponar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Johann Sponar est le directeur Général de Salvéo SAS, groupe privé de sociétés d'accompagnement à l'international. Il est par ailleurs président du Bureau de représentation du gouvernement de Pennsylvanie (USA) pour la France, la Suisse et la Belgique....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement patronal ETHIC (Entreprise de Taille Humaine, Indépendante et de Croissance) publie l'enquête la plus percutante sur le niveau des entreprises françaises à l'international qui ait été réalisée récemment.

Il s’agit d’un des maux structurels français méconnus du grand public mais bien réels : les entreprises françaises ne sont pas taillées pour exporter le made in France. Cela expliquerait les 70 milliards de déficit commercial que la France connait à comparer avec l’excédent de 150 milliards de nos voisins allemands.

Parmi les 90 000 entreprises françaises recensées par les Douanes comme exportatrices, 70 000 ont été interrogées et 800 d’entre elles ont répondu à l’enquête commandée par ETHIC et confiée au Groupe SALVEO.

Le sondage fait clairement ressortir que les exportateurs français n’ont pas de stratégie de développement à l'international ambitieuse ou même définie : les zones proches géographiquement sont privilégiées aux marchés à forte croissance. 67% des entreprises se contentent de saisir des opportunités en participant à des salons et plus de la moitié des exportateurs (56%) avouent répondre aux contacts "entrants" et demandes spontanées. Près de 50% des entreprises choisissent de mettre en place un distributeur pour pénétrer un marché. L’option d’une structure sur place, même légère, ne concerne que 18% des entreprises interrogées.


Cliquer sur l'image pour agrandir

64% des entreprises recourent encore à leurs propres moyens pour prospecter et 36% effectuent leur prospection depuis la France. Les VIE (Volontariat International Entreprises) sont largement sous-utilisés (15% des réponses). Et pourtant, une entreprise sur deux reconnait éprouver les plus grandes difficultés à rechercher – et trouver – de bons partenaires. La majorité des PME/PMI ne savent pas par où commencer ni sur qui s’appuyer entre les différents dispositifs d’appuis publics en matière de premier niveau d’accès à l’information et premiers contacts et les solutions complémentaires du secteur privé en matière de prospection et développement commercial souvent spécialisée par pays : les OSCI - Opérateurs Spécialisés du Commerce International.


Cliquer sur l'image pour agrandir

Près de 40% des entreprises rencontrent des problèmes de collectes d’information sur les marchés : informations d’ordre juridique, fiscal et réglementaire principalement. La barrière de la langue, de la culture locale du pays visé et surtout le suivi des contacts sur place, l’opacité des marchés et les contraintes logistiques sont autant d’écueils et problématiques auxquels les chefs d’entreprises sont confrontés.

En termes de financement, le chiffre impressionne : 91% des PME engagent leurs fonds propres pour aller à l’export. Seules 34% mettent en place une Assurance Prospection Coface et 10% utilisent le soutien d’Oséo.


Cliquer sur l'image pour agrandir

Des pistes de réflexion très concrètes ont été proposées à la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq par ETHIC et SALVEO. Ces perspectives sont le fruit d’une longue expérience en matière d’appui à l’international, de pragmatisme et de bon sens. Le plan d’action repose sur 3 fondamentaux : créer une véritable culture export, favoriser le soutien des exportateurs par des relais stratégiques et surtout opérationnels sur le terrain, depuis les pays et enfin redéfinir la politique publique de financement. Fonctionner par filières stratégiques pour identifier les opportunités de marchés grâce à des groupes de travail composés de chefs d’entreprises, d’exportateurs et d’experts de l’accompagnement qui réalisent du chiffre d’affaires dans les pays, voilà une idée concrète, simple, facile à mettre en place qui attend d’être testée.


Cliquer sur l'image pour agrandir



Cliquer sur l'image pour agrandir


Cliquer sur l'image pour agrandir

À l’heure où l’Equipe de France de l’Export instaurée en 2010 est à bout de souffle, où le millefeuille des échelons locaux, régionaux et nationaux embrume le paysage public d’aide à l’international, où le discours et les moyens associés sont souvent confus, il est temps Madame la Ministre de passer aux choses sérieuses et de donner leur chances à ceux qui "font" l’export au quotidien.



RAPPORT DE L’ENQUÊTE SUR LE NIVEAU DES ENTREPRISES FRANÇAISES A L'INTERNATIONAL

Le rapport de l’enquête a été présenté le 13 septembre dernier à la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq par ETHIC et Johann Sponar, le directeur général du groupe SALVEO. L’enquête a été réalisée en ligne, entre mars et avril 2012, en réponse à une série de 10 questions à choix multiples, destinée d’une part à dresser un état objectif sur la présence actuelle des entreprises françaises à l’international et d’autre part sur leurs projets de développement à venir.

Le rapport présente une cartographie sectorielle des entreprises interrogées qui reflète le tissu économique français avec une bonne représentation de tous les secteurs d’activité : industrie, aéronautique, construction, énergie, environnement, NTIC, médical, agroalimentaire, bien de consommation, textile…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 22/09/2012 - 19:46
@whitetrash
Mon activité m'amène à poser des questions pour une meilleure compréhension, et ce dans tous les domaines que je suis appelé à traiter. Mais je ne suis pas banquier. Je reste très surpris que vous vous développiez ainsi, et que faute d'appui de banques françaises, vous ne vous tourniez pas vers les banques étrangères.
Ceci dit, je vaus transmettre votre adresse courriel, mais sans aucune garantie de résultat
whitetrash
- 22/09/2012 - 08:53
La France n'est plus inadaptée
@legorille
Je parle des banques françaises ayant pignon sur rue.
Je suis sur une niche probablement le seul en France. J'ai plus d'1 an d'activité totalement financé sur fonds propres. Les banques françaises disent toutes la même chose. C'est super votre truc, on est même étonnés qu'un gars avec aussi peu de moyen arrive à faire ce que vous faites. Ceci dit, on peut vous prêter sans problème pour acheter un batiment, des véhicules, des machines mais pas pour développer une activité et financer des bfr...
Je n'ai pas contacté de banques anglaises mais si vous avez un contact, je suis preneur. mon mail ottokar1 arobase yahoo.fr
Le gorille
- 22/09/2012 - 00:38
Quelles banques ?
@whitetrash
Votre phrase sur les banques me surprend. Cela voudrait-il dire que vous fonctionnez entièrement sur fonds propres. Difficile à croire. Peut-être vouliez-vous dire qu'aucune banque française ne vous soutient, mais que, par contre, les banques étrangères, et plutôt anglaises, ce serait oui ?