En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 43 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 54 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 43 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 15 heures 5 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 34 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 48 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 15 heures 5 sec
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
Onde Marine

Décryptage d’un sondage choc

Publié le 07 mars 2011
Jérome Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l’IFOP analyse les conséquences d’un sondage qui fait beaucoup de perdants à droite et à gauche avec Marine Le Pen en tête du premier tour 2012 pour la première fois (Harris Interactive - Le Parisien)
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérome Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l’IFOP analyse les conséquences d’un sondage qui fait beaucoup de perdants à droite et à gauche avec Marine Le Pen en tête du premier tour 2012 pour la première fois (Harris Interactive - Le Parisien)

Quel peut être l’impact politique de ce sondage ?

Avec les marges d’erreur de plus ou moins 2 %, ce qui apparaît surtout, c’est qu’il y a dans le peloton de tête trois candidats dans un mouchoir de poche. Marine Le Pen à 23% devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry au coude à coude à 21%.

Mais c’est un sondage qui peut bouleverser tout l’échiquier politique en plaçant au cœur du débat les logiques de vote utile à droite comme à gauche. L’enseignement majeur à en tirer, c’est finalement que nous sommes de retour dans une logique identique à celle de la fin des années 90 lorsque le FN imposait le ton et le rythme du débat politique.

C’est aussi un sondage qui fait deux grands perdants et deux grands gagnants : Nicolas Sarkozy et Martine Aubry d’une part, Marine Le Pen et Dominique Strauss Kahn d’autre part. Le Président n’a pas connu de rebond suite à la séquence remaniement et le PS ne capitalise pas sur l’anti-sarkozysme ambiant.

Il y a un climat politique délétère dans le pays. La confiance dans le politique est très faible et on peut s’attendre à une très forte abstention pour les cantonales dans deux semaines.

Si les chiffres se confirment dans les enquêtes à venir, la menace d’un 21 avril à l’envers ou à l’endroit se précisera vraiment. Ce qui ne peut que renforcer la candidature de Dominique Strauss Kahn. Mais aussi poser des questions ailleurs qu’au PS, chez les écologistes notamment. Provoquer des tensions à droite aussi chez les centristes ou au sein même de l’UMP.

L’ironie de ce sondage, c’est qu’il paraît le jour de la parution dans le Figaro de l’interview de François Fillon vantant le candidat Nicolas Sarkozy comme le meilleur à droite.

Ce sondage peut-il être considéré comme la conséquence de la mise au cœur du débat public de questions identitaires ?

Il y a des attentes dans le corps électoral relativement à des questions identitaires. Une partie de la société française est très sensible à la visibilité de l’Islam. On ne crée pas un contexte d’opinion ex nihilo.

L’Elysée sentait probablement une forte demande dans le pays et l’UMP a décidé de s’emparer de ce dossier parce que ces questions intéressent un certain nombre de Français. Encore faut-il avoir de véritables propositions à leur faire.

De deux choses l’une, soit cette stratégie se révélera payante comme elle l’a été en 2007, soit l’adage bien connu « on préfère toujours l’original à la copie » l’emportera et c’est plutôt vers ça qu’on semble se diriger.

Poser des questions sans être en mesure d’y répondre est dangereux. C’est l’élément de réponse qu’a apporté la séquence sur le débat sur l’identité nationale. Sans traduction concrète, le débat a été suivi d’une forte poussée du FN aux régionales qui venaient ensuite. Jean-François Copé l’a compris qui avait qualifié le débat sur l’identité nationale de débat de constat.

Pour l’instant, l’UMP et Nicolas Sarkozy ne semblent pas vraiment en mesure d’apporter des réponses aux questions qu’ils soulèvent . L’exécutif connaît un vrai problème de crédibilité. Sur l’insécurité ou l’immigration, les enquêtes d’opinion montrent qu’il y a une insatisfaction importante, notamment au sein de l’électorat de droite. Il y a même une vraie incompréhension dans cet électorat qui ne comprend pas pourquoi on ne remplace pas un fonctionnaire de police sur deux.

Dans ce contexte, on peut se demander si la réforme de l’ISF actuellement discutée est vraiment de nature à re-crédibiliser le discours gouvernemental. C’est prêter le flanc aux critiques de Marine Le Pen qui fustige le capitalisme apatride ou « les gros » qui écrasent « les petits ».

C’est aussi, du reste, donner du grain à moudre aux critiques de gauche sur le terrain de la politique de classe ne servant qu’à enrichir ceux qui sont déjà les plus favorisés.

A lire aussi "Marine le Pen surfe sur la peur du déclassement qui gagne l'Occident" par Gaël Brustier

Propos recueillis par Jean-Sébastien Ferjou

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Albert Lavud
- 07/03/2011 - 10:28
Se poser les bonnes questions! (suite)
A gauche, on voit Guérini et son système mafieux marseillais. A droite, on voit des "nouveaux" ministres condamnés pénalement (Juppé, Longuet) mais qui reviennent!
La classe politique française n'est plus crédible et les Français le disent en préférant des extrêmes.
Il est grand temps de moraliser les comportements politiques ou alors 2012 sera très douloureux!
Albert Lavud
- 07/03/2011 - 10:24
Se poser les bonnes questions!
Lorsque l'on regarde de près les chiffres de ce sondage, on constate que les extrémistes (FN, NPA, Mélenchon) cumulent environ 1/3 des intentions de vote, c'est énorme.
Je pense que la principale raison est le rejet de la classe politique classique par les Français. Ce phénomène est ancien (au moins depuis le premier tour de 2002) mais prend de l'ampleur.
A suivre...
No Pasaran
- 07/03/2011 - 00:37
@paulo
Ça me fait mal de le dire mais mon père a voté Chirac pour dire NON au fascisme je voterais Sarkozy si il le faut. Je suis certaines que l'UMP fera de même.
Cependant, il faut savoir que ce n'est pas lui qui peut tenir le rang de la France pour l’accueil.
La France veut faire corps avec ses immigrants venus nous offrir leur culture et leur labeur : Elle DOIT revenir à gauche.